Avertir le modérateur

dalaï-lama

  • Il faut inviter le dalaï-lama !

     

    Il faut inviter le dalaï-lama ! Le dalaï-lama trop réservé, qui n’ose demander audience à l’Elysée. Kouchner va devoir casser la tire lire, car il lui faudra cette fois-ci un grand coup à boire pour avaler la couleuvre de la non- rencontre avec le dalaï-lama.

    Version officielle, dans le pure genre communiqué du politburo de l’époque Brejnev. « Le président de la République comprend les raisons qui conduisent le dalaï-lama, compte tenu des circonstances présentes, à ne pas solliciter un entretien durant son séjour au mois d’août en France ». En revanche, Carla Bruni « sera présente à la cérémonie religieuse présidée par le dalaï-lama » lors de l’inauguration le 22 août d’un temple bouddhique à Roqueredonde, dans l’Hérault. Je suis très heureux pour ce temple de bon coup de pub.

    Alors, petit retour sur un passé encore bien présent.

    Le dalaï-lama va effectuer une visite en France du 12 au 23 août, grande opportunité pour rencontrer cette haute personnalité. Entre Kadhafi et Bachar el-Assad, une pause salutaire. Je passe sur les engagements antérieurs, l’admiration pour le dalaï-lama, et toute la sauce officielle. 

    Mais voilà, cette rencontre ne plaisait pas à la Chine.

    Déclaration incroyable de M. Kong, ambassadeur de Chine à Paris le 8 juillet : « Nous sommes convaincus que la rencontre entre M. Sarkozy et le dalaï-lama ne doit pas avoir lieu. Dès lors que l'on reconnaît que le Tibet est une partie de la Chine, ce qui est le cas de la France, on ne doit pas recevoir ce moine politique, à l'activité séparatiste, adepte du double langage qui dirige un gouvernement en exil. » Menaçant, il avait indiqué que si, d'aventure, un entretien était organisé, « il y aurait des conséquences graves sur le plan bilatéral » entre la France et la Chine, sans préciser leur nature.

    Réaction immédiate et outragée du French Doctor, dès le lendemain, qui avait convoqué l’ambassadeur, pour lui demander de « s'expliquer sur ses déclarations qui ne correspondaient pas à l'esprit de la rencontre entre les deux présidents au Japon ». Et d’ajouter « que la France déterminait son attitude en toute indépendance et en rejetant les pressions d'où qu'elles viennent. »

    Quelques jours plus tard, la commissaire européenne aux Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner, se disait favorable à une rencontre : « Le dalaï lama est pour nous tous un leader spirituel. »

    Réponse d’un Sarkozy péremptoire : «Ce n’est pas à la Chine de fixer mon agenda et mes rendez-vous », qualifiant les propos de l’ambassadeur de Chine de « maladroits et déplacés », ajoutant : « Est-ce qu'il serait interdit de rencontrer un prix Nobel? Je me demande bien qui pourrait interdire une chose pareille. »

    Voilà. Alors aujourd’hui, le dalaï lama, qui sera en France pour dix jours, n’a pas osé demander une rencontre à l’Elysée.

    Mais, c’est très simple : il suffit de l’inviter ! De lui dérouler tapis rouge. De lui remettre une décoration prestigieuse, avec un parterre des personnalités signant le respect unanime de la société française. Et d’organiser une grand fête des libertés pour tous ceux qui ne pourront entrer à l’Elysée. Grande question : le timide, c’est le dalaï qui n’ose pas se faire inviter, ou c’est Nicolas qui n’ose pas inviter ?

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu