Avertir le modérateur

gomorra

  • Italie: La mafia menace un écrivain

    images.jpgItalie : La mafia menace un écrivain. Parce qu’il est un écrivain libre, courageux comme la liberté, Roberto Saviano, menacé par la mafia, doit quitter une Italie qui s’endort.

    La mafia, c’est un truc comme ça, qui sent l’Italie qui ne sent pas bon, mais qui fait un peu partie du paysage. Marchés truqués, racket des entreprises, trafics de drogue, proxénétisme institutionnalisé et mainmise sur les politiques véreux d’un côté. De l’autre, une législation spéciale, des magistrats et des flics en mission, très protégés, les déclarations grandiloquentes des gouvernements qui se succèdent, et un opinion qui semble aussi lassée qu’indifférente. Une sorte d’atavisme, secoué de temps à autre par des règlements de compte sanglants, et par des procès retentissants, nourris par les infos venues de repentis.

    C’est ce sentiment d’une mafia devenue partie intégrante de l’Italie que s’est attelé à dépeindre, sous la lumière la plus crue, l’écrivain italien Roberto Saviano, dans son livre Gomorra. Un grand talent, et une bonne dose de courage, c’est devenu une arme, une arme de l’intelligence.YR2VHCAMM8OJ0CADEKU53CAY2JALVCA3AT3Q3CAC8KD6XCASE7JN2CAWP5RDGCA0DC85HCA9WJGN0CA3F3F7YCAJGAP17CA8A5NB2CABFMOFUCANSOWV7CATRQOABCAKDKMSTCAR4T3AUCAILBYTC.jpg

    Le propos de Roberto Salviano, c’était de débarrasser la mafia de ses caches-sexe plus ou moins folkloriques, pour montrer, dans les termes de ce début du troisième millénaire, une mafia qui avance à la vitesse où l’Etat recule, et qui ne connait qu’un guide : le plus de fric possible, et le plus vite possible. Ce qui l’amène à s’intéresser à tout les marchés, des ordures ménagères aux trafics d’organes.

    Le malheur de Roberto Saviano a été l’immense succès de son livre, publié en 2006 : 1,2 millions d’exemplaires vendus, et je ne compte pas les exemplaires volés. A moins que les nombreux mafieux qui ont lu le livre l’aient acheté, ce qui serait déjà un progrès. Car ce livre a fait bouger les consciences y compris dans les rangs des mafieux. Oui, dans les rangs des mafieux, provoquant des désertions pour rejoindre le statut de repenti. Et ce à tel point qu’un des plus puissants clans camorristes de Caserte a rendu l’écrivain responsable de la condamnation à perpétuité de certains de ses membres, ce qui équivaut à une condamnation à mort.

    Aussi, depuis deux ans, Roberto Saviano vit sous protection policière. Sans domicile, toujours planqué. Mais l’écrivain s’est accroché. Son livre est devenu un film, réalisé par Matteo Garrone, qui a remporté le Prix du Jury au Festival de Cannes 2008. Il a été choisi pour représenter l'Italie aux Oscars. L’aventure continue, et avec elle les pires menaces. Des arrestations ont conduit à de nouvelles révélations. Cette fois-ci c’est le clan des Casalesi qui projetait d'assassiner Roberto Saviano avant Noël. Les procureurs anti-mafia de Naples ont confirmé ces menaces.

    98WQUCAV9YLWQCAD8JL8LCAQBNUUFCAMWGM8MCAQF5SWACA2HEW7FCACYMEHNCAMBZBIRCA3BYR4LCAHCY1ZSCAMQ5KY2CA0A1X7WCAFZ2NLTCARW0ELCCAKZ1S77CARVMX41CATR51UDCAKEUUS5.jpgDans le quotidien de gauche La Reppublica, où il publie régulièrement, l’écrivain avait laisser exploser son amertume le 22 septembre dernier, dans une longue Lettre à Gomorra : « Les responsables ont des noms. Ils ont des visages. Ils ont peut être une âme. Ou peut être pas. (…) Dans n'importe quel autre pays, la liberté d'action laissée à une telle meute de tueurs aurait suscité un débat, une polémique, des réflexions. Au contraire, ici, on traite ce cas comme si ces crimes étaient liés à la nature d'une province considérée comme le trou du cul de l'Italie. »

    Roberto Salviano a tenu un mois de plus. Cette semaine, il annonce amèrement son intention de fuir l’Italie : « La bulle de solitude qui m'enserre m'a rendu mauvais, soupçonneux, inquiet. »

    Salman Rushdie lui avait apporté son soutien. Hier, ce sont six prix Nobel, qui dans une tribune publiée à la une de La Repubblica en appellent à l'Etat : Orhan Pamuk, Mikhaïl Gorbatchev, Desmond Tutu, Günter Grass, Dario Fo et Rita Levi Montalcini : «L'Etat doit faire tous les efforts possibles pour le protéger et vaincre la camorra. Mais le cas Saviano n'est pas seulement une affaire de police. C'est un problème de démocratie. La liberté de Saviano nous concerne tous, comme citoyens».

    Lisez Roberto Saviano. Pour le meilleur goût de la liberté.

    43IKJCA23OZ9LCATUYYDECA5CJ0FLCAKBTFTVCAQ2XVWBCACXJQDHCAXOYO5TCADPK4BRCABK7MBUCA7C3O7GCABH4SJ4CA553S3JCA7D1TK3CA43NKTTCAD2H8MTCASWK6UVCA5WN53ZCA6AQKGS.jpg

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu