Avertir le modérateur

besson

  • Polygamie : Du bidonnage absolu

    deux-nigauds-et-la-momie-affiche_18925_10418.jpgBrice et Eric, nos grands deux nigauds, partant à la chasse à l’épouvantail à moineaux. Mieux vaut en rire !  

    Le plus étonnant, c’est leur air instruit et un peu mystérieux, sur le thème : « On va voir ce qu’on va voir ». Car c’est vite vu.

    La polygamie est un infraction, ainsi définie par l’article 433-20 du Code pénal :

    « Le fait, pour une personne engagée dans les liens du mariage, d'en contracter un autre avant la dissolution du précédent, est puni d'un an d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende.

    « Est puni des mêmes peines l'officier public ayant célébré ce mariage en connaissant l'existence du précédent ».

    Donc, c’est très très simple. Tu es polygame si tu te maries devant le maire alors que tu es déjà marié. Comme le premier document qui est demandé par la mairie, c’est un acte de naissance, qui porte la mention de l’état matrimonial, il est en pratique impossible d’être polygame en France. Sauf si le maire est de mèche, et qu’il a fermé les yeux, et c’est pour cela que la loi pénale a prévu que, dans ce cas, il part en prison comme toi pour un an.

    Alors, pour savoir si Bernard ou Paulette sont polygames, pas besoin d’une enquête très compliquée. Pas comme pour la rumeur : il ne sera pas besoin de mobiliser le boss du contre-espionnage. Une vérification à l’état-civil de Bernard et de Paulette. Et un « mariage religieux », si tant est que cela soit établi, ce qui n’est pas le cas ? Mais, diable républicain, le mariage religieux n’a pas force de loi, calmez vous !  Et pourquoi ? Justement, parce qu’il est religieux.

    Donc, c’est plouf ! Brice et Eric ont parlé pour rien, pour rien de rien du tout. Et attention ! La polygamie est en France une infraction pénale. Or, imputer à Bernard ou Paulette d’avoir commis une infraction alors qu’ils sont innocents constitue à son tour l’infraction pénale de diffamation. J’en connais un qui doit avoir des démangeaisons du côté de la citation directe en correctionnelle.2nigaudscontredrjekyllaff.jpg

    Après, Brice et Eric viennent nous dire « retrait de la nationalité ». Et de prendre à nouveau l’air instruit et un peu mystérieux qui leur va si bien. Alors que la réponse est tout aussi simple.

    Lisons l’article 25 du Code civil.

    « L'individu qui a acquis la qualité de Français peut, par décret pris après avis conforme du Conseil d'Etat, être déchu de la nationalité française, sauf si la déchéance a pour résultat de le rendre apatride :

    « 1° S'il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou pour un crime ou un délit constituant un acte de terrorisme ;

    « 2° S'il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit prévu et réprimé par le chapitre II du titre III du livre IV du code pénal ;

    « 3° S'il est condamné pour s'être soustrait aux obligations résultant pour lui du code du service national ;

    « 4° S'il s'est livré au profit d'un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de Français et préjudiciables aux intérêts de la France ».

    On peut éliminer les 1° et 3°. Le 2° aussi, qui concerne les agents publics ayant abusé de leur autorité.  

    Il reste donc le 4° pour nourrir la réflexion profonde de Brice et Eric : Bernard et Paulette se livreraient à la polygamie au profit d'un Etat étranger. Fine analyse pour deux grands nigauds.

    Tout cela est assez consternant.

    comtessedesegurcouv05.jpg
  • Sangatte, "La jungle", et après ?

    2670_le_livre_de_la_jungle_jungle_book_28the29___000218153355_9957.jpgBesson cherche à se faire pardonner l’ADN avec « la jungle », et met ses petits petons dans les marques de Nicolas-le-(presque)-Grand. L'enterrement de l’ADN qui fut béni par Carla, princesse du Cap Nègre, laquelle pétitionnait sec contre l’icelui ADN avant que Séguéla ne réunisse les deux âmes esseulées : « Celui qui a cinquante ans n’a pas viré des afghans de Calais n’a pas réussi sa vie ». Aussi, pour se faire pardonner par les grognards de l’UMP, rien de tel qu'une descente de flics sur « La Jungle », fruit des décisions intempestives de Nicolas-le-(presque)-Grand.

    Hier, Sarko : « J’ai décidé de fermer Sangatte pour mettre fin aux trafics des mafieux, qui les méchants prospèrent sur la misère des Afghans, et ce à cause des vilains britanniques offrent du travail aux immigrés, mais refusent les accords de Schengen ».

    Aujourd’hui, Besson : « J’ai décidé de fermer « la Jungle » pour mettre fin aux trafics des mafieux, qui les méchants prospèrent sur la misère des Afghans, et ce à cause des vilains britanniques offrent du travail aux immigrés, mais refusent les accords de Schengen ».090313_diapo_box_office_5.jpg

    Demain, un autre soldat de l’UMP : « J’ai décidé de fermer « ma gueule » pour mettre fin aux trafics des mafieux, qui les méchants prospèrent sur la misère des Afghans, et ce à cause des vilains britanniques offrent du travail aux immigrés, mais refusent les accords de Schengen ».

    Stop. Ras-le-Bol. Ils se foutent de nous. Pas les afghans, très majoritaires à Calais, qui misent toute leur vie sur un travail hypothétique chez les british. Non, se foutent de nous les petits mecs à costume bleu marine qui plastronnent devant des grands mecs à costume bleu marine, mais pas le même couturier.

    Le problème est très simple. Les british sont prêts à donner du travail aux immigrés, car la société est assez inégalitaire pour que ce soit rentable. Mais comme la Grande-Bretagne refuse, ce qui est scandaleux – honte à Blair et à Gordon, les héros du socialisme décomplexé – les accords de Schengen, elle oppose que les étrangers relèvent aux termes des accords de Dublin, du contrôle dans le premier pays dont la frontière a été franchie. Ceci en haussant le menton, et en laissant passer ceux qui trouvent assez de fric pour franchir la Manche. Bref, le problème ne se résoudra pas de sitôt, et comme aucune solution n’est proposée, à part les belles images destinées à remonter le moral aux troupes de l’UMP, les étrangers chercheront un nouveau point de repère.

    le_livre_de_la_jungle.52663.jpgL'abbé Jean-Pierre Boutoille, porte-parole du collectif d'aide aux migrants C'sur (Collectif de soutien d'urgence aux réfugiés), le premiier secourrs des migrants de Calais, interrogé par Libération, me parait très lucide.

    « Le ministre de l'Immigration et de l'Intégration nationale Eric Besson justifie l'opération en expliquant que c'était indispensable pour lutter contre les passeurs. L'argument est valable?

    « Non, ça ne tient pas, pour la simple raison que les passeurs ne sont pas dans la jungle, ils vont dans les squats à d'autres endroits. Cette opération n'est qu'un coup médiatique pour dire «regardez, l'Etat fait quelque chose». Mais sur le fond, c'est un coup d'épée dans l'eau.

    « Que faudrait-il faire pour dénouer la situation?

    « Mener une politique humanitaire plutôt que purement répressive. En particulier, informer les migrants sur le droit d'asile, le retour volontaire... Ce travail a été mené ces derniers mois par le Haut commissariat pour les réfugiés et le secours catholique, avec des résultats puisque depuis mai, à Calais, 180 migrants ont demandé l'asile et 170 le retour volontaire. Il aurait fallu continuer cela. Mais là, la confiance a été cassé avec le gouvernement, il va être difficile de recréer un dialogue. »

    Bon courage, l’abbé.

    le_livre_de_la_jungle_003.jpg
    L'abbé a un coup de déprime
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu