Avertir le modérateur

martine aubry

  • Le yoyo politique

    yoyo.gifBuvons un coup à la santé de Martine. On en pense ce qu’on veut, mais quand même... Je n'oublie pas que les dernières régionales de 2004 avaient été un grand succès pour la Gauche, pour conduire à la mémorable gamelle de 2007. Mais depuis hier soir, il est bien clair que la mieux placée pour battre Sarko en 2012, c’est Martine. Et franchement, quel parcours depuis le congrès de Reims, en novembre 2008 ! A peine 16 mois…

     

    Eh oui, le Congrès de Reims… C’était déjà la fin de la fin. Le PS était cuit ! Tout ça parce qu’entre autres petites joies, le génial Jospin nous avait laissé ce cirque de l’élection du secrétaire du PS au suffrage direct. Le vote proportionnel, le vrai, sur les programmes, avait donné en gros trois tiers. Delanoë et Aubry étaient en quasi accord, ce qui se retrouve aujourd’hui dans la majorité du PS. Mais le tiers de Ségo était soudain devenu 50% pour l’élection de la première secrétaire. D’où le foin insensé sur le thème de la victoire volée et des recours en justice. Que reste-t-il aujourd’hui de cette agitation fébrile ? Martine avait une solide majorité issue de la proportionnelle. Avançons.

     

    Six mois plus tard, en juin 2009, ce sont les européennes. Résultat calamiteux : l’UMP bien en tête, le PS à 16,5 talonné par les Verts à 15. Que n’a-t-on pas entendu ! Je ne résiste pas au plaisir de vous rappeler les brillantes analyses de BHL : « Le PS va mourir ? Non. Il est mort. Personne, ou presque, n'ose le dire. Mais tout le monde, ou presque, le sait. À quoi bon se voiler la face ? On est à la fin d'un cycle. Le PS est dans la situation du PCF de la fin des années 1970, quand la désintégration s'amorçait et qu'on tentait de la conjurer par des formules incantatoires sur - déjà - la refondation , la rénovation ». Avançons.

     yoyo_yinyang.jpg

    Hier, l’UMP a pris une raclée. En gros et en détail. Tous les ministres laminés. 54% pour la Gauche, 36 % pour la Droite, 8% pour le FN - 25 % en PACA et 22 dans le Nord - et le reste éclaté. Alors, je ne vois pas pourquoi on s’empêcherait de saluer cette belle victoire électorale, et de féliciter Martine Aubry. Franchement, la machine électorale du PS a bien fonctionné.

     

    Maintenant, il y a tout ce qui ne va pas, et tout ce qui reste à faire.

     

    Une abstention très élevée, d’ici et d’ailleurs, c’est-à-dire de partout. Les régionales sont peu lisibles, et c’est d’abord le fait des présidents de région, dont plus d’un a un charisme d’huitre. De grandes régions comme l’Ile de France, Rhône Alpes ou PACA dirigées par des Huchon, Queyranne ou Vauzelle… Absents du débat national, planqués dans leurs hôtels de région, démissionnaires de tout débat d’idée. Autant dire qu’entre un vote aux régionales et le choix d’un président pour la France, ce sont deux mondes.

     

    Le niveau de l’abstention se combine aux brusques évolutions de l’électorat. Je dis que Martine a bien joué en un an, certes, mais qu’est-ce qui justifierait ce doublement du score ? Rien. Rien, à part le libre choix des électeurs, qui donnent des signes d’un côté ou d’un autre. Qui peut dire sérieusement que les électeurs font confiance en leur personnel politique ? Le vote d’hier est un vote tendance, mais la Gauche serait bien prétentieuse si elle pensait avoir retrouvé l’adhésion populaire.

     

    Le sentiment majeur de ces résultats en yoyo est la perte considérable de crédibilité du monde politique. A quoi sert la politique ? Est-elle encore en mesure de gouverner et comment ? Celui qui répondra à la question raflera la mise. Les élections d’hier dépassent largement le cadre des régionales, et remettent les compteurs à zéro, certes. Le PS reste une belle mécanique électorale, certes aussi. Mais après, tout reste à faire.  

     

    yoyo2_800w.jpg

    Electeur dans le secret de l’isoloir

  • Aubry met les années Mitterrand à la retraite

    affichemitterand1981.jpgLa grande loi sur les retraites du 26 mars 1982 est mise à la retraite. Martine Aubry, l’air de rien, vient de bouleverser les doctrines empoussiérées du Parti Socialiste.

     

    Relisons les déclarations de Madame la première secrétaire au Grand Jury : « Je pense qu’on va très certainement aller vers 61 ou 62 ans, je n’imagine pas qu’on aille plus loin, mais à condition qu’on traite le problème de la pénibilité et des seniors ». Elle poursuit en affirmant la disposition du PS à travailler sur la réforme avec le président de la République, à condition que soit gardé le principe de la retraite par répartition. Et elle ajoute : « Si pour la première fois nous avons, depuis que Nicolas Sarkozy est au pouvoir, une réforme juste, qui va dans le sens du progrès social et règle un vrai problème, je serais heureuse d’y contribuer. »tout_est_possible-affiche-du-ps-du-temps-du-programme-commun_1181599926.jpg

     

    Propos que je salue, bien sûr, avec tout même un peu d’amusement. Au PS, il y a les discours pour les congrès – à Gauche toute – et les discours pour la vraie vie – on arrête les conneries et on apprend à compter.

     

    Il n’empêche que l’air de rien, c’est un pilier des acquis historiques de la Gauche – à prononcer la main sur le cœur et avec un léger trémolo dans la voix – qui part avec les soldes d’hiver. L’âge légal du départ à la retraite à 60 ans lâché par le PS, ça ne va pas passer inaperçu, et il y a même de quoi défriser Jospin. Franchement, il était temps.

     

    Chacun connait les évolutions démographiques. Il se trouve que l’INSEE vient de publier les derniers chiffres. L’espérance de vie est désormais de 77,8 ans pour les hommes, et de 84,5 ans pour mes chéries. Deux mois de plus qu’en 2008.

     

    Rappelons l’évolution sur les dix dernières années.

     

    - L’espérance de vie à la naissance a augmenté de 3 ans pour les hommes, et de 2,04 pour mes chéries.

     

    - L’espérance de vie à 60 ans est passée de 20,2 ans à 22,2 ans pour les hommes et 25,3 ans à 27 ans pour mes chéries.

     

    - marchais.jpgQuant au pourcentage des plus de 65 ans dans la population française, il est passé de15,8 % à 16,6%.

     

    Autant dire, qu’il n’y a plus grand-chose à voir avec les chiffres de 1980. Un autre monde démographique.

     

    Dans le même temps, il est plus logique de prendre pour référence une durée de cotisation qu’une limite d’âge. Et quand on regarde la réalité, le principe légal de la retraite à 60 ans est troué comme un bon gruyère, entre ceux qui ont perdu leur emploi qui n’arrivent à retrouver du travail du fait de leur âge, et ceux qui ont besoin de dépasser la limite pour parvenir à une retraite décente. De même, on trouve ceux qui ont commencé à travailler à 16 ans, et d’autres qui ont poursuivi des études, peiné à trouver du travail et qui entrent dans la vie active à 26 ans ou davantage : rien à voir.

     

    Le débat est débloqué, et les négociations peuvent commencer. Merci donc à Martine Aubry, la future présidente de la République, cette petite chérie.

    martine-sinscrit-chez-bp.jpg
  • Qui après Ségolène ?

    arton1108.jpgVu de Gauche, que 2007 est loin ! Ségolène et ses fans avaient voulu faire croire que les 47% étaient une quasi-victoire, et la base pour 2012. Lors du congrès de Reims, on nous avait resservi la soupe, alors que Ségolène avait perdu la moitié de ses voix dans le Parti. Un an plus tard, ce courant fantomatique est devenu une illusion, et ses leaders émargent au Pôle Emploi de la rue de Solferino. Vincent Peillon se fait coller une fessée, genre « il ne pas prendre le goûter de ses petits copains ». Et Vincent, les fesses encore rouges, déclare à Canal+ que Ségolène est disqualifiée pour être leader de la Gauche. Décidemment Sarko peut remercier cette équipe là.

     

    Dans le même temps, le Parti, avec bien des difficultés, cherche à retrouver une cohérence interne, un fonctionnement, et les résultats aux élections locales montrent que le pire n’est jamais sûr. Ca se chiffonne entre leaders, et d’autant plus qu’on monte dans la hiérarchie, mais à la base ça se passe plutôt bien. Idem avec les partenaires – Les Verts et le Modem.

     

    Le programme ? Plus personne au PS ne croit aux veilles balivernes de la rupture avec le capitalisme. On pourrait faire davantage, déblayer, reconstruire ? Oui, et c’est à portée de main, mais pour cela, il manque le porte-parole. Préparons les régionales et nous verrons après, notamment en fonction du résultat global et du score des Verts et du Modem.

     

    Daniel Cohn-Bendit se positionnera-t-il comme candidat ? Si ce n’est pas le cas, le leader capable de battre Sarkozy sera nécessairement un socialiste. Et il n’y en pas cinquante. Les primaires sont un flop annoncé, dès lors qu’elles sont rejetées par toutes les autres forces politiques d’opposition, Modem compris. On revient donc au sein du parti. L%27inconnuMars1978.jpg

     

    Ségolène n’avait pas besoin du coup de pied de l’âne Peillon. Chacun voit que sa force d’entraînement est devenue marginale.   

     

     

    Je ne crois pas un instant au retour de DSK. Après la fuite de Jospin, DSK avait toutes les cartes en mains. Il n’a absolument rien foutu. Après l’échec de Ségolène, il restait le plus crédible de leaders. Il a préféré se faire nommer à New York, avec le soutien amical de Sarko. Pour être élu, il faut s’inscrire dans le terrain national, sillonner le pays, rencontrer des milliers de personnes, structurer des équipes dans chaque commune, se coltiner congrès et assemblées générales. Qui voit DSK dans ce rôle ? Ce n’est pas qu’il n’est pas bon pour le job. C’est que cette fois-ci, il ne suffit pas d’être nommé. Il faut se faire élire. 

     

    Alors ? Il en reste deux.

     

    François Hollande organise son retour. Jusqu’où ? Ca dépend beaucoup de lui, de sa capacité à sortir de cette image d’éternel tacticien sur la réserve. Il est bien faible dans les médias, mais attention, il dispose de grands atouts dans les fédérations et auprès des élus, qui se satisferaient bien d’une candidature placide. Après avoir adoré Ségolène, rêvé de DSK, ils seraient très contents avec Hollande.

     

    Martine Aubry est première secrétaire, et le boulot est fait. Il y a dans la Gauche des vertus qui dépassent largement les capacités du PS, et paradoxalement, un PS un peu terne n’est pas forcément un handicap. Le temps passe, et cette lente consolidation renforce la place de Marine Aubry, qui prouve sa capacité à agir et à parler avec tout le monde. Pour ma part, je vote Martine, mais il va falloir emballer la machine...

    09031110094320713301156.jpg
    Leader de Gauche préparant 2012
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu