Avertir le modérateur

pénélope

  • Légiférez, délégiférez, il en restera toujours quelque chose

    16a%20Odyssee,%20135.jpgCa va délégiférer sec. Sacré Sarko, qui a retrouvé le thème de la rupture. La Gauche, c’était l’autogestion, la Droite, c’est l’autorupture.

    Le bling bling frénétique de la légifération s’apprête à devenir l’austère moine pénitent de la délégifération. Dans son épitre aux électeurs pour les régionales de mars 2010, notre bien aimé Président a déclaré avoir pour projet de « demander aux parlementaires de consacrer une partie de l'ordre du jour de l'Assemblée et du Sénat à délégiférer » au cours de l'année 2011.

    Je t’explique. Un mandat, c’est cinq ans, et le Monsieur ne souhaite pas prendre une mandale au terme de son mandat, c’est logique et humain. Donc, il doit retrouver les conditions qui lui ont permis d’être élu. Après avoir légiféré, il doit délégiférer, pour tout remettre en l’état d’origine, ce qui lui permettra d’appeler à la rupture, et de légiférer. T’as pigé ?

    « Tout changer pour ne rien changer ». On s’interrogeait sur le nom du grand architecte du quinquennat. Ne cherchez plus : c’est Giuseppe Tomasi, duc de Palma, de Montechiaro, prince de Lampedusa, 1896 – 1957.  La première moitié du mandat a été celle d’une frénésie législative – genre les achats compulsifs de nos petites chéries qui pètent les plombs pendant les soldes – se traduisant par un doublement de la pagination du Journal officiel, la dépression par burn out de nos valeureux parlementaires et la maltraitance institutionnelle des services ministériels, amenés à pondre maints avant-projets, projets, préparations en petits pots Blédina « moins de deux ans » à destination du groupe UMP, argumentaires ajustés pour calmer les lobbies de Bruxelles, dossiers préparatoires à destination Conseil d’Etat, note en réponse au Conseil d’Etat, dossiers explicatifs pour les dir’ cab’, albums à colorier pour les ministres, mémoires devant le Conseil constitutionnel, décrets d’application, arrêtés, circulaires, instructions, notes de service, com’ institutionnelle pour le ministère, déjeuners de travail avec les cadors de la télé, week-end de chasse avec les grands patrons qui tiennent la presse, soirée sympa avec les boss en costume Armani du groupe Lagardère, et cierge à Notre Dame de Paris en priant pour que ces géniales lois ne soient pas dézinguées par une Gauche méchante et revancharde, des syndicats fantasmant pour leur avenir sur l’immobilisme d’une statue de Lénine sur la Place Rouge, des journalistes prêts à colporter n’importe quelle rumeur absolument infondée pour récupérer un demi-point d’audience, et donc une poignée d’euros de pub’ pour payer l’échéance trimestrielle de l’URSAFF, et les roquets du Villepinisme allumé rêvant d’une victoire électorale aussi brillante que celle qui avait suivi la dissolution de l’Assemblée en 1997.

    Légiférer, un travail de forçat. Sachez-le, c’est Jean Valjean qui préside l’Assemblée Nationale.

    Et le plus dur est à faire, car il va maintenant falloir délégiférer. Sarko, c’est Pénélope. D’accord. Mais qui est Ulysse ?

    A5822.jpg

    Pénélope racontant à Ulysse les épreuves endurées pendant son absence

    Francesco Primaticcio dit le Primatice, 1545. Toledo Museum of Art, Toledo, Ohio

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu