Avertir le modérateur

ps

  • Fillon va-t-il ressusciter le Parti Socialiste ?

    6a00d8341c8d6753ef00e54f3c27698833-640wi.jpgMalédiction de malédiction : Fillon est en train de ressusciter le Parti Socialiste.

    Pour la présidentielle, les programmes n’ont une importance que très relative. Dans la mesure où tout montre que Marine Le Pen sera au second tour, la seule question est de savoir qui sera en tête au premier tour pour affronter la leader du FN, et gagner, car il est bien évident que cette candidate, non crédible et isolée, n’a aucune chance d’accéder au pouvoir en France.

    Phase 1 du feuilleton : La Droite en force

    À la fin du quinquennat, le bilan est tellement désastreux que Hollande renonce à se présenter. La Droite caracole en tête, et se choisit pour leader Fillon, qui s’est présenté sur une posture très à Droite, pour mordre sur l’électorat Le Pen. Le PS en désordre et une Droite très à droite, cela laisse un espace pour Macron, qui se voit des ailes.

    Sauf que tout change quand Fillon s’effondre, et qu’au lieu de se retirer rapidement pour donner une chance à un successeur, il s’accroche, et mobilise l’appareil politique pour le soutenir, contre toute vraisemblance. Fillon sait qu’il doit partir, et, cynique comme nous le voyons, on peut se demander s’il n’a pas fait le choix de savonner la planche de son successeur. Quoi qu’il en soit, bonne chance au Plan B pour objet l’enthousiasme…

    Phase 2 du feuilleton : La Droite affaiblie

    À partir du moment où la Droite est affaiblie, le PS remonte mécaniquement. C’est constant, et cela renvoie à la structuration profonde du corps électoral en France. S’ajoute quelques éléments.

    1/ Macron avait une chance quand la Droite était surpuissante, et que la seule possibilité d’accéder au second tour était de se placer sur les thèmes dominants, en cherchant à mordre sur la partie centriste de l’électorat de Droite. Mais si la Droite s’affaiblit, l’espace se libère à Gauche, où l’herbe redevient verte. Bien différent des dirigeants politiques, le peuple français est généreux, et reste très attaché à la solidarité. 

    2/ Macron – qui n’a toujours ni encadrement, ni programme – a commis deux fautes majeures. D’abord, il s’est lancé dans le jeu de contrôler les investitures pour les législatives, espérant capter les députés PS, mais il n’a pas su offrir la moindre garantie quant au processus de désignation. Or, le PS est un parti d’élus, et le processus d’investiture est vital. Alors pourquoi rompre avec ce si bienveillant parti, et pour quel avenir ? La seconde faute est cet appel public sur un plateau télé à un accord électoral avec Bayrou, le genre de truc qu’on adore sur les plateaux-télés mais qui n’a aucune consistance sur le terrain. Bayrou a toujours été l’allié de la Droite, et les élus PS ont toujours trouvé les élus centristes à Droite, contre eux. Ce n’est sûrement pas en agissant comme cela que Macron le banquier peut espérer recycler les masses d’élus PS…

    3/ Les sondages vont faire le reste. Du fait de l’effondrement de Fillon, le PS va mécaniquement retrouver des scores présentables. Cela va permettre à Hamon de siphonner l’électorat de Mélenchon en cinq minutes, sur le thème : « le vote anti-Le Pen, c’est moi ». Le PS va se rapprocher du score de Macron, qui n’est pas structuré pour résister à l’épreuve, et tous les élus vont rester scotchés au PS, pour défendre la maison commune. Et pour combiner avec l'appareil du PS, Macron est un expert.

    - Tu veux dire que Hamon peut dépasser Macron dans les sondages, se trouver face à une Droite affaiblie, et devenir le futur président de la République ?

    - Il y aura d’autres rebondissements dans le feuilleton, mais aujourd’hui ce schéma est tout à fait crédible, grâce à Fillon.

  • Le feuilleton de la présidentielle : Le cas Fillon reste central

    Hier, le Parti Socialiste a désigné son candidat, mais le feuilleton de la présidentielle reste focalisé sur le cas Fillon, avec cette question simple : va-t-il pouvoir rester candidat ?

    Penelopegate

    Lors du meeting d’hier après-midi, tous les boss de la Droite étaient bien gentils. La déflagration serait fatale pour le premier qui ferait un pas de travers. En attendant que la justice progresse et mette – ou non – Fillon à terre, c’est le concours des hypocrites, qui en sous-main travaillent tous à un plan B.

    L’enquête a bien progressé depuis mercredi, et il y aura des étapes importantes dans la semaine à venir. Pour ce qui est du travail d’assistant parlementaire, on verra, mais de toutes les informations qui viennent les volets La Revue des deux mondes et suppléant sont cramoisis de chez cramoisi.

    Du 2 mai 2012 au mois de décembre 2013, Fillon Penelope été rémunérée 5 000 € brut par mois, soit 100 000 €. Commentaire de Michel Crépu, le directeur de la rédaction de l'époque : « J'ai découvert comme vous, l'existence de ce poste. Je n’ai jamais rencontré Penelope Fillon, je ne lui ai jamais parlé, je ne l’ai jamais vue ». Il ajoute : « Marc Ladreit de Lacharrière m'a téléphoné une fois pour me dire : 'Pourriez-vous me transmettre des livres qu'on pourrait donner à traiter à Mme Fillon qui s’ennuie ?'". Marianne a retrouvé les deux notes de lectures signées par « Pauline Camille ». Vous pouvez apprécier… Au total, deux pages pour 100.000 €. C’est mal barré.

    Mal barré aussi le travail est d’assistant parlementaire pour le suppléant devenu député. Fillon François explique que Fillon Penelope travaillait pour lui ardemment… mais quelles explications et quelles preuves pour le travail apporté au suppléant, avec une rémunération de 8.000 € par mois ?

    Par hypothèse charitable, admettons que le volet « assistant parlementaire de Fillon François ne soit pas retenu », et alors notre ami peut rester candidat. Mais il y a des fortes probabilités pour que ce soit bien chaud pour Fillon Pénélope à propos des deux autres volets. Alors, une question : peut-on rester candidat à la présidentielle quand son épouse est convoquée en correctionnelle ? Ceux qui applaudissaient Fillon François au meeting d’hier avaient tous ces questions en tête, ce d’autant plus qu’au-delà de la procédure pénale, l’impact médiatique de cette affaire rend inaudible la campagne du candidat. Le mec qui voulait sabrer dans les effectifs publics…

    Dans ce monde politique sans idéologie, sans programme et sans personnalité, les sondages qui vont dicter la solution. Rendez-vous au troisième sondage qui donnera un deuxième tour Macron – Le Pen…, et là, on verra.

    heurto10.jpg

    Hamon,… et le rassemblement de quoi ?

    Hamon a gagné, mais notre joie est la défaite d’El Blanco. Une immense satisfaction. Le blog a contesté dès le premier jour sa nomination sinistre de l’Intérieur… une responsabilité de Hollande d’avoir promu ce sarkozyste. Cela dit, la défaite d’hier résultait du premier tour, et c’est juste une confirmation.

    Beaucoup ont voté pour faire perdre El Blanco, ce qui était un impératif catégorique. Mais Hamon va-t-il conserver ce mouvement ascendant ? Pas évident. Le vote contre El Blanco n'est pas un vote pour Hamon. Hamon est un vieil apparatchik du parti, qui avait toujours fait des scores minables. Il a su créer de la sympathie, c’est une chose, mais l’opportunité a été pour beaucoup de payer un euro pour se débarrasser d’El Blanco.

    Quoi qu’il en soit, Hamon se retrouve avec l’appareil et la finance du PS, ce qui n’est pas rien. Mais il doit maintenant « rassembler ».

    S’il se situe dans une perspective présidentielle, il doit d’abord reprendre contact avec les supporters d’El Blanco, et c’est pas gagné, car on retrouve le match « les frondeurs contre la majorité molle du PS ». Hier, El Blanco a fermé la porte, en disant en substance que l’histoire avait été injuste et qu’elle lui rendra raison. Donc, pas facile. Mais à supposer que Hamon arrive à stabiliser les soutiens d’El Blanco, il lui faudrait ensuite convaincre les aficionados de Macron, et là c’est une autre paire de manches. On est dans l’irréalisme complet avec ce type qui n’a toujours pas de programme mais qui engrange…, et qui est d’autant moins enclin à faire des concessions à Gauche que Fillon patauge.

    Aussi, Hamon, constatant que la présidentielle est fichue, peut prendre une autre option, à savoir siphonner l’électorat de Mélenchon, un phraseur qui n’est pas si fort que ça. Alors que c’est un vieux de la vieille, qui comme Mélenchon doit toute sa carrière au PS, Hamon se présente comme un personnage moins lunatique, et il offre une alternative crédible au discours sur la révolution et l’insoumission. Il va laisser filer un Macron hors d’atteinte, pour viser l’électorat de Mélenchon, avec pour perspective de reprendre un PS à sa main.

    home-sweet-home-ceramic-tile-root-1paj4634_1470_1-500x500.jpg

  • Dislocation du PS : Phase 2

    La journée n’aura pas été trop bonne pour le PS.

    Ah, ces incroyables bidouilles sur le chiffres… Les mecs se sont crus à un Congrès PS, où la magouille est statutaire, sauf que là c’était sous les yeux de la presse. Rigolo et lamentable, mais ce n’est pas le plus important.

    Non, ce qui compte vraiment, c’est la hargne à 100% manifestée par Hamon et El Blanco, tout pour dézinguer l’autre et inversement. Ca pilonne avec des mots, des formules, donc ce n’est pas très méchant, mais le message est clair : l’autre est un ennemi, et il n’y a rien de bon chez lui.

    A ce petit jeu, El Blanco ne fera qu’accélérer sa perte, ce qui est une bonne nouvelle, mais c’est surtout à une phase décisive de l’explosion du PS que vous assistons, avec un vrai bonheur.

    Gauchiste irréaliste contre traitre de droite, ce sera un joli spectacle cette semaine, mais ça va surtout finir de ruiner le PS : comment rassembler ensuite, et rassembler quoi ?

    Hamon, qui reçoit le soutien d'Aubry – qui ne vaut plus rien dès lors qu’elle a renoncé à tous les combats – veut récupérer le PS pour en faire une SFIO du XXIeme siècle, un peu comme ce vieux PC qui continue à nourrir ces cadres, en perdant toutes les élections. Le PS comme club de retraite des frondeurs.

    Avec Mélenchon qui est entre 13 et 15 et Macron entre 20 et 22, le PS fait environ 10. Soit 6% pour Hamon et 4% pour El Blanco. Oki ? Leur division hargneuse nous assure la fin du PS de gouvernement, mal nécessaire pour retrouver, un jour, une Gauche en France.

    6449463-Adios-Banque-d'images.jpg

  • Liévin, Clermont-Ferrand, Rennes : Génial, El Blanco est cuit !

    41CMM09NJBL._SX296_BO1,204,203,200_.jpgAprès avoir miné la candidature de Hollande, El Blanco se voyait déjà Président, mais un mois plus tard c’est mort de chez mort. Nous n’avons rien à attendre des petits alternatifs, Hamon ou Montebourpif – car Peillon est grillé – qui tentent désespérément de se déguiser en héros populaire, mais assister à la déconfiture d’El Blanco permet une bonne rigolade, alors ne nous en privons pas. Ce type a fait souffrir le pays, qui maintenant le rejette du fonds de ses tripes.

    Sur un plateau télé, El Blanco, nourri des techniques de communication, peut faire illusion, sauf quand il se noie dans ses contradictions, mais sur le terrain, devant les électeurs, il ne reste plus rien. Fin de l’illusion.

    Voici le bilan de trois meetings, choisis dans les bastions PS.

    Dimanche à Liévin, terre PS s’il en est, El Blanco a voulu agiter la mémoire de Mitterrand… pour se ridiculiser devant une salle clairsemée de 200 personnes.

    A Clermont-Ferrand hier, même spectacle avec un gymnase à demi-vide, à peine 300 personnes, pendant que les militants PS s’activaient à installer des paravents pour masquer les chaises vides.

    Mais le meilleur est le renoncement à tenir un meeting à Rennes, prévu pour lundi. Motif : pas de chance, Le Drian a pilepoil au même moment une réunion sur Daech, alors ça rigole pas !

    - El Blanco, comment peux-tu envisager d’être président de la République quand tu n’es pas capable de tenir un meeting à Rennes ?

    Bien sûr, ça n’empêchera pas ce pantin de mettre son joli costume pour aller aux débats-télé de la primaire, et nous entonner la grandeur de la République et la force de la France, toutes choses dont le déserteur de Rennes ne sait rien.

    Faire le constat que le gouvernement était squatté par de tels incapables, c’est déjà trouver une partie de la solution. Mais il faut prendre le temps de mesurer ce qu’est la puissance de la propagande, qui nous a vendu à longueur d’années un El Blanco héros de la gauche post moderne. Du vent... Un monde s’écroule sous nos yeux. Qu’ils dégagent, et tous : Hamon et Montebourpif étaient sinistres de El Blanco, et ils ont manœuvré pour le faire nommer Premier sinistre. Après le tort qu’ils ont causé, alors que les blessures sont encore là, comment ces gougnafiers osent-il se présenter à nos suffrages ?

    Ils ne méritent que notre mépris.

    1310685867727506.png

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu