Avertir le modérateur

foulard

  • Fonce, Ilham, et n’écoute pas les vilains

    acropole.jpgMa chère Ilham, je ne voterai pas pour toi. Parce que je n’ai pas la chance d’habiter dans le Vaucluse, et parce que le NPA, ce n’est pas ma tasse de thé, même si j’y compte de vrais amis (La bise, Hélène…). Je ne suis pas d’accord du tout avec votre positionnement, protestataire à perpétuité. Il y a dans le programme du NPA des principes économiques et sociaux que j’estime indéfendables, et qui seraient dangereux si le NPA n’avait pas fait le choix de se protéger dans la posture d’une opposition puriste. C’est la magie du verbe et l’incapacité de faire quoi que ce soit, avec comme illustration votre inaction face à la privatisation de la Poste. Mais, tu me trouveras aussi tous les défauts quand je te dirais que je suis un social démocrate réformiste, persuadé que le monde c’est le marché, et que la responsabilité politique, c’est de s’organiser avec méthode pour en amender les excès et créer, dans la vraie vie, de la solidarité.

    Je ne suis donc pas prêt de voter pour toi ou tes petits camarades, mais je veux te dire très tranquillement que je trouve ta candidature incontestable, et je reste halluciné par les éructations de la politic family. abbe-pierre.jpg

    Ces bavards impénitents bafouent la Constitution, en invoquant des règles nées de leurs fantasmes déprimés. Ce qui est en cause, c’est l’article 4 : « Les partis et groupements politiques concourent à l'expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement ». Donc, le NPA, comme tous les partis, est libre de s’organiser comme il l’entend. Aucune loi ne peut interférer, et aucun juge ne pourrait y mettre son nez. Ta candidature ne viole rien : bien au contraire, elle honore la Constitution, en poussant un peu le champ de la liberté politique. Tout centimètre gagné dans la liberté d’expression est une victoire. Bravo.

    Et puis, tu colles un joli bonnet d’âne à ces ignorants, sectaires au point d’en devenir oublieux. Comment vont-ils faire demain, après leur cris de pucelles laïques effarouchées, quand ils vont côtoyer au parlement européen tous les partis politiques « démocrates-chrétiens ». La démocratie chrétienne italienne, c’est trente ans d’histoire, et la France n’avait pas rompu ses relations diplomatiques, me semble-t-il. De plus, horreur absolue, il existe en France, tiens toi bien, un Parti Chrétien Démocrate, un Mouvement Démocrate Chrétien et un Parti Républicain Chrétien : il faut envisager d’urgence leur dissolution. Et je ne te parle pas des estivales messes de Chirac à Bormes-les-Mimosas, en cortège officiel depuis le château de Brégançon. Enfin, je te livre, depuis le site de l’Assemblée Nationale, cette page au nom de « L’Abbé Pierre, Député ». Encore un coup du NPA !

    citoyennete.jpgNon, ta candidature est d’autant plus légitime que tu es une militante du NPA, assumant des responsabilités dans ton parti. Loin du casting qui prévaut à la constitution des listes des grands partis. En Rhône Alpes, notre héros local, fer de lance de la nouvelle SFIO, Queyranne Jean-Jacques, a placé en position éligible un ancien patineur artistique. Très honorable, sans doute, mais comme contenu politique, c’est un peu court.

    De toute façon, ne te trompe pas. Ce qui ne leur plait pas, c’est justement que tu ne rentres pas dans le moule qu’ils avaient préparé pour toi. Une femme musulmane qui porte le voile est nécessairement une bigote effarouchée, soumise au grand frère, incapable de penser par elle-même. Alors que tu aies tes idées, et que tu t’avances dans un combat politique minoritaire, ça, ce n’est pas prévu par le scénario. Merci de rester soumise aux idées toute faites, ça nous simplifierait la vie.

    Le plus drôle, dans toute cette histoire, c’est la manière dont ils s’accrochent à l’ornement vestimentaire. Ce que tu penses, ce que tu dis, ce que tu fais, peu importe. Demain, une autre dirait la même chose, sans le foulard, tout irait bien. Le bonnet phrygien de Marianne est génial, mais le voile noué en bonnet d’Ilham est atroce. C’est l’apparence qui coince, alors que tu te présentes aux élections pour débattre publiquement. Et puis, dénier ton droit d'être candidat, c’est grave, et parfaitement idiot, car ta candidature est l’occasion de dépasser le symbolique, pour affronter les idées, dans le libre débat démocratique. C’est une mentalité de vilains censeurs, perdus devant une liberté qu’ils rêvent de contrôler. 

    Bonne chance, Ilham.

    Louiseweiss.jpg
    Ilham s'est cachée dans la photo. Saurez-vous la retrouver ?
  • Obama et le foulard musulman

    religieuse0.jpgDepuis le temps que j’en prends plein la poire en plaidant les droits des femmes qui portent le foulard, j’ai apprécié les propos d’Obama au Caire, avec le sentiment d’être un peu moins seul. Ce n’est certes pas le plus important du discours – la distance créée avec Israël sur la question des colonies – mais ça vaut la peine de s’y arrêter car les propos d’Obama sont finalement assez partagés…

    Obama démarre : « Il est important pour les pays occidentaux d'éviter de gêner les citoyens musulmans de pratiquer leur religion comme ils le souhaitent, et par exemple en dictant les vêtements qu'une femme doit porter ». Faisant état des débats sur le sujet, il ajoute, propos sévère, qu’ « on ne doit pas dissimuler l'hostilité envers une religion devant le faux semblant du libéralisme », pour ensuite donner son point de vue : « Je rejette les vues de certains en Occident pour qui le fait qu'une femme choisisse de couvrir ses cheveux a quelque chose d'inégalitaire. » Et il rappelle que « le gouvernement américain s'est porté en justice pour protéger le droit des femmes et des filles à porter le foulard et punir ceux qui voudrait leur dénier ».

    Obama a, il est vrai, déjà mis la main au foulard en recrutant comme conseillère Dalia Mogahed, une américaine musulmane d’origine égyptienne portant le célèbre morceau de tissu. Un truc de fou : cet Obama est tellement insensé qu’il est capable de recruter les gens en ne tenant compte que de leurs compétences et de leurs talents. Mais où va-t- on ?

    Ca me rappelle un autre texte, tout aussi irresponsable :9782867815256.jpg

     « La liberté ainsi reconnue aux élèves comporte pour eux le droit d'exprimer et de manifester leurs croyances religieuses à l'intérieur des établissements scolaires, dans le respect du pluralisme et de la liberté d'autrui, et sans qu'il soit porté atteinte aux activités d'enseignement, au contenu des programmes et à l'obligation d'assiduité.

    « Dans les établissements scolaires, le port par les élèves de signes par lesquels il entendent manifester leur appartenance à une religion n'est pas par lui-même incompatible avec le principe de laïcité, dans la mesure où il constitue l'exercice de la liberté d'expression et de manifestation de croyances religieuses, mais que cette liberté ne saurait permettre aux élèves d'arborer des signes d'appartenance religieuse qui, par leur nature, par les conditions dans lesquelles ils seraient portés individuellement ou collectivement, ou par leur caractère ostentatoire ou revendicatif, constitueraient un acte de pression, de provocation, de prosélytisme ou de propagande, porteraient atteinte à la dignité ou à la liberté de l'élève ou d'autres membres de la communauté éducative, compromettraient leur santé ou leur sécurité, perturberaient le déroulement des activités d'enseignement et le rôle éducatif des enseignants, enfin troubleraient l'ordre dans l'établissement ou le fonctionnement normal du service public. »

    Bref. Voici un drôle de pays où les élèves peuvent manifester croyances religieuses à l'intérieur des collèges et lycées, et porter le foulard. La seule chose qu’on leur demande est de s’abstenir du prosélytisme. Vraiment une autre culture…

    Et bien pas vraiment. Ces extraits ont pour auteur le Conseil d’Etat et sont les points clés de son avis rendu en Assemblée générale le 27 novembre 1989 (n° 346.893). Un avis que le Conseil d’Etat a avalé cul sec avec la loi 2004-228 du 15 mars 2004 interdisant les signes religieux à l’école. 

     

    Donc, nous avons tous bien compris. On croyait qu’à la fin des années 1980 Obama était professeur de droit constitutionnel à Chicago et rédacteur en chef de la prestigieuse Harvard Law Review. Ce n’était qu’un camouflage. En réalité, Obama était rédacteur stagiaire au Conseil d’Etat, et cherchait à faire passer ses théories subversives. Il voulait nous faire croire que la liberté de religion est un universalisme, que toute sanction générale est contre nature, et qu’une attention particulière est due aux pratiques minoritaires. Sympathique, mais pas très sérieux...

     

     

    Barack Obama, the first black président of Harvard Law Review

  • Religion au travail : ce qu’en dit la Halde

    halde.jpgLa Halde a rendu le 10 avril un très intéressant avis, relatif à la conciliation entre le contrat de travail et l'exercice de la liberté de religion, avec les possibilités de limitations par le règlement intérieur. Résultat : toute interdiction absolue serait illégale, les restrictions devant être proportionnées aux contraintes de l'entreprise, et justifiées. Le régime est donc beaucoup plus souple que dans le service public, avec le devoir de neutralité qui s'impose aux agents. Voici des extraits de ce document, que je vous livre à l’état brut, comme pièce du débat. 

     

    La Halde commence par le rappel d’abord quelques textes, dont celui qui – il faudra bien s’y habituer, ait référence, l’article 9 de la Convention européenne de sauvegarde des Droits de l’Homme :

    «1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de convictions, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites.

    « 2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publique, ou à la protection des droits et libertés d’autrui. ».

     

    En droit interne, l’article L.1121 du code du travail rappelle que «Nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives des restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché » et il faut relever qu’aucune disposition législative ou réglementaire, aucun accord des partenaires sociaux, n’encadre spécifiquement l’exercice de la liberté de religion ou de convictions au sein de l’entreprise privée.code-du-travail.jpg

     

    Ainsi, le salarié est en droit d’exprimer librement ses convictions dans l’entreprise mais cette liberté n’est pas sans limites et le salarié doit lui-même s’en imposer.

     

    Dans un arrêt en date du 25 janvier 1989, le Conseil d’Etat a censuré un règlement intérieur interdisant « les discussions politiques ou religieuses et, d’une manière générale, toute conversation étrangère au service ». La haute juridiction a considéré que ces dispositions du règlement intérieur excédaient l’étendue du pouvoir patronal « eu égard à l’atteinte qu’elles portaient aux droits de la personne ». (CE 25 janvier 1989 Société industrielle Teinture et apprêts). (…)

     

    En conséquence, le collège de la Halde rappelle que le principe dans l’entreprise privée est celui de la liberté de religion et de convictions.

     

    11803443930_discriminations.jpg* Le comportement du salarié doit être analysé au regard de la sincérité des rapports contractuels, c'est-à-dire de l’obligation d’exécuter le contrat de bonne foi qui pèse sur les deux parties par application des dispositions des articles L.1221-1 du code du travail et 1134 du code civil.

     

    * Cette liberté de religion et de convictions doit pouvoir s’exercer, non seulement, dans les limites que constituent l’abus du droit d’expression, le prosélytisme ou les actes de pression ou d’agression à l’égard d’autres salariés, mais également en raison de la nature du poste et des fonctions exercées.

     

    * Le Collège de la Halde, dans sa délibération n°2006-126, a également rappelé que l’employeur ne pouvait, par le règlement intérieur, restreindre cette liberté qu’en justifiant la nécessité de sa décision par des éléments objectifs et proportionnés.ValleeFM_CUCS_discrimination.jpg

     

    * Le Collège de la Halde considère que si l’employeur souhaite introduire dans son règlement intérieur, une disposition afin de restreindre la liberté religieuse et de convictions des salariés en raison de la nature du poste et des fonctions exercées, la rédaction de celle-ci devrait être la plus précise possible afin d’éviter une interdiction générale et absolue.

     

    * Il pourrait être rappelé, au préalable, les dispositions de l’article L.1121-1 du code du travail selon lesquelles « Nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives des restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché ».

     

    * La disposition du règlement intérieur pourrait ensuite énoncer le principe issu de la jurisprudence qui exige, que, lorsque la restriction de la liberté de religion ou de convictions est justifiée par la nature spécifique des tâches à accomplir et proportionnée au but recherché, les modalités de cette restriction doivent pouvoir être discutées avec les intéressés afin de concilier au mieux leurs convictions et les intérêts de l’entreprise.

     

    * Enfin, il devra être rappelé que cette appréciation ne peut se faire qu’au cas par cas et qu’il doit être justifié de la pertinence et de la proportionnalité de la décision de restreindre la liberté religieuse et de convictions au regard de la tâche concrète du salarié et du contexte de son exécution afin de démontrer que cette restriction est, en dehors de toute discrimination, proportionnée et effectivement justifiée par la tâche à accomplir dans les circonstances de l’espèce.

     

    semaine_agir_contre_discriminations.jpg

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu