Avertir le modérateur

srebrenica

  • En Europe, un crime de génocide contre les musulmans

    1518256-Travel_Picture-Srebrenica.jpgNous sommes en juin 2010, et les faits datent de mars 1995. Entre ses dates – quinze ans – se lit la problématique du droit pénal international : si lent, si diplomatique, si décalé, et dans le même temps, si indispensable, car unique moyen de prononcer la justice, et de poser des règles qui disent le droit.

    Le procès a démarré le 21 août 2006. Le tribunal a entendu 315 témoins, étudié 5383 pièces à conviction et constitué 87.392 pages de dossier.

    En 1995, Radovan Karadzic, alors Président serbe de Bosnie, confie à deux redoutable unités,  les « Drina Corps » de l'armée serbe bosniaque, d’attaquer deux enclaves, Srebrenica et Zepa, afin de créer « une situation d'insécurité totale, sans espoir de survie, pour les habitants ». Et ce sera le massacre de ces populations musulmanes, entre le13 et le 23 juillet.srebrenica-7032922.jpg

     Le TPIY a reconnu l'existence de deux entreprises criminelles communes : l'une consistant à assassiner les hommes musulmans bosniaques, l'autre à forcer la population musulmane bosniaque à quitter les enclaves de Srebrenica et Zepa protégées par l'ONU. Il a indiqué qu'environ 7800 personnes avaient été exécutées après la chute des deux enclaves, même si 5336 meurtres avaient formellement été prouvés.

    « L'ampleur et la nature de l'opération meurtrière, le nombre stupéfiant de victimes, la manière organisée et systématique avec laquelle ces meurtres ont été commis, la poursuite acharnée des victimes et l'intention prouvée d'éliminer tous les hommes musulmans bosniaques capturés ou qui se rendaient, prouvent sans le moindre doute qu'il s'agissait d'un génocide », indique le TPIY.

    srebrenica2.jpgVujadin Popovic était le Chef de sécurité du Drina Corps. Pour le TPIY, « Il savait que l'objectif n'était pas de tuer ceux qui étaient capturés mais d'éliminer le plus possible de musulmans bosniaques, dans le but de détruire le groupe », ce qui justifie sa condamnation à perpétuité.

    Le colonel Ljubisa Beara a été « le moteur de cette opération meurtrière » et il avait « la vue d'ensemble la plus claire de l'ampleur et de la finalité de celle-ci ». Il avait même « une vision très personnelle du nombre de victimes destinées à être exécutées ». Prison à vie.

    Drago Nikolic, 52 ans, un autre officier, est condamné à 35 ans de prison. Une peine moins lourde, le tribunal ayant estimé qu'il avait appris l'existence et la finalité des entreprises criminelles communes le 13 juillet, alors qu'elles avaient déjà commencé. Pour le TPIY, il lui manquait également des informations clés lui permettant de cerner la nature génocidaire des opérations.

    Pour leur participation et leur aide à la mise en œuvre du génocide, Ljubomir Borovcanin, ancien Commandant adjoint de la Brigade spéciale de la police serbe de Bosnie et Radivoje Miletic, ancien Chef des entrainements de la VRS ont été condamné à 17 et 19 ans de prison par le TPIY. Deux généraux de l'armée serbe de Bosnie, Vinko Pandurevic et Milan Gvero, ont aussi été condamnés à 5 et 13 ans d'emprisonnement. news_bosnia_635165a.jpg

    Depuis sa création, le tribunal a mis en accusation 161 personnes pour des violations graves du droit humanitaire perpétrées sur le territoire de l'ex-Yougoslavie entre 1991 et 2001. Les procédures à l'encontre de 123 d'entre elles sont closes. Des procédures sont actuellement en cours concernant 38 personnes, 25 d'entre elles sont actuellement jugées en première instance et 11 devant la Chambre d'appel. Ce verdict est une bien mauvaise nouvelle pour Radovan Karadzic dont le procès est en cours.

    Après, comment ne pas relever le désespérant silence qui entoure cette condamnation, et ce travail remarquable du tribunal ? Comment ne pas être désarçonné par cette indifférence, y compris et d’abord dans le monde musulman ?

    Dans le respect des règles du procès équitable, un tribunal vient de condamner à perpétuité des acteurs du premier crime de génocide commis en Europe depuis le 2° Guerre mondiale. Loin des émotions, la justice internationale progresse, et au fil de ses jugements, elle pose des principes qui renouvellent la manière de se saisir du droit international humanitaire.

    etude_1221034060.jpg
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu