Avertir le modérateur

crime.

  • Carcassonne: L'armée prend l'eau

     

    Carcassonne : L’armée prend l’eau. Ce qui s’est passé à Carcassonne ce dimanche restera un des évènements les plus graves de l’année.

    Quelques heures plus tard, à coup sûr, on ne sait pas tout. Mais on sait au moins l’essentiel. Ce devait être une journée tranquille. Une journée comme mille autres. L’armée agit, et les militaires veulent le faire savoir. L’opération du jour, c’était une démonstration de libération d'otages du Groupe de commandos parachutistes (GCP) du 3e Régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa).

    Le colonel Benoît Royal, chef du Sirpa-Terre, le service d'information de l'Armée de terre, raconte la suite à sa manière : « Pour une raison incompréhensible, des munitions à balles réelles ont été utilisées à la place de cartouches à blanc ». Et de faire part  de « l'incompréhension et la perplexité » de l'armée de terre devant cet événement. L'auteur des coups de feu, un sergent du 3e RPIMa, a été placé en garde à vue. Bilan, ce dimanche soir : dix-sept blessés, avec le pronostic vital engagé pour deux des blessés, dont un enfant, et deux autres dans un état grave.

    Et notre colonel d’ajouter : « La thèse qui prédomine, c'est qu'il y a eu erreur, sous réserve des investigations qui sont engagées par la gendarmerie ».

    Une erreur… Errare militarum est ? Mais il se fiche de qui le colonel Benoît Royal?

    Un erreur ! Peut être l’hypothèse d’une faute toute même, mon colonel, si ça ne perturbe pas trop le moral des troupes ? Allez, peut-être même notre colonel aurait-il pu évoquer l’hypothèse d’un crime. Viser des personnes et tirer avec des balles qui tuent, c’est un crime dit le code pénal. C’est au moins une question, avant de ratiociner sur l’erreur qui n’est en peut être pas une…

    Poursuivons l’enquête pour aider le colonel Benoît Royal. Des balles réelles mises à disposition des militaires lors d’un journée porte ouverte, c’est, disons, au moins fâcheux. Quelque part, un crétin qui n’a pas coché la bonne case. Un autre a introduit les balles dans l’arme, sans distinguer la balle à blanc et la balle réelle, c’est encore plus fâcheux. Les beaux livrets militaires ne prévoient pas une petite étiquette ou un signe distinctif , mon colonel ? Car, si la faille est dramatique aujourd’hui à Carcassonne, elle le saurait autant en Afghanistan si nos soldats faisaient aussi l’erreur, en attaquant les talibans avec des balles à banc. Il ne se fiche pas un peu des victimes, et de notre poire, le colonel Benoît Royal ?

    Chacun devant apporter son concours à la justice, je pose une question complémentaire pour aider le colonel Benoît Royal. S’il y a dix sept victimes, il sera difficile de soutenir qu’il n’y a eu qu’une seule balle. Ce qui veut dire que lorsque la première victime s’écroule, atteinte par erreur, la malchance s’est acharnée avec seize autres tirs par erreur ? 

    Notre vaillant Hervé Morin, rescapé du suffrage universel et réfugié politique au ministère de la défense, annonce une enquête de commandement. Dans d’autre temps, et avec d’autres meures, le ministre aurait déjà présenté sa démission. Mais on ne lâche pas une bouée de sauvetage comme ça. Surtout par temps agité.

    Quant à Sarkozy c’est peut dire que cette affaire vient au plus mauvais moment, alors qu’il vient de faire deux annonces qui bouleversent la vie militaire, et la politique de la défense, avec 54 000 postes supprimés dans les armées et la France qui s’apprête à rejoindre le commandement militaire de l’OTAN. Une vraie révolution, qui pour le moins, le place en délicatesse avec le monde militaire, à commencer par le haut encadrement. 

    Aussi, il va falloir suivre au plus près le film des évènements, qu’il s’agisse de l’enquête ou des décisions politiques. En attendant, l’armée qui va défiler devant Bachar el-Assad donne bien l’impression de prendre l’eau, et de toutes parts.

     

  • La Justice sollicitée de toutes parts...

    La justice sollicitée de toutes parts. Elle souhaiterait être juste, mais… comment répondre à toutes ces demandes et ces passions dont elle est saisie ? Regard sur la semaine écoulée.

     

     

    Campagne depuis la prison. En Serbie, on vote ce 11 mai pour les législatives. A suivre, le résultat du Parti Radical Serbe (SRS), ultranationaliste, dont la campagne est dirigée par Vojislav Seselj. Particularité : Vojislav Seselj est actuellement détenu à la Haye, accusé de crimes contre l’humanité et crimes de guerre, pour des faits commis entre 1991 et 1993.

     

     

    Transmission volontaire du Sida. A Marseille, ce 7 mai, le procureur a requis une peine de trois ans de prison dont deux ans ferme à l'encontre d'un homme de 41 ans, accusé d'avoir transmis le sida à sa compagne en lui cachant sciemment sa maladie. Toxicomane et séropositif, le prévenu a toujours caché sa maladie à sa concubine, âgée de 39 ans, qui avait découvert sa contamination par voie sexuelle au mois de juin 1999. Elle avait déposé plainte en mai 2000 pour « tentative d'homicide volontaire et mise en danger d'autrui », mais la justice a retenu seulement l' « administration de substance nuisible ayant entraîné une infirmité ou une incapacité permanente ».  

    Eco-terrorisme. Eric McDavid, un américain a été condamné jeudi à près de 20 ans de prison ferme pour avoir planifié des actes de vandalisme contre des équipements publics et privés, dont un centre de recherches génétiques du Service américain des forêts, un barrage, ainsi que des antennes de téléphonie mobile et des centrales électriques, selon le parquet. Pour le procureur fédéral à Sacramento « la condamnation sévère d'aujourd'hui, près de 20 ans dans une prison fédérale, devrait servir d'avertissement à ceux qui voudraient commettre des actes menaçant la vie humaine au nom de leurs opinions extrémistes ».

     

     

    Surpopulation pénale. La maison d'arrêt de Gradignan, dans la communauté urbaine de Bordeaux, compte près de 860 détenus pour 411 places. 62 cellules de 9m2 chacune. Inquiets, les agents, réunis mercredi en assemblée générale, ont donc décidé de bloquer l'accès à la maison d'arrêt le 16 mai prochain pendant une heure et demie, afin d'alerter leur direction sur leurs conditions de travail. L'administration pénitentiaire centrale reconnaît elle-même qu'au 1er avril, 18 établissements pénitentiaires avaient un taux d'occupation égale ou supérieure à 200%.

    Viol d’un bébé de six mois. Un homme de 40 ans, Pascal Pelloux, a été condamné le 7 mais par la cour d’assises du Vaucluse à 16 ans de réclusion criminelle, assortie d'un suivi socio-judiciaire d'une durée de 5 ans, pour avoir violé en septembre 2004 le bébé de sa compagne. L'enquête avait démarré par le signalement d'un internaute, destinataire d'un mail proposant des vidéos pédopornographiques. L’auteur du mail était Pascal Pelloux, et l’enquête s’est engagée sur cette base.

     

     

    Grâce pour Marchiani ? Jean-Charles Marchiani, proche de Charles Pasqua et ancien préfet du var, a été condamné à deux reprises à un et trois ans de prison pour la perception de commissions occultes.  des commissions occultes dans deux affaires d'attribution de marché. Les recours ont été épuisés, et l’incarcération est imminente. Son avocat a formé en recours en grâce devant Nicolas Sarkozy, et les anciens otages du Liban, Marcel Carton, Jean-Paul Kauffmann, Jean-Louis Normandin et Roger Auque, soutiennent cette demande en référence au rôle joué par Jean-Charles Marchiani pour leur libération.

     

    Propos raciste d’un enseignant. Un professeur d'anglais a été condamné mercredi 7 mai par le tribunal correctionnel de Valenciennes (Nord) à trois mois de prison avec sursis pour des propos racistes tenus à un de ses élèves en juin denier. Il était accusé, après avoir demandé à trois élèves de 5e de ranger la classe à l'issue d'un cours, déclaré à l'un des élèves, d'origine maghrébine, « ça, c'est du travail de bougnoule »

    Wade contre la FAO. Le président sénégalais Abdoulaye Wade a déclaré ce 7 qu’il entendait traduire la FAO en justice. Selon l’Agence de presse sénégalais, qui est l’agence officielle, Wade a déclaré : « Les responsables de l'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) prélèvent 20% de l'argent collecté au nom de l'Afrique pour le fonctionnement de la FAO. Je leur ai dit: Si vous continuez, je vais vous traduire en justice. Il faut rembourser les 20% de l'argent collecté en notre nom ».

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu