Avertir le modérateur

sous x

  • Né le 30 janvier 1990 aux alentours de 23h40 à l'hôpital Pellegrin de Bordeaux, il cherche ses parents

    Julien, âgé de 26 ans, avec le soutien de ses parents adoptifs et de sa compagne, a lancé sur Facebook, un appel pour retrouver ses parents. Aujourd’hui, il ne s’agit pas d’ouvrir pas à nouveau le débat du « sous X », mais d’entendre Julien, et tous ceux qui pensent comme lui.

    XVMd3cf91c2-348c-11e6-b0d9-b6a14f932977.jpg

    Hier j'ai sauté.

    Cela fait 26 ans que je suis au bord de la falaise, à fixer le vide et à rester là, tétanisé... Tétanisé par la peur du vide, par la peur que le fond du précipice soit en fait trop loin, que le saut soit trop grand ou pire que le fond soit trop proche et dans ce cas-là que la chute fasse mal.

    Mais hier j'ai sauté.

    J'étais au bord, plus que je ne l'ai jamais été... Alors j'ai avancé encore, encore un peu, traînant ainsi les pieds tel un condamné. Un pied devant l'autre, une marche après l'autre comme disait l'autre. J'ai avancé jusqu'à ce qu'il soit trop tard, trop tard pour reculer. J'ai fixé le vide droit dans les yeux et je lui ai dis qu'il ne me faisait plus peur. Que dorénavant j'étais invincible. Je m'en suis convaincu en tout cas...

    Hier j'ai sauté.

    Hier c'était une journée comme les autres, il faisait gris et le soleil ne sortait que pour se montrer un court instant. L'heure approchait mais je ne le savais pas encore. Il était 14h35 pour être précis et nous étions le lundi 13 juin 2016. Un jour comme les autres. Sauf que ce jour-là, à ce moment-là j'ai décidé de faire basculer ma vie comme jamais je ne l'avais fait auparavant. Est-ce que je vais le regretter ? Est-ce que la chute va me tuer ? Est-ce que mon parachute est assez solide ? Et puis rien à foutre de tout. Une voix me frappa fort à la tête : "saute ! on s'en fout du reste...ça peut pas être pire de toute façon".

    Hier j'ai sauté.

    J'ai pris mon téléphone, et mon courage, et j'ai appelé. Un coup de fil qui allait changer ma vie, la bouleverser littéralement. Du moins dans un premier temps. J'avais son numéro depuis environ une dizaine d'année dans mon répertoire et mes parents me parlaient sans cesse depuis ma naissance de cette femme, de cette cousine qui elle aussi était née sous X. "Elle milite!" Me disaient-ils. "Elle a aidé beaucoup d'enfants abandonnés à retrouver ses parents et beaucoup de parents à retrouver les enfants qu'ils avaient abandonnés, appelle la le jour où tu seras prêt" ...

    Et puis hier j'ai sauté.

    26 ans que j'ai ce gouffre en face de moi mais que mon seul rêve et mon seul but dans la vie est d'y faire face afin de rejoindre l'autre côté. Je sais pas il a l'air doux l'autre côté. Plus doux que ce monde-là qui s'effondre et s'effrite sans cesse sous mes pieds. Un gouffre fait de questions, d'incompréhensions, de haine, de colère, de peur... Et si l'autre côté c'était la joie, le bonheur, la sérénité, l'amour, la construction plutôt que la destruction.

    Hier j'ai sauté dans le vide.

    Il y a 26 ans, le 30 janvier 1990 aux alentours de 23h40 tu as accouché de moi à Bordeaux en France, à l'hôpital Pellegrin. Dans mon dossier il est écrit que tu mesurais environ 1m57, que tu étais une algérienne (kabyle probablement) avec des traits maghrébins très prononcés voir presque négroïde. Tu avais environ 19 ans et apparemment cela ne faisait pas longtemps que tu venais d'arriver en France mais ça n'est pas sûr. Tu étais là 7ème d'une fratrie (ce qui minimum fait 7 tontons ou tatas en plus et des cousins à la pelle 

  • Nés sous X : Une famille et une autre

    00014001.jpgConstantin est né à Paris en décembre 2005. Son père ? Inconnu. Sa mère ? Connue, par hypothèse, mais la jeune femme de 21 ans choisit d’accoucher sous X. Elle devient alors inconnue. Constantin est confié au service de l'aide sociale à l'enfance. En mai 2006, il est placé par décision de justice chez un couple, et six mois plus tard ce couple dépose une requête en adoption plénière.

    La mère, confrontée à des enjeux plus forts qu’elle, se donne la mort en septembre 2006. Un évènement tragique, mais qui n’interfère en rien avec la procédure d’adoption, car la mère X est inconnue et l’enfant a le statut de pupille de d’Etat.

    Les parents de la jeune femme découvrent à son domicile un certificat de la maternité Necker. Ils contactent l’hôpital, qui les dirige vers le Conseil national pour l'accès aux origines personnelles (CNAOP), l'organisme créé par la loi n° 2002-93 du 22 janvier 2002 (Art. L. 147-1 s. du Code de l’action sociale et des familles), destiné à aider les enfants nés sous X à rechercher leur mère. Ils comprennent alors que leur fille a accouché dans l'anonymat, et grâce à un généalogiste, ils retrouvent l'acte de naissance de Constantin.x.jpg

    Mais s’ils peuvent déduire leur filiation de ces évènements, cette filiation n’est pas juridiquement établie. La loi ne leur laisse pour seule possibilité de remettre au CNAOP une lettre, qui restera à disposition de l'enfant s'il souhaite un jour connaître son histoire.

    Les grands-parents n’entendent pas se satisfaire de ce si peu choses, et il leur semble primordial de rétablir les liens avec l’enfant. Les grands-parents tentent alors de s'opposer à l'adoption plénière de Constantin, en cours devant le tribunal de grande instance.

    C’est un échec. Par jugement du 6 juin 2007, le tribunal de grande instance de Paris rejette l’intervention des grands-parents, car la maternité de leur fille n’est pas juridiquement établie : « Le lien de filiation censé unir Constantin à feu X (la mère biologique) n'est pas établi, de même qu'en conséquence le lien de parenté censé unir l'enfant aux époux M. ». L’adoption plénière, qui, elle, établit juridiquement une filiation, est prononcée. L’enfant change de nom patronymique et est prénommé Antoine.

    Appel des grands-parents, et, ce qui est plus inattendu, du parquet. En avril 2008, la cour d'appel de Paris confirme : « La volonté d'anonymat de la mère rend impossible l'établissement d'un lien de filiation dans la ligne maternelle. »

    9782848550879.jpgDernière tentative avec un pourvoi devant la Cour de cassation, et la première chambre civile s’est prononcée ce 8 juillet. La Cour constate que  « le nom de la mère ne figure pas dans l'acte de naissance de l'enfant et que celle-ci a, au contraire, souhaité que son identité ne soit pas connue ». Elle conclut : « En l'absence de filiation établie entre leur fille et Constantin, les époux M. n'avaient pas qualité pour intervenir à l'instance en adoption. »

    Les grands-parents évoquaient la loi n° 2009-61 du 16 janvier 2009 qui, répondant à une demande ancienne d’enfants nés sous X, leur permet d’engager une action en recherche de maternité. Cette loi était rendue nécessaire du fait de la ratification de la Convention internationale des droits de l'enfant, dont l’article 7 proclame : « L'enfant est enregistré aussitôt sa naissance et a dès celle-ci le droit à un nom, le droit d'acquérir une nationalité et, dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et être élevé par eux. » Mais la loi du 16 janvier 2009 ne change rien pour les grands-parents, car l’action en recherche de maternité n'appartient qu'à l'enfant.

    Que reste-t-il à faire ?

     

    Antoine, devenu majeur, pourra s’il le souhaite, exercer l’action en recherche de maternité.

     

    Les grands-parents, juridiquement, ne le sont pas, et ils ont donc la qualité de tiers. Sans droit pour contester la procédure d’adoption, ils peuvent songer à faire établir un droit de visite, sur le fondement de l’article 371-4 du Code civil : « Si tel est l'intérêt de l'enfant, le juge aux affaires familiales fixe les modalités des relations entre l'enfant et un tiers, parent ou non ».

     

    Mais, et c’est bien préférable, les deux familles, loin de la loi, peuvent nouer les fils de la confiance, et rétablir le contact, dans l’intérêt de l’enfant.

     

     

    main%20dans%20la%20main_JPG.jpg

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu