Avertir le modérateur

ossétie

  • L'Ossétie, centre du monde

    L’Ossétie, centre du monde. D’heure en heure, la situation évolue en Ossétie du Sud, mais cette journée du 8 août 2008, quoiqu’il advienne, a de quoi faire naître de vraies inquiétudes. Les chars russes sont entrés en Géorgie, et ont empêché que Tskhinvali, la capitale sud-ossète, ne passe ce soir sous contrôle des troupes géorgiennes.

     

    Tout irait bien, ou n’irait pas si mal, si la question réellement posée était le statut de l’Ossétie : une Ossétie du Sud, redevenant pleinement province de Géorgie, ou l’avancée vers une réunification de l’Ossétie, autonome si ce n’est indépendante, et retournant dans le giron russe.

     

    Mais, ce que chacun craint, dans une région qui peut s’embraser, c’est l’effroi d’une affrontement direct entre la Géorgie et la Russie, avec la volonté de faire trancher, au son des canons, les questions de l’élargissement de l’OTA N et des alliances militaires.

     

    Le géorgien Mikhaïl Saakachvili avait dès son arrivée au pouvoir en 2004, fait connaître le souhait de voir son pays rejoindre l’OTAN. Etape importante, en avril 2008 à Belgrade, l’OTAN a pris l’engagement d’accueillir l’Ukraine et la Géorgie, mais sans donner de date. Moscou avait très vivement réagi, et annoncé que la Russie allait établir des contacts officiels avec les dirigeants de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, juridiquement provinces de la Géorgie, mais dans une situation d’autonomie de facto.

     

    Il faut dire que cet engagement de l’OTAN suivait de peu l’indépendance du Kosovo, en février 2008, qui avait exaspéré Moscou. Et, depuis l’écroulement du mur de Berlin, c’est un mouvement que rien ne semble pourvoir arrêter : tout ce qui faisait le bloc soviétique passe à l’Ouest.  En 1990, l’Allemagne de l’Est ; en 1999, la Pologne, le Hongrie et la République tchèque ; en 2004, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie et les trois républiques baltes.

     

    Ainsi, le soutien de la Russie aux séparatistes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud a des airs de monnaie d’échange. Reste à savoir jusqu’où ira la Russie, qui sait que des excès lui sont interdits, sauf  à voir contesté le rôle de grande puissance auquel, non sans raisons, elle aspire.

     

    En prenant la décision de « rétablir l’ordre constitutionnel en Ossétie du Sud », Mikhaïl Saakachvili a en réalité convoqué toute la communauté internationale. Il va falloir suivre de près ce qui se passe aux limites du Caucase, et les grandes manœuvres diplomatiques à venir

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu