Avertir le modérateur

ramadan

  • Ramadan: Les grenouilles et le boeuf

    Ramadan : Les grenouilles et le bœuf. Dans mon histoire, le bœuf, c’est le président de la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine, et les grenouilles sont les crétines et les crétins qui parlent de cette affaire dont ils ne savent rien. Ce qui fait beaucoup de grenouilles quand je parcours la presse de ce soir. Avec une grenouille cheftaine au gouvernement. Et mon humanité m’oblige à rappeler la fin de la fable de la Fontaine :

     

    La chétive pécore
    S'enfla si bien qu'elle creva.

     

    Ce 772533361.2.jpgqui est cause, c’est la décision d’un président de cour d’assises ordonnant le report d’une affaire d’une session à une autre. Un drame, et une première dans l’histoire de la justice française... S’émouvoir pour le report d’une affaire...  Heureusement que cette histoire n’arrive pas en plein hiver, quand chacun est menacé par les gerçures de lèvres : c’eut été de la torture labiale à grand échelle.

     

    D’abord, même une grenouille qui connait mal la Justice sait que la cour d’assises est la juridiction pénale chargée de juger les infractions les plus graves, les crimes. Et elle peut peut-être imaginer , sur le bord de son nénuphar, qu’on ne confie pas la présidence d’une cour d’assises à un débutant, ni au président du syndicat des poètes de la magistrature (syndicat à créer d’ailleurs, qui fait défaut au regard de ce que les poètes apportent tant à la compréhension du monde).

     

    Et puis, la grenouille, se sachant ignorante, peut envisager de se renseigner avant de croasser. Elle découvrirait alors que la cour d’assises est une juridiction « non permanente ». Elle siège par session, avec un président, deux magistrats assesseurs et les 9 jurés. Entre les sessions, elle n’existe que par son président. Et ce président dispose entre autres d’un pouvoir, qui comme les autres est défini par la loi, en l’occurrence l’article 287 du Code de procédure pénale : « Le président peut, soit d'office, soit sur réquisition du ministère public, ordonner le renvoi à une session ultérieure des affaires qui ne lui paraissent pas en état d'être jugées au cours de la session au rôle de laquelle elles sont inscrites. »

     

    Lisez, relisez ce texte : c’est l’objet du crime contre la laïcité qu’ont cru déceler les grenouilles. La décision de renvoi relève du pouvoir du président, et de lui seul, et il n’a pas à en indiquer les motifs. Ce qui veut dire que la grenouille qui allume le bœuf ne sait pas de quoi elle parle. Les infos viennent des avocats qui défendent des intérêts divergents, à l’ouverture d’un procès à gros enjeux… Des infos, mais à interpréter. La grenouille raisonne en fonction de ce qui lui fait plaisir, pourquoi pas, mais quand elle en tire des conclusions générales, elle commence à éclater. Je lui dis gentiment. C’est pour sa santé.

     

    L’idée de la loi est de laisser au président de la cour d’assises de larges pouvoirs pour « tenir » l’audience. L’affaire illustre l’à propos de cette règle C’est le procès d’un gang de braqueurs, donc un procès sur plusieurs jours. On apprend de-ci de-là toutes sortes de complications sur ce procès, dont des témoins indisponibles, et une affaire en cours de jugement qui parasite. Plus tout ce qu’on ne sait pas, et que le président de la cour d’assises, lui, sait. Fichons donc un peu la paix à la justice quand elle est saisie de tels dossiers. Parler quand on ne sait pas, il vaut mieux se taire.

     

    Imaginons alors, exercice gratuit, pour faire un bout de chemin avec les grenouilles, que le président, violant l’article 287 du Code de procédure pénale ait annoncé que le seul motif du report d’audience était que l’un des accusés faisait le ramadan. La  République chancellerait-elle ?

     

    Les obligations religieuses des musulmans ne sont jamais des impératifs. C’est un devoir, une exigence que se crée le fidèle de faire au mieux. La maladie ou d’autres causes l’autorisent à interrompre ou renoncer au jeûne. Et renseignements pris, les tribunaux des pays musulmans ne cessent pas leur activité le temps du carême… Ce qui serait d’ailleurs un sacré cas d’école car le ramadan change de date chaque année, et le premier jour est connu au dernier moment. Merci aux grenouilles ne pas en rajouter sur une intolérance qui n’existe pas.

     

    La loi de 1905 dit que « la République assure la liberté de conscience » et qu’ «elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées dans l'intérêt de l'ordre public.» Paralyser la justice pour un motif religieux serait contraire à l’ordre public. Si les grenouilles veulent soutenir qu’un  président de cour d’assises ignore l’article 1 de la loi de 1905, c’est leur affaire… Il serait sage de pousser l’analyse. Le président pourrait évidement rejeter cette demande, et c’est de tous les jours. Il peut aussi, tenant compte de toutes les circonstances, décider de reporter l’affaire, pour la juger dans le meilleur climat. A lui de juger : c’est son job.  

     

    Les droits de la défense ? Ils sont bien connus, et n’intègrent pas le critère religieux, calmez-vous chères grenouilles. Simplement, le juridiction tient compte de tout pour assurer un procès équitable. Et le fait qu’elle puisse tenir compte des attachements religieux ne veut pas dire qu’elle sombre dans l’angélisme, lisez les comptes rendus de cours d’assises ! Allez, je vous livre un autre scandale qui dort : les juges ne convoquent jamais pour des divorces pendant les vacances de Noël. Alors qu’une bonne plaidoirie de divorce pour faute un 26 décembre au matin serait très républicaine. Une atteinte intolérable au principe de continuité du service public…

    Ce qui me frappe le plus dans cette affaire, c’est cette fascination à se faire peur avec problèmes qui ne se posent pas. Étonnant, non ?772533361.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu