Avertir le modérateur

juger

  • Meutre de Marie-Christine : Peut-on expliquer ?

    diapo17b4dcced7bacda0e712f6fce3b3fea6.jpgEn 2002, un homme est condamné à onze années de réclusion criminelle pour le viol, l'enlèvement et la séquestration d'une jeune fille de 13 ans, commis à Échilleuses (Loiret), un an plus tôt. En novembre 2008, après sept années de détention, il bénéficie d'une libération conditionnelle. Il revient vivre dans la commune où tout s’était passé. Il est père de quatre enfants, et une vie reprend.

    Ce lundi matin, le 28, Marie-Christine, une assistante maternelle, joggeuse habituée de la forêt de Fontainebleau, fait son footing de bonne heure, vers Milly-la-Forêt. Elle est agressée par un homme, qui l’enferme dans le coffre de sa voiture. Depuis son téléphone mobile, elle parvient à ­alerter les gendarmes : une conversation de plus de deux minutes, dont une partie est perdue, car il a fallu passer d’un central à un autre. Alors que la conversation est établie, la joggeuses parvient à donner des précisions identifiant la voiture, le conducteur s’arrête. Les gendarmes entendent le coffre s'ouvrir, et c’est un grand silence. L’enquête est ouverte, et tous les moyens mis à disposition.

    Une voiture correspondant au signalement est décrite par des témoins, puis filmée par la caméra de vidéosurveillance de l’Intermarché d'Oncy-sur-École (Essonne), tout prêt de Milly-la-Forêt. Quelques heures pus tard, un hélicoptère repère le véhicule dans la cour d'une longère, à Échilleuses. Le moteur est chaud, mais la voiture est vide. Elle appartient à l’homme condamné en 2002, qui a été employé dans cette maison. Les gendarmes joignent son épouse, et lui intime de faire venir son mari à la gendarmerie. L’homme n’a rien à dire, et nie toute implication.

    Mardi, en fin d’après midi, il donne des indications sur l'endroit où repose le corps de la victime. Vers 20 heures, un convoi se rend sur place point interrogation.jpget les gendarmes retrouvent le cadavre de la joggeuse dissimulé « dans un trou, sous des branchages», dans une zone boisée à proximité de Boissy-aux-Cailles. Arrivent la police technique et scientifique, les médecins légistes et le juge d'instruction du tribunal de grande d'instance d'Evry. Les premières vérifications permettent de retrouver une trace ADN de la victime sur le plat de le main gauche de l’homme. On n'évoque pas d'agression sexuelle.

    Mercredi après-midi, l’homme est conduit dans le bureau du juge d’instruction. Il reconnaît avoir enlevé et étranglé Marie-Christine, avec un scénario invraisemblable : il aurait laissé la femme attachée à un arbre d'un câble, tout en la laissant habillée, puis se serait rendu chez lui, avant de revenir sur les lieux, pour retrouver la victime entrain de se libérer. Il l’aurait alors conduit à l’écart pour l’étrangler, et il l’aurait alors dénudée. L’homme est mis en examen pour « enlèvement et séquestration en état de récidive légale », et écroué à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis. Le juge n'a pas retenu la préméditation, et il faut donc songer à un acte soudain.

    L’enquête commence. La justice va devoir juger, et elle sera sévère. Et avant de juger, pour juger, elle va chercher à expliquer, ce comportement, qui si brutal fut-il, a été celui d’un être humain. Que se passe-t-il dans le cerveau d'un homme, qui sans ne rien avoir préparer, soudain bascule dans le crime ?

    iceberg.jpg image by tuethuc

    L'être humain, un iceberg ?

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu