Avertir le modérateur

boutin

  • Madame Christine Boutin, je t'adore

    Madame Christine Boutin, je t’adore. Tu viens de changer ma vie. Comment pourrais-je ne pas t’adorer ?

    Tu étais trop belle, lundi dans la cour de l’Elysée, et tu m’as fait le plus beau des cadeaux : une maison à 15 € par jour. Tu m’as fait… Non, tu nous a fait. Ma petite épouse chérie se joint à moi, mais franchement, elle est trop émue.

    Quinze euros par jour, et nous voici propriétaires. Propriétaires de cœur tout de suite, même si nous ne serons pleinement propriétaires que dans quarante ans. Nous avons bien relu tes communiqués. C’est  parfait. A nous deux nous gagnons 1500 € par mois. En fait nous avons tous les deux des revenus inférieurs au seuil de pauvreté, qui est de 880 € par mois, mais avec deux paies, ça le fait.

     

    Dès demain, nous allons choisir les plans de notre sweet home. Ca sera vite fait, pas de tracas, vu que les plans sont déjà faits. Les 85 m² réglementaires, ce ne sera pas le vrai palace, mais ce n’est pas notre genre. Et puis avec nos deux enfants, un peu de proximité concourra à la cohésion de la cellule familiale. Crédit sur 25 ans. A 15 € par jour, soit 450 par mois, soit 5.400 par an, ça donne une valeur de la maison d’environ 100 000 €. Le luxe…

    Pour le terrain, 250 m² réglementaires. C’est encore mieux : par la grâce de la loi, nous ne payons rien. Tu appelles ça le portage de crédit. Donc tu piques sur les sous du 1% logement, réservé aux trop pauvres justes bons à rester locataires, et en avant pour le portage. On ne paie pas le terrain tant qu’on paie la maison. Bien sûr, nous devrons prendre la suite : dans vingt cinq ans, un petit crédit sur 13 ou 15 ans, et ce sera plié. Alors que se profilera l’âge de la retraite, ça nous rajeunira.

    Nous sommes passés voir des agences pour le terrain. 250 m² dans les quartiers chics, ça serait beaucoup plus cher que la maison. Mais on nous propose des terrains en banlieue de la banlieue. Notre rêve : la ville à la campagne. Nous serons un peu pionniers, un peu chargés de l’aménagement du territoire : comme c’est excitant. Etre utile à son pays.

    Bon, petit inconvénient : les trajets pour le travail, et nous travaillons tous les eux. Bien obligés pour que le banquier ne  nous pique pas la maison, comme aux US. Mais là-bas, ce sont des sauvages. Voyons le positif : l’essence n’est pas chère, et les voyages c’est aussi l’occasion de rencontres. Et puis, le plaisir d’être propriétaire, ça vaut bien quelques menus efforts.

     

    Question énergie, j’ai rassuré ma petite chérie d’épouse. Je lui ai dit que tu avais certainement prévu, pour ces maisons modernes, la haute qualité environnementale et les énergies renouvelables. Nous voulons transmettre ce patrimoine à nos enfants, et il ne s’agirait pas que dans quarante ans, tout soit à refaire dans la maison. Le développement durable, c’est vraiment l’avenir, Madame Christine Boutin.

    Petit problème, qui n’en est pas un. Notre banlieue de banlieue est totalement sous-équipée : crèche, école, commerces, services, tout est à faire. Je ne me plains pas : quand ce sera fait, ce sera tout neuf.

    J’ai lu l’autre jour dans le journal, qu’il y avait un truc bizarre qui s’appelle le chômage. Ton entreprise ferme, et tu perds ta paie. Sûr que ça coincerait, s’il n’y avait plus qu’une paie. Ils disent n’importe quoi dans les journaux. Le même article disait que pour le nouveau travail, tu devrais accepter loin de chez toi, et moins bien payé, ou on te couperait les allocations chômage. Je suis tranquille, ce n’est pas ton gentil gouvernement qui voterait des lois comme ça !

    Et puis quarante ans, c’est bien. Ca va stimuler notre vie de couple. Tout autour de nous, ça divorce sous prétexte de mésentente. N’importe quoi. Quarante ans de crédit à assurer, ça va aider à l’entente. Pas intérêt de se disperser… Avec ta loi, tu as inventé le mariage à durée déterminée.

    Voilà. Que de bonnes perspectives et qui nous rendent très heureux ! Et cette joie est communicative. Ce matin, je suis allé voir mon banquier, qui va me faire le prêt sur quarante ans. Et bien, tu me croiras ou tu me croiras pas, Madame Christine Boutin, mais mon banquier, quand je lui expliqué, ça l’a rendu joyeux. Très joyeux. Même, il en était mort de rire !

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu