Avertir le modérateur

gigolo

  • Un gigolo pas rigolo

    51xl4r3MWxL._SL500_AA240_.jpgVent de scandale en Allemagne avec un drôle de Suisse  – surnommé le gigolo suisse – qui comparaissait hier pour un procès pas banal, à Munich.

    Le type s’appelle Helg Sgarbi. Un quadragénaire bien instruit, tiré à quatre épingle, malin comme un singe. Et de quoi, semble-t-il, faire chavirer le cœur de ses dames. N’étant pas expert, je ne m’aventure pas sur le subjectivisme des effets. J’en reste à l’objectivisme des résultats, et constate. En précisant que la presse allemande  et la justice ont également constaté.

    Ce que la justice allemande reproche à  Helg Sgarbi, c’est d’avoir soutiré 9,4 millions d'euros à quatre femmes fortunées, plus âgées que lui, rencontrées et séduites dans des hôtels de luxe. Problème : c’était glamour d’un coté, et caméra cachée de l’autre... D’où une issue peu banale à ces escapades fournicoteuses : "mesdames, envoyez la monnaie si vous ne voulez pas que ces belles images viennent troubler la quiétude vos vies familiales et relationnelles".60_9568_max.jpg

    Mais le gigolo - option maître chanteur - est tombé sur bec, si je puis m’exprimer ainsi, avec une des ses fortunées et infortunées conquêtes, à savoir Susanne Klatten, la femme la plus riche d'Allemagne, héritière de BMW et contrôlant plusieurs grandes entreprises. Susanne Klatten, mère d’une famille de trois enfants, et très investie dans la vie de ses entreprise, gardait un peu de temps pour elle, ce qui est recommandé, mais pour le partager aussi avec le délicieux Helg Sgarbi, ce qui est moins recommandé, vous en conviendrez.

    L’escroc a amorcé la pompe – à finances – au prétexte de dépanner un ami dans la mouise. Puis, il est devenu  plus gourmand, exigeant 49 millions d’euros pour ne pas divulguer les vidéos trash.

    Susanne Klatten a préféré affronter le réel. Elle a dénoncé le maître chanteur, sachant que l’affaire serait publiée, et de fait, la presse allemande s’est penchée – je dirais même allongée – sur le sujet. Le gigolo a été arrêté, mais au passage, il avait mis de côté 7 millions d’euros. Plus deux autres à ses trois autres victimes, soit 9,4 millions. Et si les faits ont été mis en lumière, et reconnus par Helg Sgarbi, celui-ci n’a pas dit où se trouvent les vidéos et les 9,4 millions, manifestement placés sous escorte.

    Hier, débutait le procès, prévu pour durer 5 jours. Mais le gigolo a plaidé coupable. Il a reconnu les faits, mais n’a rien dit ni des histoires de fesse, ni de l’emplacement de la tire-lire aux 9 millions. Pour qui ou avec qui travaillait le faux gigolo ? Quels réseaux le protége, et qui cache cet argent ? La reconnaissance des faits a évité les comparutions des victimes, mais l'affaire reste avec ses mystères. Le procès n’a pas duré plus longtemps qu’une escapade amoureuse à l’hôtel, et le soir, le gigolo plein aux as et entouré de ses secrets a été condamné à 6 ans de prison, contre neuf requis par le procureur. 

    Tout parait simple, mais pas facile d’y voir clair…

    mur-de-fesses.jpg
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu