Avertir le modérateur

roumanie

  • Foot : Raciste et fier de l’être

    Le footballeur Florent Sinama-Pongolle est black, alors il ne peut pas jouer au foot à Bucarest.

    Procès d’intention ? Mauvaise interprétation d’un propos zarbi ?... Rien du tout. C’est franc, et ça vient de George Becali, dit Gigi, le président de l’équipe du Steaua Bucarest, le club leader en Roumanie : « Un agent me l’a proposé. Nicolita m’a dit que Pongolle était incroyable, qu’il fait ce qu’il veut avec le ballon. Mais ici, chacun ne fait pas ce qu’il veut, mais ce que moi je veux ! Il m’a même dit qu’il était chrétien, mais il est noir… Et s’il est noir… ».

    gigi-becali.jpg

    L’avant-centre, de l'équipe du Sporting au Portugal, a joué l’an dernier à Saint-Etienne dans le cadre d’un accord entre les deux clubs. Pour cette saison, son agent lui a trouvé un super plan avec le Steaua Bucarest. Tout est impec, mais, horreur… Gigi Becali découvre que Florent Sinama-Pongolle est black. Et ça, c’est juste impossible !

    Ce Gigi est un businessman roumain, l’une de premières fortunes du pays, et un homme politique au programme totalement pourave, hyper-nationaliste et raciste. Il a été élu au Parlement européen, investi par le « Parti de la Grande Roumanie ».

    Les instances européennes du foot ne découvrent pas aujourd’hui cet anti-homo maladif, qui a interdit que soit chanté dans son club We are The Champions car l’auteur est Freddy Mercury, le chanteur de Queen, un gay.

    Là, pour ce refus d’embauche raciste, Gigi va être sévèrement sanctionné : un avertissement ? privé de banc pour un match ? C’est que le sport, ce sont des valeurs, et là on ne rigole pas…

    beyonce.png

    Il est pas beau, notre Gigi ?

  • Les anarchistes ? Le désespoir ?

    Deux attentats signés par un groupe anarchiste italien. Et des attentats qui ne sont  pas rien : au cœur de Rome, deux ambassades, la Suisse et le Chili, et deux blessés.

    Quelques heures plus tard, un communiqué de la Fédération anarchiste informelle (Federazione Anarchica Informale) revendique : « Nous avons décidé de faire entendre de nouveau notre voix par des mots et des actes, nous détruirons le système de domination, vive les FAI, vive l'Anarchie ! » Alors, des actes isolés, que l’on oubliera vite, ou le début de quelque chose ? Difficile de dire, car on ne dispose que de bien peu d’informations.

    La Fédération anarchiste informelle est connue depuis 2003, avec à son actif une série d’attentats à l’explosif entre les années 2003 et 2005, mais elle était en sommeil depuis. Alors, un coup spectaculaire, venu de nulle part et destiné à rester sans suite ? Ces structures sont micropuciennes, et il ne s’agit pas de fantasmer sur des réseaux et des chefs clandestins qui n’existent pas.

    Pour autant, comment ne pas voir que le marécage économique et social dans laquelle patauge l’Europe induit la révolte et la violence ? Et que sur ce terreau, vont s’improviser des groupes portant des étiquettes aléatoires mais activant le feu de la violence. Violence qui n’a jamais rien amené d’autre que le raffinement de la répression, et qui s’avère une ressource inespérée, en réaction, pour l’opinion conservatrice.  

    Face aux difficultés des temps présents, les dirigeants politiques se montrent incapables de parler, justes bons à débiter les formules à la con de leurs chargés de com’ et à faire les cacous en sortant de leur belles bagnoles bien brillantes, pour filer vers d’improbables discussions du Conseil européen.

    Ces attentats s’inscrivent dans un contexte. La violence a été très présente en France, le mois dernier. Elle était aussi à Londres, à Athènes ou à Rome. Et peut-être avez-vous hier vu cette scène terrible d’un homme, Adrian Sobaru, se jetant du balcon surplombant l'hémicycle du Parlement roumain, en plein séance, en hurlant en direction d’Emil Boc, le premier ministre : « Boc, tu as volé les droits des enfants ».

    Adrian a été grièvement blessé, mais ses jours ne sont pas en danger. Il est le père de deux enfants, dont un est autiste. A la suite des mesures d'austérité adoptées par le gouvernement en juillet dans le cadre du plan négocié avec le FMI, sa famille a perdu une partie de l'aide destinée aux soins de son fils.

    2010 était mauvais, et 2011 le sera. Même si dans cette situation difficile, l’Europe garde de beaux atouts, mais il faut arrêter de se mentir. Nous ne sommes partis pour plusieurs années difficiles, au mieux de stagnation, et la priorité doit être la solidarité.  

    1223romania.jpg
    La violence sociale
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu