Avertir le modérateur

capitalisme

  • Joyeux délire contre le festival Nyansapo

    Faire rempart à Le Pen... Leur maître mot… alors qu’ils ne font que se coucher devant Le Pen. Nouvelle illustration avec « l’affaire » du festival Nyansapo

    Que pasa ?

    mwasi.png

    Un groupe militant très actif, le collectif Mwasi, organise un festival « afroféministe européen », du 28 au 30 juillet, en louant un lieu parisien, géré par une association. 

    On parait découvrir le débat sur l’afroféminisme, alors c’est un truc de juste 50 ans, lancé autour des mouvements noirs US et de la personne d’Angela Davis, qui explique que pour combattre le racisme, il faut renverser tout le système capitaliste. Le programme est joyeux, festif, mais la teneur est très intello, tendance politique, sous-tendance activiste. Très salutaire... L’objectif est de « construire des stratégies et des solidarités durables, grâce à l'organisation de concerts, d'ateliers, de tables rondes sur des thèmes comme « l'Afroféminisme dans la lutte anti-négrophobie, dépolitisation et blanchiment de l'intersectionnalité, comprendre le racisme et le sexisme contre les femmes noires… ». Les participants viennent de loin, et il ne faut pas perdre de temps avec le bavardage. Aussi, selon une tradition dans ce type de mouvements, un bon nombre de débats sont réservés, ici aux femmes blacks, et quelques autres aux blacks. C’est l’idée d’un nécessaire huis clos pour permettre à des paroles minoritaires et bafouées de s’exprimer. Un truc archi-répandu, comme au temps du MLF, ou encore de Nuit Debout. Un débat est connu, très bien connu. Mais s'il s'agit de femmes black, ça coince. Cherchez l'erreur.

    Donc, si je vais au festival Nyansapo, c’est que j’en connais la philosophie. Je serais bien accueilli, je pourrais discuter, manger, boire, participer à certains débats et à toutes les discussions informelles qui sont l'atout de ce genre de réunion. Simplement, d’autres débats sont réservés, et je ne pourrais pas dire que je suis surpris car ce festival militant est « afroféminsite ». Les « afroféminsites » se réunissent, où est le problème ? Si je vais à un festival de naturistes, il faudra au bout d’un moment que je foute à poil, ou sinon je resterai en salle d’attente, ce n’est pas plus compliqué que cela.

    Après, vient l’emballement de « tout le monde couché devant le FN », air connu. Le secrétaire départemental du FN à Paris, Wallerand de Saint-Just, balance un communiqué pour dénoncer la tenue d’un « festival interdit aux Blancs » ; la LICRA et SOS Racisme disent qu’en effet, quelle horreur, il faut réagir ; et Anne Hidalgo annonce qu’elle veut l’interdiction ce festival « interdit aux Blancs ». Le rempart anti-FN marche à merveille…

    Délirant…

    Tout d’abord, le collectif Mwasi n’est pas un service public, mais une association qui défend des opinions minoritaires. Mwasi ne gère pas une piscine municipale mais organise un festival militant, avec des réunions de travail dédiées à sa cause. Les organisateurs sont d’ailleurs plutôt cool en ouvrant une réunion politique si orientée à tous les publics. À ma connaissance, il n’est pas possible d’entrer à un congrès du PS ou des Républicains si on n’est pas invité... Discrimination ? Si j’organise un festival de jazz réservé aux blacks, ou que je loue un appartement réservé aux blancs, je fais de la discrimination. Mais quand sur une base militante, je conduis une action déterminée, je suis libre de m’organiser pour conforter mon groupe, ce n’est pas plus compliqué que cela, et c’est parfaitement en règle avec la loi. Faut-il un représentant de la direction dans toute réunion de la CGT ? Faut-il un catho au conseil d'administration de chaque mosquée ?

    Ensuite, l’objet de ce festival est à la liberté d’expression, si chère liberté d’expression qui est un pilier de l’État de droit dans une démocratie. Puis un arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme de 1976 (Handyside), on sait que cette liberté vaut pour toutes les opinions, et mêmes celles qui choquent, qui heurtent ou qui inquiètent. La grande chance d’une démocratie est que toutes les idées puissent exprimer, ce qui permet de toutes les connaître, et le cas échéant de les combattre. Or, la réaction de Hidalgo, c'est la censure : on ne discute pas, on interdit… La seule réponse valable est de garantir cette liberté d’expression, en renforçant sa sécurité par la police si nécessaire. Et s’il y a des abus, faites un recours pour que ces abus soient jugés, no problem, mais on en parlera au tribunal, preuves à l'appui... La censure, c’est exactement le refus de débattre, car on a peur de l’argument. Le FN, la LICRA, SOS Racisme et la mairie de Paris ont tous  les moyens pour enclencher tous les débats qu’ils veulent, avec accès non-stop aux grands médias… Alors qu’ils se lancent, qu’ils développent leurs idées, qu’ils disent tout le mal qu’ils pensent de ce festival, lequel répondra et d'autant plus facilement que son action se fonde sur les grands et nobles principes des luttes sociales. Mais la censure... Demande d'interdiction d'un festival... Quand même...

    Ça serait d'ailleurs intéressant de connaître les savantes explications de la LICRA et de SOS Racisme, qui n’ont jamais rien fait contre la montée en puissance du FN. Le bilan  électoral montre qu’ils ont tout faux, mais ils continuent de professer…

    Bien triste, mais on peut essayer d’en rire. Aussi je me permets de signaler au FN, à la LICRA, à SOS Racisme et à la mairie de Paris que les loges franc-maçonnes se réunissent régulièrement, notamment à Paris, dans des réunions non-mixtes, à 95 % masculines, et à 80% blanches. Et les tiers n’ont même pas le droit de participer à leurs délicieux convents... Que fait donc la police ?

  • DSK: Le piège

    UA0YSCA3RAHUPCA0AMGKLCALC0IB8CAOCKI5UCAWPYX27CA4A27XLCAQ9L1VACA3AB6ICCAVKOXMOCAT72ZLQCAWHMBCWCA2QJJA6CAY0XUJWCAFER1CBCAS0XW0NCADXURUXCASM0YJWCA5W6871.jpgDSK: Le piège. Passé le temps de la surprise et de l’incrédulité, c’est la rage. Comment un tel oubli des responsabilités est-il possible ?

    Pour comprendre l’affaire, et l’ampleur qu’elle va nécessairement prendre, il faut distinguer les phases, et de manière non chronologique.

    D’abord, le Wall Street Journal de ce 17 octobre. Une affaire sort dans la presse, on a vu tant d’autres. Une affaire de fesses. Dominique Strauss-Kahn, élu directeur du FMI en septembre 2007, a deux mois plus tard, porté son dévolu sur une salariée de l’institution, Piroska Nagy, une des responsables du département Afrique. Une drague d’affreux loulou, dont on ne sait pas tout, mais dont on sait déjà trop. Courant décembre 2007, les mails qui partent de l’ordinateur du directeur du FMI ne sont Q2DLFCAM3E0Q5CAPY5LU7CACCC7OPCAHBG438CAWQ3IUVCAL1HD5JCAVZ7YSGCAF2C8X0CAV2U795CATRGYIICARWGEBKCATQKMNHCA6CDLPPCAEMILY4CASHPVXMCAWPGD5YCAF0CMNOCABVA1H0.jpgpas tous strictement professionnels. L’affaire se conclut lors d’un colloque organisé en Europe en janvier 2008. Une joyeuse piste d’envol pour nos tourtereaux, tous frais payés par le FMI. Et il ne s’agit pas d’un ragot, à la sauce Yves Bertrand. Le délicieux Strauss-Kahn, instruit de ce que coûte le mensonge aux US, a reconnu dans un communiqué un « incident qui s'est produit dans sa vie privée, en janvier 2008 ». Et d’ajouter : « A aucun moment, je n’ai abusé de ma position de directeur du Fonds ». Dominique, surveille ton langage, s’il te plait...

    Le mari de la dame, Mario Blejer, un économiste réputé, lui-même ancien employé du FMI, de la Banque centrale argentine et de la Banque d’Angleterre, tombe sur les mails. Crise dans le couple, passons. On fait silence. Et en août 2008, Piroska Nagy quitte le FMI pour rejoindre la Banque Mondiale. Le FMI est en pleine restructuration, avec 600 départs. Celui de Piroska Nagy s’inscrit dans ce mouvement. Son avocat, Maître Robert Litt, affirme que le départ était volontaire et que les indemnités correspondent au dû statutaire. Circulez il n’y a rien à voir.

    Et si, il y  à voir. Car le cheminement de cette affaire donne un petite idée des chapitres qui vont suivre.

    QM923CAR10ZHPCA35VWCICAG96B8OCA901WSTCAY6DGR8CAHTMPZRCAX0UZ2ACAFF2XK5CAPTDHYQCA88ZK4PCA6BU64MCA3CL157CAV3945QCAIQSOL0CA4YBD7OCAUSLMSACAR17RYXCAE1YOHK.jpgLisons d’abord Jean Quatremer, journaliste à Libé, qui s’était fait allumer grave en expliquant lors de la candidature de Strauss-Kahn, qu’il y avait un grand danger du fait des pratiques libidineuses de l’ancien maire de Sarcelles. Or, qu’écrit Quatremer aujourd’hui ? « Je connaissais cette affaire depuis huit mois. Une source proche du couple m’en a informé, mais je n’ai jamais pu leur parler, celui-ci refusant toute publicité, ce qui rendait difficile une publication sur le sujet. D’après cette source, le couple et surtout la femme ont été particulièrement atteints par cette affaire, laissant entendre que son consentement a été contraint, ce que je n’ai jamais pu vérifier. »

    J’en déduis que si Quatremer savait, d’autres savaient aussi. Qu’ils ont laissé murir, pour faire venir l’affaire au moment opportun, dans ce monde extrêmement tendu du FMI en restructuration. Et qu'ils lâchent l’info la veille du jour où Sarkozy vient rencontrer Bush à Camp David, pour annoncer une refondation du système financier international.1YV5WCA2S9CB7CAI7N91ICAGPR90VCA0WSFH9CARJCF8MCAH7AFUQCAH1NKNJCAF5GC7OCA1SXV0CCAFWRT6ECAR418R4CAT3URRYCAX7XYWXCA2O2N88CACJ2AOZCAN5MJHBCANEB38ICATZJT3E.jpg Dans le Wall Street Journal.

    De fait, on apprend que dès juillet, l’affaire a dépassé le cadre intime. D’après Rue89, « le représentant russe au FMI l'aurait évoquée avec le plus ancien membre du conseil d'administration, Shakour Shaalan. » Shaalan, qui représente l'Egypte et d'autres pays arabes au conseil d'administration du FMI, âgé de 80 ans, siège au FMI depuis 1992. Une personnalité. Il prend conseil auprès du représentant américain. En août, le FMI charge le cabinet Morgan, Lewis & Bockius LLP d'enquêter. Août 2008, le moment du départ de Piroska Nagy. Mi-septembre, Strauss-Kahn reconnaît les faits et « demande à son équipe de collaborer pleinement avec les enquêteurs. » Strauss-Kahn a-t-il pris le temps d’informer Sarkozy ?

    Aujourd’hui, le FMI confirme les infos du Wall Street Journal, par un communiqué cinglant : « Le Fonds monétaire international a ouvert une enquête sur son directeur, le Français Dominique Strauss-Kahn, dans le cadre d’une affaire de népotisme présumé lié à des relations intimes avec une subordonnée. » Les conclusions des avocats sont attendues pour la fin du mois.

    L’existence de la relation ne fait plus de doute. Restent les interrogations basiques : Strauss-Kahn a-t-il abusé, pour conclure cette relation cachée ? Le départ de Piroska Nagy est-il lié à l’affaire ? Je serais très étonné qu’il y ait eu des indemnités majorées : le risque est trop grand. Alors, tempête dans un verre d’eau ? Loin de là. GKGYXCAZIAPLYCA1JJ7S3CAI32TMRCAUP91DLCAH9K609CARQ4G8MCAD5HCNSCAKJSMHUCAGV5SUYCAEGKYGDCA51BK3UCANFZA0NCAFU4HEACA54Z22YCAVLH5YNCAB14XQBCAA5IPIMCA79M0T2.jpg

    La date de sortie de cette affaire connue des initiés parle. 

    1. Tous ceux qui ont à savoir savaient, et rigolaient sous cape, attendant que l’heure sonne. Strauss-Kahn, qui veut réformer le FMI, est à poil.

    2. Ceux qui savaient, comme Quatremer depuis janvier 2008, n’ont pas forcément informé tous les membres du conseil d’administration du FMI, gardant la boule puante bien au chaud. Grosses colères à prévoir.

    3. Entre janvier et août 2008, c’était un secret de polichinelle, mais plus d’un savait. Quid des conditions d’attributions des financements vers les pays, émergents, notamment d’Afrique, domaine de compétence de Piroska Nagy ? Comment gérera-t-on les rumeurs sur le prix du silence acheté ?

    2OE6NCAQVV8FTCAZ1DJD6CA3EMDXZCA9W8E07CA3VZ6N5CAX22KW3CA9GLBBECA6ZLXT7CAS86X5ZCA6D0JM9CAM5Z47ECAGDHJK8CAD01BOUCAVLSY0YCAC4UBK9CATNCTW0CAVVHFUACA6OFVCI.jpg4. L’enquête dira ce qu’elle a à dire. S’il y a eu pression pour le départ de Piroska Nagy ou versement de subprimes, c’est la porte pour Strauss-Kahn. Je n’y crois pas. Je vois plutôt une affaire minable de A à Z, qui laissera en place un directeur du FMI affaibli, et tout le monde rigolera en le voyant agiter ses petits bras et ses grands principes.

    Sarko a beaucoup de défauts, mais il a de grandes qualités dont le flair politique et le courage dans l’action. Son idée de refonder le jeu financier peut faire sourire quand on fait référence à ses déclarations d’il y a quelques mois. Ce n’est pas le problème. L’écroulement actuel du système capitaliste – des failles mortelles pour l’économie mondiale si les Etats ne s’étaient pas mobilisés – appelait une initiative à la hauteur, et Sarko, bénéficiant de la légitimité européenne, est magnifiquement dans le ton.

    La sortie de l’affaire de fesses de Stauss-Kahn percute ce calendrier, et signe un avertissement très clair : le monde financier, affaibli, garde de puissants ressorts, et ne veut pas du projet de Sarkozy. Refonder le système financier mondial avec un directeur du FMI, protégé de Sarkozy, devenu la risée du monde, ça complique singulièrement les choses.I92T0CATJEJV6CASBT16WCA82OOHJCAS0QTG7CAQKI0T0CADMXFDVCACNF11KCAK9DDSICA5K375JCA81HYLECAM09FCSCAYA2PD8CA5MTHM4CAPJYF0KCALR6ZHPCAZ6UGF4CAJHQXGTCA1WFKSQ.jpgimages.jpg

    images.jpg

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu