Avertir le modérateur

npa

  • Fonce, Ilham, et n’écoute pas les vilains

    acropole.jpgMa chère Ilham, je ne voterai pas pour toi. Parce que je n’ai pas la chance d’habiter dans le Vaucluse, et parce que le NPA, ce n’est pas ma tasse de thé, même si j’y compte de vrais amis (La bise, Hélène…). Je ne suis pas d’accord du tout avec votre positionnement, protestataire à perpétuité. Il y a dans le programme du NPA des principes économiques et sociaux que j’estime indéfendables, et qui seraient dangereux si le NPA n’avait pas fait le choix de se protéger dans la posture d’une opposition puriste. C’est la magie du verbe et l’incapacité de faire quoi que ce soit, avec comme illustration votre inaction face à la privatisation de la Poste. Mais, tu me trouveras aussi tous les défauts quand je te dirais que je suis un social démocrate réformiste, persuadé que le monde c’est le marché, et que la responsabilité politique, c’est de s’organiser avec méthode pour en amender les excès et créer, dans la vraie vie, de la solidarité.

    Je ne suis donc pas prêt de voter pour toi ou tes petits camarades, mais je veux te dire très tranquillement que je trouve ta candidature incontestable, et je reste halluciné par les éructations de la politic family. abbe-pierre.jpg

    Ces bavards impénitents bafouent la Constitution, en invoquant des règles nées de leurs fantasmes déprimés. Ce qui est en cause, c’est l’article 4 : « Les partis et groupements politiques concourent à l'expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement ». Donc, le NPA, comme tous les partis, est libre de s’organiser comme il l’entend. Aucune loi ne peut interférer, et aucun juge ne pourrait y mettre son nez. Ta candidature ne viole rien : bien au contraire, elle honore la Constitution, en poussant un peu le champ de la liberté politique. Tout centimètre gagné dans la liberté d’expression est une victoire. Bravo.

    Et puis, tu colles un joli bonnet d’âne à ces ignorants, sectaires au point d’en devenir oublieux. Comment vont-ils faire demain, après leur cris de pucelles laïques effarouchées, quand ils vont côtoyer au parlement européen tous les partis politiques « démocrates-chrétiens ». La démocratie chrétienne italienne, c’est trente ans d’histoire, et la France n’avait pas rompu ses relations diplomatiques, me semble-t-il. De plus, horreur absolue, il existe en France, tiens toi bien, un Parti Chrétien Démocrate, un Mouvement Démocrate Chrétien et un Parti Républicain Chrétien : il faut envisager d’urgence leur dissolution. Et je ne te parle pas des estivales messes de Chirac à Bormes-les-Mimosas, en cortège officiel depuis le château de Brégançon. Enfin, je te livre, depuis le site de l’Assemblée Nationale, cette page au nom de « L’Abbé Pierre, Député ». Encore un coup du NPA !

    citoyennete.jpgNon, ta candidature est d’autant plus légitime que tu es une militante du NPA, assumant des responsabilités dans ton parti. Loin du casting qui prévaut à la constitution des listes des grands partis. En Rhône Alpes, notre héros local, fer de lance de la nouvelle SFIO, Queyranne Jean-Jacques, a placé en position éligible un ancien patineur artistique. Très honorable, sans doute, mais comme contenu politique, c’est un peu court.

    De toute façon, ne te trompe pas. Ce qui ne leur plait pas, c’est justement que tu ne rentres pas dans le moule qu’ils avaient préparé pour toi. Une femme musulmane qui porte le voile est nécessairement une bigote effarouchée, soumise au grand frère, incapable de penser par elle-même. Alors que tu aies tes idées, et que tu t’avances dans un combat politique minoritaire, ça, ce n’est pas prévu par le scénario. Merci de rester soumise aux idées toute faites, ça nous simplifierait la vie.

    Le plus drôle, dans toute cette histoire, c’est la manière dont ils s’accrochent à l’ornement vestimentaire. Ce que tu penses, ce que tu dis, ce que tu fais, peu importe. Demain, une autre dirait la même chose, sans le foulard, tout irait bien. Le bonnet phrygien de Marianne est génial, mais le voile noué en bonnet d’Ilham est atroce. C’est l’apparence qui coince, alors que tu te présentes aux élections pour débattre publiquement. Et puis, dénier ton droit d'être candidat, c’est grave, et parfaitement idiot, car ta candidature est l’occasion de dépasser le symbolique, pour affronter les idées, dans le libre débat démocratique. C’est une mentalité de vilains censeurs, perdus devant une liberté qu’ils rêvent de contrôler. 

    Bonne chance, Ilham.

    Louiseweiss.jpg
    Ilham s'est cachée dans la photo. Saurez-vous la retrouver ?
  • Besancenot et Rouillan

    Besancenot et Rouillan.  Voici le recrutement d’avenir : Jean-Marc Rouillan au Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA).  Ne pas se tromper sur les valeurs,… ne pas se tromper sur les hommes ! Quel dommage de ne pas avoir invité Rouillan chez Drucker.

    Jean-Marc Rouillan, ancien membre du groupe terroriste Action Directe, s'intéresse au NPA. « Je n'ai aucun problème pour le dire », a affirmé Besancenot sur France 2. « J'appartiens à un courant politique qui désapprouvait et qui décriait les méthodes d'Action directe à l'époque. La question qui se pose, c'est de savoir si des personnes qui ont connu le système carcéral ont le droit de faire de la politique. Nous, on pense que oui ».

     

    Petit rappel : Jean Marc Rouillan est le fondateur du groupe armé d'extrême-gauche Action directe à la fin des années 1970 et a été condamné en 1989 à la perpétuité, dont 18 ans de peine de sûreté incompressible, pour complicité d'assassinats de l'ingénieur général de l'armement René Audran en 1985 et du P-DG de Renault Georges Besse en 1986. Après vingt ans de détention, il a obtenu en décembre 2007 une mesure d’aménagement de peine : semi-liberté liée à un emploi dans une maison d’édition.

     

    Premier commentaire consternant de Besancenot, sur France 2 : « Ils devaient faire 18 ans incompressibles, en l'occurrence aujourd'hui ils font du rab ». Et non. 18 ans incompressibles, ça veut dire 18 ans sans sortir, mais la peine c’était la perpétuité. Donc il n’y a pas  « rab ». Et pas de doute que les enfants de René Audran ou de Georges Besse apprécieront la référence au « rab ». Le respect est sûrement une valeur capitaliste.

     

    Il n’y a pas de raison qu’un ancien condamné ne puisse avoir une action politique ? Je suis bien d’accord, et je souhaiterais que des recours soient exercés contre l’Etat si les détenus continuaient à rencontrer tant de difficultés à voter. De fait, ils sont privés de l’exercice de ce droit, et ce n’est pas acceptable.   

     

    Alain Krivine vient à la rescousse, avec cette belle phrase que n’aurait pas renié l’Abbé Pierre : « Si lui accepte le programme, il viendra, on ne demande pas aux gens leur passé ». Quel humaniste, et là encore je suis d’accord. Que serait la vie si l’on nous opposait toujours nos fautes passées ! Yves Montant est devenu le chantre du libéralisme épanoui après avoir été le chantre du communisme épanoui. Et tant d’autres.

     

    D’accord pour dire qu’il faut voir le présent. Et, c’est une chance, Jean-Marc Rouillan nous fait connaître sa pensée actuelle, dans un texte publié par le site Le Jura Libertaire  

     

    http://juralibertaire.over-blog.com/article-20822738.html  

     

    comme la reprise d’un article publié par Rouge, le journal de la LCR, le 5 juin 2008. Je n’ai pas retrouvé le texte sur Rouge, mais le texte est bien lisible sur Le Jura Libertaire et bien signé par Jean-Marc Rouillan.  De quoi dynamiser la débat au sein du NPA !

     

    D’abord, l’analyse de la détention et de la responsabilité dans les crimes commis. Accrochez-vous !

     

    « Dans la détention des «Quatre d’Action directe», l’État a imposé un arbitraire total (quartiers spéciaux, transferts disciplinaires réguliers, censure politique…). L’enjeu du chantage reposait sur l’exigence de reniement. Concrètement, la pacification de la mémoire et la disparition d’une expérience révolutionnaire armée figuraient le but ultime de ce traitement spécial. La menace était claire. Tant que nous n’options pas pour la repentance, ils nous appliquaient les méthodes pénitentiaires de destruction physique et psychique. Et, ayant assumé jusqu’au bout la responsabilité de nos actes et de nos choix, nous l’avons payé cher. »

     

    Vous lisez comme moi, et comme Besancenot et comme Krivine : « assumer jusqu’au bout la responsabilité de nos actes et de nos choix ».

     

    On poursuit, avec ce très joyeux cet encouragement à la sincérité qui conduit en prison…

     

    « La mobilisation de l’arme carcérale est au cœur du conflit mené par la bourgeoisie des centres impérialistes contre les masses du Sud, et contre les pauvres globalement. En fait, contre la figure actuelle et transnationale du prolétaire précaire. Il y a donc urgence ! Pour les militants sincères, je dirais qu’il est crucial qu’ils se posent le problème de la prison, car la prison risque fort de devenir tôt ou tard un problème pour eux. »

     

    Et pour conclure, une saine analyse des réalités pénitentiaires.

     

    « Pas besoin d’écouter un CD de rap pour comprendre que le flic et le maton sont leurs ennemis déclarés. Et que croit-on qu’ils pensent de l’inaction frileuse de la gauche dite révolutionnaire sur le terrain de la répression de masse ? »

     

    « Le flic et le maton ennemis déclarés ». Les représentants de l’ordre public rangés dans la catégories des ennemis déclarés. Jean-Marc Rouillan pense ce qu’il veut. Alors, action ?

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu