Avertir le modérateur

dsk

  • DSK fait le lit de Le Pen

    Le président du tribunal correctionnel de Lille l’avait bien annoncé : le procès traite du droit, pas de la morale… Et comme dans toutes les affaires de proxénétisme, c’est la ritournelle connue depuis des siècles : la femme est libre et agit parce qu’elle aime bien l’argent, le client est sympa et ne sait rien, et il n’existe pas de proxo.

    De fait, DSK et les autres lascars se défendent comme de bons abonnés de la correctionnelle : « La prostituée était souriante sur une photo, ça prouve qu’elle aimait ça, et d’ailleurs elle n’a pas porté plainte ». Arguments mille fois entendus… Les prévenus seront-ils condamnés ? Personne ne peut le dire. Trois magistrats chevronnés prennent le temps de la réflexion, alors on attend. Et puis quel enjeu après tout ? Ce n’est qu’une affaire de julots parmi tant d’autres.

    DSK_parti_Socialiste_2006.jpg

    Là où tout change, c’est que DSK était le présidentiable du PS et le directeur du FMI. Un mec qui ne doute de rien, et surtout pas de lui. Quand le président lui demande s’il était l’un des hommes les puissants de la plantée, il répond tranquillement : « Disons que j'ai sauvé la planète d'une crise qui aurait pu être plus grave que celle de 1929 ». Tout seul et en toute modestie... Enfoiré...

    De l’autre côté ? Les difficultés existentielles de femmes qui se battent pour ne pas sombrer. L’une des prostituées explique qu’elle s’est résolue à y passer, parce que le frigo était vide, et qu’elle avait peur qu’on lui retire ses enfants. Un autre, bouleversante d’émotion, expose comment elle a été violentée par la sodomie imposée par DSK, subissant en pleurant,… mais acceptant car elle avait besoin de 500 €.

    DSK n’y a vu que du fun – il devait bien décompresser après avoir sauvé la planète – et de l’inconstance féminine : ces pauvres femmes perdent la tête... car elles n’ont pas grand-chose à l’intérieur. Tout au plus, cette formule payée cher à une agence de com’ : « J'ai une sexualité qui est plus rude que la moyenne ». Merci pour elles. Nafissatou Diallo peut témoigner.

    Le problème est que le procès est public, et que les échos des audiences tombent à l’état brut dans la société française, assommée et horrifiée. C’est tellement sordide que personne n’ose en parler... mais ces infos font des ravages, tant elles témoignent de la violence sociale, du mépris pour les faibles.

    Le PS de Bambi nous avait gavés avec son programme de suppression de la prostitution, et de pénalisation du client. Aujourd’hui, ils n’ont rien à dire devant cette catastrophe morale. Car nous, qui ne sommes pas le tribunal, devons raisonner moral et social : des femmes, pour échapper à l’exclusion sociale, subissent les assauts du présidentiable PS, et le PS n’a rien à dire... C'est une fin. Aujourd’hui encore, il ne faut pas gêner celui qui reste son maître à penser, alors le PS se tait. Tant pis pour ces misérables femmes…

    Ils passent leur temps à duper le monde.

    6a00d8341bfb9a53ef017615c4ef48970c-500wi.jpg

    La peur d’une vie, en ces années de non-gouvernance, c’est la statue de Giacometti, « L’homme qui chavire ». Ceux qui chavirent, ou craignent de chavirer, ou redoutent de voir leurs enfants chavirer constatent amèrement que le PS est d’un autre monde.

    Il ne reste plus rien. Cet abandon ponctue des années de trahison. Désormais, il n’y a plus de rempart, et la victoire de Le Pen est possible. 

    F103-giacometti-homme-qui-chavire-a-f.jpg

  • DSK au blog : « Lola me turlupine ! »

    Victime d’un bon coup de complot derrière les oreilles, mon ami l’innocent DSK est venu pour confesse au blog, le seul organe de presse mondial garanti 100% sans complot.

    - Alors, Dominique, ça tourne mal…

    - C’est comme ça : chaque été les canicules s’emballent.

    - Tu gardes le moral ?

    - La mine piteuse, ce n’est pas mon genre. Et puis, il faut savoir prendre les choses en riant.

    - Tu es le seul dans l’affaire ?9782221097007.jpg

    - Non, il y a un ami du BTP, qui manie le béton à la tonne.

    - On parle de partouze…

    - Non, il faut être peu pour bien dîner… Notre spécialité : des mangues pour bien préparer la lotte. Les candidates montrent leur jus au curry et notre cuistot secoue les nouilles. Nous sommes gastronomes : goûtez-moi cette farce !  

    - Mais les juges ne parlent pas de diners !

    - Bon, juste de petits amusements : pour Lola, dilater sa rate la rendait toute chose.

    - Il n’y avait pas que Lola. Christine ?

    - Elle est folle de la messe ! Mais j’apprécie vachement son frangin.

    - Bernadette ?

    - Elle est revenue de la ferme pleine d'espoir… mais hélas, elle s’est tordu l’humérus.

    - Sacré Dominique, quel succès ! Mais pourquoi ce succès ?

    - Je n’y peux rien : elles apprécient toutes le goût de Mont-Blanc.

    - Quand même, tu es un peu accro...

    - Oui, je suis comme le curé : fou entre deux messes !

    - Encore sous pression de la presse ?

    - Non, c’est juste une masse de perturbateurs.

    - Tes avocats ?

    - Ils se penchent sur les pièces du fond.

    - Et le procureur ?

    - Pour le moment, ça va, mais lors procès, c'est lui qui sert l'amende !

    - Bientôt le procès ?

    - Je laisse à la juridiction le choix dans la date.

    - Toujours ému d’avoir perdu ton siège au FMI ? 

    - Oui, quand on touche à mon banc, je boude.

    - Maintenant, tu donnes des cours, ça ne t’ennuie pas un peu ?

    - Non, c’est un beau métier, professeur !

    - Un regret ?

    - Oui, il faut se méfier des trous du football.

    - C’est fini la politique ?

    - Pas du tout ! On est à la tête de l’Afrique ! 

     

    corrige.png

     

    - Alors, Dominique, ça tourne mal…

    - C’est comme ça : chaque été les canicules s’emballent.

    - Tu gardes le moral ?

    - La mine piteuse, ce n’est pas mon genre. Et puis, il faut savoir prendre les choses en riant.

    - Tu es le seul dans l’affaire ?9782757824771.jpg

    - Non, il y a un ami du BTP, qui manie le béton à la tonne.

    - On parle de partouze…

    - Non, il faut être peu pour bien dîner… Notre spécialité : des mangues pour bien préparer la lotte. Les candidates montrent leur jus au curry et notre cuistot secoue les nouilles. Nous sommes gastronomes : goûtez moi cette farce ! 

    - Mais les juges ne parlent pas de diners !

    - Bon, juste de petits amusements : pour Lola, dilater sa rate la rendait toute chose.

    - Il n’y avait que Lola. Christine ?

    - Elle est folle de la messe ! Mais j’apprécie vachement son frangin.

    - Bernadette ?

    - Elle est revenue de la ferme pleine d'espoir… mais hélas, elle s’est tordu l’humérus.

    - Sacré Dominique, quel succès ! Mais pourquoi ce succès ?

    - Je n’y peux rien : elles apprécient toutes le goût de Mont-Blanc.

    - Quand même, tu es un peu accro...

    - Oui, je suis comme le curé : fou entre deux messes !

    - Encore sous pression de la presse ?

    - Non, c’est juste une masse de perturbateurs.

    - Tes avocats ?

    - Ils se penchent sur les pièces du fond.

    - Et le procureur ?

    - Pour le moment, ça va, mais lors procès, c'est lui qui sert l'amende !

    - Bientôt le procès ?

    - Je laisse à la juridiction le choix dans la date.

    - Toujours ému d’avoir perdu ton siège au FMI ? 

    - Oui, quand on touche à mon banc, je boude.

    - Maintenant, tu donnes des cours, ça ne t’ennuie pas un peu ?

    - Non, c’est un beau métier, professeur !

    - Un regret ?

    - Oui, il faut se méfier des trous du football.

    - C’est fini la politique ?

    Pas du tout ! On est à la tête de l’Afrique !  

    9782705800062.jpg

  • Le Pen – DSK en 2017 ? Tout est possible !

    A six mois des présidentielles, les analystes et sondage-men se plantent toujours, alors à quatre ans de l’échéance, on est dans la science-fiction. Certes, mais la science-fiction, on adore car elle nous dit des choses justes.

    Le retour de Sarko ? Perdu d’avanceavec-sarkozy-tout-est-possible1.jpg

    Sarko reste un homme fort de la Droite, c’est évident. Il a de vrais partisans, dans tous les secteurs et sur toute la France. Oui, mais de là à redevenir le leader, il y a plus qu’un pas. Il pourrait prendre le temps de rencontrer VGE pour en causer…

    Sarko n’est plus le p’tit nerveux, mais l'hyper-nerveux. Regardez les vidéos volées lors du Comité directeur de l'UMP, c’est impressionnant... Le mec ne se tient plus, c'est tout le problème des maladies non soignées.

    Pour la mise en scène, c’était nul. Les images pouvaient faire croire que la France l’attendait, alors qu’il n’y avait que cinquante étudiants, des militants de Neuilly, pour se presser. De la manip' genre Corée du Nord.

    Sur le fond ? C’est la cata. Sarko a récupéré l’UMP puissante et riche. Il l’a laissée divisée, affaiblie et en faillite. Pendant un temps, il a pu, grâce à des ahuris du genre Kouchner ou Yade, faire croire au grand balayage de la Gauche non-PS à la Droite pro-FN. Mais, cette fiction a volé en éclat. Le centre lui étant acquis, il a tout misé sur la séduction du FN. Il en a légitimé les thèses, et aujourd’hui des pans entiers de la Droite peuvent voter FN. Quand Estrosi vomit sa xénophobie, il n’y a personne à l'UMP pour le condamner. 

    Et puis, Sarko joue le sauveur, alors qu’il a tout perdu. Sous son quinquennat, toutes les élections ont été des échecs, et l’UMP est en quasi-faillite, obligé de lancer une souscription populaire, comme le faisait Libé au temps de Sartre. Alors, miser sur ce mec…

    Une campagne Sarko en 2017, ce serait un vieux film de revanche, et uniquement du perso, car cet opportuniste génétique n’a aucune théorie pour souder l’opinion. 

    Si Sarko revient, Fillon et Copé sont tricards, et ils vont donc tout faire pour le zigouiller. Sarko va vouloir écraser Fillon, qui résistera mieux qu'on le dit, lassé d'être traité de naze et pensant à la suite. Copé sera un mauvais soutien pour Sarko, car si Sarko est élu, il se retrouvera au mieux préfet en Guadeloupe. C’est donc le grand retour de la Droite qui se divise et perd.

    La sagesse serait de s’accorder sur Juppé, mais c’est moins d’un pour cent de chances. La période des réglements de comptes est ouverte, et MLP va récupérer les électeurs, les uns après les autres. Le FN, c’est l’OFPRA de la Droite. Aux élections locales de 2014, nombre d’élus UMP auront la victoire à portée de main… en s’alliant avec le FN… pour retrouver les électeurs qui étaient les leurs il y a si peu de temps. Les alliances locales vont ouvrir un nouveau temps politique.

    Les sondages qui tueront HollandeAffiche-Tout-est-possible_lightbox.jpg

    A Gauche, Hollande reste dans le coup, car le financement public assure la prééminence du PS, et aucun coup brutal ne viendra du PS, devenu l’ANPES, l’Agence Nationale Pour l’Emploi des Socialistes. Désir peut dégager à tout moment, mais le cravaté qui lui suivra fera la même politique : « rien ». C’est le même problème qu’en Egypte.

    De l’intérieur, c'est l'attentisme. Fabius et Aubry pourraient isoler Hollande, mais rien ne vient. Fabius se fait vieux, et las de monter des coups, il profite de son statut d’intouchable. Aubry se montre de plus en plus compliquée, et ayant déjà subi de cinglantes défaites, elle ne reviendra que si tout est gagné d’avance, donc jamais. Tous deux sont prêts à soutenir Bartolone, mais ce gus qui fait le zig est incapable de fendre l'armure. Un éternel numéro deux.

    Alors, le leader minimo va continuer le jeu qu’il affectionne : aucune politique, aucun choix, et toutes les contradictions, persuadé que le miracle du « Tout Sauf Sarko » va se reproduire.

    Le problème est que la destruction de l’UMP et la liquéfaction du PS profitent à fond au FN, comme le montrent les huit partielles de l'année écoulée. Quand il arrive au deuxième tour, le FN est vite au-dessus de 45% des voix, et là, tout devient possible. Dans nombre de cantons PS, c'est le FN qui est en tête au second tour. Les voix viennent de Droite et de Gauche, la Gauche étant incapable de gouverner et s’étant ralliée aux thèses d’exclusion du FN, merci Valls.  

    Les chiffres lourds de l’économie font le reste : l’endettement s’est accru, la croissance est à zéro, et le chômage augmente. La cote de Hollande, qui est au plus bas, va finir de s’écraser.

    Alors, on va trouver les sondages qui vont tout changer.

    Avec l’UMP en implosion, MLP au deuxième tour sera bientôt une donnée réaliste.

    Et quid quand MLP s’approchera de Hollande sur un deuxième tour, comme pour les partielles ? Et quid quand viendra le premier sondage donnant MLP à 51% et Hollande à 49 ? Et quid quand le même sondage donnera MLP battue face à DSK ? C’est sûr que Hollande n’est pas prêt de décrocher une interview sur CNN…

    laulme_hollande_montre.jpg

    C'est bon, on est dans le tempo ! 

  • Les gros fumelards des « grandes gueules »

    Il y a un truc qui s’appelle une « radio » qui tolère un truc qui s’appelle « Les grandes gueules ». Depuis des années sur RMC, la chasse d’eau a remplacé le cerveau, mais ça plait. Racisme, sexisme, tout y est, très tendance.

    baros-mbia-700_full_diapos_large.jpg

    Je n’écoute jamais cette pollution mentale, mais les taxis, si, et j’ai appris à être prudent. Quand je monte dans un taxi le matin, j’indique la direction et je demande si le taxi écoute « Les grandes gueules ». Si c’est le cas, je descends.

    Ce lundi 21 janvier, les leaders intellectuels de l’émission (de gaz ?), Alain Marshall et Olivier Truchot, avaient invité trois habitués, une consœur Maître Chozemuche, un conseiller en investissement financier, Franck Tanguy et une chèfe d’entreprise, Sophie de Menthon.

    Vient, soumis à la sagacité de ces érudits, l'accord financier de 1,5 million d'euros conclu entre DSK et Nafissatou Diallo.

    Sophie de Menthon est tout pétillante : « Tu veux que je sois politiquement totalement incorrecte? Je me demande, c'est horrible à dire, si ce n'est pas ce qui lui est arrivé de mieux ! Moi je pense que l'argent qu'elle a gagné, qui lui permet d'élever sa fille, elle ne l'aurait jamais eu dans toute son existence et j'espère qu'elle oubliera ce moment extrêmement désagréable».

    Franck Tanguy affirme doctement qu’ « il n’est pas loin de penser la même chose », et l’adorable Sophie de Menthon en remet une couche : « Il y a des femmes dans la rue, je suis sûre qu’elles ont pensé ça, en se disant j’aimerais moi être femme de chambre dans un hôtel et que ça m’arrive. »

    Mon excellente consœur Chozemuche puise dans cinq siècles de civilisation pour dire à ses chers amis qu’« un viol n'a pas de prix », mais Franck Tanguy réplique que pour Nafissatou Diallo, c’est « un conte de fée », et cet abruti fini nous explique : « C'est un tromblon. Elle n'a rien pour elle. Elle ne sait pas lire, pas écrire, elle est moche comme un cul et elle gagne 1,5 million. C'est extraordinaire cette histoire! ». Maître Chozemuche proteste par des « Ouille, ouille, ouille », et tout le monde se quitte bonz’amis.

    Hier, ça a commencé à gueuler sur le net. Mais du côté de RMC, c’est mort. La direction est restée aux abonnés absents, les journalistes – dont un du matin qui passe son temps à faire la leçon à tout le monde – n’ont rien à dire, et Franck Tanguy a juste confessé, presque ému : « J'ai dit une beauferie, je suis allé trop loin ».

    Une beauferie… Ils méritent bien tous leur légion d’honneur de fumelards aguerris.

    contre-le-sexisme.jpg

    Ce n’est pas une beauferie. C’est un truc finement pensé, qui a émerveillé les « responsables » de l’émission, et qui s’appelle de l’outrage aux victimes d’un crime et l’apologie du crime de viol.

    Avec ces abrutis, la vie est belle : une femme pauvre et qui ne répond pas aux critères de la mode, a un avenir quand elle se fait violer par un saldingue.

    Décidément, l’affaire DSK fait ressortir toutes les hypocrisies ataviques de la bonne société française.

    Lang, pour qui « « il n’y avait pas mort d’homme »,... non... juste viol d’une femme ; l’autre crétin pour qui « c’était du troussage de domestique » ; Aubry qui chouignait sur le destin de son ami… Et tant d'autres, avec le lunaire Badinter qui s'en égo-zillait... Maintenant, cette tripotée de cornichons qui se marre devant le conte de fée vécu par la victime d’un viol.

    Bien sûr, il ne se passera rien, car icelle tripotée est bien dans le temps présent.

    Hollande vient de nommer au CSA, Sylvie Pierre-Brossolette, journaliste au Point, qui s’était lâchée le 19 mai 2011, au vu de l’arrivée de DSK au tribunal de Manhattan : « Quelle image donnons-nous au monde quand les télévisions de la planète entière montrent un prestigieux Français pénétrer dans le tribunal de New York, piteux, mal rasé et toujours menotté, pas mieux traité que les malfrats de couleur déférés avant et après lui devant le juge ? » Grande pensée qui vaut bien une nomination.

    Sylvie peut prendre des piges aux « grandes gueules », elle a le niveau.

    Tout ça, c’est vraiment la petite France. Elle a déjà perdu, mais elle ne le sait pas encore. Nous, on le sait. 

    gameover.jpg

  • La répression du proxénétisme

    Une bande de julots la papouille renvoyée devant le tribunal correctionnel par la chambre d’instruction de la cour d’appel de Douai, qui en a vu d’autres, et nous voici gratifiés de gentilles élucubrations sur les vertus du libertinage et l’ordre moral que voudrait imposer la justice. Non, les juges appliquent la loi, et le proxénète n’est pas seulement le gros méchant qui exploite les prostituées par la menace et la violence.72173.jpeg

    La France en 1960 a ratifié la Convention de l'ONU de 1949 refusant la pénalisation de la prostitution, et depuis, sa politique pénale repose sur deux principes : elle combat le proxénétisme, mais elle ne punit pas la prostitution en tant que telle et considère, au contraire, les prostituées comme des victimes.

    Le législateur est périodiquement intervenu pour aggraver la répression du proxénétisme, en tenant compte de ses évolutions, et depuis 1994, le Code pénal permet de poursuivre les proxénètes pour crime dans certaines circonstances.

    Le proxénétisme est réprimé par les articles 225-5 à 225-12 du Code pénal, au chapitre des « atteintes à la dignité de la personne ».

    Le proxénétisme

    Il est défini (article 225-5) comme le fait :

    1° d'aider, d'assister ou de protéger la prostitution d'autrui ;

    2° de tirer profit de la prostitution d'autrui, d'en partager les produits ou de recevoir des subsides d'une personne se livrant habituellement à la prostitution ;

    3° d'embaucher, d'entraîner ou de détourner une personne en vue de la prostitution ou d'exercer sur elle une pression pour qu'elle se prostitue ou continue à le faire. 

    Il est puni de cinq ans de prison.

    Lui est assimilé (article 225-6), et est puni des mêmes peines, le fait :

    1° de servir d'intermédiaire entre deux personnes, l'une se livrant à la prostitution et l'autre exploitant ou rémunérant la prostitution ;

    2° de faciliter à un proxénète la justification de ressources fictives ;9782353151004FS.gif

    3° de ne pouvoir justifier de ressources correspondant à son train de vie tout en vivant avec une personne prostituée ou en étant en relations habituelles avec une ou plusieurs personnes prostituées ;

    4° d'entraver l'action de prévention, de contrôle, d'assistance ou de rééducation des organismes qui œuvrent à l'égard de personnes en danger de prostitution ou qui se livrent à la prostitution.

    Le proxénétisme aggravé

    Le proxénétisme est puni d'une peine plus lourde – dix ans, avec période de sûreté – dans les circonstances définies par l’article 225-7 :

    1° à l'égard d'un mineur ;

    2° à l'égard d'une personne particulièrement vulnérable en raison de son âge, d'une maladie, infirmité, déficience physique ou psychique ou d'un état de grossesse ;

    3° à l'égard de plusieurs personnes ;

    4° à l'égard d'une personne incitée à se livrer à la prostitution soit hors du territoire de la République, soit à son arrivée sur le territoire de la République ;

    5° par un ascendant de la personne qui se prostitue ou par une personne qui a autorité sur elle ou abuse de l'autorité que lui confèrent ses fonctions ;

    6° par une personne qui participe, de par ses fonctions, à la lutte contre la prostitution, à la protection de la santé ou au maintien de l'ordre public ;

    7° par une personne porteuse d'une arme ;

    8° avec l'emploi de la contrainte, de violences ou de manœuvres dolosives ;

    9° par plusieurs personnes agissant en qualité d'auteur ou de complice, sans qu'elles constituent une bande organisée ;

    10° grâce à l'utilisation, pour la diffusion de messages à destination d'un public non déterminé, d'un réseau de télécommunications.564771.jpg

    Lorsque le proxénétisme est commis en bande organisée, la peine est portée à vingt ans de réclusion criminelle (article 225-8).

    Proxénétisme hotelier

    L'article 225-10 réprime le proxénétisme « hôtelier » : est puni de dix ans de prison le fait :

    1° de détenir, gérer, exploiter, diriger, faire fonctionner, financer ou contribuer à financer un établissement de prostitution ;

    2° détenant, gérant, exploitant, dirigeant, faisant fonctionner, finançant ou contribuant à financer un établissement quelconque ouvert au public ou utilisé par le public, d'accepter ou de tolérer habituellement qu'une ou plusieurs personnes se livrent à la prostitution à l'intérieur de l'établissement ;

    3° de vendre ou de tenir à la disposition d'une ou de plusieurs personnes des locaux ou emplacements non utilisés par le public, en sachant qu'elles s'y livreront à la prostitution.

    Selon une étude du Sénat publiée en 2 000, l'infraction la plus souvent sanctionnée est le proxénétisme par partage du produit de la prostitution d'autrui, avec une moyenne d'emprisonnement de douze mois, et ensuite le proxénétisme par aide, assistance ou protection de la prostitution d'autrui, avec une peine moyenne d'emprisonnement de vingt-et-un mois. 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu