Avertir le modérateur

angleterre

  • Un must : Le scandale du Libor

    Ce qui est bien avec les scandales, c’est quand ça porte sur gros, pas comme les bottines de Roland Dumas. Et là, avec le Libor, on tape sur du gros de chez gros, dans la finance de Londres. Le Libor, c’est un taux bancaire qui influe chaque année sur des opérations bancaires d'un montant de 600 000 milliards de dollars soit dix fois le PIB mondial.

    angleterre,banque,droit pénal

    Qu’est ce que le Libor ?

    On est au cœur de la City, place financière aussi importante que sérieuse (et morale). Le Libor (London interbank offered rate) est le taux d’intérêt de référence établi chaque jour. Le premier usage concerne les prêts sans garantie que se font les grandes banques entre elles. On gère la trésorerie à court voire très court terme, en moyenne entre un et trois mois, mais parfois pour quelques jours, et avec les principales devises (dollar US, livre sterling, yen, franc suisse,…) Pour l’euro et le marché interbancaire européen, on utilise un autre taux, l’Euribor.

    Ces taux sortent ensuite du cercle des relations interbancaires, pour servir de références à toutes les autres opérations bancaires, comme les produits dérivés gérés par ces banques, et dont personne ne peut dire la valeur réelle, mais aussi le crédit destiné à financer votre sublime Peugeot 208.

    Comment est fixé le Libor ?

    Le mécanisme est très pragmatique. Tous les jours à 11 heures, seize grandes banques internationales – dont Barclays, HSBC, Royal Bank of Scotland, Deutsche Bank, UBS, JP Morgan, Citigroup, Bank of America, et La Société Générale – annonce indépendamment le taux auquel elles estiment devoir emprunter auprès des autres banques du panel. Ces infos sont traitées par une agence qui agit pour le compte de la British Banker’s Association. Cette agence écarte les huit taux extrêmes et fait une moyenne des huit autres, qui est rendue publique à midi, et ce tous les jours. Pour l’Euribor, même système avec 57 banques européennes. 

    Le principe est bon car les déclarations spontanées de ces grandes banques concurrentes donnent une juste idée de leur santé et de la santé du marché.

    La manip’

    Oui, mais vient la manip', qui a duré de 2005 à 2009. Les banques s’organisaient entre elles dans la matinée, et leur déclaration de 11 heures n’avait rien de spontanée. C’était la grande entourloupe.

    Jongler comme ceci, d’un jour à l’autre avec les taux et les durées d’emprunt, permettait de faire de bonnes affaires, les banques fixant par entente la règle du jeu, le fameux Libor. Le premier jeu est d’augmenter le taux déclaré, et ce qui pousse à la hausse le taux resservi aux entreprises et aux particuliers. De plus, si l’écart se creuse avec le taux des banques centrales, ça permet de s’y fournir pour pas cher et de revendre cher. Mais il peut aussi être intéressant de jouer à la baisse, pour suivre un marché spéculatif, ou faire croire que la banque va bien et que ses taux sont bas. C’est alors un moyen de cacher ses difficultés financières par un artifice, ce qui truande le marché et au final coûte cher.  

    angleterre,banque,droit pénal

    La sanction

    La première banque à s’être fait choper, c’est la Barclays, qui pendant cinq ans mentait à la hausse ou la baisse, en fonction de ses intérêts. Le boss, Bob Diamond, une figure de la City, a démissionné et la banque a versé une somme au Trésor pour tenter d’éviter les poursuites pénales en négociant. C’est pas gagné.

    Tout le problème est que la Barclays ne pouvait rien faire seule, comme l'agence ne retient que les huit taux moyens. Aussi, d’autres grandes banques sont nécessairement concernées,... et peut-être toutes. La Deustche Bank a elle aussi choisi de payer et d’essayer de négocier. On verra pour les autres, mais selon la presse, la Banque Centrale d’Angleterre serait aussi concernée, ce qui n’aurait pu se faire sans des connexions entre les banques et les hommes politiques. Ca va être chaud.

    La Commission de Bruxelles enquête de son côté. Hier, le New York Times a annoncé le prochain engagement de procédures pénales aux US.

    Cette affaire du Libor, c’est vraiment la truanderie organisée par les banques. Qui sera sanctionné ? Qui payera l’addition ? Qui rétablira la confiance ?  On retrouve le problème : comment punir au juste niveau, sans dessouder ces banques sans lesquelles tout tomberait demain… C’est quasi de la prise d’otages.

    angleterre,banque,droit pénal 

  • On pourra bientôt visiter la maison de Sherlock Holmes

    sherlock-holsme-09.jpgLe chien des Baskerville et les douze autres histoires du plus célèbre détective, Sherlock Holmes, ont été conçues… certes dans la tête du grand Sir Arthur Conan Doyle, mais plus précisément dans une grande bâtisse victorienne à Hindhead Crossing près de Haslemere (Comté de Surrey, dans le Sud-Ouest de Londres)

    La maison s’appelle Undershaw, et elle est l’œuvre de Conan Doyle. C’est lui qui en avait conçu les plans, avait surveillé la construction, l’avait baptisée et l’avait habitée pour en faire le lieu de son inspiration. Il  y a vécu de 1897 à 1907.

    Mais l’histoire de cette maison hors norme a été plus chaotique.  

    À la mort de l’auteur, la maison a été vendue et en 1921 elle a été transformée en hôtel. Mais à la fin des années 1990, l’hôtel avait fait faillite. Un repreneur s’était fait connaitre, pour reprendre ce haut lieu de la littérature, et je vous le donne en mille : eh oui,… McDonald.

    Une levée de bouliers avait bloqué la vente, et la maison a été rachetée en 2004 par un investisseur, Fossway Ltd, qui s’était engagé à réaliser un grand projet dédié à l’œuvre de l’auteur. Mais aucune solution ne se dégageait sur le site et la maison se dégradait à grande vitesse. Les amis de l’œuvre de Conan Doyle étaient vigilants, redoutant de voir un nouveau projet fumeux dénaturer le site. Il faut dire que nous sommes dans la Grande-Bretagne libérale, et sans trop de sous… Aussi un projet public pour refinancer la maison était ressenti comme un truc de rêveurs…  

    Le conseil de Waverley, en 2008, a tapé du poing sur la table, exigeant que le propriétaire fasse les réparations indispensables. Très compliqué a commencé à expliquer Fossway Ltd… pour finalement proposer son plan : un bon petit projet immobilier, démembrant Undershaw en huit appartements.

    Les amis de l’auteur, ne voulant pas voir Undershaw découpée en petits morceaux, se sont mobilisés, avec à la manœuvre John Gibson, un universitaire spécialiste de Conan Doyle, auteurs de plusieurs ouvrages, et qui s’est attaché à démonter l’importance de cette maison dans les treize histoires de Sherlock Holmes. hound-basker.jpg

    Et patatras : en 2010, le conseil d’arrondissement de Waverley a donné son accord a ce projet immobilier. Oui, mais attention : la maison était classée « monument historique », avec une série de délicieuse règles d’urbanisme à respecter.

    Un collectif s’est organisé, « Save Undershaw », a réuni des infos et des sous, et a mission des avocats pour attaquer l’autorisation. Et ce 30 mai, le juge Cranston de la Haute Cour de justice de Londres leur a donné raison : le conseil d’arrondissement de Waverley n’avait pas respecté les régles d’urbanisme.

    La maison a sauvé sa peau, et le saucissonnage n’est pas pour demain. Le collectif « Save Undershaw » regroupe 10 000 amis, et ca commence à peser. Une fondation a été créée en 2009 par John Gibson, Lynn Gale et Sue Meadows. Avec ce mouvement, un auteur de polars a été hissé à la notoriété des grands écrivains, et on peut penser que cette fois-ci, on va aller vers une restauration d’Undershaw.

    John Gibson explique au Guardian : « C’est un endroit imprégné d’histoire et il doit être traité avec le respect. La vie de Conan Doyle et ses travaux sont essentiels dans la culture britannique, et leur influence n'a sans doute jamais été aussi grande. Nous sommes absolument ravis de voir que les amateurs de partout dans le monde se soient mis en contact et ont promis leur plein soutien dans nos efforts. »

    Fossway Ltd va bouder, et ne voudra pas investir une livre. Il faut donc que la maison soit revendue, et qu’un projet clair se dessine. Fonds publics, fonds privés, amis de l’œuvre… il doit bien y avoir un moyen de restaurer cette maison et de lui redonner un avenir. Parce que franchement, aller se poser dans la bibliothèque d’Undershaw, et voir à travers la fenêtre la lumière que voyait Sir Arthur Conan Doyle, çà doit le faire. Une visite de nuit, par un temps sauvage, ça ne doit doit pas être mal non plus.

    undershaw.jpg

    Undershaw

  • Les British filent à Droite ...

    front_door1.jpgA 23 heures, on ne sait rien. La BBC a donné une estimation, avec une avance de quelques sièges pour les conservateurs. Cameron est en tête, quarante sièges devant Brown, mais  rien ne permet de dire que les conservateurs auront la majorité à eux seuls. Et  là, tout devient compliqué.

    Premier point. Attendons les sondages en voix, à la sortie des urnes, et un seuil raisonnable de résultats. Le scrutin british – majoritaire à un tour – est très  brutal, et peut conduire à des résultats effectifs très différents des résultats chiffrés. Prenez une circonscription où les travaillistes se prennent une gamelle, à 35% des voix. Si les conservateurs font 33% et les libéraux le score historique de 32%, et bien ce sont les travaillistes qui ont le siège.

    Deuxième point. Hypothèse pas improbable où ni les conservateurs, ni les travaillistes n’ont la majorité. Tout dépend alors de l’accord à passer avec les libéraux, minoritaires en sièges, mais décisifs pour une majorité, et assis sur un trésor dans l’opinion. Quel accord ? Jusqu’où les tractations, et comment ?modern-life.jpg

    Alors Gordon, mon pote, est-ce que tu trouveras une majorité, après 13 ans de pouvoir des travaillistes ? On verra. Sache que pour moi, pas de doute, tu as été le meilleur dirigeant européen pendant la crise, plus tranché qu’Angela. Ta classe a limité la casse, mais il n’en reste pas moins que les british rament. Tony a surfé sur la reconstruction après les cassures thatchériennes, et il s’est exilé quand le vent n’a plus été porteur. Il voulait même être président de l’Europe. Candidat rêvant et non déclaré, explosé en 48 heures de débat.

    Donc mon Gordon, si tu gagnes, honneur et respect. Magnifique.

    Si tu perds, prends quelques jours de vacances, et après… les cours du soir pour apprendre le français. Nos présidentielles sont en 2012, et tout est jouable. Avec Dany le semi-allemand qui fait avancer les Verts de trois années lumière, tu peux faire gagner la Gauche, et aider tous les petits soc’s, héritiers perdus de Jaurès et de Blum, à connaître, et dans la joie, le dépucelage.

    2012 : Gordon Brown, président de la République et Dany Cohn-Bendit, premier ministre. La France pourrait repartir à la conquête du monde. Ce qui serait parfait, ce serait Berlusconi secrétaire général de l’UMP. Là, on serait tranquille. Mais on me dira que je rêve…

    Bakhuizen,_Battle_of_Vigo_Bay.jpg
    23 octobre 1702 : La flotte anglo-hollandaise dézingue
    une escadre de 40 vaisseaux français et espagnols revenant des Indes.

    Qui commande ici ?

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu