Avertir le modérateur

recherche

  • Promotion Jacques Servier

    3760054381780.jpgIl y a de grands universitaires à la faculté de pharmacie de Marseille. Des gus qui travaillent dur ! Avec une méthode scientifique, de grandes capacités de recherche et assez de savoir pour décrypter l’avenir. C’est qu’un professeur d’université, ça ne rigole pas...

     

    Quelques universités ou grandes écoles, plus attardées que les autres, ont cette manie pitoyable de baptiser – que notre Sainte Déesse Laïcité me pardonne – des promotions d’étudiants. De la même famille que les rituels débiles du bizutage. Incapables de se penser par eux-mêmes. Des gamins qui le resteront à vie… Il leur faut le biberon perpétuel.

     

    Quand on mesurera les failles de la société française, j’espère qu’on  n’oubliera pas ces universitaires attardés et attardants, qui ont depuis longtemps troqué toute idée d’innovation contre les délices du tableau d’avancement.

     

    Donc nos grands nigauds agrégés de la faculté de pharmacie de Marseille ont puissamment colloqués en juin 2010 pour baptiser « Jacques Servier » la promotion d’étudiants de l’année.  

     

    Déjà, Servier était l’objet des plus vives citriques, mais ce n’est pas une femme médecin à Brest qui allait impressionner ces grands esprits scientifiques. Et puis après tout, il suffisait que personne ne soit au courant. Bien vu : à part les professeurs et les étudiants, qui sait qu’il existe une faculté de pharmacie à Marseille ?

     

    Oui, mais voilà, le drame est survenu. Gérard Bapt, le député PS président de la mission de l'Assemblée nationale sur le Mediator, a publié un communiqué qualifiant de « très choquante pour des milliers de victimes » cette décision. Quelle attaque !

     

    Devant la rudesse du coup, ça a chancelé du côté des chefs à plumes de la faculté de pharmacie de Marseille, qui ont aussitôt décidé de débaptiser la promotion, la rebaptisant « Promotion Galien ». Ce dans « l’intérêt des étudiants », cela va de soi.

     

    Et le grand Galien, médecin grec père de la pharmacie, devenu la bouée de ces incapables.

     

    Mais qui mettra au chômage ces crétins ?

    IC_cretin_heureux.jpg
    Rendez-vous à la faculté de pharmacie de Marseille
  • Doctorat light pour les frères Bodganoff

    dvd_tintin_03_01.jpgGrichka et Igor Bogdanoff sont des scientifiques. Complètement allumés, certes, mais il leur a été décerné le plus haut diplôme universitaire, le doctorat, et ça, c'est du lourd. C’était en 1999 et leurs thèses de doctorat traitaient des « aspects mathématiques et physiques de l'origine de l'Univers ».

    Ca n’avait pas été tout seul. A l’issue de la présentation, le 26 juin 1999, le doctorat avait été décerné à Grichka, mais à condition qu’il revoie son manuscrit. Igor a essuyé un refus, et il lui avait été demandé de publier deux articles et de reprendre son texte pour une nouvelle soutenance, ce qui lui a permis de devenir docteur en 2002.

    A l’époque la délivrance de ces titres  au jumeaux, qui avaient fait apprécier leur rigueur scientifique via Temps X, de la chaîne culturelle TF1, avaient fait un peu tousser, et le CNRS avait saisi le Comité national de la recherche scientifique.

    Conclusions en novembre 2003 : « Ces thèses n'ont pas de valeur scientifique ». Un jugement qui ressemble à une corde…

    Pour Grichka, ça se joue au karcher : « Aucun résultat mathématique n'est démontré ; d'ailleurs la rigueur mathématique est étrangère à la rédaction de ce texte. Le jury a constaté l'insuffisance des connaissances en physique de l'auteur et a disqualifié la partie physique comme étant trop spéculative. La commission trouve « insolite le fait qu'à la suite de ce constat, le jury ait pu juger ce manuscrit digne d'un doctorat en mathématiques ». Insolite...

    Igor se fait rétamer avec la même force : « Si au lecteur non averti le style du manuscrit de thèse de M. Igor Bogdanoff peut rappeler celui de certains travaux de physique théorique traitant de l'origine de l'univers, il ne s'agit cependant que d'une illusion. Rarement aura-t-on vu un travail creux habillé avec une telle sophistication », et le rapport dénonçait un « dysfonctionnement » dans le processus d'évaluation des doctorants.tournesol.jpg

    Daniel Sternheimer, directeur de recherche au CNRS, qui avait dirigé thèse des frères Bogdanov à l’université de Bourgogne, affirme que « pour leurs thèses, toute la procédure a été conforme à la réglementation en vigueur, appliquée parfois avec sévérité ». Pour suivre la procédure, on peut faire confiance à un universitaire. Mais pour le contenu, ça ressemble au vide sidéral. Ces travaux ne sont jamais cités, et les ouvrages grand public qui ont suivi se sont faits assaisonner comme ignorant les bases de la connaissance. Et maintenant, c'est la publication de ce rapport...

    Tout ceci est fâcheux, mais je crois que ça l’est plus pour le CNRS et les thésards que pour les jumeaux Bogdanoff. Car le rapport accusateur avait été enterré, et c’est une autre publication scientifique, Marianne, qui sept ans plus tard le publie.

    Les questions sont simples :

    -          Comment le CNRS peut-il valider comme thèse de doctorat des travaux non scientifiques ?

    -          Et comment la preuve du caractère non scientifique d’une thèse par un organe aussi prestigieux que le Comité national de la recherche scientifique peut-elle rester sans suite ?

    De tels dérapages devraient en toute logique conduire à un joli coup de balais dans ces labos empoussiérés, par respect pour l’institution, pour le public, et pour les vrais chercheurs qui se décarcassent. Bien entendu, il ne se passera rien. Si : on va sûrement demander au Comité national de la recherche scientifique de faire un rapport pour savoir pourquoi son rapport de 2003 n’a pas été suivi d’effet. Rendez-vous dans dix ans.

    dormir.jpg
    Jury de thèse au CNRS
  • Recherché, il envoie sa photo à la police

    473894.jpgUn citoyen, sous le coup d’un avis de recherche, déplore le travail approximatif de la police, et annonce que de guerre lasse, il se constituera prisonnier… mais après les fêtes de Noël ! Chez nos amis british, le service public est à la peine mais l’humour est au top. 

    Il y a des enfants qui ne grandissent jamais, et qui devenus adultes se passionnent encore de leurs jeux d’enfants. Matthew Maynard, un Gallois de 23 ans, a visiblement gardé de grands souvenirs du jeu « Les gendarmes et les voleurs », et il fait un exercice grandeur nature. Lui rigole un bon coup, nous aussi, mais la police britannique un peu moins.

    Matthew Maynard est recherché par la police de Swansea (Sud du Pays de Galles) dans une affaire de cambriolage d’une maison d’habitation. Seulement voilà, il estime que la police n’est pas la hauteur, et il vient de dénoncer son manque de professionnalisme dans une interview adressée au South Wales Evening Post.

    Incompréhension majeure, la police n’est même pas venue faire une perquisition à son domicile personnel : «They have not even knocked at my door. » Non, mais franchement...

    Et puis, Matthew Maynard n’appréciait pas la photo diffusée par la police : le portrait était peu flatteur, et surtout, la photo, mauvaise, n’aidait en rien les recherches. Notre comic man s’est donc fait prendre en photo, bonne mine et oeil gaillard,… devant une voiture de police, et a fait parvenir cette belle photo pour remplacer l’ancienne.  eed0_1_sbl.jpg

    Comme si ça ne suffisait pas, il a expliqué qu’il était très attaché à la période de Noël, qu’il souhaitait profiter de ces moments familiaux et festifs, et qu’il se rendrait à la police avec le début de l’année nouvelle, ajourant que ce délai serait bien suffisant pour la justice : « I will be handing myself in to the police. But it will not be until after Christmas » ajoutant que quand les flics fêteront Noël, il sera tout prêt d’eux : « When the police will be at their Christmas parties I will not be too far away. » Une attention touchante.

    La police aurait pu la jouer fair play : elle attend tranquillement la fin d’année, pouvant s’occuper d’autres dossiers chands, et Matthew arrive tranquillement, avec son pyjama et sa brosse à dents, juste après le réveillon. Non, le responsable de la police, Nigel Whitehouse, annonce que ses équipes vont redoubler d’efforts. Il veut convaincre notre ami qu’on peut passer de bonnes fêtes derrières les barreaux, et affirme que pour ses équipes, cette arrestation sera un cadeau de Noël apprécié.

    Le service public n’est plus ce qu’il était… Une triste réalité qu’avait si bien résumée le professeur Choron…

    poste.jpg
    Triomphe illusoire et de courte durée, car viendra l'heure de l'arrestation...
    homme_nu_terain_foot.jpg
    Et un petit cadeau pour adriana... qui travaille trop tard alors qu'on l'attend à la maison !
    homme-nu-cravate-boxer.jpg
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu