Avertir le modérateur

crime contre l'humanité

  • Mein Kampf enfin réédité

    Il y a de cela une dizaine d’années, et cherchant depuis plusieurs dizaines d’années, j’avais enfin pu trouver sur le merveilleux marché aux livres du quai de la Pêcherie, à Lyon, un exemplaire de Mein Kampf. Un petit billet bleu et mes amitiés à ce si fidèle libraire. Un vrai messager de la culture. Tout est expliqué là. Le texte se trouve facilement sur Internet,… mais le livre, c’est autre chose.

    346_001.jpg

    Très franchement, je m’étais régalé à lire ce texte pour essayer de comprendre comment des mots écrits dans l’une des plus belles langues et dans un pays berceau de la culture occidentale, avait pu conduire à l’avènement du pouvoir fasciste, avec cette alliance terrifiante entre les groupes financiers et industriels et la plus sereine des dictatures, pour arriver, presque par logique, à l’emballement du crime avec la politique d’extermination des Juifs, des Tsiganes et homosexuels. Une guerre mondiale, le combat héroïque de l’Armée rouge parvenant à inverser le sort des armes, et un génocide de 6 millions de morts.

    Un jour, j’ai confié ce livre à une amie, qui en a fait le meilleur profit, et la confié à une autre amie, et depuis je n’ai pu retrouver ce livre du crime.

    Donc, retour vers Fayard qui va à nouveau publier Mein Kampf, devenu de domaine public.... mais Fayard insiste pour dire qu'il publie avec des commentaires critiques, pour bien nous expliquer tout le mal qu'il faut penser de ce livre. Nous sommes tellement demeurés que Fayard estime indispensable de nous prendre la main pour nous dire que ce que dit Hitler, « ce n’est pas bien », et que l’histoire a laissé ses preuves. 

    Je trouve cela très lourdingue, mais surtout inquiétant. On nous bassine matin midi soir avec la merveilleuse école, le creuset de la République, on nous gave de cérémonies mémorielles et de garde-chiourmes juridiques interdisant de penser comme il ne faut pas… Bref, c’est une politique d’Etat pour mettre en garde et condamner,… Et au final, on fait le constat que malgré cela, notre cerveau n'est pas prêt à lire un livre. Nous voici sous le statut assez lamentable de "lecteur sous tutelle". 

    Qu'il y ait des livres critiques sur ce livre, bien sûr et et il tant qu'ils veulent. Mais estimer que nous ne sommes pas capables de lire ce livre sans explications appuyées montre que nous sommes considérés comme des décérébrés, avec un esprit si peu structuré qu'on ne peut nous faire confiance. 

    Le droit, et donc la défense des libertés, est notre bien commun. Pour que ça marche, il n’est pas besoin que chaque citoyen ait sa maîtrise en droit. Il faut d'abord qu’il garde son cerveau branché. Cela suppose aussi de combattre toutes les politiques d’asservissement.

    - Et donc ?

    - S’instruire, et penser par soi-même.

    Ahmad-Shah-Massoud-à-son-bureau.jpg

    Ahmad Shah Massoud, tué le 9 septembre 2001, deux jours avant le « 11 septembre » 

  • L’enfer des tueurs via les drones

    Un boulot tout propre. Une bonne maison, l’armée US, et un poste de haute technologie, des horaires presque corrects, une bonne paie, et agir pour la défense du pays. De quoi se plaindre ? De ce qu’il s’agit d’exécuter des condamnations à mort prononcées sans procès et sans preuve par le gouvernement fédéral, le Prix Nobel de le Paix Obama. L’horreur du crime de masse. La prison se précise pour ce criminel. 

    Voici deux articles pour faire le point.

    obama.empire.statement.2011.gif

    I – New York Times

    Le premier article, sous les signatures de Christopher Drew, Dave Philipps, Mark Mazzetti et Eric Schmitt, a été publié dans le New York Times du 16 juin.

    As Stress Drives Off Drone Operators, Air Force Must Cut Flights

    CREECH AIR FORCE BASE, Nev. — After a decade of waging long-distance war through their video screens, America’s drone operators are burning out, and the Air Force is being forced to cut back on the flights even as military and intelligence officials are demanding more of them over intensifying combat zones in Iraq, Syria and Yemen.

    The Air Force plans to trim the flights by the armed surveillance drones to 60 a day by October from a recent peak of 65 as it deals with the first serious exodus of the crew members who helped usher in the era of war by remote control.

    Air Force officials said that this year they would lose more drone pilots, who are worn down by the unique stresses of their work, than they can train.

    “We’re at an inflection point right now,” said Col. James Cluff, the commander of the Air Force’s 432nd Wing, which runs the drone operations from this desert outpost about 45 miles northwest of Las Vegas.

    The cut in flights is an abrupt shift for the Air Force. Drone missions increased tenfold in the past decade, relentlessly pushing the operators in an effort to meet the insatiable demand for streaming video of insurgent activities in Iraq, Afghanistan and other war zones, including Somalia, Libya and now Syria.

    The reduction could also create problems for the C.I.A., which has used Air Force pilots to conduct drone missile attacks on terrorism suspects in Pakistan and Yemen, government officials said. And the slowdown comes just as military advances by the Islamic State have placed a new premium on aerial surveillance and counterattacks.

    Some top Pentagon officials had hoped to continue increasing the number of daily drone flights to more than 70. But Defense Secretary Ashton B. Carter recently signed off on the cuts after it became apparent that the system was at the breaking point, Air Force officials said.

    The biggest problem is that a significant number of the 1,200 pilots are completing their obligation to the Air Force and are opting to leave. In a recent interview, Colonel Cluff said that many feel “undermanned and overworked,” sapped by alternating day and night shifts with little chance for academic breaks or promotion.

    At the same time, a training program is producing only about half of the new pilots that the service needs because the Air Force had to reassign instructors to the flight line to expand the number of flights over the past few years.

    Colonel Cluff said top Pentagon officials thought last year that the Air Force could safely reduce the number of daily flights as military operations in Afghanistan wound down. But, he said, “the world situation changed,” with the rapid emergence of the Islamic State, and the demand for the drones shot up again.

    Officials say that since August, Predator and Reaper drones have conducted 3,300 sorties and 875 missile and bomb strikes in Iraq against the Islamic State.

    What had seemed to be a benefit of the job, the novel way that the crews could fly Predator and Reaper drones via satellite links while living safely in the United States with their families, has created new types of stresses as they constantly shift back and forth between war and family activities and become, in effect, perpetually deployed.

     “Having our folks make that mental shift every day, driving into the gate and thinking, ‘All right, I’ve got my war face on, and I’m going to the fight,’ and then driving out of the gate and stopping at Walmart to pick up a carton of milk or going to the soccer game on the way home — and the fact that you can’t talk about most of what you do at home — all those stressors together are what is putting pressure on the family, putting pressure on the airman,” Colonel Cluff said.

    While most of the pilots and camera operators feel comfortable killing insurgents who are threatening American troops, interviews with about 100 pilots and sensor operators for an internal study that has not yet been released, he added, found that the fear of occasionally causing civilian casualties was another major cause of stress, even more than seeing the gory aftermath of the missile strikes in general.

    A Defense Department study in 2013, the first of its kind, found that drone pilots had experienced mental health problems like depression, anxiety and post-traumatic stress disorder at the same rate as pilots of manned aircraft who were deployed to Iraq or Afghanistan.

    The exodus from the drone program might be caused in part by the lure of the private sector, Mr. Tasin said, noting that military drone operators can earn four times their salary working for private defense contractors. In January, in an attempt to retain drone operators, the Air Force doubled incentive pay to $18,000 per year.

    Another former pilot, Bruce Black, was part of a team that watched Abu Musab al-Zarqawi, the founder of Al Qaeda in Iraq, for 600 hours before he was killed by a bomb from a manned aircraft.

    “After something like that, you come home and have to make all the little choices about the kids’ clothes or if I parked in the right place,” said Mr. Black, who retired as a lieutenant colonel in 2013. “And after making life and death decisions all day, it doesn’t matter. It’s hard to care.”

    Colonel Cluff said the idea behind the reduction in flights was “to come back a little bit off of 65 to allow some breathing room” to replenish the pool of instructors and recruits.

    The Air Force also has tried to ease the stress by creating a human performance team, led by a psychologist and including doctors and chaplains who have been granted top-secret clearances so they can meet with pilots and camera operators anywhere in the facility if they are troubled.

    Colonel Cluff invited a number of reporters to the Creech base on Tuesday to discuss some of these issues. It was the first time in several years that the Air Force had allowed reporters onto the base, which has been considered the heart of the drone operations since 2005.

    The colonel said the stress on the operators belied a complaint by some critics that flying drones was like playing a video game or that pressing the missile fire button 7,000 miles from the battlefield made it psychologically easier for them to kill. He also said that the retention difficulties underscore that while the planes themselves are unmanned, they need hundreds of pilots, sensor operators, intelligence analysts and launch and recovery specialists in foreign countries to operate.

    Some of the crews still fly their missions in air-conditioned trailers here, while other cockpit setups have been created in new mission center buildings. Anti-drone protesters are periodically arrested as they try to block pilots from entering the base, where signs using the drone wing’s nickname say, “Home of the Hunters.”

    154578178-jpg_050408.jpg

    II – 

    Voici le second article:

     

    Version d’origine

     

    Drone Pilots Are Exhausted and Suffering From PTSD, Lucy Steigerwald

    On Tuesday, The New York Times published the latest look at drone pilots. These Unmanned Aerial Vehicle operators are suffering such a high rate of exhaustion and stress that the US Air Force has been forced to cut drone missions down from a high of about 65 a week. They also currently have about 500 fewer pilots than they need.

    Though they get to fight their wars in safety, and see their families every night, these new type of soldiers suffer from a surprisingly high burnout rate, and equivalent levels of Post-Traumatic Stress Disorder to fighter pilots. And though when that news first broke two years ago, the temptation to be withering and unsympathetic was strong (okay, maybe that was just me), perhaps that kind of a mental reaction says something vital about the dangers of war to the human soul. Even people who aren’t themselves in danger suffer when they’re killing innocent people.

    Part of the stress comes from the fact that these 1200 pilots are not in a battlefield setting. Strangely, but logically, controlling a surveillance and/or killing machine from thousands of miles away, concern about backing up manned personal, or more likely, worrying whether you’re hitting a would-be terrorist or some innocent civilians is stressful, no matter if you are safe in some bunker in Nevada. Seeing your spouse and kids a few hours later heightens the alienation inherent in such a job. You’re on duty, but you’re at home. It has to be disconcerting. After all, PTSD doesn’t tend to be about cracking up on the battlefield. It’s about dealing with a banal job or life after you’ve been trained to be on edge all the time. These pilots have to do that daily in a manner which must feel like psychological whiplash.

    Additionally, there aren’t really “enough” drone pilots, so the ones who are there are drained and exhausted. Why, though? In a 2013 New York Times piece, one of the co-authors of a Defense Department study offered this explanation, “Remotely piloted aircraft pilots may stare at the same piece of ground for days. They witness the carnage. Manned aircraft pilots don’t do that. They get out of there as soon as possible.” That makes sense. For the 100 years that airplanes have been dropping death from above, the policy tends to be do your thing and then get home as fast as possible. Drones and the eyes of their operators just linger indefinitely.

    The constant presence of drones adds to the psychological torment of the people who live under their invisible shadow. It makes sense that it would be more stressful for the would-be killers as well.

    A piece reposted at Salon back in March reports that drone pilots fly more than three times as many man hours as other pilots. The latter tend to look down on the former as well, implying that they’re just nerdy gamers playing, not real pilots. And even for the antiwar person, there is a temptation to look especially disdainfully at the chickenhawk. Even a bomber pilot is risking their own life when they go out on a mission. Drone pilots go home at night every night. Poor babies, right? Just stop.

    And more and more people wish they would do just that. In April, the websiteknowdrones.org aired 15 second TV spots that urged drone operators to quit. Now, the group – which includes ex-military people – has put together a letter that urges the same thing. The letter says that drone attacks are against the law, and the 6,000 casualties are “undermining principles of international law and human rights.”

    It’s terrific to see this effort going forward, but it’s impossible to feel optimistic about being able to reverse the progress of military drones. They are a cheap, easy way to keep literally a constant presence in countries with which the US isn’t even at war. Someday a terrorist may well use drones in their own form of blowback, but not even then is the US likely to reconsider their new toys. If they literally had nobody left to fly the drones, however, that would stop them from murdering.

    It is murder. And that has to be part of why the operators feel so beaten down. One has to hope they know what they are doing and it has an effect on their psyches. In combat, the eventual suffer of PTSD is in peril. Perhaps they are worried about their fellow soldiers and being able to have their backs if necessary. The latter issue may come into play for drone pilots, but the former never does. And pictures clear enough to see the pink mist that was once a human – perhaps a nameless one, tracked from cell phone signal or suspicious patterns that might mean a terrorist gathering or a wedding is coming together – seem to be enough to damage the person who did the deed from thousands of miles away.

    As I wrote last year, as much as it is unfortunate to have more people in mental distress, it does bode well for humanity that war hurts them. Not the “goodness” of World War II, nor the safety of drone war today will stop a soldier from feeling something if they take a life.

     2.jpg

    Version française

    Drones tueurs : des « pilotes » déprimés, rongés par les remords…

    Traduction par Gilles Munier

    Mardi dernier, le New York Times a publié un dernier aperçu de ce que vivent les militaires qui pilotent des drones. Les opérateurs de ces Véhicules Aériens Sans Pilote souffriraient, au plus haut degré, d’épuisement et de stress, de sorte que l’armée de l’air US a été obligée de réduire le nombre de leurs « missions » qui était de 65 par semaine. L’autre raison est qu’elle ne dispose pas de ces pilotes en nombre suffisant. Il lui en faudrait 500 de plus...

    Bien que ces « pilotes » mènent leur guerre dans des conditions de sécurité exemplaires, qu’ils rentrent dans leur famille tous les soirs, ils sont sujets à des Désordres post-traumatiques de stress (DPTS) à des niveaux équivalents à ceux des pilotes de combat. Ce stress provient, pour partie, de ce que ces 1200 pilotes ne sont pas sur un site d’opérations.

    En effet, bizarrement, contrôler un drone-espion ou servant à tuer à des milliers de kilomètres, soutenir efficacement des militaires en opération au sol, ou plus vraisemblablement, se demander si vous avez ciblé un présumé terroriste ou des civils innocents, est usant, même si vous êtes à l’abri dans un bunker du Nevada. Voir votre épouse et vos enfants quelques heures plus tard attise l’aliénation inhérente à ce travail. Vous êtes en service, mais à la maison. Cela doit être déstabilisant.

    De plus, il n’y a pas « assez » de pilotes et donc ceux en poste sont fatigués et vidés. Pourquoi ? En 2013, dans le New York Times, un des coauteurs d’un rapport de la Défense expliquait que « les pilotes d’appareils télécommandés fixent ce morceau de paysage pendant des jours. Ils voient le carnage. Les pilotes classiques ne font pas cela. Ils sortent de là dès que possible ». Depuis que les avions de guerre, il y a une centaine d’années, ont, du ciel, déversé la mort, la pratique veut que vous exécutez et vous rentrez chez vous immédiatement. Les drones et les yeux des opérateurs planent indéfiniment.

    (…)

    En avril, le site knowdrones.com a mis sur Internet des séquences tv dans lesquelles il demandait à ces opérateurs de démissionner. Les activistes animant ce site, dont d’anciens militaires, ont également présenté cette demande dans une lettre où ils déclarent que : « les attaques de drones sont illégales et les 6000 victimes de celles-ci « minent les principes du droit international et des droits de l’homme ».

    L’optimisme n’est pas de mise : il est quasiment impossible de renverser la marche en avant des drones militaires. Ce sont des outils bon marché, très bon marché, permettant de maintenir une présence constante dans des pays avec qui les Etats-Unis ne sont même pas en guerre. Peut- être qu’un jour, le retour du bâton viendra quand un terroriste utilisera un drone, mais, même à ce moment-là, les Etats-Unis seront incapables de reconsidérer l’utilisation de leurs nouveaux jouets. A moins qu’il n’y ait plus personne pour les faire voler… et tuer.

    C'est un crime. Et c’est peut-être la raison pour laquelle les « droneurs » sont si déprimés. On peut espérer qu’ils savent ce qu’ils font et que cela a une répercussion sur leur psyché. Le danger est inhérent au DPTS mais, les « droneurs » sont peut-être préoccupés par leurs coreligionnaires soldats et par le soutien qu’ils doivent nécessairement leur apporter… Les images vivaces de l’ombre rose (sur leur écran – ndlr) de ce qui était un être humain - peut-être un anonyme, traqué depuis un signal téléphonique ou un comportement suspect analysé comme un groupe terroriste ou un mariage en marche - semblent suffisantes pour détruire celui, qui à des kilomètres de là, appui sur le bouton de tir.

    S’il est triste de voir tant d’individus souffrir de troubles mentaux, cela est réconfortant pour l’humanité de constater que la guerre fait mal. Ni la « vertu » de la 2ème guerre mondiale, ni la sécurité de la guerre des drones, aujourd’hui, n’empêcheront un soldat de ressentir quelque chose quand il prend une vie.

    dronepresident.png

  • Les Etats-Unis financent l’impunité des anciens dignitaires nazis

    C’est une enquête de l’agence Associated Press qui l’a révélé la semaine dernière : les États-Unis ont conclu des accords pour que d’anciens nazis, recrutés après-guerre par la CIA, quittent le pays, tout en touchant leur retraite, en contrepartie de leur impunité. Donc : « Merci pour les tuyaux et pour le savoir-faire, maintenant tu te casses, et je paie pour que tu la fermes ». Bravo les valeurs.

    cia-nazi

     

    Il était de notoriété qu’aux lendemains de la seconde guerre mondiale, pendant qu’ils jouaient les belles partitions devant le tribunal de Nuremberg, les si sympathiques États-Unis avaient recruté nombre d’anciens nazis pour imposer leurs réseaux de domination. Plus d’un millier. Parmi eux, de gros poissons, comme Otto Albrecht von Bolschwing, capitaine SS, le collaborateur d’Eichmann. A Lyon, on se rappelle bien de Klaus Barbie qui avait été recyclé par les US pour exercer ses talents en Amérique du Sud. Pour qu’ils soient tranquilles et qu’ils puissent se concentrer sur leur (excellent) travail, les nazis s’étaient vu offrir la nationalité US.

    Ça s’est compliqué à la fin des années 1970, quand le mouvement international de recherche des nazis, aux fins de les juger, s’est amplifié. La justice US a bien entendu pris place dans ce programme (la morale avant tout), mais quelques-uns au sein de l’organisme idoine, le Bureau d’enquêtes spéciales, ont lancé l’idée que le plus simple serait de commencer par arrêter ces gens bien connus, et dont les crimes étaient bien connus. Ce qui aurait été bien fâcheux car ces nazis recyclés auraient eu de bonnes infos à nous donner sur leur nouvelle carrière…

    D’où le deal : les US leur retirent la nationalité, et leur versent une pension de retraite, en contrepartie d’un départ discret des US et de l’impunité. Les nazis partaient avec leur passeport étatsunien pour voyager légalement, puis ils renonçaient à la nationalité étatsunienne, et les US versaient leur pension. Parfaitement pourri, nous sommes d’accord.

    Les journalistes d’Associated Press ont fait du bon travail, et ils ont identifié plusieurs de ces personnes : Martin Hartmann, un ancien SS gardien au camp de Sachsenhausen, qui a quitté l’Arizona en 2007 pour s’installer à Berlin ; Jakob Denzinger, ancien garde d’Auschwitz, qui a quitté les US en 1989 pour s’installer en Croatie. Der Spiegel estime que sur les trois dernières décennies, plusieurs millions de dollars leur ont ainsi été versés.

    Les faits n’ont pas été démentis. La « démocrate » Carolyn Maloney  déposé une proposition de loi en urgence devant le Congrès pour couper les finances. Explications : « Le contribuable américain ne devrait pas subventionner la retraite de ceux qui sont responsables des pires crimes de l’histoire de l’humanité ». C’est donc çà… un trop gros effort pour le contribuable… Mais sur le fait que l’administration a recruté 1000 nazis, les a protégé, a utilisé leurs talents, a organisé leur impunité, ça ne traumatise pas outre mesure la « démocrate » Carolyn Maloney.

    nazi-usflag13

  • Apologie du nazisme par un député maire ?

    go_to_jail.jpg« Comme quoi, Hitler n'en a peut-être pas tué assez » de la part d’un député-maire, et en parlant des Roms… Les réactions n'ont pas tardé pas, … mais pour dénoncer un « dérapage ». Attention les amis, ce n’est pas du dérapage, mais de l’apologie de crime contre l’humanité.

    La scène s’est passée hier dimanche en fin d’après-midi à Cholet, lors de l’arrivée d’une mission évangélique de 150 caravanes.  En provenance de Tours, elle n’a pu se rendre sur l’aire de grand passage de la route du Puy-Saint-Bonnet, qui l’accueille habituellement mais dont l'accès, selon Ouest France, a été barré par un talus de terre. L’air d’accueil local ne compte de 30 places, et les 150 caravanes se sont installées dans un champ de 5 ha, empêchant les agriculteurs qui l’exploitent d’y envoyer leur troupeau.

    Le député-maire UDI de Cholet, Gilles Bourdouleix, s’est rendu sur place. Le ton a monté et l'élu aurait, selon lui, été « comparé à Hitler » par les gens du voyage, mettant en cause son comportement raciste. La réponse du député-maire aurait été : « Comme quoi, Hitler n'en a peut-être pas tué assez »Les propos ont été publiés par le Courrier de l’Ouest

    Aujourd’hui, Gilles Bourdouleix se défend d'avoir prononcé une telle phrase, et dit avoir marmonné « Si c'était Hitler, ils les auraient tués ».Tout le problème est que le journaliste, Fabien Leduc, journaliste au Courrier de l'Ouest, et auteur de l'article, confirme... et explique avoir enregistré. La bande-son a été rendue disponible.

    Le premier point sera donc de savoir quels propos exacts ont été tenus, et s'ils étaient tenus pour être entendus, et par qui.

    Le second point est la qualification. Il faudra faire une étude précise lorsque l’on connaitra exactement les propos et le contexte, mais regardez un peu ce que dit la jurisprudence.jail.gif

    La base : l’écrit qui présente comme digne d'éloge une personne condamnée pour crime, magnifie son crime et fait ainsi l’apologie dudit crime (Cour de cassation, chambre criminelle, 16 novembre 1993, n° 90-83128, Publié). Mais est aussi une apologie des crimes de guerre, la publication d'un texte de nature à porter un jugement de valeur morale favorable aux dirigeants du parti national socialiste allemand condamnés comme criminels de guerre par le Tribunal international de Nüremberg et constituant un essai de justification au moins partielle de leurs crimes. (Cour de cassation, chambre criminelle, 14 janvier 1971, n° 70-90558, Publié). La Cour ajoute qu’un écrit qui présente comme susceptibles d'être justifiés des actes constitutifs de crimes de guerre doit être considéré comme apologétique et l'intention coupable se déduit du caractère volontaire des agissements incriminés (Cour de cassation, chambre criminelle, 7 décembre 2004, 03-82832, Publié).

    Gilles Bourdouleix est député, mais l’immunité dont il bénéficie ne joue pour les opinions émises « dans l'exercice de ses fonctions »  (Constitution, article 26 ; Cour de cassation, Chambre Criminelle, 7 mars 1988, Bull. n° 113 p. 286).

    Si la phase est exacte, elle ne relève pas du dérapage mais de l’apologie de crime de guerre. C’est au Parquet de prendre les initiatives. Pour rappel, des poursuites visant cette qualification avaient été engagées à propos du tee-shirt « Jihad, né le 11 septembre ». Les faits sont ici d’une autre gravité. 

  • Crimes contre l’humanité, crimes de guerre : Les définitions de la CPI

    Dès qu’il y a guerre, il y a risque de crimes de guerre, voire de crimes contre l’humanité… ce qui conduit vite à la question des définitions.9782802722656.png

    La réponse n’est pas simple, car il n’existe pas dans l’ordre juridique international de code pénal, listant l’ensemble des infractions opposables à l’ensemble des Etats. Les règles à appliquer dans le cadre d’un conflit armé résultent de textes  célèbres, largement ratifiés à travers le monde dont les principaux sont le règlement de la Haye 1907, les conventions de Genève de 1949 et les protocoles additionnels, de 1977, qui actualisent ces conventions. Mais, d’une manière générale, il s'agit de règles tellement reconnues à travers le monde et depuis si longtemps, qu’elles sont admises comme des coutumes du droit international humanitaire, classifiées par la Croix-Rouge internationale.

    Mais sur le plan opératoire, un crime est une violation du droit... qui peut être sanctionnée. Aussi, chaque Etat peut adopter des règles de droit interne définissant de telles infractions. Sur le plan pratique, le texte qui fait référence est le statut de la Cour pénale internationale, ratifié par 121 Etats, et sa définition des crimes fait consensus. Pour appliquer ces textes, il faut avoir recours aux méthodes d’interprétation du droit international et tenir compte de la jurisprudence. Aussi, lire les définitions n’est que le début de la démarche,… mais c’est un bon début. Vous verrez que ces définitions de base sont très explicatives.

    Pour essayer de se repérer aux milieux de tous les évènements lourds que nous livre l’actualité, voici les articles 7 et 8 du statut. Je précise que les définitions ci-dessous ne concernent que les conflits armés internationaux.

    Article 7 – Crimes contre l’humanité

    1. Aux fins du présent Statut, on entend par crime contre l'humanité l'un quelconque des actes ci-après lorsqu'il est commis dans le cadre d'une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque :

    a)  Meurtre ;

    b)  Extermination ;

    c)  Réduction en esclavage ;

    d)  Déportation ou transfert forcé de population ;9782802725640_1_75.jpg

    e)  Emprisonnement ou autre forme de privation grave de liberté physique en violation des dispositions fondamentales du droit international ;

    f)  Torture ;

    g)  Viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable ;

    h)  Persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d'ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste, en corrélation avec tout acte visé dans le présent paragraphe ou tout crime relevant de la compétence de la Cour ;

    i)  Disparitions forcées de personnes ;

    j)  Crime d'apartheid ;

    k)  Autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l'intégrité physique ou à la santé physique ou mentale.

     

    Article 8 – Crimes de guerre

    2. Aux fins du Statut, on entend par « crimes de guerre » :

    a)  Les infractions graves aux Conventions de Genève du 12 août 1949

    i)  L'homicide intentionnel ;

    ii)  La torture ou les traitements inhumains, y compris les expériences biologiques ;

    iii) Le fait de causer intentionnellement de grandes souffrances ou de porter gravement atteinte à l'intégrité physique ou à la santé ;

    iv)  La destruction et l'appropriation de biens, non justifiées par des nécessités militaires et exécutées sur une grande échelle de façon illicite et arbitraire ;

    v)  Le fait de contraindre un prisonnier de guerre ou une personne protégée à servir dans les forces d'une puissance ennemie ;

    vi)  Le fait de priver intentionnellement un prisonnier de guerre ou toute autre personne protégée de son droit d'être jugé régulièrement et impartialement ;

    vii)  La déportation ou le transfert illégal ou la détention illégale ;

    viii)  La prise d'otages ;9782247084913_21.jpg


    b)  Les autres violations graves des lois et coutumes applicables aux conflits armés internationaux

    i)  Le fait de diriger intentionnellement des attaques contre la population civile en tant que telle ou contre des civils qui ne participent pas directement part aux hostilités ;

    ii)  Le fait de diriger intentionnellement des attaques contre des biens de caractère civil, c'est-à-dire des biens qui ne sont pas des objectifs militaires ;

    iii)  Le fait de diriger intentionnellement des attaques contre le personnel, les installations, le matériel, les unités ou les véhicules employés dans le cadre d'une mission d'aide humanitaire ou de maintien de la paix conformément à la Charte des Nations Unies, pour autant qu'ils aient droit à la protection que le droit international des conflits armés garantit aux civils et aux biens de caractère civil ;

    iv)  Le fait de diriger intentionnellement une attaque en sachant qu'elle causera incidemment des pertes en vies humaines dans la population civile, des blessures aux personnes civiles, des dommages aux biens de caractère civil ou des dommages étendus, durables et graves à l'environnement naturel qui seraient manifestement excessifs par rapport à l'ensemble de l'avantage militaire concret et direct attendu ;

    v)  Le fait d'attaquer ou de bombarder, par quelque moyen que ce soit, des villes, villages, habitations ou bâtiments qui ne sont pas défendus et qui ne sont pas des objectifs militaires ;

    vi)  Le fait de tuer ou de blesser un combattant qui, ayant déposé les armes ou n'ayant plus de moyens de se défendre, s'est rendu à discrétion ;

    vii)  Le fait d'utiliser indûment le pavillon parlementaire, le drapeau ou les insignes militaires et l'uniforme de l'ennemi ou de l'Organisation des Nations Unies, ainsi que les signes distinctifs prévus par les Conventions de Genève, et, ce faisant, de causer la perte de vies humaines ou des blessures graves ;

    viii)  Le transfert, direct ou indirect, par une puissance occupante d'une partie de sa population civile, dans le territoire qu'elle occupe, ou la déportation ou le transfert à l'intérieur ou hors du territoire occupé de la totalité ou d'une partie de la population de ce territoire ;928910_2978874.jpg

    ix)  Le fait de diriger intentionnellement des attaques contre des bâtiments consacrés à la religion, à l'enseignement, à l'art, à la science ou à l'action caritative, des monuments historiques, des hôpitaux et des lieux où des malades ou des blessés sont rassemblés, à condition qu'ils ne soient pas des objectifs militaires ;

    x)  Le fait de soumettre des personnes d'une partie adverse tombées en son pouvoir à des mutilations ou à des expériences médicales ou scientifiques quelles qu'elles soient qui ne sont ni motivées par un traitement médical, dentaire ou hospitalier, ni effectuées dans l'intérêt de ces personnes, et qui entraînent la mort de celles-ci ou mettent sérieusement en danger leur santé ;

    xi)  Le fait de tuer ou de blesser par traîtrise des individus appartenant à la nation ou à l'armée ennemie ;

    xii)  Le fait de déclarer qu'il ne sera pas fait de quartixi)  Le fait de tuer ou de blesser par traîtrise des individus appartenant à la nation ou à l'armée ennemie ;

    xii)  Le fait de déclarer qu'il ne sera pas fait de quartier ;

    xiii) Le fait de détruire ou de saisir les biens de l'ennemi, sauf dans les cas où ces destructions ou saisies seraient impérieusement commandées par les nécessités de la guerre ;

    xiv) Le fait de déclarer éteints, suspendus ou non recevables en justice les droits et actions des nationaux de la partie adverse ;

    xv)  Le fait pour un belligérant de contraindre les nationaux de la partie adverse à prendre part aux opérations de guerre dirigées contre leur pays, même s'ils étaient au service de ce belligérant avant le commencement de la guerre ;

    xvi)  Le pillage d'une ville ou d'une localité, même prise d'assaut ;9782804404857.png

    xvii)  Le fait d'employer du poison ou des armes empoisonnées ;

    xviii) Le fait d'employer des gaz asphyxiants, toxiques ou similaires, ainsi que tous liquides, matières ou procédés analogues ;

    xix)  Le fait d'utiliser des balles qui s'épanouissent ou s'aplatissent facilement dans le corps humain, telles que des balles dont l'enveloppe dure ne recouvre pas entièrement le centre ou est percée d'entailles ;

    xx)  Le fait d'employer les armes, projectiles, matières et méthodes de guerre de nature à causer des maux superflus ou des souffrances inutiles ou à frapper sans discrimination en violation du droit international des conflits armés, à condition que ces armes, projectiles, matières et méthodes de guerre fassent l'objet d'une interdiction générale et qu'ils soient inscrits dans une annexe au présent Statut, par voie d'amendement adopté selon les dispositions des articles 121 et 123 ;

    xxi)  Les atteintes à la dignité de la personne, notamment les traitements humiliants et dégradants ;

    xxii)  Le viol, l'esclavage sexuel, la prostitution forcée, la grossesse forcée, telle que définie à l'article 7, paragraphe 2, alinéa f), la stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle constituant une infraction grave aux Conventions de Genève ;

    xxiii) Le fait d'utiliser la présence d'un civil ou d'une autre personne protégée pour éviter que certains points, zones ou forces militaires ne soient la cible d'opérations militaires ;

    xxiv)  Le fait de diriger intentionnellement des attaques contre les bâtiments, le matériel, les unités et les moyens de transport sanitaires, et le personnel utilisant, conformément au droit international, les signes distinctifs prévus par les Conventions de Genève ;

    xxv)  Le fait d'affamer délibérément des civils comme méthode de guerre, en les privant de biens indispensables à leur survie, y compris en empêchant intentionnellement l'envoi des secours prévus par les Conventions de Genève ;

    xxvi)  Le fait de procéder à la conscription ou à l'enrôlement d'enfants de moins de 15 ans dans les forces armées nationales ou de les faire participer activement à des hostilités. 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu