Avertir le modérateur

bush

  • Blair bientôt jugé pour l’Irak,… et après, qui pour la Libye ?

    L’attaque militaire sur l’Irak, menée par Bush et Blair, était illégale car elle ne reposait ni sur une autorisation du Conseil de Sécurité – vu l’absence de menace sur la paix – ni sur la légitime défense. C’était clair depuis le premier jour, d’où le refus de Chirac pour la France, le refus du Conseil de sécurité, et les immenses manifestations à travers le monde. Illégale en son principe, on aurait pu espérer qu’elle respecte le droit dans sa conduite… Or, cette guerre a été l’occasion de graves crimes de guerre : non-respect de la distinction des objectifs civils et militaires, disproportion dans les attaques, torture, exécutions sommaires, dont celle du chef de l’Etat, Saddam Hussein. Ajoutons la déstabilisation de toute une région en libérant les forces du terrorisme.

    Les mensonges et les dissimulations n’ont qu’un temps, et la loi est là pour s’occuper des criminels. Dès 2009, l’évidence des violations du droit international étaient telle que Gordon Brown, alors premier ministre, avait dû se résoudre à… nommer une commission d’enquête parlementaire, la commission Chilcot, du nom de Sir John Chilcot qui la préside. On parle du dépôt du rapport en juin 2016… Beaucoup de temps perdu, alors qu’il aurait été si simple d’ouvrir d’emblée une information judiciaire… Mais l’essentiel est que ça progresse. Au passage, rien du côté des Etats-Unis, le pays des amours fulgurants du droit et de la violence armée.

    Après le rapport, il faudra s’attendre à un procès pénal, comme le prévoit Corbyn, car toutes ces violations graves du droit sont sanctionnées par la loi. Une issue assez inévitable, qui a amené Blair à tenter une petite manœuvre par des excuses de pacotille.

    Et comme me le faisait remarquer hier soir un vieux professeur de droit international, après une ripaille dans l’un des meilleurs restaurants italiens de Lyon, cette affaire permettra peut-être d’ouvrir enfin un débat judiciaire sur les responsabilités des chefs d’Etat dans l’affaire libyenne… tant il est évident que le mandat initialement donné par le Conseil de sécurité a été forcé, et que ni la France, ni la Grande-Bretagne n’avaient pour mission le renversement du régime ou la mort de Mouammar Kadhafi. A suivre...

    Revenons à la guerre d’Irak. Six ans pour remettre le rapport, c’est du délire, et Peter Oborne, un journaliste réputé, a effectué sa propre analyse, publiée ce 29 octobre dans le Daily Mail. Clair, net et précis. (Je reproduis le texte en anglais, désolé pour ceux qui ne lise cette langue).

     

    Tony-Blair-and-George-Bus-010.jpg

     

    Question 1

    Was the information presented by the then Labour government on Saddam Hussein’s so-called ‘weapons of mass destruction’ and other matters that led Tony Blair to take Britain to war in 2003, a reflection of the true facts?

     

    Earlier official reports into the invasion of Iraq have cleared Blair from the charge that he had misled Parliament or twisted the evidence.

    However, there is devastating evidence proving that as prime minister he deceived the House of Commons and the British people over the threat from Saddam.

    The most powerful testimony of all was provided by Dr Hans Blix, Chief Weapons Inspector for the United Nations at the time of the build-up to the Iraq War.

    He described to us how some of Blair’s claims about ‘weapons of mass destruction’ (WMD) in his famous ‘dodgy’ dossier of September 2002, were based on ‘a misrepresentation’.

    The dossier followed Blair’s press adviser Alastair Campbell prevailing on his friend, the intelligence chief John Scarlett, to strengthen the language in the document so that the suggestion that the Iraqis might be able to deploy missiles within 45 minutes was changed to ‘are able’.

    Speaking to us from his native Sweden, Blix said: ‘The big difference in the British dossier was that they simply asserted that these items are there. But when Mr Blair asserts that there were weapons, well, that’s an assertion and it was not supported by evidence.

    ‘Both the UK and the U.S. replaced question marks with exclamation marks. I certainly think it was a misrepresentation.’

    Dr Blix went on to say that Blair’s deception of the British people was not confined to the notorious 2002 dossier. He says Blair also misled Parliament in his key, eve-of-invasion speech in March 2003 before MPs voted on the issue.

    The respected weapons expert challenged Blair’s claims that Saddam possessed up to 1,000 shells and bombs filled with mustard gas.

    He said his UN team had only ‘cited them as unaccounted for’, while Blair ‘implied that they existed’.

    Dr Blix continued: ‘We had explained in our report that the Iraqis had told us that most [weapons] had been destroyed in 1991 and that there were also inaccuracies in their calculation of how much they’d had, and I think that was a plausible explanation.

    ‘There was no trace of that, if I remember rightly, in Mr Blair’s statement in Parliament.’

    Dr Blix also questioned whether MPs would have voted for British troops to invade Iraq if they had known the truth. He said the Blair government’s claims were ‘not really sustainable’.

    Shaken by the force of his testimony, I asked whether he thought Blair had misrepresented the truth and had lied to Parliament in order to make the case for an illegal war.

    Dr Blix paused. Then came this devastating response: ‘Well, I’m a diplomat, so I’m not using such . . . such words, but in substance, yes, they misrepresented what we [the UN inspection team] did and they did so in order to get the authorisation that they shouldn’t have had.’

    We had this assertion that Blair misled the British people over intelligence reports concerning the existence of WMD corroborated by a key British diplomat.

    Carne Ross was Britain’s foremost expert on Iraq at the United Nations, handling British relations with the weapons inspectors and the Iraqi government in the run-up to war.

    He told us he was ‘intimately involved’ with the dossier on WMD. Speaking from his office in New York, Ross said that ‘in draft after draft, the evidence was massaged to say things that it didn’t really justify . . . What I saw was that we were suddenly making claims for which I didn’t think we had any justification — for which I hadn’t seen any evidence.’

    We have also discovered that Blair’s No 10 team even went so far as to traduce the then French President, Jacques Chirac.

    They tried to set him up as a public hate figure among those who wanted Iraq invaded.

    Sir Stephen Wall, Downing Street adviser on European affairs at the time, told us that Blair and Alastair Campbell agreed to brief the pro-war Sun newspaper into publishing a story that Chirac ‘had made it clear that in no circumstances was he prepared to go to war against Saddam Hussein’.

    The truth, though, was that Chirac had not completely ruled out backing the resolution (which could not be passed without the agreement of the French). Instead, he had only ruled it out for the time being.

     

    Conclusion

    Blair misled the British people about the threat from Saddam.

     

    Question 2

    Did the invasion of Iraq increase the threat to Britain from Al Qaeda?

     

    This question is central to Chilcot’s investigation as the case for going to war depended in part on the claim that an invasion would actually reduce the threat.

    For, if not removed, it was feared that Saddam might easily join forces with international terrorists such as Al Qaeda and launch an attack on the West.

    As the invasion of Iraq began in March 2003, Blair told the Commons: ‘Should terrorists obtain these weapons, now being manufactured and traded around the world, the carnage they could inflict to our economies, our security, to world peace would be beyond our most vivid imagination.’

    Who better to explain the truth about possible links between Saddam and Al Qaeda than Baroness Manningham-Buller, who was head of MI5 at the time.

    She told the Chilcot Inquiry that contrary to the claims that, if not tackled, Saddam might link up with Al Qaeda, Downing Street had been told by the intelligence services that an invasion of Iraq would risk increasing the Al Qaeda threat.

    When questioned whether an invasion would increase the overall threat from international terrorism, Baroness Manningham-Butler told Chilcot: ‘Substantially.’

    Indeed, she went on to say that, by 2003, she found it necessary to ask the PM for a ‘doubling of our [MI5] budget’ in order to cope with a sharp increase in the threat from Al Qaeda and international terrorism. As a result, MI5’s budget was doubled because of the increased Al Qaeda threat following the Iraq invasion.

     

    Conclusion

    The evidence that the Al Qaeda threat did increase as a result of the Iraq war is clear and unambiguously proven.

     

    Question 3

    Did Tony Blair enter into a secret agreement with U.S. President George Bush that the UK would support a U.S. invasion come what may?

     

    Circumstantial evidence suggests that Blair did enter into some kind of an arrangement with Bush when he met him at his Texas ranch in April 2002, 11 months before the invasion.

    Several key documents written ahead of this meeting suggest a crucial change in British government policy.

    One was a memo from the PM’s foreign affairs adviser, David Manning, in March 2002, to Blair after Manning’s meeting with Condoleezza Rice, Bush’s National Security Adviser. In the memo, Manning told Blair: ‘I said that you would not budge in your support for regime change, but you had to manage a Press, a Parliament and public opinion that was very different from anything in the States.’

    Only two weeks ago, it emerged that another key White House figure at the time, U.S. Secretary of State Colin Powell, had written to Bush in similar terms, saying that ‘on Iraq, Blair will be with us should military operations be necessary’.

    The memos by Colin Powell and David Manning definitely hint at some kind of private deal because the British people certainly were assured that any war with Iraq was not about regime change but about getting rid of WMDs.

    However, I concede that the wording in both memos is consistent with Blair’s repeated public statements that he was ready to disarm Saddam by force only if peaceful means did not work and the Iraqi leader couldn’t be persuaded by the United Nations to give in.

     

    Conclusion

    There is no hard evidence that Blair had pledged to go to war at all costs. The memos by Colin Powell and David Manning were consistent with Blair’s public statements that he would disarm Iraq by force only if Saddam could not be made to disarm by peaceful means.

     

    Question 4

    Was the war legal?

     

    All 27 lawyers at the Foreign Office at the time agreed that the war was illegal without a second resolution from the UN Security Council authorising the invasion.

    Confidential documents released to Chilcot show that Sir Michael Wood, the most senior lawyer at the Foreign Office, warned Foreign Secretary Jack Straw and his aides, on numerous occasions, that this was the case.

    In an admirable act of principle, one Foreign Office lawyer, Elizabeth Wilmshurst, resigned when her advice was ignored.

    Later, it was revealed that she had said she could not agree with the decision to go to war ‘in circumstances which are so detrimental to the international order and the rule of law’.

    Carne Ross, a key British diplomat at the UN ahead of the war, also explained to us how Britain failed to get the required UN resolution, which would have made the war legal.

    ‘The UK attempted to introduce a resolution at the Security Council explicitly endorsing military action against Iraq and it failed to get that resolution... and in my book, if you try to get the Security Council to give you authority to do something and it doesn’t give you that authority, then you don’t have authority.

    ‘You can’t then claim that, in fact, all the resolutions from 12 years ago [relating to the previous Iraq War], give you that authority. That’s nonsense.’

     

    Conclusion: It is clear that the invasion of Iraq was illegal under international law.

     

    The damning verdict

     

    Certainly, the war was illegal. Also, there’s no doubt that Tony Blair misrepresented the facts in order to sell the war to the House of Commons and the British people.

    I am convinced, too, that the war greatly increased the threat of international terrorism to Britain.

    But there is no hard evidence Tony Blair entered into any secret deal in blood with George Bush ahead of the war, as some have claimed.

    The delay in publishing the official inquiry is inexcusable, particularly considering Britain is under pressure to send forces into Syria.

     

    Never has the need to learn the lessons of Iraq been more urgent, and yet we still await the Chilcot Inquiry, a shameful seven years after the last British soldier left Iraq.

    George-Bush_2225806b.jpg

  • Jeb Bush, le cartel de la drogue mexicain et le « libre échange » : La famille Bush et le crime organisé, par Michel Chossudovsky

    Jeb Bush est candidat à la présidence des États-Unis. C’est le frère de George W. et le fils de George H. W. Bush. Mais il y a plus encore. Jeb Bush a également eu des liens personnels étroits avec Raúl Salinas de Gortari, frère de l’ancien président mexicain Carlos Salinas de Gortari. Dans les années 1990, Raúl le « baron de la drogue », comme l’a appelé la procureure fédérale de la Suisse Carla del Ponte, était l’une des figures principales du cartel contre la drogue mexicaine.

    Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de “Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre”, “La Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial” (best-seller international publié en plus de 10 langues). Contact crgeditor@yahoo.com

    bfee02lg.gif

     

    1/ Des amis…

    Avant de devenir gouverneur du Sunshine State (la Floride), Jeb Bush était un ami proche de Raúl Salinas de Gortiari.

    « Il y a eu beaucoup de spéculation au Mexique à propos de la nature exacte de la profonde amitié entre Raúl Salinas et Jeb, le fils de l’ex-président George Bush. Il est bien connu ici que pendant de nombreuses années, les deux familles passaient leurs vacances ensemble, les Salinas à la maison de Jeb Bush à Miami, et les Bush au ranch de Raúl, Las Mendocinas, au pied du volcan à Puebla. »

    « Ils sont nombreux au Mexique à croire que la relation est devenue la voie informelle des relations délicates et cruciales entre les deux gouvernements, qui ont amené le président Bush à parrainer l’ALENA. » (Jorge G. Castañeda, éminent intellectuel et ancien ministre des Affaires étrangères du Mexique, Los Angeles Times et Houston Chronicle, 9 mars 1995).

    Les liens personnels entre les familles Bush et Salinas étaient de notoriété publique. L’ex-président George H. W. Bush, lorsqu’il travaillait dans le secteur du pétrole au Texas dans les années 1970, avait établi des liens personnels étroits avec Carlos Salinas et son père, Raúl Salinas Lozano. 

    Raúl Salinas Lozano était le patriarche de la famille, père de Carlos et de Raúl Junior. D’après l’ancien secrétaire particulier de Raúl Salinas Lozano, dans une déclaration faite aux autorités étasuniennes :

    « M. Salinas Lozano était une figure de proue du trafic de stupéfiants qui impliquait aussi son fils, Raúl Salinas de Gortari, son beau-fils, Jose Francisco Ruiz Massieu, numéro 2 du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) alors au pouvoir, et d’autres responsables politiques, selon les documents. M. Ruiz Massieu a été assassiné en 1994. » (Dallas Morning News, 26 février 1997).

    L’ex-président George H. W. Bush et Raúl Salinas Lozano étaient des « intimo amigos ». D’après l’ancien responsable de la Drug Enforcement Administration (DEA) Michael Levine, le cartel de la drogue mexicain était « une affaire de famille ». Carlos et Raúl étaient tous les deux des membres en vue du cartel, ce que savait l’Attorney General des USA Edward Meese en 1987, soit un an avant l’investiture de Carlos Salinas comme président du Mexique.

    Avec l’investiture de Carlos Salinas comme président, c’est tout l’appareil de l’État mexicain qui s’est criminalisé, des membres du cartel s’accaparant des postes clés au sein du gouvernement. Le ministre du Commerce responsable des négociations commerciales qui ont mené à la signature de l’ALENA était Raúl Salinas Lozano, père de Raúl Junior le baron de la drogue et de Carlos le président. C’est précisément durant cette période que le gouvernement Salinas s’est lancé dans un programme de privatisation radical sous les conseils du FMI. Le programme de privatisation s’est transformé par la suite en une opération de blanchiment de milliards de dollars. Des narcodollars ont alors été investis dans l’acquisition de biens de l’État et de services publics.

    Dans son témoignage devant le Congrès des USA (le 14 avril 1994), Richard Barnet du Institute for Policy Studies a affirmé que « des milliards de dollars d’actifs de l’État sont passés aux mains de partisans et de relations. » (Dallas Morning News, 11 août 1994).

    En faisait partie la vente de Telefonos de Mexico, une société évaluée à 3,9 milliards de dollars qu’une relation des Salinas a achetée pour la modique somme de 400 millions de dollars (ibid).

    Raúl Salinas était derrière le programme de privatisation. On l’appelait d’ailleurs « El Señor 10 por Ciento [Monsieur 10 pour cent], en référence à la part qu’il exigeait des soumissions proposées par ses connaissances en échange de son aide pour l’obtention d’entreprises, de concessions et de contrats [dans le cadre du programme de privatisation parrainé par le FMI]. » (The News, InfoLatina, Mexique, 10 octobre 1997)

     

    maxresdefault (1).jpg

     

    2/ L’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA)

    Raúl Salinas de Gortari est le frère de l’ex-président Carlos Salinas de Gortiari, le cosignataire de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) en décembre 1992, avec le président des USA George H. W. Bush et le premier ministre du Canada Brian Mulroney. Le plus ironique, ce n’est qu’une fois conclu cet accord historique que les liens de la famille de Carlos Salinas avec le trafic de stupéfiants par les soins de son frère Raúl ont été révélés.

    L’administration de George H. W. Bush senior était pleinement consciente des liens avec le crime organisé pendant la présidence de Salinas. L’opinion publique aux USA et au Canada n’en a jamais été informée pour ne pas compromettre la signature de l’ALENA : « D’autres anciens représentants disent avoir subi des pressions pour se tenir cois parce que Washington était obsédé par l’approbation de l’ALENA ».

    « Nous avons toujours disposé de renseignements sur la corruption, notamment celle exercée par les trafiquants de drogue », a dévoilé Phil Jordan, qui a dirigé le bureau de Dallas de la DEA de 1984 à 1994. Sauf que « nous avions reçu l’instruction de ne rien dire de mal sur le Mexique. C’était un sujet tabou parce que l’ALENA était un ballon politique trop important. » (Dallas Morning News, 26 février 1997). Autrement dit, au moment de la signature de l’ALENA, Bush Senior et Mulroney savaient tous les deux que l’autre signataire de l’accord, soit le président Salinas de Gortiari, avait des liens avec le cartel de la drogue mexicain.

    En 1995, au lendemain du scandale et de l’arrestation de son frère Raúl pour meurtre, Carlos Salinas a quitté le Mexique pour élire domicile à Dublin. Ses liens présumés avec le cartel de la drogue ne l’ont pas empêché d’être nommé au conseil d’administration de la Dow Jones Company sur Wall Street, un poste qu’il a occupé jusqu’en 1997 :

    « Salinas, qui a quitté le Mexique en mars 1995 après que son frère Raúl a été accusé d’avoir commandité le meurtre d’un opposant politique, a siégé au conseil d’administration de la société pendant deux ans. Il a été interrogé l’an dernier à Dublin par un procureur mexicain faisant enquête sur le meurtre, en mars 1994, de Luis Donaldo Colosio, qui voulait succéder à Salinas comme président. Un porte-parole de Dow Jones a nié la semaine dernière que Salinas a été contraint de ne pas présenter sa candidature à l’élection de son nouveau conseil d’administration, qui aura lieu à l’assemblée générale de la société le 16 avril (…). Salinas, qui a négocié l’entrée du Mexique dans l’accord de libre échanger avec les États-Unis et le Canada, a été nommé au conseil d’administration en raison de son expérience internationale. On n’a pu le rejoindre à sa résidence de Dublin la semaine dernière pour obtenir ses commentaires. » (Sunday Times, Londres, 30 mars 1997).

    Washington a toujours nié toute implication de Carlos Salinas : « C’était son frère Raúl », Carlos Salinas « ne savait rien ». Les médias étasuniens ont continué de dépeindre Salinas comme un chef d’État modèle, un architecte du libre-échange dans les Amériques et un ami de la famille Bush.

    En octobre 1998, le gouvernement suisse a confirmé que le frère de l’ex-président du Mexique avait déposé quelque 100 millions de dollars de l’argent de la drogue dans des banques suisses : « Elles [les autorités suisses] ont confisqué l’argent, car elles croient qu’il s’agissait d’une partie d’un montant beaucoup plus important versé à Raúl Salinas pour son aide aux cartels de la drogue mexicain et colombien pendant les six ans du mandat de son frère, qui a pris fin en 1994. Les avocats de M. Salinas ont soutenu qu’il maintenait en toute légalité un fonds d’investissement pour les gens d’affaires mexicains, mais la procureure fédérale suisse, Carla del Ponte, a décrit ses relations d’affaires de troublantes, d’incompréhensibles et de contraires au cours normal des affaires. » (Reportage de la BBC)

    Quelques mois plus tard, soit en janvier 1999, après un procès de quatre ans, Raúl Salinas de Gortari (à gauche) a été reconnu coupable d’avoir ordonné le meurtre de son beau-frère, Jose Francisco Ruiz Massieu :

    « Lorsque [Carlos] Salinas a quitté le pouvoir en 1994, la famille Salinas est tombée de son piédestal à la suite d’une série de scandales de corruption et à caractère criminel liés à la drogue. Raúl a été incarcéré et reconnu coupable d’avoir blanchi de l’argent et commandité l’assassinat de son beau-frère. Après dix ans passés en prison, Raúl a été acquitté des deux crimes (…).

    « Quand le scandale a été dévoilé, les liens d’amitié entre Jeb et Raúl ne sont pas passés inaperçus. Jeb n’a jamais nié son amitié avec Raúl, qui [pour l’instant] garde un profil bas au Mexique.

    « Kristy Campbell, la porte-parole de Bush, n’a pas répondu à une demande de commentaires. La chute de la famille Salinas a pris les Bush par surprise. “J’ai été très déçu des allégations à son endroit et à l’endroit de sa famille. Je n’ai jamais eu la moindre bribe d’information laissant croire que le président Salinas n’était pas totalement honnête”, m’a confié Bush senior pendant l’entrevue de 1997. » (Dolia Estevez, Jeb Bush’s Mexican Connections, Forbes, 7 avril 2015).

     

    bush-crime-family.jpg

     

    3/ La chute de la famille Salinas 

    La chute de la famille Salinas aurait donc pris les Bush par surprise ? (Forbes, avril 2015)

    Pas si vite ; les Bush ont toujours su ce qu’ils faisaient. L’ancien responsable de la DEA Michael Levine a confirmé que le rôle de Carlos Salinas dans le cartel de la drogue mexicain était connu des responsables étasuniens. Le président des USA George H. W. Bush était régulièrement informé par des représentants du Département de la Justice, de la CIA et de la DEA.

    Est-ce que Jeb Bush, qui se présente maintenant comme candidat du parti Républicain à la Maison-Blanche, était au courant des liens de Raúl avec le cartel de la drogue?

    La famille Bush était-elle complice d’une manière ou d’une autre?

    Voici là des questions qui doivent être abordées et débattues par le public à la grandeur des États-Unis avant les élections primaires présidentielles de 2016.

    Dans un article publié par le Miami Herald (17 février 1997), Andres Openheimer écrivait ceci :

    « des témoins disent que l’ancien président du Mexique Carlos Salinas de Gortari, son frère incarcéré Raúl et d’autres membres de l’élite dirigeante du pays ont rencontré le seigneur de la drogue Juan Garcia Abrego dans un ranch de la famille Salinas; Jeb Bush admet avoir rencontré Raúl Salinas plusieurs fois, mais qu’il n’a jamais fait des affaires avec lui. »

    Les autorités étasuniennes ont attendu que Carlos Salinas termine son mandat présidentiel pour arrêter le seigneur de la drogue mexicain Juan Garcia Abrego, qui était un proche collaborateur de Raúl Salinas, le frère du président. Pour sa part, Raúl Salinas était un « intimo amigo » de Jeb Bush :

    « Juan Garcia Abrego, un fugitif figurant sur la liste des personnes les plus recherchées par le FBI, a été transporté en avion à Houston en fin de journée lundi, à la suite de son arrestation par la police mexicaine (…). Garcia Abrego, connu pour être le chef du second cartel de la drogue en importance du Mexique, avait échappé aux autorités des deux côtés de la frontière pendant des années. Son arrestation est une énorme victoire pour les gouvernements des USA et du Mexique. » (CNN, 16 janvier 2015)

    Mais les choses ne s’arrêtent pas là. Pendant que les Bush et les Salinas maintenaient leurs liens de longue date, Wall Street aussi était impliqué dans le blanchiment d’argent de la drogue :

    « Un responsable étasunien a affirmé que le Département de la Justice a fait d’énormes progrès dans son enquête sur le blanchiment d’argent mettant en cause Raúl Salinas de Gortari et qu’il a identifié plusieurs personnes pouvant témoigner que le frère de l’ex-président a reçu de l’argent en échange de protection d’un des principaux cartels de la drogue. 

    « Si les USA inculpaient M. Salinas, cela pourrait avoir des conséquences sur une enquête du Département de la Justice au sujet du blanchiment d’argent possible par la Citibank, où se trouvaient certains des comptes de M. Salinas. Citibank, qui fait partie de Citicorp , a nié avoir commis un quelconque délit. » (WSW, 23 avril 2015)

    La participation de Citibank dans l’opération de blanchiment d’argent est mentionnée dans un rapport du Comité sur les Affaires gouvernementales du Sénat des USA. (US General Accounting Office  “Private Banking: Raúl Salinas, Citibank, and Alleged Money Laundering” Washington, 1998).

     

    Jeb Bush and the Mexican Drug Cartel.jpg

     

    4/ La fin de l’histoire

    Raúl Salinas de Gortiari a été remis en liberté en 2005. Toutes les accusations portées contre lui ont été retirées.Tout ce qui se rapporte aux Bush et aux Salinas est largement oublié.Entre-temps, on réécrit l’histoire politique des USA…

    Il n’en demeure pas moins que cet accord de « libre échange » de 1992 (l’ALENA) a été signé par un chef d’État qui avait des liens avec le crime organisé. Est-ce que cela en fait un accord illégal ? La légitimité de l’ALENA n’a pas encore fait pour l’instant l’objet d’une procédure légale dans le cadre d’une enquête judiciaire.

    Un « ALENA illégal » prépare le terrain pour l’Accord de partenariat transpacifique (TPP) et le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), qui se négocient derrière des portes closes.

    Tout va pour le mieux dans la République étasunienne.Du moins jusqu’aux prochaines élections présidentielles en 2016.

    Michel Chossudovsky

     *   *   *

    Cet article est en partie basé sur une étude menée en 2002. L’article original de 2002 s’intitule « Bush Family Financial Scams »

    Article original en anglais : Jeb Bush, the Mexican Drug Cartel and “Free Trade”. The Bush Family and Organized Crime, publié le 12 mai 2015

    Traduit par Daniel pour Mondialisation.ca

  • Cameron : Une magnifique victoire… proche du précipice ?

    La victoire de Cameron est d’autant plus belle que tout le monde, bien préparé par les sondages, se préparait à un match dans un mouchoir, avec le poisseux jeu des coalitions. Quoiqu’il en soit, le résultat a été inespéré : les Conservateurs trouvent aux Communes une majorité absolue, leur permettant de se délester des Libéraux, de fervents pro-européens. Cameron a organisé un cabinet monocolore – une première depuis 1992 – et s’est dépêché dans les médias pour dire qu’il avait, enfin, les mains libres pour appliquer son programme, à commencer par le référendum sur l’Europe pour 2016. Dans le même temps, Ed Miliband démissionne, laissant les Travaillistes dans la tourmente.

    United_Kingdom_labelled_map.png

    unitking.gif


    Belle victoire…, incontestable grande victoire pour Cameron, mais où va le pays ? Et quel pays ? Et que va faire Cameron ?

    L’Ecosse vers l’indépendance ?

    Le fait majeur du scrutin s’est joué en Ecosse. Ce pays du Nord, traditionnellement terre travailliste, a basculé pour l’indépendance. Le Parti National Ecossais (SNP) a laminé les Travaillistes, avec 55% des voix, et du fait du mode de scrutin – majoritaire à un tour – le SNP passe de 6 sièges à 56, sur les 59 de députés écossais. En Ecosse, Cameron n’a aucun poids : à peine 15% des électeurs. Fin de partie… Ce vote écossais change tout, car il marque une volonté nette, signe la défaite des Travaillistes, et crée une grande ambiguïté sur la victoire de Cameron.  Et oui, une victoire qui ouvre sur l’éclatement du Royaume Uni ?... Cameron, le Premier ministre qui a permis la ruine de la maison royale ?

    Regardez l’évolution. L’idée d’une indépendance de l’Ecosse n’est pas une lubie. L’Ecosse a une très forte identité – géographique, historique économique, sociale – et maintenant politique. Il y a quelques mois, en septembre, Cameron avait dû organiser le référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, qui avait été rejeté avec 55% de contre. Quelques mois plus tard, le résultat est inversé : 55 % pour le SNP. Un miracle ? Non, le prix des salades de Cameron… Pour éviter l’indépendance, il avait tout promis pour une vraie autonomie, mais ne sont venues que des mesurettes, de quoi mécontenter tout le monde : les Ecossais n’ont pas trouvé leur compte, et les tenants du pouvoir central – ses principaux soutiens – se sont raidis, obligeant Cameron à dire qu’il ferait tout contre l’indépendance. Aussi, la victoire du SNP, qui a zigouillé les Travaillistes, est un défi pour Cameron, mais surtout pour le Royaume. Avec 56 députés sur 59, et une mandature devant soi, on a passé un cap sans doute irréversible. Cameron a-t-il les forces suffisantes, alors qu’il n’a plus de prise sur les élus écossais ? Et pour présenter quel projet ? Peut-on satisfaire les Ecossais, et les centralisateurs ? Après les belles paroles de l’automne 2014, quelle crédibilité pour Cameron ?

    Cassure sociale et politique

    Si le grand Nord, l’Ecosse, a abandonné les Travaillistes, ceux-ci gardent leurs bastions dans le Nord de l’Angleterre – Newcastle, Liverpool, Manchester, Leeds, Nottingham Birmingham, Cardiff – et dans les grandes zones urbaines de l’agglomération londonienne Le pouvoir politique libéral butte sur la réindustrialisation. Un clivage social et politique net, et qui montre deux Angleterre. Ce constat lui aussi est inquiétant pour le pays, et Cameron l’occulte, comme si cette cassure sociale n’était pas son problème, et devait se résoudre par la magie de l’économie des services. Or, sur ce terreau, s’enracine le FN du coin, l’UKIP, xénophobe et anti-européen : 12,6% des voix, dans ce régime électoral à un tour, qui lamine les petits partis. 12,6% et un seul siège, mais dans un référendum sur l’Europe, ces votes compteront comme les autres, et prendront de l’ampleur…

    Et ce référendum sur l’Europe ?

    Là, c’est l’ambigüité suprême de Cameron, qui a surfé sur le sentiment anti-européen, et s’est engagé à tenir ce référendum, ce alors que les forces dirigeantes du Royaume-Uni, qui tiennent l’économie, sont hostiles à la cassure européenne – le  Brexit – qui les ruinerait. Et Cameron lui-même souhaite discuter d’aménagements avec l’Europe, ce fait le peu europhile Royaume-Uni depuis toujours, mais il n’envisage pas de sortie de l’Europe. C’est dire qu’il va devoir faire campagne contre le référendum qu’il organise, avec un risque XXL de crash collision. Son jeu est un bel exercice de conduite sur le verglas par une nuit de brouillard. Il espère en un an obtenir suffisamment d’aménagements de l’Union Européenne pour pouvoir expliquer aux électeurs anti-européens qu’il a chauffé à blanc : « voilà les amis, j’ai obtenu tellement de concessions, qu’il faut rejeter le référendum que j’ai organisé ».

    - Tu veux dire que Cameron le glorieux politique sera sans doute dans une paire d’années une main devant, et une main derrière, avec un Royaume éclaté, et une Angleterre rompant avec l’Europe ? 

    - Oui, c’est exactement ça.  

    Pour le ministère de la Justice, Cameron a nommé Michael Gove, un semi dingue partisan du retour de la peine de mort, et par pendaison.  Gove est chargé de faire voter une loi qui refusera l’autorité des arrêts de la CEDH. Une manœuvre  de héros de bac-à-sable, destinée à enfumer l’opinion, alors que, restant signataire de la Convention européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme, le Royaume-(dés)uni a pris l’engagement de respecter les arrêts de la CEDH. La franchise serait donc simple : retirer sa signature de la Convention européenne, et prendre ainsi un statut genre Corée-du-Nord : maître chez soi, et pas de garantie internationale des droits. Mais ce fourbe de Cameron préfère faire joujou avec ce dindon europhobe, pour berner l’opinion. Jusqu’à quand ?

    Finalement, la grande chance de Cameron est qu’il a pour « opposition » une fausse Gauche de luxe, incapable de rompre le système. Cameron peut dire merci au père intellectuel de cette Gauche des reniements, pleine d’avenir en Europe, Tony Blair. 

    100903_blair_bush_ap_605.jpg

    364777_Blair-Bush.jpg

    Deux sauvages, qui ont tué la politique

    Vu les ravages causés, leur place est devant un tribunal, puis en prison

  • Regroupement des détenus radicalisés : De l’enfumage post-bushien

    Dans l’hystérie post-bushienne de la « guerre contre le terrorisme », la France est devenue l’élève modèle : dans la mesure où Bush s’est planté de A à Z, il est urgent de faire comme lui. Perso, j’approuve, car tout ce qui peut permettre de nous débarrasser de cette bande de crétins est bon à prendre.

    Dans ce joyeux délire collectif, nos instruits ont trouvé le graal de la connerie islamophobe : la radicalisation se fait en prison. Bien sûr, aucune étude factuelle, l’imprécation suffit… puisqu’il ne s’agit pas de gérer un problème mais de maintenir un climat de peur dans la population, espérant que cela jouera comme un anesthésiant des difficultés économiques et sociales.

    Comme le gouvernement a décrété que la radicalisation se fait en prison, on va isoler les radicaux, et le problème sera réglé. Ça tombe bien, car les experts ont mis au point un dosage sanguin qui, mis en péréquation avec la glomurisation de la membrane perchée, permet de déterminer le taux de radicalisation. Ouf, la République est sauvée.

    On se calme. L’Observatoire International des Prisons (OIP) s’est procuré un rapport de l’Inspection des services pénitentiaires du 27 janvier 2015, qui fait le bilan de l’expérimentation menée au centre pénitentiaire de Fresnes. En deux mots, c’est un échec net et franc. Motif tout trouvé pour que le « gouvernement » décide de généraliser la mesure. Voici l’article de l’OIP.

    02bush-600b.jpg

    *   *   *

    « Un choix peu argumenté et préparé », « une utilisation des outils de détection et de suivi peu probante », « des résultats contrastés au regard des objectifs recherchés »… Les inspecteurs qui se sont rendus à Fresnes les 14 et 21 janvier n’ont pas semblé convaincus par l’expérimentation d’une « unité de prévention du prosélytisme ». De quoi confirmer le caractère précipité de l’annonce du Premier ministre le 13 janvier, puis de la garde des Sceaux le 3 février, de créer cinq quartiers dédiés aux personnes détenues radicalisées « sur la base de l’expérimentation menée à Fresnes », en passe d’être « déclinée » dans les maisons d’arrêt de Fleury-Mérogis et d’Osny.

    Un dispositif impensé…

    C’est par une note du directeur du 10 octobre 2014 que les responsables de la division concernée sont informés de la création de l’unité, alors que treize détenus y ont déjà été placés. Le chef d’établissement semble avoir réfléchi et décidé seul, n’informant sa hiérarchie (direction interrégionale) que le 23 octobre, et les « partenaires » de la maison d’arrêt, « y compris les responsables du SPIP », « qu’au fur et à mesure de manière plus ou moins exhaustive ».

    Sur quelle base a été décidé qu’un tel regroupement était nécessaire ? « A la logique d’éparpillement qui était la règle jusque-là, s’est substituée une logique de regroupement, sans qu’une analyse particulière de type avantages/inconvénients/bénéfices attendus/faisabilité n’ait été réellement menée et justifie cette nouvelle approche », indique le rapport d’inspection.

    … et inopérant

    Le critère d’affectation dans cette unité est « exclusivement judiciaire », puisqu’il concerne les personnes détenues pour organisation ou participation à « une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte de terrorisme », qui doit s’accompagner de la mention « en lien avec une pratique radicale islamiste » dans le dossier pénal. Si les inspecteurs relèvent que ce critère « présente l’avantage d’être objectif », ils soulignent que des personnes incarcérées pour d’autres faits peuvent se montrer plus « en pointe en matière de radicalisme ».

    Parmi les 22 détenus regroupés au 15 janvier 2015, un seul s’était ainsi fait connaître pour un « incident lié à des faits de prosélytisme (appel à la prière) ». A l’inverse, la mission décrit l’« opposition ferme » d’un autre à adopter les règles de vie des membres du groupe. Déclarant vouloir fumer, « regarder tous les programmes de télévision y compris ceux présentant des images de corps dénudés, écouter tout type de musique », il a dû être changé de cellule à plusieurs reprises.

    Dans le même temps, la découverte dans la cellule de deux détenus écroués pour des faits de droit commun d’un document de 150 pages « évoquant la création de l’Etat islamique » et contenant des photos de Syrie, n’a pas déclenché de dispositif de surveillance ou de suivi spécifique. Il faut dire que l’Inspection relève que les outils d’évaluation (grille d’aide à l’évaluation du risque/degré de radicalisation islamiste) ou de partage d’information (Cahier Electronique de Liaison) ne sont pas ou peu utilisés par les agents.

    Etonnant encore, le choix de ne pas affecter dans l’unité deux personnes détenues répondant au critère judiciaire retenu mais « réputées comme les plus nocives, leur capacité de leadership sur le groupe étant considérée comme un facteur à haut risque ». C’est ainsi que le dispositif conçu pour protéger la détention du prosélytisme ne s’applique pas aux plus… prosélytes.

    Des atteintes aux droits

    Le dispositif a revanche été bien pensé pour ne pas être juridiquement contestable. Le régime de détention dans l’unité est le même qu’ailleurs, aucune séparation avec le reste de l’aile n’a été aménagée, aucune grille ni matériel de sécurité spécifique au sein des cellules intégrés... Les détenus ne sont pas à l’isolement, ils peuvent accéder aux activités et à la salle de musculation. Ils ne sont regroupés entre eux que pour la promenade, l’accès à la bibliothèque, aux activités de culte et de sport en extérieur. Dès lors, ces conditions de détention n’apparaissent pas, selon les inspecteurs, « susceptibles d’être assimilées à une mesure faisant grief » et seraient donc « insusceptibles de recours pour excès de pouvoir devant le juge administratif ».

    Néanmoins, aucun « mécanisme de sortie » de l’unité n’a été prévu. Pour les inspecteurs, la sélection initiale devrait pourtant être « réversible en cas d’erreur manifeste et dès lors que le comportement évolue dans le bon sens ». Le placement dans cette unité laisse en effet craindre des conséquences sur les décisions d’aménagement de peine et les possibilités de réinsertion. Tel un détenu placé dans l’unité deux jours avant l’examen de son dossier par le JAP, alors qu’il était inscrit dans un parcours d’exécution de peine avec une perspective de permission de sortir.

    Le placement à l’unité comporte également pour les proches du détenu l’impossibilité de réserver leur parloir au moyen de la borne électronique disponible. Ils ont l’obligation de « passer par le standard téléphonique sans que l’on en connaisse les raisons et les bénéfices attendus ». Un obstacle de taille, l’OIP ayant constaté à plusieurs reprises l’engorgement de cette ligne et les plus grandes difficultés à obtenir un interlocuteur.

    Quant au droit des détenus à l’exercice de leur culte, les inspecteurs déplorent l’intervention d’un seul aumônier musulman à Fresnes, alors que 1000 personnes y ont suivi le dernier ramadan. Ce qui représente une « offre insuffisante » dont résulte « un vide susceptible de générer des offres parallèles » et de « laisser libre cours à des initiatives incontrôlées ».

    Au final, aucun outil de suivi et d’évaluation de l’expérimentation n’a été mis en place et aucun début de prise en charge particulière n’a accompagné les personnes détenues concernées ». L’Inspection estime donc « impossible d’évaluer objectivement » l’impact de la nouvelle unité. Elle ne rejette pas pour autant l’idée d’un regroupement des détenus radicalisés, mais elle réfute à l’expérimentation de Fresnes le caractère de « modèle à suivre ». Dont acte.

    Bush_codpiece_debbc.jpg

    Le maître à penser du Parti social-libéral français

  • A notre ami Desmond Tutu : Ce qu’il faut faire pour juger Bush et Blair

    irak,cpi,bush,us,blair,grande bretagneNotre toujours jeune ami Desmond Tutu, dans l'Observer d’hier, explique que George Bush et Tony Blair devraient être jugés à La Haye pour les crimes commis lors de la guerre en Irak.

    L'archevêque dit ce que tout le monde sait : Bush et Blair ont inventé le balourd des armes de destruction massive pour renverser Saddam Hussein et le tuer. Ce faisant, ils ont « déstabilisé et polarisé le monde à un degré jamais atteint par aucun autre conflit dans l'histoire ».

    Desmond Tutu rappelle les chiffres : 110.000 irakiens morts depuis 2003 et des millions de personnes déplacées.

    Et l’archevêque conclut : « Rien que pour ces faits, dans un monde cohérent, les responsables de ces souffrances et de ces pertes de vies humaines devraient suivre le même chemin que certains de leurs pairs africains et asiatiques qui ont eu à répondre de leurs actes La Haye ».

    Blair, plus menacé en Grande-Bretagne que Bush dans cette zone de non-droit international  que sont les Etats-Unis, a vite répliqué, affirmant son respect sincère et ému pour le combat  de Tutu contre l'apartheid, pour ausitôt soutenir que Despond Tutu a tout faux, que « toutes les analyses indépendantes ont démontré » que les armes de destruction massive existaient et qu’il était « très moral » d’avoir renversé Saddam Hussein. Quel aveu, et de quel bandit… La justice britannique s'est tournée les pouces sur le sujet, alors Blair fait le malin.

    Je salue au passage le dernier acte héroïque de la politique étrangère française, à savoir le refus de Jacques Chirac de se mêler à cette coalition de criminels.

    Oui, il est bien nécessaire de juger Bush, Blair et Obama, au nom  de la lutte contre l’impunité. Simplement, il va falloir trouver la procédure,… ce qui n’est pas impossible.

    La CPI et non la CIJ

    Il s’agit de juger des responsables politiques à titre personnel, et la seule juridiction susceptible de se prononcer est la Cour Pénale Internationale (CPI), à ne pas confondre avec la Cour Internationale de Justice (CIJ). Toutes les deux siègent à La Haye, mais seule la CPI a une compétence pénale pour juger des personnes.

    irak,cpi,bush,us,blair,grande bretagne

    La CPI peut juger les faits postérieurs à juillet 2002

    … et ça tombe, bien car l’agression des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne date du 20 mars 2003.

    L’Irak peut donner compétence à la CPI à la date de juillet 2002

    Blair n’est pas tranquille car il a fait étudier le Statut de la CPI et il sait que la CPI a potentiellement une double compétence à son encontre.

    D’abord, la Grande-Bretagne a ratifié le Statut, ce qui permet de poursuivre les ressortissants britanniques commettant des crimes de guerre.

    Ensuite, il est possible à l'Irak, en application de l'article 12.3, d’attribuer compétence à la CPI de manière rétroactive, depuis la date d’entrée en vigueur du Statut. Ce point est indiscutable.

    Donc, l’Irak peut, à tout moment, ratifier le Traité ou, s’il le souhaite, se contenter de « donner compétence »  à la CPI par une déclaration rétroactive visant l’article 12.3, et tous les crimes de droit international prévu par le Statut de la CPI commis depuis juillet 2002 pourront être jugés.

    Le crime d’agression

    Ce que reproche surtout Desmond Tutu c’est la décision de ces deux dirigeants bandits d’avoir décidé d’une guerre contre un Etat tiers. Il a raison : c’est le fait le plus grave, car tout en découle.

    C’est le crime d’agression, défini par l’article 8 bis 3 du Statut.

    Le crime d’agression s’entend de la planification, la préparation, le déclenchement ou la commission d’un acte consistant pour un État à employer la force armée contre la souveraineté, l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique d’un autre État.

    Qu’il y ait ou non déclaration de guerre, les actes suivants sont des actes d’agression au regard de la résolution 3314 (XXIX) de l’Assemblée générale des Nations Unies en date du 14 décembre 1974 :

    a) L’invasion ou l’attaque par les forces armées du territoire d’un autre État ;

    b) Le bombardement de ce territoire.

    Donc, c’est pilepoil.

    Petit problème, ce crime n’a été adopté par l’Assemblée des Etats-Parties qu’en Juin 2010, et là, il n’y a pas de compétence rétroactive. Donc, pas possible pour l’Irak.

    Notons au passage que ça pourrait jouer pour les petits nerveux, genre Fabius, Juppé ou Hollande, qui se disent prêts à attaquer la Syrie sans mandat de l’ONU.

    irak,cpi,bush,us,blair,grande bretagne

    Les crimes de guerre

    Restent les autres crimes prévus par le Statut, et la question se pose surtout pour les crimes de guerre. Pour envisager la qualification de crime contre l’humanité, il faudrait prouver, au sens du Statut, la volonté de mener des actions systématiques contre les populations civiles, et nous ne sommes pas à ce niveau de preuve.

    En revanche, pour les crimes de guerre, la matière pénale et les preuves abondent.

    Saisi de maintes dénonciations de faits, le procureur Ocampo, très empressé de ne rien faire qui puisse déranger l’ordre occidental, avait dû reconnaître qu’il y avait bien de quoi enquêter sur des crimes de guerre, pour des faits d’homicides volontaires, de tortures et de traitements inhumains,... mais qu’hélas, la CPI n’avait pas compétence en l’absence d’attribution de compétence par l’Irak. Vous trouverez ci-dessous cette analyse tortueuse, faite sans enquête ni audition des témoins, mais qui finit par lâcher qu’il y a sans doute des crimes de commis.

    Pour que la CPI ait compétence…

    Pour que la CPI ait compétence, il faut une déclaration du gouvernement d’Irak. C’est possible mais pas gagné, car il y a deux obstacles.

    Le premier est politique, et c’est le plus sérieux. Les US, malgré leur soi-disant retrait, sont omniprésents en Irak, et prêts à tous les coups tordus pour défendre leurs intérêts. Pour mémoire, je rappelle que l’Ambassade de US en Irak est la plus grande du monde, avec plus de 10 000 personnes déclarées pour y travailler.

    Le second est juridique. Les dirigeants US et britanniques, comme tous les grands criminels, s’organisent pour échapper à la loi. Aussi, ils font signer aux gouvernements affaiblis des Etats dans lesquels ils commettent leurs forfaits, des accords aux termes desquels ces gouvernements ne porteront pas plainte contre eux.

    Ca s’appelle dealer l’impunité, et devant une juridiction, ce genre d’accord ne vaut rien pour s’opposer à des poursuites pour tortures et traitements inhumains, qui ont été le sort quotidien des patriotes irakiens dans les prisons tenues par des étrangers, Blair, Bush et Obama.

    Conclusion

    Il reste à convaincre le gouvernement irakien de remettre au greffe de la CPI une déclaration visant l’article 12.3 du statut, pour tous les crimes commis sur le territoire irakien depuis juillet 2002.

    Il y aura ensuite enquête. Des mandats d’arrêt seront lancés contre Blair, Bush et Obama sur le modèle de ce qui a été fait pour Béchir, Kadhafi et Gbagbo. Ils seront emprisonnés pour les besoins de l’enquête, notamment pour éviter les pressions sur les témoins, et  ils disposeront de tous les droits pour assurer leur défense.

    Rien de plus normal, vu les lourdes peines qu’ils encourent.

    irak,cpi,bush,us,blair,grande bretagne

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu