Avertir le modérateur

extradition

  • Aurore Martin : La grosse manip’ du gouvernement

    L’extradition d’Aurore Martin porte la signature du nouveau couple tendance, Valls/Hollande. Un drôle de couple à vrai dire qui me rappelle le couple Banier/Bettencourt. Genre : le protecteur adoré qui abuse des gentillesses de la mamy larguée et pas trop regardante.attention_manipulation1.jpg

    Circulez, il n’y a rien à voir ?

    Si j’en crois le staff du PS, il n’y aurait rien à voir car il s’agirait juste de l’exécution d’une décision de justice. Allons, allons… A d’autres ! Merci de ne pas nous prendre que pour des cons, comme disait Coluche.

    Il n’y a plus personne pour décrypter les faux discours innocents ? On gobe tout, parce que le gentil gouvernement nous protège des méchants ?   

    Regardons de près,... et n'oublions pas la toile de fond: Valls fonce pour s'imposer, car Ayrault est en déroute. Hollande aime bien Ayrault, mais il sait qu'il est impossible de gouverner avec un premier ministre effondré dans les sondages.  

    D’abord, ce silence..

    La première donnée qui pue le coup tordu, c’est le silence assourdissant de ces maniaques des micros, juste après l'arrestation.

    Pendant la campagne, Hollande avait appelé Guéant à la clémence pour Aurore. Un engagement qui ne valait rien, comme les autres, mais qui montre qu’Hollande connait bien l’affaire. 

    Une Française est livrée à la prison espagnole pour avoir participé en Espagne à deux réunions d’un parti qui est légal en France. C’est une première, et aucun de nos bavards impénitents n’a un mot pour parler de cette affaire, défendre notre compatriote, ou au minimum lui apporter un message de réconfort ?

    Aurore Martin moins vendable que Florence Cassez ?

    Ce silence est une signature. Mais il y a bien plus.

    Pourquoi ne pas avoir arrêté Aurore chez elle ?  9782365490047.jpg

    Que nous disent Valls et Taubira, sa danseuse d’un jour ? « Il y avait une décision de justice, et notre devoir est de faire appliquer les décisions de justice ».

    Oki ! Ça serait çà le truc ?

    Petits rigolos !

    Aurore a vécu trois mois dans la clandestinité, mais depuis juin 2011, c’était fini. Aurore menait une vie tranquille et se rendait tous les jours à son travail. Elle avait la vie sociale de tout le monde, et participait aux réunions de son parti politique. La police et la justice avaient son adresse. Rien n’était caché.

    Le vaillant parquet et la vaillante police pouvaient l’arrêter tranquillement chaque jour depuis 18 mois, chez elle, ou quand elle achetait son pain, ou quand elle se rendait au travail, ou au cinéma… Un jeu d’enfant.

    Alors, pourquoi s’être abstenu ?  

    Aurore n’a pas été arrêtée chez elle parce qu’il aurait fallu que les sinistres assument, et ça, c’est trop demander à ces lopettes.

    L’astuce a été de tendre un piège, le plus banal possible, et après de lever les bras au ciel sur le thème « je n’y suis pour rien, c’est la loi qui s’applique toute seule ».

    Ils ne savent même pas mentir…

    Que nous disent ces deux faux-culs, qui ne savent même pas mentir ?

    Valls : « Aurore Martin a été arrêtée lors d'un contrôle routier habituel en cette période de vacances. Je démens toute autre version des faits ».

    Taubira : « Aurore Martin a été interpellée lors d'un contrôle d'alcoolémie aléatoire ».

    Alors, contrôle routier des vacances ou contrôle d’alcoolémie ? Déjà deux versions…

    Mais surtout : pourquoi ne répondent-ils pas à la question principale, à savoir le refus d'arrêter Aurore chez elle, et depuis bien longtemps ? 

    Et cet empressement à dire : « Ce n'est qu'une affaire judiciaire ». Pas un seul mot d'analyse politique sur la question basque ? Sans doute une question qui n'existe pas ? 

    jeuxdecon.jpg

    Le but : maintenir la tension

    En réalité, Valls et Hollande savent très bien qu’Aurore présentait un danger zéro pour l’ordre public. Mais la  seule chose qui compte est de maintenir la tension. Taper sur l’ETA, c’est un puits de consensus, alors il ne faudrait pas que la source se tarisse.

    Comme tous les répressifs, Valls et Hollande se contrefichent de l’effet immédiat de leurs décisions. Seuls comptent l’effet médiatique et la construction du désordre, qui permettent de se préparer de nouvelles gloires sur le thème : « Moi, défenseur de l’ordre, protecteur de vos libertés ».

    C’est donc un mensonge doublé d’une provocation, en espérant entretenir le mal, et là, c’est tout bénef. L’ETA, qui respecte l’arrêt des armes, est invendable et affaibli, donc très facile à diaboliser. Alors allons-y gaiement, et par la même occasion, enterrons toute idée de reconnaissance d'un pays basque.

    Ce coup tordu est une pure provocation, avec l’espoir de provoquer une réaction… qui permettrait un nouveau degré dans la répression, l’occasion sans risque de se faire valoir.

    Personne n’est dupe. Ces mecs sont accros, et s'ils ne se soignent pas, ils en feront d’autres. 

    38202_aubryune.jpg

    C'était le bon vieux temps...

  • Aurore Martin : Valls et Hollande, ces malades de la répression

    Aurore Martin, 33 ans, française, a été livrée par l’Etat français à l’Etat espagnol. Pourtant vous avez tous en tête ce principe : un Etat n’extrade pas ses nationaux. Guéant et Sarko s’y refusaient, mais Valls et Hollande n’ont eu pas ces scrupules. Voilà ce qui arrive quand on élit le « moins pire ».la_grande_illusion,9.jpg

    Aucun acte de violence

    La faute d’Aurore ? Aucun acte de violence, sinon je ne prendrai pas sa défense. Je suis totalement psychorigide sur ce truc. En droit, l’occupation armée justifie la résistance armée, comme le font les patriotes Palestiniens, Afghans ou Sahraouis. Mais l’Espagne, avec tous ses défauts, est un Etat de droit, acceptant le contrôle de la CEDH. Je n’idolâtre ni la démocratie espagnole, ni la CEDH et ses convictions molles, mais il existe suffisamment de garanties pour dire qu’en Espagne, le recours à la violence armée est illicite.

    Sur ce blog, je me suis fâché (provisoirement) avec bien des amis à cause de Battisti. Battisti a été jugé pour des faits d’armes commis en Italie, qu’il a revendiqués. Pour moi, c’est une fin de partie. Si Battisti en voulait aux magouilleuses autorités italiennes de l’époque, ou aux US finançant les ligues d’extrême-droite, il pouvait tenter de s’en prendre à ces autorités. Mais tuer de braves gens qui mènent leur vie, non, jamais. Il n'y a de place pour la violence armée ni en Italie, ni en Espagne. 

    Aurore Martin n’a rien à voir avec ces errances. Elle est membre du parti indépendantiste Batasuna, parti légal en France,... mais illégal en Espagne, car les malades sécuritaires espagnols le considèrent comme lié à l’ETA. En France, Batasuna présente des candidats aux élections locales. Oki ?

    La faute d'Aurore ? Elle a participé à deux réunions publiques de Batasuna en 2006 et 2007, à Pampelune, en Espagne. C’est çà et c’est tout. Voilà la prise de ces accros à la répression que sont Valls et Hollande : une française, membre d’un parti légal en France, a participé à deux réunions de ce parti, illégal en Espagne. Pour cela, elle risque 12 ans de prison. Pour cela, la France extrade une française.

    Cette bouse de mandat d’arrêt européenla_grande_illusion,1.jpg

    L’Espagne, le 13 octobre 2010, a demandé à la France l’extradition d’Aurore,... qui est française. Cela aurait dû suffire à planter l’affaire, mais ici entre en jeu cette bouse de mandat d’arrêt européen (MAE).

    Le MAE est le signe de la déliquescence européenne : l’ordre remplace la loi, pendant que les politiques se murgent à la buvette.

    Le venin est celui de la poursuite judiciaire idolâtrée, une maladie des juges justiciers qui se l’étaient pété avec l'Appel de Genève de 1996, signé notamment l’ineffable Renaud Van Ruymbeke et d'autres candidats au enflement de tronche.

    Les politiques se sont couchés devant les justiciers ignorants.

    Le MAE a été adopté 2002 au prétexte de lutter contre la criminalité transfrontalière, grand sujet de consensus chez les blaireaux. Avec le MAE, on supprime les procédures d'extradition entre les Etats membres de l'Union Européenne, vu la confiance amoureuse existant entre Etats européens, et on s’aime tellement qu’on permet l’extradition par un Etat de ses propres nationaux. Et la CEDH, lamentablement, se couche.

    Comme si ça ne suffisait pas, le législateur a adopté la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004, qui inclut dans le Code de procédure pénale cet article 695-23, pourri jusqu'à la moelle.  

    D’abord le principe :

    « L'exécution d'un mandat d'arrêt européen est également refusée si le fait faisant l'objet dudit mandat d'arrêt ne constitue pas une infraction au regard de la loi française.

    Puis l’exception qui ruine le principe :

    « Par dérogation au premier alinéa, un mandat d'arrêt européen est exécuté sans contrôle de la double incrimination des faits reprochés lorsque les agissements considérés sont, aux termes de la loi de l'Etat membre d'émission, punis d'une peine privative de liberté d'une durée égale ou supérieure à trois ans d'emprisonnement ou d'une mesure de sûreté privative de liberté d'une durée similaire et entrent dans l'une des catégories d'infractions suivantes :

    - participation à une organisation criminelle ;

    - terrorisme […].

    Bref : il suffit qu’un juge espagnol écrive « terroriste » sous votre nom pour que tous les Etats européens se mettent à vous courser, en s’interdisant de vérifier si vous avez un lien quelconque avec le terrorisme.

    Ne rigolez pas : c’est exactement le même projet (rédigé par Guéant et Sarko) que Valls et Hollande veulent faire voter pour remonter les filières « terroristes » islamistes.

    Un traquenard pour livrer Aurore aux prisons espagnolesla-grande-illusion.jpeg

    Aurore a tenté tous les recours, mais le texte sur le MAE, agrémenté de l’article 695-23 est un mur, et les juges n’ont pu que constater l’existence de ce mur. La CEDH aurait pu renverser la table, mais elle reste un bébé devant la politique.

    Elle ne se cachait pas. Elle avait réuni autour d’elle de nombreux soutiens, et pour cause : c’est une simple militante d’un parti légal ! Elle a toujours assumé son militantisme, expliquant qu’au sein de Batasuna», elle participait à un processus de paix au Pays basque: «Pour moi, chaque jour dehors est un jour où je peux travailler, un bonus».

    Aurore a été interpellée jeudi lors d'un contrôle routier « fortuit » à Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques).

    Fortuit ?... Ouah le gros balourd !

    Jean-François Lefort, l’un des responsables de Batasuna à Bayonne, décrit un traquenard : « Nous réfutons la thèse d’un contrôle fortuit : au moment où Aurore Martin a été arrêtée, il y avait un important peloton de gendarmerie à un autre endroit où elle aurait pu passer ».

    Valls, gros venin, gros malin

    Quatre jours plus tôt, Valls avait donné une interview à El Pais, affirmant que l’ETA était toujours l’ennemi et qu'il n'y aurait pas de Pays basque français dans la prochaine loi de décentralisation, alors que cette question était bien avancée.

    Avant-hier, Valls a fait arrêter Mohammed Hammami, iman de la Mosquée Omar, décrit aujourd’hui comme une abomination intégriste,... alors qu’il est responsable du mouvement Tabligh, autorisé à participer sous le contrôle du ministre de l’Intérieur Sarkozy aux élections au CFCM. Son fils est trésorier du CFCM. Mohammed Hammami est âgé de 77 ans, et le 15 mai, la commission des expulsions avait rendu un avis défavorable à son expulsion. Mohammed Hammami est bien connu, et il a pignon sur rue depuis des années. Guéant avait menacé de recourir à son expulsion, mais c'est Valls qui l'a fait, avec une urgence soudaine, la veille de l'arrivée du premier ministre israélien. 

    Valls a un discours à tenir, et les décérébrés du PS l’ovationne, lui permettant de rêver au poste occupé par Ayrault, alors ce n’est pas la loi qui va le limiter…

    Meme chose pour Aurore, mais cette fois-ci le consensus est pour la victime de Valls. Tout le monde s’oppose à l’extradition d’Aurore. 

    Les réactions politiques La-grande-illusion.jpg

    Le PS de Désir d’amour fait le canard, et ça ne surprend personne. 

    Mais pour le reste, c’est très intéressant.

    Max Brisson, conseiller général UMP : « Cet événement est un nouveau signal préoccupant pour tous ceux qui œuvrent pour un Pays basque apaisé et le vivre-ensemble. La société civile du Pays basque et bon nombre d'élus ont dit combien ils pensaient que ce mandat d'arrêt était disproportionné par rapport aux faits reprochés à Aurore Martin. »

    Jean-Jacques Lasserre, sénateur MoDem : « Je suis choqué de voir de quelle façon ce gouvernement utilise des méthodes extrêmement brutales pour traiter des problèmes délicats ».

    Trois parlementaires PS, seize élus socialistes et républicains, par un communiqué commun : « Nous sommes consternés ». Ils condamnent l'application du mandat d'arrêt européen et réclament le « retour immédiat sur le territoire français » d’Aurore et ajoutent : « Nous rappelons que les faits visés par l'Espagne ne sont pas répréhensibles en France : appartenance à un parti politique légal en France et participation à des manifestations publiques ».

    Kotte Ecenarro (PS), vice-président du conseil général des Pyrénées-Atlantiques : « Je déplore un situation ubuesque, incompréhensible en plein processus de paix. Ça tourne à la provocation de la part des gouvernements français et espagnol ».

    Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF des Pyrénées-Atlantiques : «Le gouvernement Ayrault vient d'écrire une page déshonorante pour notre pays. Il est insupportable et indigne qu’une ressortissante française, militante d’un parti autorisé en France, soit extradée pour des faits non punissables dans notre pays».

    EELV Pays basque : «  Alors que les élus de tous bords et la société civile s'allient à la fois pour travailler à l'avenir du territoire et pour rendre pérenne la paix rendue possible par le dépôt des armes d'ETA, M. Valls semble vouloir créer la discorde en entretenant sciemment l'amalgame et la confusion ».

    Noël Mamère : « Le ministre de  l’Intérieur prend le risque de rallumer le feu. Il est en train de mettre en péril le processus de paix qui est engagé au Pays basque, alors même que l'ETA a annoncé en 2011 qu'elle déposait les armes. M. Valls joue un jeu extrêmement dangereux dans le but de soigner son image de ministre de l'Intérieur intransigeant ».

    Le Parti de Gauche : «Là où en 2011, Guéant et Sarkozy avaient reculé devant la mobilisation des nombreux soutiens de gauche comme de droite de la militante politique, Valls et Hollande n'ont pas hésité à bafouer les libertés d'opinion et d'expression reconnues par notre constitution et trahissent honteusement les principes fondateurs de la gauche ».

    Anita Lopepe, membre de la coalition basque EH Bai : «Valls s’aligne sur le Partido Popular, c’est un simple relais de Madrid à Paris».

    Le Comité de défense des droits de l’Homme Pays basque rappelle : «François Hollande lui-même avait apporté son soutien à la jeune Aurore quand il était candidat ».

    *   *   *

    La décision de Valls et Hollande est claire : ils ont extradé une Française qui n’a commis aucune infraction au regard du droit français, pour jouer aux chefs de guerre contre le terrorisme. Bush est leur modèle.

    Je ne fais que deux observations.

    1/ Comme l’alcoolique qui bat sa femme, celui qui viole la loi la reviolera. Les expulsions collectives de Roms, condamnées par l’ONU, démontraient un mépris souverain du droit, et ouvraient vers maintes violations du droit, et des plus graves. Nous sommes tous solidaires.

    2/ La République, c’est le respect du droit, alors il faut dégager Hollande. 

    Et ne me parlez plus du « moins pire », cette grande illusion.

    grande illusion2.jpg

  • Polanski : Cruel mais légal

    Philip-Martin-Los-Angeles---Hollywood-sign-96172.jpgEt oui, une décision de justice peut être cruelle. Le génial Polanski, 76 ans, arrêté pour une affaire de moeurs qui date de 31 ans… Alors, empathie avec le cinéaste, oui, mais à condition que les arguments ne soient trop élastiques. Car Polanski savait qu’il était activement recherché.

     

    L’affaire est simple. Lors d’une soirée de philosophie appliquée chez Jack Nicholson, à Los Angelès, en 1977, Roman Polanski a abusé sexuellement d’une jeune fille de 13 ans. Je peux affirmer ce fait, car Polanski avait plaidé coupable sur ce grief de « relations sexuelles illégales ». La justice retenait d’autres chefs de poursuites, dont le viol. Pour la qualification qu’il a reconnue, Polanski encourt une peine de 20 ans. A l’époque, le cinéaste avait été arrêté et emprisonné six semaines, avant d'être remis en liberté. Mais il avait ensuite fuit devant le procès qui avançait, car ça sentait le cramoisi. C’était en janvier 1978. Réponse judiciaire de rigueur : un mandat d’arrêt avait été lancé.

     

    L’arrestation du cinéaste a Zurich a été décrite comme un truc incompréhensible, genre une fusée qu’on croyait explosée dans les airs et qui soudain, retombe sur terre. La réalité est plus contingente. scooley.jpg

     

    Polanski, qui a la double nationalité polonaise, de naissance, et française, d’adoption, vivait planqué, calculant tous ses voyages : soit des pays n’ayant pas de conventions d’extradition avec les Etats-Unis, soit des voyages discrets. C’est ainsi que Polanski était déjà venu en Suisse, furtivement. Cette fois-ci, son séjour était connu et le parquet de Californie – le District Attorney du Conté de Los Angeles – a donné l’ordre d’arrestation, que le gouvernement de Berne se devait d’exécuter.

     

    A plusieurs reprises ces dernières années, la justice californienne avait essayé, mais elle était arrivé trop tard. Polanski, pour sa part, avait renoncé à des déplacements, estimés trop risqués.

    En janvier 2009, les autorités judicaires californiennes avaient rappelé que Roman Polanski était recherché et qu’il relevait de la compétence de leur juridiction. Ce mois de mai, le cinéaste avait essayé de faire annuler ce mandat, ce que lui avait refusé le juge Peter Espinoza, expliquant que le mandat resterait car « Polanski n’avait pas l’intention de se soumettre de lui-même à la juridiction de la cour. » Et la loi californienne dispose qu’un fugitif est sous le contrôle des juges tant qu’il reste au large.

    La règle est claire, et il était d’une imprudence folle que de se rendre, pour un grand festival, dans un pays lié par une convention d’extradition avec les Etats-Unis.

    6a00d83451b1b869e200e54f4dfd838833-800wi.jpgAlors, maintenant ?

    Va venir la demande d’extradition. Déjà, on annonce des demandes pressantes auprès d’Obama pour calmer les juges de Californie. Les dernières décisions de justice datant de quelques mois, hors de question de faire passer aux US la salade du vieux mandat de 30 ans, couvert de poussière. Je ne connais pas cette convention d’extradition, mais au regard des principes du droit international, je vois mal comment un ordre d’arrestation de cette nature, voulu par la justice de Californie, ne serait pas estampillé par les autorités fédérales. Et il faudrait donc espérer que celles-ci se dédisent parce que les gouvernements français et polonais le demandent... Nous verrons bien.  Et Polanski, à la recherche d’une faille, va exercer les recours qu’offre le droit suisse.

    La victime a dit qu’elle ne souhaitait pas un nouveau procès. Trente ans après, pour cette maman de trois enfants, l’arrestation est à coup sûr une tuile. Mais la conduite des poursuites pénales n’appartient pas aux victimes… Les faits, reconnus dans la procédure et dans des écrits, sont d'une particulière gravité. Roman Polanski est en droit d'attendre de la justice, après tant d'années, un jugement compréhensif, montrant qu'une vie n'est pas écrite, et le pire peut être suivi du meilluer. Mais il ne peut revendiquer, au nom de son statut d'artiste, le droit de ne pas être jugé.

    Et pour le reste ? Les Californiens pourraient voter des lois moins brutales, que les juges appliqueraient, comme ils appliquent aujourd’hui, car c’est leur devoir, une loi aux effets cruels. Précisons que leur procureur, le District Attorney, est lui aussi élu, pour quatre ans.

  • Marina Petrella : Le prix de l’incohérence

    PA028CATUBYOOCANGXHOSCARMBHACCADWXDZTCAF1GI7HCALP43CCCAQ1CXCFCAALE8RRCA3FXJHICA4VJP6ECAIRZJ7WCATXEO6GCAAB3LHBCABYI9BCCAZM9SARCAA4ZN4ACAC1LNWWCAI9LENU.jpgMarina Petrella : Le prix de l’incohérence. Marina Petrella est libre, tant mieux pour elle et ses enfants. C’était une décision attendue. Mais franchement, rien de glorieux, et que d’incohérences...

    Incohérences d’abord de Marina Petrella. Certes elle n’avait que vingt ans quand elle a rejoint les Brigades Rouges. A l’époque, l’Italie paraissait cadenassée entre une démocratie-Chrétienne assise sur le scrutin proportionnel et des réseaux douteux tutoyant la mafia, un Parti communiste confortablement installé dans l’opposition, et la violence armée d’une extrême-droite peu combattue. La violence armée marquait toutes les grandes démocraties : France, Allemagne, Grande Bretagne. Il n’en reste pas moins que le passage à l’action violente n’avait rien d’obligé, pour le moins. Et Marina Pattrela n’avait pas fait dans la demi-mesure. Elle dirigeait la « colonne romaine » des Brigades Rouges, à une époque où ce groupe avait déjà beaucoup de sang sur les mains. C’était un choix réfléchi. Un choix dangereux pour elle, mais encore plus pour les autres, et ce au Z6SUICAAJH52RCA6DLR2ACAZIUZ0TCA5SG3AGCAJDK5MYCA3KLXVFCAXVC4YWCA3R5ME2CAVHDOXBCAXD29GDCAAR9FAZCALG10TOCAX51QU2CAVL6Q6ACALB36PSCAYLELV8CA8CSHB4CAQ8KARB.jpgnom de théories de bazar. En 1981, elle a été impliquée dans le meurtre d’un commissaire de police, et a été arrêtée. Libérée quelques temps plus tard, elle en a profité pour prendre la fuite et s’installer en France. En 1992, elle était convoquée à son procès, mais ne s’y est pas rendue, sachant qu’en Italie les arrêts de cour d’assises prononcés en l’absence de l’accusé restent définitifs. Elle a été condamnée en mars 1992 à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d'appel de Rome.

    X8KBUCA0CBD4LCANDVEHJCAIGOH3QCAWDWTNECABLPUKGCA95WTFZCA2YFAK1CAC4GWY0CA58X7TKCAD0VRHOCA8ANPSPCA0VD2RLCAK0IQ7WCAOTN7INCAFXFHGSCANRPLBGCAHFIGKCCA11E8WC.jpgIncohérences de l’ami Mitterrand. Tonton pensait, à juste titre, qu’il y avait eut une sale période, que les temps avaient changé, et que les responsables politiques ont la charge globale du destin d’un pays. Ce qui signifie qu’ils encadrent l’action des juges. Théorie critiquable et dangereuse, mais que j’approuve dès lors que cet encadrement se fait par la loi. Et c’est là que notre Tonton se bloque. Pour ne fâcher personne, à commencer par les amis italiens, il affirme cela sous forme de déclarations, et ses exégètes, nombreux à l’époque, en font une « Doctrine Mitterrand ». Le rois gaulois a décidé. Or, il fallait trancher cette affaire par la loi pour modifier l’action des autorités compétentes, à savoir le Premier ministre, qui signe les décrets d’extradition, et la justice qui, bêtement, applique les lois. Rien de cela. S’est instaurée une situation molle, mais qui a permis aux anciens activistes de vivre tranquilles en France, à partir du moment où ils renonçaient à toute forme d’action ou de propagande politiques. Et c’est ainsi qu’a vécu Marina Petrella à Argenteuil, pendant quinze ans, retirée des affaires, mère de famille, assistante sociale de profession.

    Incohérences de Nicolas Sarkozy. La droite de l’ordre décomplexé ne va pas s’en laisser compter. « Au nom de quoi le président de la République remettrait-il en cause des décisions de justice rendues à l’étranger ? » Ah, que voilà une bien bonne manière de poser le problème ! Quelle finesse dans la réflexion ! Mais il est vrai que pour obtenir les applaudissements de la foule, il faut savoir choisir. Et c’est comme cela que Marina Petrella, alors âgée de 54 ans, est arrêtée en août 2007 pour des faits commis en 1981. Le gouvernement prépare un dossier, et après un an d’intense réflexion, le 9 juin 2008, le Premier ministre, François Fillon, signe le décret d'extradition, contre lequel un recours devant le Conseil d’Etat est aussitôt formé.CAIK7CA71Z6U8CAJYYLK9CA7Z60J5CAONNTPYCAPE8D16CAH3FJ5YCARHKVKCCADV60FECADO23YUCA8I4YF3CAAIO2HQCABNPF0VCAHE2JCECAVT97OQCAOVQH5UCAIUIC4UCAZD2MSACAIN5A5Y.jpg

    Et ça continue. Le 10 juillet 2008, Nicolas Sarkozy adresse une lettre au président du Conseil des ministres italien Silvio Berlusconi, lui annonçant la future extradition de Marina Pettrela, et lui demandant sa grâce, « dès que possible », en soulignant que « son cas est cependant très particulier », puisqu’«elle est installée en France depuis 1993 », qu' « elle y a fondé une famille et n'a jamais enfreint nos règles ». Se prenant en retour une remontée de bretelles par le président de la République italien Giorgio Napolitano, qui lui explique que les grâces sont de son domaine, et non de celui du chef du gouvernement, et que l’Italie a ses règles pour se prononcer. Bing bing.

    2XAY2CA2LH32PCAHW3S3ACAW10TWQCAB8Y1HRCALDXY42CAT7VAKRCAE347T7CA34EK0ACAVHOYDLCAB854Z7CA5E14FECA1YYGDOCAO6OXHMCAY0SCEGCA1ZNR6OCAZJTVXHCAN2RWKGCAL618WF.jpgLe recours en annulation du décret devait être examiné devant le Conseil d’Etat ce mercredi. Intéressant de savoir ce que la justice allait en penser. Et bien cette pensée restera secrète, car ce samedi, le Premier ministre François Fillon a abrogé le décret qu’il avait signé le 9 juin 2008. Quand je pense que ce sont les mêmes qui gèrent la crise financière, j’ai quelques inquiétudes, mais là je suis hors sujet. Pas sûr.

    Le décret est abrogé par application d’une clause, prévue dans la convention d'extradition franco-italienne de 1957, permettant de ne pas extrader une personne en raison de son âge ou si cela entraîne des conséquences d'une «gravité exceptionnelle» sur sa santé.

    Petite précision. Dans la famille Bruni Tedeschi, on cultive la discrétion, c’est bien connu. Souci de discrétion qui amène l’actrice et réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi, soeur de l’épouse du président français Nicolas Sarkozy, à raconter le 21 juillet 2008 dans le Corriere della Sera qu’elle entretient des relations amicales avec Marina Pettrela, et qu’elle lui rend visite en prison pour lui apporter son soutien. En fait, c’est un détail qui n’a rien à voir : il est bien certain que sur un dossier traité avec une telle maestria, les amitiés de la sœur de Madame ne sauraient attendrir la raison d’Etat.

    Y0FQXCA0EAXKRCAZDQWT5CAN32W1NCAOK39FRCA7GY5ROCAZWYHOLCACVG0BTCAK3R4X2CAKS1444CAIUCR3MCAX7X6BCCA1WXXSNCAVANN5JCA5MZ0CNCAOSR0PLCAVB9LKSCAF4WMKICAI6TD4Q.jpg

     

  • Liberté pour Marina Petrella

     

    Liberté pour Marina Petrella. Retour vers les années de plomb, celle des Brigades Rouges en Italie…et du M19 en Colombie.

     

    On oublie vite : les Brigades Rouges, ce fut entre 1969 et 1988, 15 000 attentats et 415 morts. Dont l’assassinat le 6 mars 1978 d’Aldo Moro, le président du Conseil, de la Démocratie Chrétienne. Au total près de 4 000 personnes ont été incarcérées en tant que membres des Brigades Rouges.

     

    Parmi elles, Marina Petrella. Incarcérée puis libérée. Condamnée par contumace en 1992 à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre d’un commissaire de police à Rome en 1981, la séquestration d’un magistrat et d’autres méfaits  au sein du groupe d’extrême gauche. Avec la précision que la loi italienne lui interdit de faire opposition, et de demander à être rejugée, en sa présence.

     

    Marina Petrella était réfugiée en France depuis 1993. Elle vivait non cachée, sous sa vraie identité, protégée par l’engagement du président de la République François Mitterrand : pas d’extradition pour ceux qui ont renoncé aux armes. Devenue mère de famille, elle travaillait comme assistante sociale.

     

    Marina Petrella a été arrêtée en août 2007. Pas pour un méfait. Comme ça, au vu de la condamnation italienne, en contradiction avec l’engagement pris sous Mitterrand. Marina Pettrela est écrouée au service psychiatrique de la prison de Fleury-Mérogis. En juin, François Fillon a signé le décret d'extradition. Un recours a été formé devant le Conseil d’Etat. Pour respecter la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, le recours est considéré comme suspensif, même si la loi ne le dit pas.

     

    Or, en marge du sommet du G8 de Toyako au Japon, Nicolas Sarkozy a confirmé son intention d’extrader Marina Pettrela : « Conformément aux accords européens que nous avons signés et aux décisions de justice qui ont été rendues, sous réserve que le Conseil d'Etat confirme, la France extradera Mme Petrella ». Dans la foulée, il a demandé « au président du Conseil italien de solliciter du président italien sa grâce, compte tenu de l'ancienneté de la condamnation et compte tenu de la situation psychologique et de santé de Mme Petrella ».

     

    Soyons précis. La doctrine Mitterrand n’est pas une source de droit. D’ailleurs, elle ne se résumait pas en une formulation simple. C’était une mise en œuvre de l’idée, très répandue, que les Etats doivent savoir tourner des pages pour aller de l’avant. Le gouvernement analysait cas par cas. Des extraditions avaient eu lieu, mais pour les autres, l’engagement était qu’ils pouvaient recommencer une vie en France. Loin des armes. Reprendre les extraditions n’est pas illégal, mais humainement choquant.

     

    Une grâce motivée par l’ancienneté des faits – 25 ans – et la gravité de l’état psychologique – incontesté – est une mesure justifiée. Mais il faut beaucoup d’hypocrisie pour extrader en laisser à d’autre l’option l’indulgence… Surtout que la Convention franco-italienne de 1957 permet de refuser les extraditions pour des motifs graves, liés notamment à la santé. Le gouvernement français pourrait renoncer à l’extradition pour les même motifs.

     

    Ensuite, quelle incohérence avec l’engagement d’accueillir en France les guérilléros des Farc qui auraient déposé les armes !  Engagement réitéré par Nicolas Sarkozy à l’Elysée il y a quatre jours, en réponse à une demande d’Ingrid Betancourt. Et après une première annonce du 19 décembre 2007, François Fillon avait repris cet engagement à TF1 le 30 mars 2008.

     

    Par sa demande, Ingrid Betancourt était cohérente avec elle-même. Comme l’a rappelé Jean-Jacques Kourliandsky dans son livre Ingrid Betancourt, Par-delà les apparences, (Paris, Editions Toutes Latitudes, 2008), on retrouvait dans le parti qu’elle avait créé en 1998 Oxygène Vert, d’anciens guérilleros repentis du redoutable groupe M19, qui avait renoncé à la guerilla en 1990, après des hauts faits d’armes.

     

    Et oui, regarder les réalités humaines en face n’est pas un signe de faiblesse, bien moins que de s’accrocher à un juridisme froid.

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu