Avertir le modérateur

mccain

  • Les Etats-Métis d'Amérique

    Les Etats-Métis d’Amérique. Noir et blanc, c’est dépassé. Adieux les Etats-Unis d’Amérique… Vivent les Etat-Métis d’Amérique. Avançons. L’enthousiasme était là.

     

    n539262194_1596388_7970.jpg

    Dans cette campagne de près de deux ans, le discours de Philadelphie prononcé le 18 mars est destiné à rester. On connait l’histoire de Barack Obama, un père Noir du Kenya et une mère Blanche du Kansas. Elevé par ses grands-parents blancs, et bombardé dans les meilleures écoles. Marié à une Noire américaine « qui porte en elle le sang d’esclaves et de propriétaires d’esclaves, un héritage que nous avons transmis à nos deux filles bien-aimées. » Voir les problèmes les traiter. Assumer l’histoire, comprendre les réalités du temps présent, et traiter les maux économiques et sociaux. Bien sûr, on nous a déjà servi dans le passé le « métissage », sauce douce, un mythification qui vise à tout pour tout confondre. Barack Obama taille dans le dur.

    Lire la suite

  • USA : Le vainqueur est… la démocratie !

    AK317CAJ13C5ECA1ZIIMSCA1T2MU9CAH4GIU3CA1DMGF9CAYUT7CGCAU56B80CAKBYDC6CAI889WKCAUULCU4CAGU9F3ICA15FWJFCA334XL6CA7EPPFXCA9EKDWKCAK2N5I4CA9OPH33CAG2ROWR.jpgObama? McCain? Nous verrons bien, même si tant de choses semblent désigner l’un alors que si peu poussent vers l’autre. Respectons le grand vainqueur, la démocratie. images.jpg

    La démocratie en Amérique. Sacré Tocqueville! Tu avais bien vu le problème : c’est là-bas que ça se passe. Ces Etats-Unis toxiques, pénibles, arrogants, endettés, oui… et bien davantage encore. L’Irak, Guantanamo, la monnaie qui fait plonger le monde. L’injustice sociale, la Sécu au compte-goutte, Kyoto non ratifié, une surconsommation qui ruine la planète. Et leurs simagrées perpétuelles : la peine de mort malgré sa barbarerie et ses innocents, les armes vendues comme des petits pains, l’IVG juste tolérée, le président qui prête serment sur la Bible… Je n’oublie pas les coups tordus tous azimuts, la CIA toujours aussi gaillarde, les milices privées qui gagnent sur le terrain des militaires. Bon, tout ça pour montrer que je ne suis pas l’un des sept nains amoureux de Blanche-Neige, même dans le rôle de Grincheux.

    NPNO3CAWQ2S5ACALY16GYCAEYE1UCCAEK99GZCAAONSLMCAHKR82ACAUGFPIECAK1VH2CCA1DIBT7CAF1YQUICAK1CSAICALT7003CAQ38071CAAI5K19CAVT2ZRMCAHO05R0CAWJGQVDCAKN30NI.jpgMais, quand même, ne nous trompons pas: quelle leçon de démocratie! Un grand peuple vient de conduire pour les plus importantes de ses élections un très grand exercice de démocratie. Disons-le, du jamais vu. Bien sûr, il y en a eu d’autres grandes élections, et de très belles. Pour ne parler que des Etats-Unis, ce n’est tout de même pas une révolution. Mais quelle maîtrise! Amoureux profond de la démocratie, persuadé que quelques que soient ses défauts et ses faiblesses, c’est elle qui a le plus de qualités et de forces, je me suis régalé, et nous sommes nombreux. DLG3CCAPIAGGNCAQSJ0FLCACPZ1MTCATQIXDFCAEVZ8D7CALZRIUSCARCD0MHCA2367ZDCATUOQAACAC3AHU3CAJNYTFFCAS3EIXSCAEFA0A6CAYUI22HCA0GA7M2CARHVKTSCAHSB29PCAEM52WA.jpg

    Réussite de ces inscriptions sur les listes électorales, conduites par les partis politiques, le meilleur moyen de mettre les partis dans le coup. Réussite des primaires, avec de vrais débats qui ont marqués la richesse de chaque camp, et se sont conclues par de très responsables réconciliations. Réussite d’une campagne de longue haleine, avec des candidats si proches et si différents. Ajoutez la diffusion mondiale des images, et Internet : on n’avait jamais vécu cela. Bien sûr, des boules puantes, toujours de trop, mais un débat fondamentalement sincère. Je n’en dirais pas plus, car je ne serais pas objectif, Barack Obama ayant mes faveurs, exprimées ici depuis longtemps, malgré la part d’injustice dans l’élimination d’Hillary Clinton. Les Etats-Unis ont un besoin tel de changer, en eux-mêmes et face au monde, qu’Obama me semble la seule solution. Mais quelle trempe, ce McCain qui à 72 ans part pendant un an vivre dans son avion entre deux meetings, plaide la foi dans son pays, et vient nous remuer les tripes avec la guerre du Vietnam, annonciatrice de tant de misères. McCain qui, le regard droit devant, relève le gant après un Bush si décrié.

    HNYQACATDNIW6CAM4LZVUCAWSCQMOCATR0OTXCAK1FZDYCASHZFU2CABQEERYCA98Q7PYCAXK3K9FCAUEBLOPCA0BDIDSCABX1GENCAQSID30CA3PXY1NCA1IIEAECAIKVZ71CATKGCZ4CAQIUJOR.jpgAlors, nous aurons demain un vainqueur, mais il n’y aura pas de perdant. Du moins aux US. Déjà à Athènes, on savait que la démocratie c’était compliqué et plein de contradictions. Alors, des travers, oui. Et puis ? Non, les grands perdants des élections américaines sont les pays qui n’ont pas encore compris les bienfaits de ce médicament qui s’appelle « démocratie ».

    Grands perdants avec mention du jury et bonnet d’âne enfoncé jusqu’aux épaules : la Russie et la Chine. Dans quelques jours leur petits dirigeants nerveux recommenceront leurs numéros de pitres, avec œil sur la police politique et l’autre sur le contrôle financé du parti. Ce sont des guignols, catégorie guignols avec pouvoir, et accessoire « pas cons du tout ». Mais des trouillards finis. Rien ne leur fait plus peur que leur peuple ! Accrochez vous aux branches si vous voulez, l’histoire se fera sans vous. NACX7CAH1P6P1CA21UBV1CA4U4Q19CA87YFL6CARFF72DCA18DVFGCAB2VPEXCAORTUQQCA7KOAMWCAY9JXN4CA5EZLTHCA6Q23VQCAJ5NV9LCADNA3Y7CAYNC4EACAQVWU4ZCACIYGWRCA6H4CXJ.jpg

    Perdants ensuite, la flopée des petits dictateurs et roitelets de circonstance. Je ne citerai pas de noms, car je ne voudrais pas faire de jaloux. Mais le contexte US m’amène tout de même à accorder un mention spéciale à ceux de nos amis africains qui se ridiculisent tous les jours un peu plus, en cherchant désespérément des justifications en solde dans les misères de la colonisation. L’Algérie qui modifie sa constitution pour permettre un 3° mandat à son lumineux président, la Mauritanie qui s’essaie au coup d’Etat miliaire, le Tchad qui redevient tribal, le Sénégal et le Gabon tentés par la gestion filiale de la transmission du pouvoir, la Côte d’Ivoire entre deux dictateurs, le Congo qui se prépare à la guerre civile. Et les pays du Golfe qui s’interrogent pour savoir si une femme peut être députée, et si elle peut être non-voilée… Ouvrez les yeux, chers amis ! Vous n’êtes vos meilleurs ennemis.

    Loin de tout cela, je dois quelques mots à notre bonne vieille France, coincée entre un parti bonapartiste et une armée mexicaine dans le brouillard. Avec comme must du débat politique, Guaino interrogé par Elkabbach sur Europe 1. Je rêve.

    762XPCAQKF7SMCAZ3B4ATCAIVTUKXCA5T0SYFCAR19CRMCAVZ0C8LCAC8Q80YCATD7IU0CA3W1381CANI6ECDCA1Y0536CAIU6AKKCAQD1NX5CATTM11OCAOAAM7ECA2C7W8HCA9V1JXYCAWD4UQZ.jpgNon pas de doute, il s’est passé de belles choses pendant la campagne US, et des choses qui comptent dans le vie de l’humanité, ce sous les yeux de la planète entière. Une belle étape. Si je cherche, dans notre époque, des marques aussi fortes dans la construction de la société du droit, je me tourne naturellement vers un autre combat qui avait réchauffé la planète. Ce n’était pas encore la démocratie, mais c’était déjà la défense des droits. Mes pensées, bien sûr, vont vers Nelson Mandela.

    Allez, c’est Nelson qui paie la tournée !

    7008ECAZ0E6N2CAWHARXACA2QP742CAS87UEFCANGWYAKCA85HWHJCA6YK49UCAYPTST5CAD7LNRVCAV6ZQKPCAFYGKT3CA92WD59CA43014NCAJDH5FVCAAAJLR6CAMSF0OZCAXSFTUACA4OBU20.jpg

     

  • McCain, avale ton fouet !

    A2GJUCAXKF91YCA1XLZ94CA2CGD09CABKODX5CA184KTICAA5GK1SCAE2ZA5GCAGYSYGJCAR6DRHECA81CVL1CARQKSYUCA51LLORCAYRGPP6CAW2YZAOCA7TGJG1CAVNCY98CAUNQNXGCA486W41.jpgMcCain, avale ton fouet ! Le vieux soldat use les vielles ficelles du provocateur pour tenter de sauver sa campagne avec le racisme. Honte à McCain.

    McCain et Palin nous offrent la campagne la plus pourrie que l’on ait vue depuis longtemps. Quand, devant mon écran, je les vois ouvrir le bec, je vais instinctivement aérer, tellement ça pue. Le destin de McCain est d’entrer dans l’histoire comme le vomitif du racisme US.images.jpg

    Il y a quelques mois de ça, John McCain s’est frotté les mains de voir Barak Obama l’emporter sur Hillary Clinton. Difficile de faire campagne contre une femme, et surtout une femme si expérimentée. Alors que le jeune sénateur, avec ses attitudes de rock star déconnectée. Et noir de surcroît. Non, pas vraiment noir. Métis, c’est-à-dire de nulle part. Avec un beau-père musulman. Une bonne cible. Je me refusais d’y croire. J’ai cru à des débordements. Je suis aujourd’hui convaincu que c’est un choix réfléchi, reposant sur des insinuations millimétrées. Ce qu’on appelle la provocation : en soi, le propos est limite, mais il cherche à légitimer les pensées les plus odieuses, sur le mode : « Ah lui aussi, il pense comme moi, mais il ne peut pas vraiment le dire. » McCain en perdition va chercher au fond des tripes américaines, les miasmes du racisme qui, seuls, peuvent le sauver. Miasme : émanation putride provenant de corps, de substances en décomposition.

    Tout laissait penser que la campagne se ferait sur la politique extérieure. A commencer par l’Irak. Et si Obama avait pour lui d’avoir refusé l’entrée en guerre contre l’Irak, les sbires de McCain se délectaient de la leçon qu’allait donner le héros de guerre. L’uniforme comme une seconde peau. Et le couple de l’année – Poutine-Medvedev – qui posait ses chars en Ossétie : l’après-guerre froide se redessinait ? Du pain béni pour l’expérimenté McCain. Tu parles ! Rien.

    La crise financière pointe son nez ? Même tableau.  McCain tergiverse, suspend sa campagne, la reprend, flingue le plan, puis en fait l'éloge, en propose un autre, vote, dit le contraire. Et aujourd’hui commence à accabler Bush.

    NLINRCA1DDC98CAY29RV1CA6GW7DUCA4XO188CAFSMNFQCAOI1AHRCA43I3S9CACCO9UACALR675KCA1Q5ZX5CAH19TE9CAIBQQUKCAX8XOR6CAB8P7DWCAUB0293CAB2GL2RCAI4MSPWCAYDC1XA.jpgSarah Palin nommée pour remettre l’ambiance. Comment ce vieil homme, 72 ans, malade, peut-il prendre le risque de voir un jour les Etats-Unis présidés par Sarah Palin ? Celle qui a commencé, et il n’y pas si longtemps, sa carrière politique dans un parti extrémiste et ségrégationniste. Celle qui vient de se voir reconnaitre responsable d’abus de fonction, en ayant viré le commissaire à la sécurité publique d’Alaska parce qu’il avait refusé de virer son ex-beau-frère. Celle qui n’est même pas capable de donner le nom des journaux qu’elle a lu le matin.

    En réalité, de tout cela, les têtes d’œuf qui dirigent la campagne du héros fatigué de la guerre du Vietnam s’en fichent. Ce n’est que secondaire. La seule chose qui compte, et qui peut marcher, est de dessouder la personnalité d’Obama. Et là, c’est un boulevard pour l’Amérique qui sent le rance. Le petit truc puant qui peut faire la différence, rêve McCain. Oui, il en rêve. Le beau John s’endort après sa journée de travail en rêvant d’avoir réveillé le racisme qui peut lui amener la victoire.

    D’abord, distille-t-il, Obama est-il vraiment américain ? Un père Africain de chez Africain. Un petit Barak qui grandit en Indonésie. Ajoutons un beau-père musulman. Et un long séjour à Hawaï, l’Amérique, mais pas vraiment l’Amérique. Sur les réalités de cela, il y en a des pages et des pages. Mais le vieux racisme des tripes ignore tout ce qui fait l’intelligence. NLXU3CAPJT6ISCAX7V3NLCANEF9QJCASQRBPFCAVRTW3ACAX66SXLCAG6GPJECAPT079YCAH23KYQCAO3H8IJCA0UY6G3CATZKTYVCA5Y2F7ICA583EL8CA340PJ7CANYVYPNCAI5MSTHCAB9I32L.jpg

    Déjà en fin de semaine, ça partait en vrille. A force de chauffer les salles avec les sous-entendus les plus douteux, le résultat a été atteint. La haine d’Obama s’exprime toutes dents dehors dans les meetings du vieux soldat. Qui fait mine de se fâcher, pour calmer le jeu, tout en se frottant les mains. Ca marche. Ce vieux fonds raciste, que l’on ose même pas annoncer aux sondeurs, apporte un espoir de victoire. Le discours officiel calme le jeu? C’est pour aussitôt repartir, plus fort encore.

    A quelques jours du troisième débat, McCain rigole en promettant de « fouetter son 'vous savez-quoi' », et de mimer le geste, mort de rire. Sinistre crétin. Le pire. Lors d’une rencontre avec des électeurs, une mamie déclare ne pas vouloir voter pour Obama car il est Arabe. Et le vieux croulant de McCain de répondre : "Non, c'est un père de famille décent et un bon citoyen". Tout le monde a compris : "Pas comme les arabes". Et là, le plus grave, c'est que McCain ne rigolait plus. Il était sérieux.

     images.jpgQuelle merde, ce racisme. Est-ce qu'on s'en débarassera un jour? images.jpg

  • "Les fondamentaux de notre économie..."

    3CLWWCAZVZQ75CATNM94XCAMA6IW0CA4DUHRSCAICH2LTCAGG23LTCA9TVXBECAFG4LNKCASSJR0HCA03L5EYCA2BK4JTCAGWY3W6CABXSSLYCAIA8LDSCAEAKQHSCAHSMODQCADR5SWACAJPQSBD.jpg« Les fondamentaux de notre économie… » Sacré McCain ! J’espère que vous avez vu cette image de notre héros du Vietnam en meeting en Floride, entrain de lire son discours tel un étudiant cossard pompant ses sèches, pour dire en s’y reprenant à deux fois : « Les fondamentaux de notre économie sont solides ».

     

     

    Quand c’est la religion, il suffit d’y croire. Pour l’économie, c’est plus compliqué. La croyance personnelle ne vaut pas tripette en économie, car il est peu de domaine aussi fédérateur. Un peu comme les chameaux dans la chanson « des bretons… » Mais si, vous savez, ces chameaux dans le désert qui ont la peau tellement tendue que lorsqu’ils ferment les paupières ça leur ouvre…  A mon tour d’avoir un trou de mémoire… Quand je pense à notre insouciante joie à enchainer les couplets, alors que l’auguste chanson était en fait un cours prémonitoire d’économie mondialisée !JKDBSCAXF7SIWCA5U2VR9CA03TCJNCAW2EPZTCAMAFC2TCAU92N2QCA97ECVRCA82Z1PVCAEPFT80CAYTSZRBCABAP4DCCA5TFW1KCARID7ZTCATOKIJZCAF958O2CA27YH96CA3TWPH8CAUCSS9X.jpg

     

     

    Allo, McCain, tu es toujours-là ? Pas facile il est vrai pour le vieux soldat, qui d’un œil surveille le retour des soviétiques en Indochine et de l’autre essaie de suivre les péripéties de sa vibrionnante Sarah Palin. Donc, McCain, mon ami, tu t’assois gentiment, tu prends une contrex, un crayon, du papier...

     

     

    Fannie Mae, Freddie Mac, Bear Stearns, Merrill Lynch sont des banques qui se noyaient corps et biens. D’autant plus inquiétant, qu’elles jouaient comme garantie des autres banques. Sauvées in extremis sur ordre du gouvernement américain : tant mieux pour elles, tant mieux pour les américains, tant mieux pour nous autres habitants de la planète. Avant-hier, lundi, Lehman Brothers, une autre banque, a mis la clé sous la porte. Aujourd’hui c’est le grand assureur AIG qui se fait prêter 70 milliards de dollars par la Réserve fédéral pour ne pas exploser. Au cours des trois derniers mois, AIG avait accumulé 18 milliards de dollars de pertes ! D’autres viendront  rejoindre la liste, et on comprend que les autorités US bougent en fonction de l’implication de ces établissements dans l’économie US. sont très US. Pour les activités très mondialisées, et c’est la planète entière qui apportera son obole. Pour exemple, la Société Générale a chiffré à environ 480 millions d'euros le montant de son exposition à Lehman Brothers, et BNP Paribas à environ 400 millions d'euros.

     

     

    Cet obole mondialisée, ce sont d’abord les bourses en fort recul. De 5 à 10% dans la journée de mardi. C’est ensuite de l’argent qui devient rare, car la marché interbancaire, celui qui permet au banques de prêter aux particuliers et aux entreprises, se rétrécit. Les banques centrales doivent alors entrer en jeu, pour que le système ne bascule pas : pour la journée de lundi, 70 milliards de dollars injectés par la réserve fédérale, 100 milliards entre lundi et mardi par la Banque centrale européenne (BCE), 25 milliards de livres par la Banque d'Angleterre, 23 milliards d'euros par la Banque du Japon... Tout le monde paie pour les Etats-Unis,… et leurs excellents fondamentaux.

     

     

    Les US ont un petit problème, vois-tu mon cher McCain : ils dépensent plus qu’ils gagnent. Ce qui est fondamentalement mauvais. La Chine devenue le meilleur banquier des Etats-Unis, avec une monnaie totalement pourave, il fallait de grands savants pour réaliser cet exploit ! Et ce génial système financier US où les prêts sont moins accordés par des banques qui reçoivent les dépôts des particuliers et des entreprises, faisant ainsi leur métier, que par des courtiers qui vendent des prêts et les cèdent à des organismes refinanceurs, lesquels s’approvisionnent sur de marchés spéculatifs, qui se refilent ensuite le bébé par de multiples combinaisons. Tant qu’on y croit, ça marche, mais dès qu’on n’y croit moins, c’est un château de cartes qui s’écroule.

     

     

    Donc, McCain, je dois te dire la vérité car tu es un ami : les fondamentaux ne sont pas si forts que çà.... Et entre nous, c’est davantage qu’un gros rhume. Au minimum une sale congestion pulmonaire, peut-être un infarctus. Et une longue convalescence à prévoir.

     

     

    Heureusement, les ultralibéraux à tête d’épingle de ton ami Bush n’ont pas eu le temps de tout casser. Les banques centrales, le FMI… Les correctifs institués après guerre sont en place, et ont les moyens de contenir un nouveau 1929. Le dollar et l’or stables ; l’euro comme un sphinx, mais un sphinx avec nez ; le pétrole et les matières premières en pente douce. Le grand clash n’est pas l’hypothèse dominante, mais c’est toute l’économie mondiale qui se trouve ralentie. Elle n’avait pas vraiment besoin de cela, et ce sont les plus petits qui sont les plus exposés. Ce qui est fondamentalement mauvais, et injuste. images.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu