Avertir le modérateur

morale

  • Moralisme : De Sarnez solidaire de Ferrand…

    Le 22 mars, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour abus de confiance visant 19 eurodéputés français… parmi lesquels Marielle de Sarnez, Sinistre chargée des aAffaires européennes. Elle est soupçonnée, comme ses autres collègues (droite, « gauche » et écologistes), d'avoir employé une assistante parlementaire qui exerçait en fait ses fonctions au sein de son parti politique, le MoDem. Il s'agit de Philippine Laniesse, conseillère régionale et élue municipale à Paris, actuellement chargée de la communication de la Sinistre. Comme c’est mignon…

    freres_lumiere.jpg

    A l’origine, on trouve la plainte adressée par l'eurodéputée FN Sophie Montel le 14 mars dernier au procureur de la République de Paris, et à l’Office européen de lutte antifraude (Olaf). Preuves à l’appui, elle accuse 19 eurodéputés d’avoir embauché des assistants qui travaillaient à Paris pour le parti et non pas à Bruxelles pour l’eurodéputé, pile ce qui est reproché au FN : « Je suis contrainte de porter à votre connaissance des éléments attestant que plusieurs élus français au Parlement européen ont à leur service des assistants ayant par ailleurs des fonctions au sein de leur formation politique respective ». Dans la liste, la moraliste de Sarnez. 

    Le Parquet a aussitôt ouvert une enquête, ce qui ne signifie pas que les 19 eurodéputés sont marrons. Attendons sagement l’avancement de cette enquête, qui ne parait toutefois pas d’une redoutable complexité.

    Donc, Marielle, tu fais comme tu voudras, mais si tu ne dissipes pas les nuages, le déclencheur de ton siège éjectable fera le reste.

    En Macronie, être « légal » ne suffit pas, il faut être désormais « moral »,… ah, ah, ah… Ce n’est pas nous qui avons inventé la moralisation, comme priorité absolue du gouvernent. C’est Bayrou, pour se mettre en valeur avant les législatives, qui a imposé ce thème, profitant de sa relation avec Macron pour court-circuiter le Premier Sinistre, dont je ne me rappelle plus le nom… Un mec plus invisible que l’était le « collaborateur ».

    Et puis Marielle est « sinistre des affaires européenne »… Europe qui aurait financé sa carrière ?

    Alors, c’est comme tu veux : tu peux choisir la langue de bois, mais tu vas le payer cher, d’autant plus que candidature dans la 11e circonscription de Paris passe très mal… Les premiers opposants sont les braves militants de En Marche (Vers le néant) ! qui se sont vu imposer ta candidate récidiviste et prétentieuse.

    Et puis petit gag, hier matin alors que de Sarnez était interrogée sur son camarade Ferrand, elle s’était montrée bien peu solidaire : « c’est son affaire ».

    Oki, de Sarnez, mais aujourd’hui, « C’est ton affaire ».

  • Le gros malin de Ferrand est-il bien moral ?

    Aïe, aïe, aïe, l’admirable marcheur Richard Ferrand victime d’un complot qui veut briser sa famille. Mais que fait donc la police ? Voici l’histoire.

     

    logombpictos.jpg

    Entre 1993 et 2012, Ferrand, membre du PS depuis 1980, était le directeur général des Mutuelles de Bretagne, qui fédèrent plusieurs mutuelles de santé bretonnes.

    En 2011, la mutuelle décide d’ouvrir un centre de soins à Brest, et cherche des locaux. Elle trouve un local rue Georges Sand, qui lui convient pilepoil, est qui la propriété de la SCI Saca. La mutuelle va donc être locataire de la Saca, tout va bien.

    Mais, premier point, la gérante de la SCI Saca, et propriétaire des parts, est la compagne de l’excellent Richard Ferrand.

    Deuxième point, la SCI Saca n’existait pas encore quand la mutuelle a décidé de devenir locataire. La SCI Saca a été enregistrée au greffe du tribunal de commerce et a acquis les locaux après coup.

    Troisième point, la SCI a pu obtenir un prêt du Crédit agricole du Finistère couvrant la globalité du prix et les frais de notaire, soit 402 000 € sur quinze ans, les loyers escomptés couvrant la mensualité du prêt, ce alors que la mutuelle finançait directement 184 000 € de travaux, somme qui reste acquise au propriétaire selon les bases du droit de loyers.

    Ferrand explique que c’était le prix du marché, donc tout va bien. Dis Ferrand, faut pas nous prendre que pour des cons.

    Ta Brigitte se retrouve avec un patrimoine de 586 000 € sans avoir versé un centime, grâce aux loyers versés par la mutuelle et aux travaux financés par la Mutuelle. Si la Mutuelle avait acheté elle-même le local, au lieu de payer un loyer, elle aurait remboursé un prêt, et son patrimoine se serait accru de 586 000 €. Tu piges ?

    C’est de la grosse magouille de bourrin, avec l’argent des mutualistes. Mais comme c’est de l’argent privé, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, affirme que ce n’est « ni délictuel ni pénal ». Admettons, je ne suis pas procureur.

    Mais le prince n’avait-il pas annoncé qu’on passait au stade de la « moralisation de la vie politique »?

    Alors question : Ta compagne, sans payer un sou, se trouve propriétaire d’un bien de 586 000 €, payé par les mutualistes, alors que la mutuelle, sans dépenser plus, pouvait en être propriétaire. Moral ou non ? Démission ou non ?

    Prochain épisode, on vous raconte comment le pur marcheur Collomb Gérard avait fait embaucher son fils comme cadre au syndicat des transports en commun de Lyon…

  • « Panama papers » : J’attends de voir

    $_35.JPGCette histoire, c’est distrayant dès l’origine, avec l’International Consortium of Investigative Journalism (ICIJ) qui a reçu du ciel divin 2,6 téraoctets de données informatiques, représentant 11 millions de documents. Qui est ce guerrier ICIJ ? Il est installé dans un haut lieu de la résistance… Washington, aux Etats-Unis (Amérique du Nord, Territoire indien occupé). Et pour ce qui est de la France, les géniaux membres sont Le Monde (Occidental) et Elise Lucet. Wahou… La fine fleur de l’indépendance rédactionnelle… Là, je suis déjà mort de rire…

    Le Panama, on connait. Ce territoire, gros comme une région française, est une succursale des Etats-Unis, avec des bien riches, et une société très inégalitaire : 70% de la population indigène vit en dessous du seuil de pauvreté. Un pays qui dégouline l’argent : allez voir sa puante zone franche de Colon, une petite sœur de Hong-Kong... Charnière entre les deux Amériques, le Panama a toujours su jouer sa carte, un peu avec le canal, et beaucoup les banques, fondées sur deux principes : secret bancaire et fiscalité zéro pour les revenus issus de l’étranger. Autant dire que ma sympathie, d’emblée, est assez limitée pour le Panama.

    D’où vient l’info ? On ne parle pas de l’activité économique de Panama, comme si l’info venait d’un organisme d’Etat… mais de celle d’un cabinet d’avocats, parmi d’autres. Aussi important que soit l’échantillon, c’est donc la clientèle d’un cabinet, et ce n’est pas représentatif de l’activité à Panama. Mossack Fonseca, créé il y a 40 ans, est manifestement une maison bien tenue, et il faut se demander comment une telle masse d’informations a pu sortir, sans de grands pros de la manip’. L’affaire ne fait que commencer et nous verrons. 2738411908r.jpg

    Pour autant, je n’ai pas vu la démonstration d’une infraction, et c'est tout le problème. L’International Consortium balance des noms et des allégations, nous joue de la morale cheap à la tonne sur le thème « ils ont du fric et ne veulent pas payer d’impôt », mais il n'a pas apporté la démonstration d’une infraction pénale : des faits, précis et prouvés, correspondant à la définition d’une infraction, texte à l’appui.

    Blanchiment via des sociétés écrans ? Ce n’est pas impossible, mais il faut prouver que la banque savait que l’argent, quand elle l'a reçu, avait une origine frauduleuse, comme le banditisme, la drogue, ou d’autres revenus dissimulés, et qu’en connaissance de cause, elle a procédé à des montages financiers pour recycler cet argent. Il est possible que cela ait eu lieu, mais le fantastique International Consortium n’en apporte pas la preuve. 

    La France avait retiré Panama de la liste des « Etats et territoires non coopératifs (ETNC) », ce qui signifie que la France respectait le droit de Panama - secret et fiscalité zéro – et estimait que les procédés existaient pour débusquer l’argent frauduleux. Hier, la France a réinscrit Panama sur la liste. Ah bon ? À partir de quelles preuves ? Elise Lucet a balancé des infos crades à Michel Sapin ?  Que cela plaise ou non, tous les pays, d’une manière ou d’une autre, pratiquent l’optimisation fiscale – assurer le meilleur rapport de l’argent – qui est légal, à l’inverse de l’évasion fiscale, qui frauduleuse. L'optimisation coûte des milliards, mais c'est la loi. Un compte au Panama, c'est une infraction? Laquelle ? On balance du soupçon, on verse une larme moraliste, mais on ne prouve rien.

    Alors quelle est l'info ? Ceux qui ont de l’argent en veulent toujours plus. Ça, ce n’est pas un scoop.

    Mossack Fonseca ou Barbarin,… je n’ai d’amitié ni pour l’un, ni pour l’autre, mais j’aime encore moins la chasse moraliste de ce journalisme simplifié.

    media-spoonfeeding-cartoon.jpg

  • Lâche-moi, Charlie…

    Lâche-moi, mais lâche-moi Charlie, et toi lâche-moi avec ton Charlie… Ça devient insupportable cette injonction d’être Charlie ou pas Charlie… Un choix débile, sans idée, sans programme, sans débat… Un nid incestuel pour toutes les mélasses et les confusions… Nous avons un esprit, qui ne demande qu’à raisonner, à apprendre, à discuter, à évoluer… Mais, dans le pays moderne, ce jeu prend fin. Forger sa propre pensée, c’est un luxe has been. Dans la France, il y a deux camps. Tu es aujourd’hui devant l’essentiel, et le grand tribunal céleste de la République te regarde. Tu dois répondre vite et bien, et de suite et ce sera pour la vie : choisis ton camp, et choisis le bon, sinon tu seras un paria… Tu vivras comme un misérable, happé par la haine de ton pays. La responsabilité politique des dirigeants n’existe plus. Combattre le chômage ou dessiner une place pour la France dans le monde, c’est secondaire. Le problème, c’est vous et moi… Toute la question est de savoir si nous sommes Charlie ou non.  

    Foutez-nous la paix.

    Abusez du pouvoir, abusez de vos petits pouvoirs, allez-y, et focalisez sur vos lubies de losers. Le monde s’écrira sans vous, malgré vous.

    Cambronne. 

    d3e8zjpil0ley8el_v2_.png

  • DSK fait le lit de Le Pen

    Le président du tribunal correctionnel de Lille l’avait bien annoncé : le procès traite du droit, pas de la morale… Et comme dans toutes les affaires de proxénétisme, c’est la ritournelle connue depuis des siècles : la femme est libre et agit parce qu’elle aime bien l’argent, le client est sympa et ne sait rien, et il n’existe pas de proxo.

    De fait, DSK et les autres lascars se défendent comme de bons abonnés de la correctionnelle : « La prostituée était souriante sur une photo, ça prouve qu’elle aimait ça, et d’ailleurs elle n’a pas porté plainte ». Arguments mille fois entendus… Les prévenus seront-ils condamnés ? Personne ne peut le dire. Trois magistrats chevronnés prennent le temps de la réflexion, alors on attend. Et puis quel enjeu après tout ? Ce n’est qu’une affaire de julots parmi tant d’autres.

    DSK_parti_Socialiste_2006.jpg

    Là où tout change, c’est que DSK était le présidentiable du PS et le directeur du FMI. Un mec qui ne doute de rien, et surtout pas de lui. Quand le président lui demande s’il était l’un des hommes les puissants de la plantée, il répond tranquillement : « Disons que j'ai sauvé la planète d'une crise qui aurait pu être plus grave que celle de 1929 ». Tout seul et en toute modestie... Enfoiré...

    De l’autre côté ? Les difficultés existentielles de femmes qui se battent pour ne pas sombrer. L’une des prostituées explique qu’elle s’est résolue à y passer, parce que le frigo était vide, et qu’elle avait peur qu’on lui retire ses enfants. Un autre, bouleversante d’émotion, expose comment elle a été violentée par la sodomie imposée par DSK, subissant en pleurant,… mais acceptant car elle avait besoin de 500 €.

    DSK n’y a vu que du fun – il devait bien décompresser après avoir sauvé la planète – et de l’inconstance féminine : ces pauvres femmes perdent la tête... car elles n’ont pas grand-chose à l’intérieur. Tout au plus, cette formule payée cher à une agence de com’ : « J'ai une sexualité qui est plus rude que la moyenne ». Merci pour elles. Nafissatou Diallo peut témoigner.

    Le problème est que le procès est public, et que les échos des audiences tombent à l’état brut dans la société française, assommée et horrifiée. C’est tellement sordide que personne n’ose en parler... mais ces infos font des ravages, tant elles témoignent de la violence sociale, du mépris pour les faibles.

    Le PS de Bambi nous avait gavés avec son programme de suppression de la prostitution, et de pénalisation du client. Aujourd’hui, ils n’ont rien à dire devant cette catastrophe morale. Car nous, qui ne sommes pas le tribunal, devons raisonner moral et social : des femmes, pour échapper à l’exclusion sociale, subissent les assauts du présidentiable PS, et le PS n’a rien à dire... C'est une fin. Aujourd’hui encore, il ne faut pas gêner celui qui reste son maître à penser, alors le PS se tait. Tant pis pour ces misérables femmes…

    Ils passent leur temps à duper le monde.

    6a00d8341bfb9a53ef017615c4ef48970c-500wi.jpg

    La peur d’une vie, en ces années de non-gouvernance, c’est la statue de Giacometti, « L’homme qui chavire ». Ceux qui chavirent, ou craignent de chavirer, ou redoutent de voir leurs enfants chavirer constatent amèrement que le PS est d’un autre monde.

    Il ne reste plus rien. Cet abandon ponctue des années de trahison. Désormais, il n’y a plus de rempart, et la victoire de Le Pen est possible. 

    F103-giacometti-homme-qui-chavire-a-f.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu