Avertir le modérateur

antennes-relais

  • Les antennes-relais se font griller

    Trouillard.jpgLe clocher de l’église de Notre-Dame d'Alençon entre dans la résistance aux antennes-relais. La question n’est pas la perturbation des voix du Seigneur, qui sont impénétrables, mais le respect du principe sacré de précaution.

    La semaine dernière, la Cour d’appel de Versailles et le Tribunal de grande instance de Carpentras avaient condamné Bouygues et SFR à démonter des antennes-relais. Hier, le juge des référés du Tribunal de grande instance d’Angers a interdit l’installation d’une antenne-relais d’Orange sur le clocher du village. Pour les entreprises de téléphonie mobile, il y a crise dans la crise.

    Le juge aurait-il pété les plombs devant le téléphone sans fil ? Et non, le pauvre a seulement appliqué la loi, à savoir l’article L. 110-1 du Code de l’environnement et son fameux principe de précaution. Impossible de le rater : c’est lui qui ouvre le Code de l’Environnement. Lisez pas-à-pas, mot-à-mot, branchez la centrifugeuse à penser, et admirez le résultat. Je vous le livre en intégral.

    «   I. - Les espaces, ressources et milieux naturels, les sites et paysages, la qualité de l'air, les espèces animales et végétales, la diversité et les équilibres biologiques auxquels ils participent font partie du patrimoine commun de la nation.h-3-1416931-1234115049.jpg

    « II. - Leur protection, leur mise en valeur, leur restauration, leur remise en état et leur gestion sont d'intérêt général et concourent à l'objectif de développement durable qui vise à satisfaire les besoins de développement et la santé des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Elles s'inspirent, dans le cadre des lois qui en définissent la portée, des principes suivants :

    « 1° Le principe de précaution, selon lequel l'absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l'environnement à un coût économiquement acceptable ;

    « 2° Le principe d'action préventive et de correction, par priorité à la source, des atteintes à l'environnement, en utilisant les meilleures techniques disponibles à un coût économiquement acceptable ;

    « 3° Le principe pollueur-payeur, selon lequel les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de la pollution et de lutte contre celle-ci doivent être supportés par le pollueur ;

    « 4° Le principe de participation, selon lequel chacun a accès aux informations relatives à l'environnement, y compris celles relatives aux substances et activités dangereuses, et le public est associé au processus d'élaboration des projets ayant une incidence importante sur l'environnement ou l'aménagement du territoire. »

    shadok22.jpgC'est le menu. Autant vous dire terre d’aventures pour un juge ! Ce qui renvoie à la question cent fois posée : se rendent-ils compte de ce qu’ils votent ?

    Deux jours plus tôt, l'Académie nationale de médecine avait estimé ces craintes infondées, parlant d' « erreur scientifique manifeste » de la part de la justice. L’Académie affirmait qu’être « être exposé pendant 24 heures à une antenne à 1 volt par mètre donne la même exposition de la tête que de téléphoner avec un portable pendant 30 secondes ».

    A l’heure légale du principe de précaution, l’Académie a juste médicalement, mais  se gourre juridiquement. L'absence de certitudes ne doit pas retarder l'adoption de mesures visant à prévenir un risque de dommages... C'est la loi.

    Pour ce qui est du fait, il suffit du rapport Zmirou, de la Direction générale de la Santé, alertant : « Il est préférable de réduire au minimum le niveau d'exposition des personnes potentiellement sensibles tels que les enfants ou certaines personnes malades. »

    Conclusion du juge des référés : « Il y a un risque sanitaire pour les populations riveraines » car la parcelle de l'école maternelle et primaire, située à moins de 50 mètres, est susceptible d'être soumise au rayonnement de l'antenne.

    Le gouvernement annonce déjà un grenelle des antennes, qui va tout résoudre. Je serais Orange, je préférerais interjeter appel, sinon, ça risque d’être cuit.

    grippeaviaire.jpg
    Poussin s'étant fait pigeonner
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu