Avertir le modérateur

bateau

  • Arctic Sea : Oh mon bateau Oh Oh Oh !

    49542.jpgIl faut que je vous parle de mon beau bateau, l’Arctic Sea. C’est un vraquier, un joli modèle. Comme je suis discret de nature, j’ai apporté mon beau bateau en propriété à une petite société de droit finlandais, la Solchart, créée par trois Russes ce mois de juin 2009. Mon beau bateau, ainsi armé par une compagnie finlandaise, battait pavillon maltais et c’était avec un équipage de quinze marins russes qu’il avait quitté la Finlande le 23 juillet à destination du port de Bejaïa, en Algérie, avec chargement de bois d'une valeur d’environ un million d’euros. Avant le départ, un petit crochet par Kaliningrad, pour une inspection annuelle du Registre des navires russes. Pourquoi ? Pourquoi pas ? Une inspection ne saurait nuire, ne soyez pas suspicieux.

    Le lendemain, le 24 juillet, vers 23 heures, mon beau bateau était dans les eaux territoriales suédoises quand il a été attaqué par un commando. C’est la société Solchart, qui a donné l’alerte, transmettant à la police des photos de marins blessés, reçues par courrier électronique. Les flics suédois ont contacté l'équipage. Explications : des hommes en tenue de policier ont demandé à monter à bord car ils étaient à la recherche de drogue. En fait, c’était des bandits. Ils ont frappés l’équipage, ont fouillé mon beau bateau par le menu en douze heures, et son Long-John-Silver.jpgrepartis. Mais l’équipage voulait poursuivre son trajet. Problème. S’est ensuite installé un silence total.

    Une enquête maritime internationale a été ouverte, dont la coordination a été confiée à la police finlandaise, ce qui était logique. Et vingt pays sont mis sur le coup : normal pour de la grande piraterie dans les eaux internationales. Tout ce joli monde était aux aguets du moindre signe. Problème : rien, pas un signe, jusqu’à ce week-end.

    Mon beau bateau a été retrouvé dimanche soir 16 août au large du Cap-Vert, dans l'Atlantique, par les gentils Russes. Une opération conjointe de leur aviation et de leur marine, réalisée en douceur : pas un coup de feu tiré, a expliqué le gentil ministre de la Défense, Anatoli Serdioukov. Les suspects ont été interrogés à bord d’un escorteur russe, le Ladny, et l'équipage de mon beau bateau a été rapatrié dare-dare sur Moscou.

    Anatoli Serdioukov a expliqué l’attaque du 24 juillet, avec un récit qui n’a plus rien à voir avec la version d’origine. Un commando de huit personnes – deux Russes, deux Lettons et quatre Estoniens, sont montés à bord et en un tour de main, ont pris le contrôle du bateau, neutralisant tous les systèmes d’émission, et les quinze portables de l’équipage. Un exploit. Lisons le ministre russe de la Défense : « Un hors-bord s'est approché de l'Arctic Sea, dans lequel se trouvaient les huit hommes. Ces gens, qui disaient avoir des problèmes de moteur, sont montés à bord, et sous la menace d'armes, ont exigé que l'équipage se conforme sans condition à tous leurs ordres. Les pirates ont ensuite éteint l'équipement de navigation et ordonné au navire de faire route vers l'Afrique».

    Bon. Moi, je me pose quelques questions à propos de ce qui est arrivé à mon beau bateau.060908_cap_sur_lile_au_tres.jpg

    Les Russes. Ils sont très serviables, c’est désormais prouvé. Mais, je lis un communiqué des enquêteurs finlandais qui protestent d’être exclus de l’enquête, et déplorent de ne pouvoir entendre l’équipage. Idem pour l’Estonie et la Lettonie.

    Deux versions. Deux versions contradictoires pour la prise d’assaut, il y en une de trop. Et la moins invraisemblable est la première, qui était accompagnée de photos.

    L’alarme LRIT. Mon beau bateau était équipé du système LRIT (Long Range Identification Tracking), genre boite noire pour navires, qui joue comme un mouchard branché sur satellite. Or, silence radio, et j'ai peine à croire qu'en posant le pied sur l'Arctic Sea, les bandits aient pu anéantir le système en un instant.   

    L’alarme AIS. Il y avait aussi le plus ancien AIS (Automatic Identification System) qui suit la trace des bateaux par radio VHF. Bon, là ça a marché, dans le Golfe de Gascogne samedi dernier, 15 août. Très bien, mais problème, mon beau bateau ne se trouvait pas dans le Golfe de Gascogne mais au large du Cap-Vert ! Dimitri Rogozine, représentant de la Russie auprès de l’OTAN, a depuis expliqué que c’est la flotte russe qui avait émis ce signal, pour détourner l’attention de préparatifs des militaires russes dans la région du Cap-Vert. Rusés, les russes.  

    Mais voilà RFI qui pose une bonne question sur mon beau bateau : « Dimitri Rogozine semble ignorer que pour pouvoir émettre un signal spécifique d’un navire à sa place, il faut soit disposer de son appareil AIS démonté, soit connaître les codes permettant de l’imiter, tout en étant sûr que l’AIS original reste débranché. Comment les militaires russes y sont-ils parvenus samedi si, selon la version officielle, ils ne sont entrés sur l’Arctic Sea que dimanche soir, à 21heures, et n’avaient pas de contact avec l’équipage avant, celui-ci étant sous le contrôle de huit ravisseurs ? »

    long-john-silver_net5.jpgLes pirates (1). Remarquables d’efficacité, dans la prise de contrôle de mon beau bateau. Et ces vilains bandits se sont révélés être des marins de génie, parvenant à se rendre de la Suède au Cap-Vert sans être repérés, malgré 20 Etats et l’OTAN à leur trousse ! Du jamais vu.

    Les pirates (2). Remarquables, mais complètement débiles. En effet, ils n’avaient pas de destination, étaient limités par le carburant, et n’ont pas demandé de rançon. Des bandits qui ont piraté pour le fun ? C’est un piratage esthétique ? Et quand est venu l’assaut, les grands guerriers se sont transformés en crêpes : les Russes arrivent, et les bandits se rendent.

    Mon beau bateau. C’est un gros bateau, et je vous assure que ce n’est pas un sous-marin. Aussi, si ce bateau peut aller inaperçu de la Suède à Cap-Vert malgré toute cette surveillance, il va falloir revoir le système.

    Silence radio. Et puis, il a aussi ce truc qui cloche. Pendant ces trois semaines, silence radio des bandits, mais aussi des 20 Etats, de la Russie et de l’OTAN. Bizarre, car cette affaire c’est juste du piratage, pas un secret d’Etat, c’est évident. 

    f0000m780703b.jpg

      

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu