Avertir le modérateur

Scientologie

  • J’ai testé la Scientologie

    PMononoke19.jpg

    Tester ce qu'est la Scientologie... L'exercice n’est pas trop compliqué : il suffit d’aller sur le site de « L’Eglise de Scientologie »  et de lire la substance de la science du maître les lieux, l’ineffable Ron Hubbard. Je vous recommande le test, mais vous le décommande en période hivernale, car si se fendre la poire est un délice, le faire avec les lèvres gercées devient un supplice. Profitez donc de ces beaux jours où le risque de gerçure des lèvres est insignifiant. Vous ne serez pas déçus. 

    Ca démarre à la première ligne :

    «Scientologie : du latin scio, connaître, et du grec logos, étude. Scientologie signifie "savoir comment savoir" ou "étude de la sagesse". La Scientologie est l'étude de l'esprit humain et de sa relation avec l'univers matériel et les différentes formes de vie. La connaissance de ces sujets est disponible pour tous ceux qui le désirent sous forme de livres et de conférences enregistrées. Sa pratique s'exerce sur deux axes: l'enseignement et le dialogue Dianétique appelé l'audtion. »l.-ron-hubbard-dianetics.jpg

    Le truc genre « on efface tout et on redémarre » ou « la pensée qui remplace celle des autres ». Je pensais bêtement que l’histoire de la pensée reposait sur 5 000 ans de réflexions et de progrès humains, avec le néolithique tendant la main aux tribus de la vallée du Nil, qui allaient inventer l’écriture hiéroglyphique. Chapitre 2 avec les Aztèques et tout le toutim. La balle au centre avec les Grecs, qui in extremis font la passe aux Romains, qui se nourissent de tout ce qu’appportent les sociétés de la Méditerrannée pour créer une civilisation. Et l’histoire se poursuit avec l’éclosion de la pensée libre aux quatre coins de la planète, pendant que les religions s'en donnent à coeur joie. Avec le XVII° et le XVIII° siècles, les découvertes scientifiques – toujours avoir à portée de main l’extraordinaire livre de Daniel Boorstin, Les Découvreurs, chez Bouquins Laffont – font exploser toutes les conceptions. On voit Socrate et Descartes boire un coup ensemble, pendant que ce génial et enfoiré de Tocqueville s’apprête à passer des nuits de discussion avec Marx. Et ça n’en finit pas : la critique appelle la contre critique, et ainsi de suite. Comme si ça ne suffisait pas, arrive le peu dianétique Internet, qui permet à chacun d’écrire et communiquer avec le monde  entier.

    Un monde de culture. Des centaines de mètres de bibliothèque, des jours et des jours à discuter entre amis et à s’engueuler sur tout et n’importe quoi, la bibliothèque d’Alexandrie et le clavier de votre ordi qui s’embrassent langoureusement, avec la conviction que la plus géniale des idées n’apporte qu’une couche millimétrique à l’histoire de la pensée. Quelle vie...

    Et bien ce monde sans fin, genre bonheur absolu, nos deux compères scio et logos, déguisés en dianétiquement vôtre, les réduisent à la misère prétentieuse d’un petit gars. Renoncez à 5 000 ans de culture, et achetez  les bouquins de l’ami Ron Hubbard. Quelques livres et si voulez des images, des conférences enregistrées, et vous saurez tout sur tout ! La scientologie commence comme un autodafé de la pensée. Beurk. Ca me suffisait à passer à autre chose mais, n'écoutant que mon devoir,  j’ai voulu tenter le clic suivant, sur l’oeuvre de Ron. Pas triste.

    charlie-hebdo-scientologie.jpg« Ron Hubbard est le fondateur de la Scientologie. Il a décrit sa philosophie dans plus de cinq mille textes dont plusieurs douzaines de livres, ainsi que dans trois mille conférences enregistrées. »

    Il a décrit sa philosophie…avec des livres à la douzaine, comme les œufs sur le marché. Avec des références au plus grands penseurs de l’humanité ? Que nenni ! Ron, c’est le philosophe qui remplace les philosophes.

    « Hommes et femmes de tous horizons se sont penchés sur son enseignement et l’utilisent pour améliorer leur vie quotidienne ou aider leurs semblables. Des centaines de missions et d’Églises se sont ouvertes de par le monde. »

    On n’a pas fait quatre lignes et me voici déjà à l’église. Moi qui croyait que la pensée ne vaut que dans la contradiction, je vois que tout passe par des églises, loin de tout, coupées de tout.

    « Le succès de son œuvre auprès d’un public très diversifié et les milliers de marques d’estime et de distinctions honorifiques qui lui ont été conférées sont autant de preuves de l’immense popularité dont il jouit; elles témoignent aussi de l’efficacité de sa technologie. Mais plus significatif encore, des millions de gens considèrent Ron Hubbard comme le meilleur ami qu’ils aient au monde. »

    Ouhala, ça pue ! Au troisième aliéna, la philosophie devient une technologie, et efficace avec ça ! Mais, indécrotable Ron, tu ne sais pas que la philosophie est une école du doute, cette merveilleuse méthode qui consiste à tout mettre en question pour se libérer des préjugés, et ouvrir son champ de réflexion. 

    « La renommée de Ron Hubbard en tant qu’homme de lettres et explorateur était déjà établie depuis longtemps, mais la parution en 1950 de La Dianétique : la puissance de la pensée sur le corps attira sur lui l’attention du monde entier. Ce livre, qui marqua un véritable tournant de l’histoire, fournissait la première méthode de résolution des problèmes du mental qui soit utilisable. »charmag1.jpg

     

    La résolution des problèmes du mental… Il se fout de moi, le Ron ! Résoudre les « problèmes du mental »… mais tu sais d’abord les définir ces problèmes, avec ta philosophie technologique ?

     

    « Aussi, à sa parution, le professeur Frederick L. Schuman, titulaire d’une chaire de sciences politiques à l’université de Amherst, aux États-Unis, déclara-t-il dans le New York Times :  "L’histoire est devenue une course entre la Dianétique et la catastrophe. La Dianétique l’emportera si assez de gens sont sensibilisés à temps et assez avisés pour la comprendre."

     

    Incroyable mais vrai : de 5 000 ans de pensée, scio et logos sont parvenus à trouver un professeur de professeur pour porter publiquement le drapeau de la Dianétique, avec D majuscule, ne nous privons pas.

     

    Pour moi, le test est concluant : gavé en deux clics et vingt lignes ! Foutez moi la paix avec cette enflure de la pensée, qui vous fait comprendre qu’il faut tout abandonner de la culture pour refonder une vison du monde à partir de la pensée d’un mec.

     

    Ceci posé, fallait-il faire un procès « au meilleur ami du monde », qui fixe le prix de l’apéro entre 20.000 et 40.000 euros ? De manière concrète, deux questions sont posées au tribunal correctionnel de Paris.

     

    racolage.jpgLa première est de savoir si les entourloupes des scientologues mis en cause entrent dans la définition de l’escroquerie, définie par l’article 313-1 du Code pénal : « L'escroquerie est le fait, soit par l'usage d'un faux nom ou d'une fausse qualité, soit par l'abus d'une qualité vraie, soit par l'emploi de manoeuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d'un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge. » Vu ce qu'expliquent les victimes, qui ont le courage d’affronter le procès, ce n’est pas impossible.

     

    Admettons que l’on passe cette étape. Viendrait la question numéro 2 : ces faits sont-ils été commis en bande organisée, donnée qui seule permettrait de raccourcir l’Eglise de Scientologie, tout au moins ses structures parisiennes, puisque tel est clairement l’objet du procès ? Là,  c’est terre d’aventures. Je ne doute pas un instant que le juge d'instruction disposait d'arguments sérieux pour signer l'ordonnace de renvoi devant le tribunal correctionnel; mais la démonstration n'est pas évidente.

     

    Le Parquet de Paris ne voulait pas de ce procès, alors qu’il en a engagé de plus incertains. Tout le problème est que la loi pénale ne sanctionne pas l’injustice ou l’inculture, mais seulement l’illégal, et qu’un échec du procès serait une victoire de la Scientologie. Suivons les débats avec attention, pour voir ce qu'est la Scientologie au dela de son site Internet. En cas de condamnation, prévoir un appel, puis un pourvoi. 

    dzuoahf6.jpg

     

     

  • Comment la loi combat les sectes

    Comment la loi combat les sectes. Car c’est bien ainsi que se pose la question, quoi qu’en pense Emmanuelle Mignon. L’état du droit en la matière, est aux antipodes des déclarations de la directrice du cabinet d’un Président de la République qui a pour ami un des plus éminents membres de la scientologie, à savoir Tom Cruise.

     

     

     

    La définition juridique de secte

     

     

    La loi française ne définit pas directement la notion de secte, dans la mesure où elle n’utilise pas le qualificatif, mais elle s’est beaucoup approchée par la loi du 12 juin 2001 dite loi About-Picard.

    Comment se pose le problème, en droit ? A l’origine, existent des groupements privés de toutes sortes. Un certain nombre se réunit autour d’une idée qu’il qualifie de religieuse, essentiellement pour récupérer de nouveaux adeptes. La recherche du label « religion » est moins recherchée pour la com. que pour les avantages sociaux ou fiscaux.

     

     

    Il faut alors aborder deux problèmes successifs.

     

    D’abord l’analyse des croyances. Une croyance est une pensée qui, pour une partie, est indémontrable. La jurisprudence, de tout temps, au nom de la liberté de pensée, refuse de qualifier les croyances. Mais, toute croyance n’est pas religieuse. Pour que la qualification religieuse soit possible doit être prouvée l’existence d’une foi partagée incluant une réflexion sur la transcendance.

     

    Ensuite, l’analyse des pratiques. Ces pratiques, qui sont les phénomènes d’extériorisation de la croyance, doivent respecter l’ensemble des lois s’agissant de l’éducation, de la santé, du droit social, du droit fiscal … Ainsi, le droit ne s’intéresse pas à la notion de secte, qui est inopérante, mais aux abus pratiqués par ces groupements, que l’on regroupe sous le nom de dérives sectaires.

     

    Les armes juridiques européennes

    Le Conseil de l’Europe a surtout mis l’accent sur la prévention, mais il encourage très clairement à l’action, avec deux recommandations l’une de 1992 relative aux sectes et aux nouveaux mouvements religieux, l’autre de 1999 relative à l’activité illégale des sectes. La réflexion, conduite à partir des 47 Etats du Conseil de l’Europe est très intéressante. Elle met en évidence l’émergence des très nombreux nouveaux mouvements religieux, dont tous ne méritent pas la qualification de secte. Les grandes religions « traditionnelles » ne sont pas les seules. Il y a une véritable éclosion, qui est une réalité de fait.

     

    La législation française

    En droit interne trois lois apportent leur concours à la lutte contre les sectes.

     

    La loi du 18 décembre 1998,  au titre du contrôle de l’obligation scolaire, prévoit des hypothèses punissables de refus d’inscription d’un enfant dans un établissement d’enseignement (article 227-17-1 du Code pénal).

     

    La loi du 15 juin 2000 a permis aux associations de lutte contre les sectes d’exercer les droits reconnus à la partie civile (article 2-17 du Code de procédure pénal.

     

    Le texte de référence est la loi n° 2001-504 du 12 juin 2001 dite loi About-Picard qui traite « des mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l’homme et des libertés fondamentales ». Cette loi permet de poursuivre les faits que l’on peut qualifier « d’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de faiblesse » (Code pénal article 313-4), avec des circonstances aggravantes lorsque sont concernés des enfants ou des personnes en situation de faiblesse (article 223-15-2). Le mouvement peut être déclaré responsable pénalement lorsque l’abus de faiblesse a été commis par son compte.

     

    Si la loi est insuffisamment appliquée, ce n’est pas la peine de taper sur la mission interministérielle MIVILUDES. Il suffit que le Garde des Sceaux donne des instructions aux procureurs pour surveiller ces mouvements et enclencher les poursuites dès qu’il est opportun.

     

     

    La Scientologie

     

     

    S’agissant de la Scientologie , il ne faut tout de même pas dire n’importe quoi. La Scientologie a essayé à maintes reprises de faire reconnaître son activité religieuse par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, et ces recours ont tous été écartés au niveau de la recevabilité.

     

    La Scientologie abuse, et manifestement parvient à convaincre parfois, en communiquant de manière très erronée à partir d’un arrêt rendu par la Cour Européenne des Droits de l’Homme le 5 avril 2007. Par cet arrêt la Cour avait condamné la Russie pour les obstacles administratifs qu’elle avait levés face à une demande de la Scientologie pour obtenir le statut de religion. C’est à propos de ces tracasseries artificielles et abusives que la Russie a été condamnée. Mais cela ne donne aucun droit à la Scientologie pour réclamer un statut de religion.

     

     

                       fff 

     

    Je pense que les journées d’un chef de cabinet du Président de la République sont bien remplies. Si en plus ce chef de cabinet veut réécrire et la loi et le droit européen, cela deviendra effectivement très compliqué.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu