Avertir le modérateur

législatives 2017

  • Législatives : Sagesse n'est pas folie !

    La victoire est totale, et les adversaires, hier surpuissants, sont en lambeaux, vous lisez ça de partout, alors, il n’est pas nécessaire que j’en rajoute. Je note quand même que le résultat à l’Assemblée sera tellement fort que Macron pourra se débarrasser du MoDem à la première occasion, ce qui ne doit pas l’attrister. La droite voulait composer, mais elle se trouve dans le rôle de l'opposant officiel. Grand vainqueur à l’Assemblée, En marche ! va récupérer un max d’argent pour se structurer. Bravo.

    Oki.

    Maintenant, on va quand même regarder les chiffres, pour savoir de quoi l’on parle.

    L’élément essentiel, c’est le taux d’abstention, à 51,29 %, ce qui fait beaucoup, en dit long sur l'état du pays, et cela impacte tout le monde.

    Par rapport au premier tour des présidentielles, Mélenchon passe de 7 millions de voix à 2,4, les Républicains de 7,2 à 3,5 et l’ami Macron de 8,6 à 6,3. Donc, triomphe absolu pour quelqu’un qui a perdu en 6 semaines le quart de ses électeurs.

    Ensuite, petit rappel des résultats du parti du président. Hier, En Marche a réuni 6,3 millions d’électeurs, soit 32,32%. En 2012, le PS était à 10,3 millions, soit 39,86% ; et en 2007, l'UMP était à 11,8 millions, soit 45,57 %.

    Enfin, chiffre significatif aussi, seuls trois députés ont pour le moment été élus, contre 36 en 2012. Il s’agit d’ailleurs anciens élus, recyclés En Marche.

    Je souhaite donc bonne chance à notre pays et bon travail à cette équipe pour faire ses preuves, mais je me permets de rappeler ce dicton : « Plus grosse est la tête, plus forte sera la migraine ». Sagesse n’est pas folie…

  • La France en marche vers de gros problèmes

    9782914933346FS (1).gifIl faut laisser sa chance à cette équipe, mais on n’est pas obligé d’être benêt en politique alors que ce que nous voyons ne peut que nous inquiéter.

    Faire de la politique, c’est dégager des principes d’action pour le pays, organiser des équipes solides, et profiter du temps béni des élections pour faire du consensus autour de ce programme, en soudant de fortes majorités.

    Nous en sommes loin.

    Macron a bien gagné la présidentielle, mais ce sont d'abord les partis institutionnels qui l’ont perdue. Alors qu'ils ont planté le pays, ils n’offraient pas d'autre alternative que leur maintien : les primaires ont joué comme une destruction, destruction bien méritée.

    La partition unique, c’était « moi, rempart contre Le Pen », cette Le Pen qui pourtant n’a jamais présenté le moindre risque politique. Donc, il faut voter contre Le Pen pour être un bon citoyen. Le soir du second tour, combien d’électeurs de Macron auraient-ils pu donner les bases de son programme ? Degré d’adhésion : marginal.

    La partition unique pour les législatives c’est « donnez-lui une majorité ». Toute réflexion politique est formellement déconseillée, et la campagne se déroule dans l'indifférence totale. Degré d’adhésion : zéro.

    Confronté au réel du terrain électoral, le FN se prépare à se ramasser. Le PS et les Rep ne font aucune campagne nationale, chacun tentant sa chance dans son coin. Et les électeurs de Mélenchon peuvent méditer sur l’impossibilité de changer le jeu politique à partir de l’ultra-personnalisée présidentielle.

    Ajoutez un pays qui n'en peut plus de subir la campagne électorale depuis septembre 2016… avec 90 % pour des chicayas interpersonnels.

    Le match est fini : ce sera une majorité absolue pour En Marche, mais pour aller où ?

    L’économie est confiée à Le Maire, ministre de Sarkozy ; le social à la patronne Muriel Pénicaud, avec comme directeur de cabinet, Antoine Foucher, ancien directeur général adjoint du Medef ; les comptes publics à Gérald Darmanin, porte-parole de Sarko en 2014 ; le tout dirigé par un ancien boss de chez Rothschild, affectueusement appelé le Mozart de la finance. Aussi, le programme qui nous attend est clair, et personne ne pourra être surpris.

    Pour ce qui est des libertés, c’est également super. Le Prince profite de l’absence de l’Assemblée pour restructurer la lutte contre le terrorisme, qui est quand même un sujet d’intérêt national, me semble-t-il. Et aucun candidat ne proteste contre cette marginalisation des représentants de la nation... Le Prince a par ailleurs décidé de transformer l’état d’urgence en droit commun, ce qui fait entrer notre pays dans un régime d’exception s’agissant des libertés et du contrôle judiciaire. Le juge judiciaire qui ne sera plus garant des libertés individuelles ? Mais pourquoi faudrait-il s’arrêter à cela ? Remarque aussi à propos de la fumette du shit, qui va devenir une contravention, comme un délit routier. Moi qui croyais que l’usage des stupéfiants était un problème de santé publique... Et pour les migrants qui reviennent à Grande-Synthe, la consigne de l’excellent Collomb est de multiplier le nombre de flics pour que les mecs ne puissent se poser.

    - C’est exactement inhumain...

    - Non, c’est progressiste.

    Pour faire tout cela, le Prince ne va pas s’embarrasser de débats parlementaires. Sa majorité de godillots lui donnera les mandats pour procéder par des ordonnances, et on trouvera tous les experts nécessaires pour nous expliquer que les ordonnances sont démocratiques.

    S’ajoute la moralisation, avec un message qui me glace : en Macronie, respecter la loi ne suffira pas, il faudra se plier aux règles morales. Le projet de loi de moralisation est exactement en phase avec l’institutionnalisation de l’état d’urgence : dans un cas comme dans l’autre, il va falloir apprendre, pour être tranquille, à en faire plus que respecter la loi. Respecter la loi et vivre sa vie, ça ne va plus : il faut désormais obéir. La Macronie bascule vers une théologie morale bien inquiétante… Avec le gag d’avoir confié cette tâche au MoDem qui, n’ayant pas une thune, vivait d’expédients et se trouve désormais au centre d’une enquête dirigée par le parquet de Paris.

    Gouverner la France, ça ne marche pas comme ça. Une politique très à droite, et un soutien résigné sans adhésion, ça ne peut pas mener loin.

  • De la politique sans racine

    législatives 2017Juridiquement, les élus sont les représentants de la nation, et ils tirent leur force du suffrage universel, comme portés par un lien organique. Les élections nationales sont le moment où doit se créer l’adhésion autour d’un projet, et la victoire née des urnes est un puissant ferment d’unité du pays, unité dont nous avons tant besoin. Mais avec la séquence que nous vivons, nous ne trouvons rien de cela, et franchement, ça inquiète.

    C’est le fait majeur, cette élection ne crée rien.

    La présidentielle s’est construite sur un rejet : moi, le meilleur rempart contre Le Pen. Donc mon projet compte peu et ne vous intéresse pas, mais peu importe, vous devez voter pour moi car je suis le barrage au FN. C’est un vote sans adhésion.

    On aurait pu se rattraper avec que les législatives, le pouvoir conforté par la victoire à la présidentielle cherchant à unifier le pays autour d’un projet. Non, la consigne est de donner une majorité pour éviter la cohabitation. C’est un vote par nécessité.

    Alors que restera-t-il de cette phase électorale ? Une équipe au pouvoir, d’accord, mais faite d’alliages incertains, et sans aucun projet porté par le peuple.

    Hollande a fait la même politique que Sarko, et Macron assurera la continuité, no problem. Ce que nous devons craindre, c’est l’instabilité, et une majorité à l'Assemblée ne suffira pas. L’incapacité à avoir su créer l’adhésion autour d’un projet marque une fragilité constitutive. Comment le gouvernement tiendra-t-il a-t-il face aux épreuves qui, inévitablement, l’attendent ? Comment peut tenir un pouvoir sans racine ?

  • Valls a vocation à rentrer chez lui

    Comme les Roms avaient vocation à rentrer en Roumanie ou en Bulgarie, Valls a vocation, semble-t-il, à rentrer chez lui. Le mal que ce type a fait au pays… De trahison en trahison,… c’est juste le prix. Mais ce climat n’est pas bon.  

    photo-1346148858031-6-0.jpg

    Valls avait pourri le débat parlementaire de Macron sur son immense loi de libéralisation de l’économie en interrompant les débats pour passer au 49-3, alors que Macron – que Valls appelait affectueusement le microbe – était sûr d’obtenir une majorité, et il en avait été tout fâché.

    Macron le malin avait alors acté sa rupture avec Valls le bourrin, et on connait la suite... On comprend aussi le manque d’enthousiasme des En Marche ! pour accueillir un type à ce point borné, instable et prétentieux.

    Mais attention.

    En Marche ! rêve d’une majorité absolue avec pour les législatives, avec un vote légitimiste donnant une majorité au président. Oki, mais à supposer que ce soit possible, est-ce vraiment la bonne solution ?

    S’il obtient une majorité absolue, Macron va faire du Macron, donc avec l’adhésion des 24 % du premier tour, et cinq ans c’est long… La société française est très diverse, et celui qui ne partage pas le pouvoir creuse sa tombe politique.

    S’il n’a pas la majorité absolue, Macron devra jouer avec une coalition. Ça plaira moins à cette sorte de secte qu’est En Marche !, et il faudra faire un peu de place aux non-membres, mais c’est la garantie de durer.

    Ce journée de veille des investitures, c’est mal barré, et le microbe a tout fait pour humilier El Blanco. Ce n’est pas fort.

    Je n’attends rien, ni de l’un, ni de l’autre, mais notre pays a besoin d’un pouvoir politique stable, et là, franchement, je commence à flipper.

    Lire la suite

  • La gonflette En Marche !

    Sensible au bonheur attendu par mon pays, je me suis intéressé à la part que je pouvais prendre dans le parti En Marche ! de notre excellent président. Après avoir bien recherché, j’ai trouvé en tout et pour tout « le » site internet, c’est-à-dire un site pour tout le pays. Il n’y a mention d’aucune instance dirigeante, ni d’aucun congrès, ni d’aucune fédération… Bizarre…

    lkfkzu-HC.jpg

    Pour adhérer, il suffit de cliquer, et c’est gratis, pas de cotisation. Bizarre… Mais avant d’adhérer, je me suis intéressé à cette annonce en évidence sur la première page : « Des centaines d’événements gratuits chaque semaine. Ateliers de réflexion sur le programme ou actions de terrain à la rencontre de ses concitoyens, les événements vous permettent d'agir très concrètement pour notre projet », les événements étant ouverts à tous, adhérents ou non.

    Tout émoustillé de pouvoir participer à ces heures glorieuses des marcheurs, j’ai recherché « l’évènement » proche de chez moi pour ce 9 mai, et là j’ai été un peu calmé.

    Voici ce que l’on trouve, en tout et pour tout.

    A Lagny-sur-Mer, « Ensemble pour fêter la victoire et maintenir notre mobilisation », avec 6 inscrits.

    A Gennevilliers, « Fin du commencement », avec 3 inscrits.

    A Montigny-le-Bretonneux, « Victoire, trinquons ensemble », avec 3 inscrits.

    A Dourdan, « Epilogue des présidentielles et prémisses des législatives », avec 6 inscrits.

    A Levallois-Perret, « Notre victoire et notre soirée », avec 8 inscrits.

    A Vélizy-Villacoublay, « Fêtons le présent, préparons l’avenir », avec 5 inscrits.

    A Saint-Ouen, « Réunion Saint-Ouen En Marche ! », avec 1 inscrit.

    Ah zut, rien de bien joyeux près de chez moi, et je me suis résigné à attendre mercredi 10 mai, pour entrer dans la magie citoyenne du « Penser printemps », mais ça n’est pas mieux :

    A Goussainville, « Loi sur la moralisation de la vie politique », avec 2 inscrits.

    A Paris 14eme, « Et après », avec 22 inscrits, pour un arrondissement qui compte 140 000 habitants.

    A Claye-Souilly, « Loi sur la moralisation de la vie publique », avec 1 inscrit.

    A Paris 9eme, « After drink de victoire #6 : et maintenant ? », avec 12 inscrits

    A Paris 19eme, « Gagner les Législatives », avec 9 inscrits

    A Vert-le-Petit, « Repas pour la victoire d’Emmanuel Macron », avec 4 inscrits

    A Milly-la-Forêt, « Repas de fête », avec 1 inscrit

    A Paris 10eme, « On n’a fait !!!!!!!! », avec 11 inscrits

    A Argenteuil, « Réunion de la victoire et préparation des législatives », avec 6 inscrits.

    Voilà où nous en sommes. No comment… sauf pour vous pour vous signaler cet article de Lyon Capitale, qui vous donne une idée de la joyeuse ambiance à Lyon, en terre de Macronie... Avec cette ambiance, les militants d'En Marche ! vont bientôt partir en courant.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu