Avertir le modérateur

climat

  • COP21 : Ségolène et Jean-Louis collent Fafa au tapis

    Et voici mon génial Fafa qui commence sa fonction de président du Conseil constitutionnel par une splendide humiliation. Il renonce à cumuler cette fonction avec la présidence de la COP 21, en gardant un bureau au Quai d’Orsay et tout ce qui va avec. Une bataille perdue, mais pas la guerre.

    Pour ceux qui ne connaissent pas trop les affaires du Parti socialiste, il faut rappeler en quelques mots le souverain mépris de Fafa à l’égard de Hollande. Il était Premier ministre en 1984 alors que Hollande était encore simple conseiller de Mitterrand, et Fafa s’est tracassé pendant des années à constituer son courant dans le Parti pour lui assurer son pouvoir, alors que Hollande n’a jamais su le faire, ce qui reste la première cause de sa fragilité.

    Lorsque, pour 2012, Hollande avait déclaré sa candidature alors que DSK était en tête des sondages, Fafa avait décrit la situation comme les éléphants du Parti socialiste découvrant une fraise des bois… Trop sympa.  

    productimage-picture-fraise-des-bois-3591_jpg_800x600_q85.jpg

    Les attraits du pouvoir étant si doux, Fafa - perdant de la primaire - s’était rangé derrière Hollande, qui reconnaissant, l’a nommé sinistre des Affaires étrangères.

    Très vite, Le Drian a préempté l’Afrique, le vrai secteur d’influence de la France, et Fafa a dû chercher à s’illustrer sur le reste. Il s’est ridiculisé sur la question iranienne, puis sur la question syrienne,… mais il restait la COP21. Comme le précédent épisode, à Copenhague, avait été un échec, Fafa s’est donné les moyens de la réussite médiatique : un accord rédigé au conditionnel, et dénué de procédé de sanction. Du bidon, déjà remis en cause par la justice des Etats-Unis (Amérique du Nord, territoire indien occupé).

    Au final, tout ceci est secondaire : simplement, Fafa a vu l’opportunité d’être nommé Prix Nobel de la Paix, et ça, ça le branche. D’où sa désinvolture ces derniers jours.

    Il n’a pas attendu que le président de la République prononce la dissolution du gouvernement, utilisant sa méthode bien connue de quitter la réunion avant la fin pour faire les annonces lui-même à la presse. Donc, il n’est plus ministre, il va être nommé président du Conseil constitutionnel par « fraise des bois », et il reste président de la COP21 avec un bureau au Quai d’Orsay.

    Le minable Ayrault, amputé d’une fonction importante, n’a rien dit car il n’a rien à dire, comme d’hab’.

    Ségolène Royal était fumace, car elle a négocié avec Monsieur Ex pour voir les compétences du ministère de l'Environnement élargies aux « Relations internationales sur le climat ».

    Jean-Louis Debré, l'actuel président du Conseil Constitutionnel, a dû lui aussi faire comprendre que ce mélange des fonctions juridictionnelles et exécutives était impossible.

    Hier, Fafa a écrit à « fraise des bois » pour dire qu’il renonçait à la fonction de président de la COP21, alors que « fraise des bois » n’avait jamais songé lui laisser. L'autorité du Conseil constitutionnel n'en ressort pas renforcée, mais s'il faut s’arrêter à ce genre de détails...

    Pour autant, ne croyez pas que le match en restera là. Fafa garde les clés des grands réseaux qui vont se charger de le sponsoriser pour le Prix Nobel.

    - Ségolène a gagné.

    - Mouais...

    FRAISE_Fomb_636x380.jpg

  • Cop21 : Les Etats-Unis bloquent tout le processus

    70137.jpgLundi matin, le chef de l’Etat (d’urgence) était beau comme un camion pour donner le coup d'envoi de la COP 21, en présence de 150 chefs d’État (pas d’urgence).

    Dans ce discours, on trouvait de la guimauve trop cuite, genre Hollande pur sucre, du style « faire en sorte que toutes nos sociétés se mettent en mouvement…. Le monde se trouve au pied du mur… En quelques jours, nous allons décider pour plusieurs années », avant de promettre pour le 12 décembre, un accord « universel, différencié et contraignant. » Contraignant… C’est sûr que si l’accord n’est pas contraignant, on se demande à quoi sert la signature d'un accord international. 

    Barack Obama, chef de l’Etat (le plus riche du monde, premier consommateur d'énergie) a appelé les dirigeants du monde à « être à la hauteur des enjeux », rappelant que les États-Unis s’étaient engagés sur une réduction de 26 % à 28 % de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025, par rapport à 2005. C’est le « Projet pour une énergie propre ». Grandiose.

    Sauf que…
    plus_fort_que_la_loi.JPG

    Sauf que ce mardi, le Congrès américain, tenu par les frapadingues du Parti Républicain, a annulé la réglementation anti-carbone d’Obama, par 242 voix contre 180. Un vote explicite le lendemain de l’ouverture de la conférence de Paris... Obama peut jouer de son veto, pour cette législation interne, mais on voit que sa marge de manœuvre réelle est proche de zéro.

    Sauf que John Kerry avait été très clair, lors d’un entretien au Financial Times la semaine dernière : « Ce ne sera certainement pas un traité. Il n'y aura pas d'objectifs de réduction juridiquement contraignants comme cela avait été le cas à Kyoto ». Le roi de la sauce tomate a ensuite expliqué qu’il avait été mal compris, mais il n’a pas démenti…

    Sauf que pour qu’un accord soit effectivement contraignant, et crée des obligations en droit interne, il faut qu’il fasse l’objet d’un vote favorable du Congrès US, et chacun sait que cela ne se fera jamais.

    Sauf que pour sauver les apparences, il se négocie ces jours-ci qu’en fait il n'y aura pas de régime de sanctions, mais seulement une « obligation de transparence et l'effet de réputation », selon les propos de la négociatrice française Laurence Tubiana. La contrainte juridique ramenée à « l'effet de réputation »... C'est donc bien Kerry qui était franc en affirmant que ce se ne sera pas un traité, et qu'il n'y aura pas d'objectifs contraignants. 

    En fait, l’essentiel est une bonne photo de fin de congrès, et ca, ça justifie de vrais sacrifices.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu