Avertir le modérateur

pays-bas

  • L’extrême-droite se prend une nouvelle gamelle aux Pays-Bas

    index.jpgEt une de plus… Une fois de plus, nous avons eu droit à tous les plans catastrophiques sur l’arrivée de l’extrême droite à la tête d’un pays européen, et une fois de plus c’est une gamelle mémorable. L’allumé mondain Geert Wilders rejeté par les tripes du peuple…

    Prochaine sur la liste, Marine la fille héritière de son héritier de papa, tous deux n’ayant jamais travaillé de leur vie mais vivant dans le luxe, soi-disant fâchés mais se partageant la même maison, pataugeant dans les magouilles financières, avec un seul objectif : garder tout l’argent sans travailler.

    Je déplore fondamentalement le mythe entretenu du risque de l’extrême droite, qui permet toutes les simplifications politiques, et même toutes les annihilations de la pensée : « je suis nul, je n’ai rien à dire, je n’ai aucun programme, je n’ai personne avec moi, mais j’ai une bonne bouille et je suis le seul à pouvoir faire rempart à Le Pen ». Tu parles : rempart à une illusion, et instrumentalisation vicieuse de la peur.

    Pour gagner le pouvoir en France, même De Gaulle ou Mitterrand passaient par une coalition….Et vous imaginez ce simili parti, tenu par quatre personnes qui se haïssent, sans aucun leader régional ou local, sans aucun spécialiste national reconnu sur telle ou telle question, qui puisse prendre le pouvoir en France : mais arrêtez le délire !

    Alors que l’UMP était enseveli dans l’affaire Bygmalion et que le PS sombrait du fait des amours ombrageux de Hollande et El Blanco, Tata et sa nièce se sont gaufrées aux élections régionales, qui sont pourtant les moins politisées. Alors nous saouler avec Le Pen présidente, c’est stop. Et admettons un instant l’incident : vous imaginez la tronche de la majorité parlementaire, avec la kyrielle des élus FN crotteux et incultes ?

    Sur ce plan, je les rejette tous, car ils sont tous sur le même schéma. Mélenchon, Hamon, Macron, Fillon : s’ils font de la politique, c’est uniquement pour faire barrage à Le Pen. Merci de ne pas nous prendre que pour des imbéciles.

    Ceci dit, c’est grave deux raisons.

    La première est que ces soi-disant leaders nationaux popularisent l’idée qu’il peut y avoir une majorité d’extrême-droite en France, ce qui est foncièrement faux, et n’a aucun antécédent historique. Le corps social français n’est pas d’extrême-droite. Le Pen, père et fille sont des marginaux en France. Ils savent coaliser un vote de mécontentement, illusoire, mais sur le vote d’adhésion, ça n’avance pas.

    La seconde raison est que, avec leur trouille insensée, nos pseudo-leaders dénient la réalité de la force de l’État de droit. Par des efforts incessants depuis 1946, la France et la géniale Europe, mais également l’ONU, ont construit de très efficaces systèmes de protection des droits fondamentaux, capables de bloquer les lubies de tel ou tel gouvernement d’extrême droite (ou d’extrême centre). Vu la force du droit fondamental et les garanties européennes, un pouvoir d’extrême-droite en Europe se fracasserait en six mois sur les forces du droit, qui briseraient ses politiques discriminatoires ou liberticides.

    Je ne sais pas très bien ce qu’on fait les politiques,… ou du moins j’en ai une petite idée. Mais pour ce qui est des juristes, je peux vous dire que le travail est fait : toute loi qui ne respecterait pas les principes du droit se ferait casser les pattes illico presto.  

    - Jean-Luc, Benoit, Brigitte, François : lâchez-nous les baskets avec la famille Le Pen. Ne parlez pas de la peur, parlez de vous.

    En attendant, pour fêter la raclée Geert Wilders, je vous propose un must, une dégustation de gamelles de morilles.

  • Les Pays-Bas louent des prisons à la Belgique !

    delocalisation_non_A4c.jpgUne vraie blague belge, et légale : la délocalisation des prisons ! Les prisons belges étant surpeuplées, les détenus iront purger leur peine au Pays-Bas. Ne riez pas…

     

    Le projet, qui était sur les rails depuis juillet, vient d’être approuvé par le comité interministériel restreint. Première précision. Il a fallu presque un an à la Belgique pour trouver un gouvernement, mais lorsqu’il faut traiter les questions importantes, on passe par un « comité interministériel restreint ».

     

    Et ce beau gouvernement défend une vision assez décoiffante des charges régaliennes d’un Etat : faire respecter la justice par un Etat voisin.

     

    Le projet est une pure histoire de marché. Les Pays-Bas, confronté il y a quelques années à la surpopulation pénale, avaient engagé un double mouvement : construction de nouvelles prisons et orientation vers les alternatives à l’emprisonnement. Une politique conduite avec détermination, et un résultat spectaculaire : une sous population carcérale patente. 2000 cellules vides à ce jour !

    Le taux d’occupation des prisons néerlandaises est de 80,8%, … alors qu’il est de 118,5 % en Belgique. Je trouve pour ma part totalement génial ce constat d’un grand pays qui n’arrive plus à remplir ses prisons, et qui pourrait ainsi les réaffecter en centre d’hébergement pour tous les fauch’man. Mais la nature a peur du vide, surtout si c’est la prison qui est vide.

    Au lieu de louer son système pénal, qui atteint ce degré de réussite, les Pays-Bas préfèrent louer leurs prisons, contre espèces sonnantes et trébuchantes. Une ardoise de 30 millions d'euros par an pour la Belgique. Le Figaro donne une idée de la simplicité du système : « Le directeur de la prison sera Belge, les gardiens seront Néerlandais. Les droits de visite et les libérations conditionnelles dépendront de la loi belge. Mais le détenu aura à répondre devant la justice néerlandaise de son attitude à l'intérieur de la prison. » Et les frites ?

    Incroyable mais belge…   Ceci dit, et tant qu’à faire, il est bien regrettable d’en rester aux demi-mesures. Avec un peu d’initiative, on trouverait à quelques heures d’avion des tarifs bien moins cher, voire à prix cassé. Il faut être raisonnable et savoir s’orienter résolument vers le tourisme carcéral. Le système, d’ailleurs serait vertueux. Nombre de pays accepteraient sans sourciller de faire de sortir de prison des condamnés jugés à la va-comme-je-te-pousse, pour accueillir quelques centaines de ressortissants belges, avec une  facture annuelle de 30 millions d’euros à la clé. La clé du surveillant, bien sûr.

    De%CC%81barquement.jpg
    Le bagne, très bien, pas cher
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu