Avertir le modérateur

lycée

  • Respect pour l’histoire

    TeacherAndStudents.jpgSupprimer l’histoire et la géographie des enseignements de terminale scientifique, ce qui représente un lycéen sur deux… Nous sommes quand même gouvernés par de dôles de gus.  Mais qu’ont-il derrière la tête ?

     

    Ecoutons la com’ à deux sous de Luc Châtel : « On ne supprime pas le programme d'histoire-géo en terminale scientifique, ce programme sera vu en première. En première, les lycéens de la filière S vont voir leur horaire d'histoire-géo passer de 2h30 à 4 heures ». Donc deux heures en terminale devient une heure et demie en première. « L'histoire-géo va garder la place éminente qui a toujours été la sienne dans le système éducatif français et va même voir sa place confortée ».

     

    Luc, faut pas charrier. Si c’est pour que l’histoire garde sa place éminente, et bien c’est très simple : tu laisses tout en place, et même tu files un coup de dope en ajoutant quelques heures optionnelles, le but du jeu étant que le jeune lycéen féru de sciences dispose aussi des atouts pour structurer sa pensée. Au passage, tu rabiotes une demi-heure par semaine, ce qui te donne bonne figure à l’heure de la révision générale des programmes publics (RGPP). Toujours ça de pris.

     antique-brass-compass-over-old-canadian-map-1.jpg

    Ensuite, qu’est ce tu cherches à faire ? Que nos p’tits gars soient super blindés en classe de première, pour se consacrer aux matières scientifiques en terminale ? Mais pourquoi jouer les sciences exactes contre les sciences sociales ? C’est une régression. Le cerveau  de nos jeunes pousses serait-il déjà arthrosique ? Et puis, la maturité progresse très vite à cette période de la vie, et le même enseignement donné en première ou en terminale, ça change beaucoup de choses ! L’histoire du XX° siècle à des élèves de terminale, ça percute.

     

    J’ajoute que ton truc est idiot. Un chouïa de culture générale, ça aide beaucoup pour nombre d’écoles et de concours. Participe à quelques jurys, et tu verras vite le malaise devant ces graines de techniciens qui sont complètement gênés aux entournures pour ce qui concerne l’ouverture au monde.

     

    Ce qui m’inquiète, c’est que tout ça vient dans un contexte de manque de respect pour l’enseignement de l’histoire. L’histoire, c’est de la connaissance, et une invitation à chaque élève pour forger ses convictions. Je n’ai pas oublié ce qui a été dit à l’occasion du projet sur l’enseignement du rôle positif de la colonisation : au delà du cas spécifique, tes petits copains trouvaient normal que la loi donne le sens de l’enseignement. Il a donc fallu les calmer, et leur expliquer que ça faisait un peu trop Corée-du-Nord. Je n’oublie pas non plus la crispation pitoyable sur la lettre de Guy Môquet, l’émotion présentée comme un acte de résistance, en décalage complet avec le contexte historique réel.

     

    Aussi, passer à la trappe l’histoire en terminale, et prévoir à la place un enseignement optionnel, et qui concernerait la période des vingt dernières années, ce n’est pas sérieux. C’est du plateau télé amélioré. Le propre de l’enseignement de l’histoire, c’est de prendre du temps pour acquérir de la connaissance et construire une réflexion autonome. D’où l’intérêt d’accompagner les lycéens le plus loin possible dans cette voie.

     

    entreprise_ecole.jpg
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu