Avertir le modérateur

mairie

  • Aix-en-Provence : La saga Joissains freinée par le juge

    4JY32CA4DHYAUCASJ9T11CA8ECKHUCAU5ZSKOCAQZ7MN3CAKZSWRGCADZPJRUCA48ENAHCANJ5ZODCA9HQDXWCAIFGIOPCAGXE3RPCAGNUJRPCADRZF5FCAXFJ0DOCA2EE6D7CAUHBTKECAZ8X9OX.jpgAix-en-Provence : La saga Joissains freinée par le juge. Le mari, ex-maire, nommé directeur de cabinet de son épouse, devenue maire. Avec une rémunération trop élevée de 50%. Ma pauvre dame, on ne sait plus rémunérer les talents...

    La saga Joissains à Aix-en Provence, ça nous rajeunit. En 1978, est élu un jeune et dynamique maire UDF, Alain Joissains. Une puissance locale est entrain de se créer, autour de cet avocat aixois, qui sait cultiver ses contacts à Paris, comme éphémère membre du cabinet du non moins éphémère ministre des réformes (!) Jean-Jacques Servan-Schreiber. Pour faire moderne pendant les années soixante dix, il fallait alors être à l’UDF.  6SBVWCA4642LHCA597K6QCA4QDLPDCA106RFGCA6BPERPCA0E4DSSCABZ6229CAGOO3J7CAF2CYCTCA8GWI1SCAA82C22CAT2UG3DCACH1RZXCA3F0RO1CA0SNMZCCA5YWP6CCA6I4Q0HCAFGZ0NG.jpg

     

    Les soucis viennent avec la publication par Le Canard enchaîné en janvier 1983 d’informations expliquant qu’Alain Joissains a fait construire une villa sur les hauteurs de Saint-Antonin-sur-Bayron, pour son beau-père, Roger Charaton, en détournant des fonds publics destinés au CES Saint-Eutrope. « Tout faux, c’est une campagne honteuse, car je gêne des puissants… » Tu parles ! Clôture des débats devant la Cour d’appel qui a condamné Alain Joissains pour à deux ans d’emprisonnement avec sursis et 25 000 euros d’amende, pour complicité de recel d’abus de bien sociaux. Suivra la radiation du barreau. Et adieu la mairie.

    Retour à la mairie avec les municipales de mars 2001, mais les cartes sont redistribuées pour cette opération de revanche : l’élue est l’épouse, Maryse Joissains. Mais Maryse a besoin d’un conseiller de confiance, et elle recrute comme directeur de cabinet… son mari Alain. La maire devient président de la Communauté d’agglomération du Pays d’Aix. Là encore une charge de travail important, et la présidente Maryse Joissains recrute un chef de cabinet de confiance, sa fille, Sophie.

    1QJBECAHP7X3NCA20TU4OCAFHTRBICATS8GHFCAUG2ROECAYMF9FYCAGTMOU1CA1VMBXSCAZ2F6O3CAQB960QCAV4KNYWCARL7M0XCASXBAIXCAJNO2NACA7421DPCA4ZI3O9CA35KDGXCA61JRB3.jpgJe précise que tout ceci est légal. Ah que la décentralisation est douce !

    Ce qui était moins légal, et même pas légal du tout, c’est le niveau de rémunération de l’ex-maire, ex-avocat, devenu par la magie de la démocratie locale directeur du cabinet de son épouse, et entretenant des liens de travail suivis avec sa fille. J’imagine bien que pour s’attirer le service de ces hautes compétences, la pauvre madame le Maire avait du se résoudre à casser la tirelire. Le tirelire du contribuable en l’occurrence, pour cet aussi sympathique que familial parachute aux bords dorés. B7UGECA4VWWK7CA0PJN2HCA62990XCAS7L5FLCAOSZKAJCAGNPQ3ACAPPHROBCA8L9BK3CA48MYBDCA7B8G3DCAHXS2LLCAPRVG2QCAABE4P6CA0USSKSCAAFU66LCA7VQJZUCA38L4DMCA60BP1H.jpg

     

    C’est le Tribunal administratif de Marseille, qui dans un jugement du 31 octobre vient de faire les comptes. Alain Joissains a touché dans le cadre de ce contrat près de 476 000 € de salaires en sept ans, alors que sa rémunération sur la même période n'aurait pas dû excéder 308 000 €. 50% de trop. Pas de chance ! Le tribunal explique que s’imposaient des références indiciaires, qui ont été renvoyées à l’usage de coussins. Il va falloir qu’Alain prépare un chèque de 168 000 €, car il serait tout de fâcheux que le conseil municipal d’Aix-en-Provence soit amené à faire délivrer un titre exécutoire contre le mari de la maire. Dans l’immédiat, la maire a indiqué qu’elle ferait appel. Elle ne peut prendre le risque d’un injustice, et ce scrupule l’honore.

    S50DMCAUNB0H9CAY9SXMQCAI9GPNHCACPZ93JCAWGEUA9CAR0XZD1CA3IWL1FCA130PF6CAZF5XEHCAI6CDTUCABJDV5DCAO3L6GKCA10VBSECACNJFWICA16EMXPCA0CMAIYCAUOP0ZKCAIDCRD1.jpgA part ça, la vie familiale suit son court. Maryse a été réélue maire en 2008. Elle est par ailleurs présidente de la Communauté d’agglomération du Pays d’Aix et députée UMP. Un gage de modernité. Alain n’est plus directeur de cabinet, mais il est resté en fonction à la mairie comme « conseiller politique ». Pourquoi pas, mais on aurait pu penser à un rôle de conseiller financier. Sophie a pris des galons. Elle est 8° adjointe au maire, chargée de la politique de la ville et de la vie culturelle, vice-présidente de la communauté d’agglomération du Pays d’Aix, et sénatrice UMP, élue comme n° 2 de la liste conduite par Jean-Claude Gaudin. Dans une interview à La Provence le 22 septembre 2008, elle déclare : « Et puis, il y a toujours eu des familles de boulangers, de libraires, de politiques... J'ai baigné dedans, j'ai appris à écouter et à regarder. »

    Un peu de tendresse dans ce monde de brutes…

    TGL7DCA8ZW97SCA7JT3TFCA05IUMQCAS4LP3YCADNZ40JCA3ROC6GCAWPVQWTCAMCYHGACABY15FVCA76N3IXCACV4Q10CA3F0U14CALMWFE9CA74SZWUCAC9L0SICA199JJ2CA9M7GR5CAM2QKVD.jpg

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu