Avertir le modérateur

haute trahison

  • Vichy et les étrangers

    images.jpgVichy et les étrangers. Brice Hortefeux, dont l’action a récemment été condamnée par le Tribunal administratif de Paris pour atteinte aux droits des étrangers, a choisi Vichy pour accueillir la Conférence européenne sur l'intégration. La ville de Vichy avait-elle besoin de cette provocation ? Question. En revanche,  justement car il faut combattre les amalgames dus à l’ignorance, revenons sur les aspects marquants de la législation de Vichy sur les étrangers. L'histoire s'invite dans l'actualité: parlons de l'histoire !

    " La France aux Français " : en juillet 1940, le régime du maréchal Pétain pensait avoir le monde devant lui, et hésitait d’autant moins à afficher ses options qu’il y voyait un moyen de s’attirer les sympathies du pouvoir nazi. « Etre français se mérite » proclamait Raphaël Alibert, le premier garde des sceaux. D’où une politique de dénaturalisation, par des procédés individuels ou des démarches collectives, suivi de nombreuses lois d'exclusion et un recours généralisé aux camps d'internement.

     

    1. Loi du 22 juillet 1940 : révision des naturalisations8VLJSCA6UORV3CAAJROC7CAD2727NCANF7TS3CAYIFDY2CACBDQB0CAI8LPDFCAF2SOP1CAA4Y1SMCAMQQEZTCANQ1MQJCAWTSLJCCA2279OFCAI6E76ZCAH6DQVFCAIW40YOCA13GNTSCAM7F4VY.jpg

    La législation de référence a été la loi du 22 juillet 1940 relative à la révision des naturalisations  qui engageait une remise en cause de toutes les naturalisations prononcées depuis le 10 août 1927. Cette idée d’un révision systématique des naturalisations était inspirée du décret nazi du 14 juillet 1933.

    Humainement, la question était cruelle. En temps courant, la perte de la nationalité d’adoption est une blessure qui remettait en cause de nombre d’aspects de la vie personnelle et familiale. En 1940, elle devenait vite un drame. Les principaux pays d’origine de ces naturalisés étaient des dictatures : l’Allemagne et les pays de l’Est, l’Italie et l’Espagne. Plus de 500.000 dossiers furent examinés, et 15.154 dénaturalisations furent prononcées, dont 40 % concernaient des Juifs. Les listes de personnes ayant été dénaturalisées, qui devaient être publiées au Journal officiel à partir d’avril 1941, établirent que les premiers choisis relevaient des pays d’origine les plus exposés. Et lorsqu’il fallut, en 1942, procéder aux déportations, ce fut d’abord parmi les juifs étrangers.

    " Art. 1°. – Il sera procédé à la révision de toutes les acquisitions de nationalité française intervenues depuis la promulgation de la loi du 10 août 1927 sur la nationalité. "

    Le  retrait de la nationalité intervenait sous la signature de Pétain, et la mesure était étendue à la femme et aux enfants de l’intéressé.

    A partir de mars 1941, le Journal officiel publia des pages entières de familles dénaturalisées.

    1DQG1CA7I2WMRCANG5HBTCA8JJZ61CA7L918NCAQKED6VCAZB0VASCAXYI8BKCARPX44ZCAMFUD5RCAN5ZZN6CAUJK3J3CA4C5D2YCAI98XTTCADGP6VLCAMBWY7DCA8O670RCAGP31ZTCAY7T31Z.jpgUn exemple, issu du décret du 7 avril 1941.

    Un homme, manœuvre, et son  épouse, tous deux âgés de 64 ans, et parents de dix enfants : sinistre faire-part, pour cette famille arrivée en France en 1925.

    BORSOI (Giuseppe), manœuvre, né le 26 avril 1890 à Vittorio (Italie), demeurant à Crolles (Isère), naturalisé Français par décret du 29 avril 1933, publié au Journal officiel le 7 mai1933, et DAL BIANCO (Elisabetta), épouse du précédent, née le 2 juillet 1890 à San-Lucia      (Italie), demeurant à Crolles (Isère), naturalisée Française par le même décret, et leurs enfants : 1° Augusta, née le 14 janvier 1916 à Mareno (Italie) ; 2° Valentino, né le 18 octobre 1919 à    Mareno (Italie) ; 3° Elio-Jean, né le 30 décembre 1920 à Mareno (Italie) ; 4° Elsa-Joséphine, née le 19 mars 1922 à Mareno (Italie) ; 5° Luigi-Giovanni, né le 22 octobre 1923 à Mareno (Italie) ; 6° Achille-Arcangelo, né le 18 décembre 1924 à Mareno (Italie) ; 7° Maria-Régina, née le 14 juin 1926 à Crolles (Isère) ; 8° Renée-Antoinette, née le 17 février 1930 à Crolles (Isère) ; 10° Andrée-Bernadette, née le 29 janvier 1932 à Crolles (Isère), devenus Français par la naturalisation des parents.

     

    2. Lois du 17 juillet 1940 : Emplois publics pour les français par le sang du père4S73NCAUO7S85CAWP6DGACAC2HRSCCA1UGA9WCALEIZQ3CANELZXKCAFYSFQ1CAUUJXCBCA3VMN7CCAWDP5VNCAT9ZMRACAVIOIACCAVSBSXYCA67K36PCAPY57Y8CANF8RUYCAO2E4N9CAQTK1LN.jpg

    La loi du 17 juillet 1940 concernant l’accès aux emplois dans les administrations publiques, était une loi rude, qui scellait la xénophobie au cœur de l’Etat. La nationalité, qui devait désormais résulter du sang, et encore du sang du père. Mère française : peu importe !

    L’application de la loi était automatique, et les personnes concernées étaient  "immédiatement réputés démissionnaires."

     

    3. Lois du 27 septembre 1940 : Etrangers en surnombre dans l’économie nationale

    TO2DHCAPR6D16CAZOJGX6CAQSPSTUCAYJV28XCAMAWRT7CA7YVVXZCAU567VSCAPQOAV3CADVA98KCAAP22ERCAG99R6YCAZKVRHOCA6J35GMCA0N04WKCA5MKUMRCA8EAKLNCAOJGY0MCA4G2Y20.jpgLe titre de la loi du 27 septembre 1940 était un programme : loi relative à la situation des étrangers en surnombre dans l’économie nationale. Et les étrangers dits «  en surnombre » étaient internés dans des camps.

    " Art. 1°. – Les  étrangers du sexe masculin âgés de plus de dix-huit ans et de moins de cinquante cinq ans pourront, aussi longtemps que les circonstances l’exigeront, être rassemblés dans des groupements d’étrangers s’ils sont en surnombre dans l’économie française et si, ayant cherché refuge en France, ils se trouvent dans l’impossibilité de regagner leur pays d’origine. "

    Suivirent de nombreux autres régimes d’exclusion professionnels, dont celui de la loi du 16 août 1940 interdisant l’exercice de la médecine par les étrangers 

     

    4. Loi du 4 octobre 1940 : Internement des Juifs étrangersOKJEFCAV1QAOLCAMHNMK6CAKB6527CAJEYPX1CAAJGIC7CAU98080CAEXLLULCAFKLC6ICAE06C8ECA5OJXK5CAALAQG7CAOWFXIUCA5DW5GYCATU3LPWCAQND1UPCA8SBOP6CA7R83OWCAP0M68Y.jpg

    Des camps spéciaux pour les juifs étrangers : la loi du 4 octobre 1940 dite sur les ressortissants étrangers de race juive avait pour objet d’organiser l’internement des juifs étrangers dans des camps.

    L’article 1° posait le principe : internement par mesure préfectorale, dans des camps spéciaux, au seul motif de l’état de juif étranger. Aucune condition, ni limite. Hommes, femmes, enfants, vieillards, malades ou bien portants : la loi s’appliquait, à la discrétion du gouvernement.

    "Art. 1. – Les ressortissants étrangers de race juive pourront, à dater de la promulgation de la présente loi, être internés dans des camps spéciaux par décision du préfet du département de leur résidence."

    5VYHHCA4LZJX7CAQ0J5E5CAQ9T4TXCACJN24UCA32DOOICAQX22SOCAX414K4CA0TVTLLCA8CV1NTCA50G1LXCAQ0D74TCACT5XQ3CAXULQ5DCAY5QGAICAGEWGZKCAVMYDMCCA4X331ACAJ4J7A9.jpgLa question était traitée uniquement sur le plan administratif, sous l’autorité du ministre de l’intérieur. La population juive étrangère était pour l’essentiel arrivée depuis la prise du pouvoir par les nazis en 1933, et s’était accélérée avec l’Anschluss en 1938. Pour les Juifs les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande étaient les antichambres d’Auschwitz. La première rafle du 14 mai 1941 fut une mise en application en profitant des acquis de cette loi. Sept grands camps furent réservés à l’application de ce texte, et au début de 1941, quelques 40.000 juifs y étaient internés. C’est à partir de ces camps que débutèrent les déportations de juifs, en 1942.

     

    Des lois qui sont un crime.

    FPLJLCA1K4X0NCA9J8PPWCAU0FNMGCAVLGUCBCAJU7QT1CANVR9VRCAKEL4EQCAJR5XZ1CAUB41HVCAIX28IKCAIJ7GF4CAC9RLOKCA22LO94CAZDKUXXCASP1HDXCAWIE2SICA7W7HSQCA11ZCXV.jpg

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu