Avertir le modérateur

terrorisme

  • La guerre contre le terrorisme, ça ne marche pas

    La guerre contre le terrorisme, c’est une invention de l’impérialiste Bush en 2001. Nous sommes en 2017, et chacun peut faire le bilan. Non seulement, la guerre contre le terrorisme, ça ne marche pas, mais il est clair que ça ne fait qu’amplifier le problème. Il faut savoir regarder la réalité en face : il y a une relation de cause à effet entre les guerres que nos gouvernements soutiennent et mènent dans d’autres pays et le terrorisme sur notre sol. Les gouvernements passés n’ont pas eu la volonté de régler le problème de ces connections, et aujourd’hui la population est confrontée à ce terrorisme. Entretenir la fièvre ne mène à rien. Nos sociétés sont parfaitement unies, et ce n’est pas là le problème. Non, il faut reposer des bases saines pour l’action, c'est-à-dire que nous avons besoin d’agir d’une façon plus intelligente pour réduire la menace de pays qui entretiennent les terroristes et génèrent du terrorisme. Cela veut dire qu’il faut changer ce que nous faisons à l’étranger.

    J’approuve totalement ce raisonnement, qui n’est pas le mien, mais celui de mon ami Jeremy Corbyn, le futur Premier ministre britannique, prononcé après l’attentat de Manchester. En France, la gauche ne sait pas où elle habite, et après avoir tant parlé pour ne rien dire, elle n’a cette fois-ci plus rien à dire.

    Au Royaume-Uni, c’est un autre monde avec un Parti travailliste qui bouscule la majorité conservatrice, perdue dans ses contradictions internes et placée dans l’impasse de défendre toujours une caste. Quand Jeremy Corbyn se rend au festival de Glastonbury, il réunit plus de monde que les meilleurs groupes de rock. Et oui. Il y a des raisons, et le discours qu’il a prononcé après l’attentat de Manchester l’explique.

     Je n’ai trouvé le texte qu’en anglais, et désolé pour ceux qui ne pratiquent pas cette belle langue.

    JS119062628.jpg

    La guerre contre le terrorisme, ça ne marche pas,

    il faut revoir notre politique étrangère,

    par Jeremy Corbyn

     

    Our whole nation has been united in shock and grief this week as a night out at a concert ended in horrific terror and the brutal slaughter of innocent people enjoying themselves. When I stood on Albert Square at the vigil in Manchester, there was a mood of unwavering defiance. The very act of thousands of people coming together sent a powerful message of solidarity and love. It was a profound human impulse to stand together, caring and strong. It was inspiring.

    In the past few days, we have all perhaps thought a bit more about our country, our communities and our people. The people we have lost to atrocious violence or who have suffered grievous injury, so many of them heart-breakingly young .

     The people who we ask to protect us and care for us in the emergency services, who yet again did our country proud: the police; firefighters and paramedics; the nurses and doctors; people who never let us down and deserve all the support we can give them. And the people who did their best to help on that dreadful Monday night – the homeless men who rushed towards the carnage to comfort the dying, the taxi drivers who took the stranded home for free, the local people who offered comfort, and even their homes, to the teenagers who couldn’t find their parents.

    They are the people of Manchester. But we know that attacks, such as the one at the Manchester Arena, could have happened anywhere and that the people in any city, town or village in Britain would have responded in the same way.

    It is these people who are the strength and the heart of our society. They are the country we love and the country we seek to serve. That is the solidarity that defines our United Kingdom. That is the country I meet on the streets every day; the human warmth, the basic decency and kindness.

    It is our compassion that defines the Britain I love. And it is compassion that the bereaved families need most of all at this time. To them I say: the whole country reaches out its arms to you and will be here for you not just this week, but in the weeks and years to come. Terrorists and their atrocious acts of cruelty and depravity will never divide us and will never prevail.

    They didn’t in Westminster two months ago. They didn’t when Jo Cox was murdered a year ago. They didn’t in London on 7/7. The awe-inspiring response of the people of Manchester, and their inspirational acts of heroism and kindness, are a living demonstration that they will fail again.

    But these vicious and contemptible acts do cause profound pain and suffering, and, among a tiny minority, they are used as an opportunity to try to turn communities against each other.

    So let us all be clear, the man who unleashed carnage on Manchester, targeting the young and many young girls in particular, is no more representative of Muslims, than the murderer of Jo Cox spoke for anyone else. Young people and especially young women must and will be free to enjoy themselves in our society.

    I have spent my political life working for peace and human rights and to bring an end to conflict and devastating wars. That will almost always mean talking to people you profoundly disagree with. That’s what conflict resolution is all about. But do not doubt my determination to take whatever action is necessary to keep our country safe and to protect our people on our streets, in our towns and cities, at our borders.

    There is no question about the seriousness of what we face. Over recent years, the threat of terrorism has continued to grow. You deserve to know what a Labour Government will do to keep you and your family safe. Our approach will involve change at home and change abroad.

    At home, we will reverse the cuts to our emergency services and police. Once again in Manchester, they have proved to be the best of us. Austerity has to stop at the A&E ward and at the police station door. We cannot be protected and cared for on the cheap. There will be more police on the streets under a Labour Government. And if the security services need more resources to keep track of those who wish to murder and maim, then they should get them.  

    We will also change what we do abroad. Many experts, including professionals in our intelligence and security services have pointed to the connections between wars our government has supported or fought in other countries, such as Libya, and terrorism here at home.

    That assessment in no way reduces the guilt of those who attack our children. Those terrorists will forever be reviled and implacably held to account for their actions.

    But an informed understanding of the causes of terrorism is an essential part of an effective response that will protect the security of our people, that fights rather than fuels terrorism.

    Protecting this country requires us to be both strong against terrorism and strong against the causes of terrorism. The blame is with the terrorists, but if we are to protect our people we must be honest about what threatens our security.

    Those causes certainly cannot be reduced to foreign policy decisions alone. Over the past fifteen years or so, a sub-culture of often suicidal violence has developed amongst a tiny minority of, mainly young, men, falsely drawing authority from Islamic beliefs and often nurtured in a prison system in urgent need of resources and reform. And no rationale based on the actions of any government can remotely excuse, or even adequately explain, outrages like this week’s massacre. But we must be brave enough to admit the war on terror is simply not working. We need a smarter way to reduce the threat from countries that nurture terrorists and generate terrorism.

    That’s why I set out Labour’s approach to foreign policy earlier this month. It is focused on strengthening our national security in an increasingly dangerous world.

    We must support our Armed Services, Foreign Office and International Development professionals, engaging with the world in a way that reduces conflict and builds peace and security.

    Seeing the army on our own streets today is a stark reminder that the current approach has failed. So, I would like to take a moment to speak to our soldiers on the streets of Britain. You are doing your duty as you have done so many times before.

    I want to assure you that, under my leadership, you will only be deployed abroad when there is a clear need and only when there is a plan and you have the resources to do your job to secure an outcome that delivers lasting peace.

    That is my commitment to our armed services. This is my commitment to our country. I want the solidarity, humanity and compassion that we have seen on the streets of Manchester this week to be the values that guide our government. There can be no love of country if there is neglect or disregard for its people. No government can prevent every terrorist attack.  If an individual is determined enough and callous enough, sometimes they will get through.

    But the responsibility of government is to minimise that chance, to ensure the police have the resources they need, that our foreign policy reduces rather than increases the threat to this country, and that at home we never surrender the freedoms we have won, and that terrorists are so determined to take away. Too often government has got it wrong on all three counts and insecurity is growing as a result. Whoever you decide should lead the next government must do better.

    Today, we must stand united. United in our communities, united in our values and united in our determination to not let triumph those who would seek to divide us. So for the rest of this election campaign, we must be out there demonstrating what they would take away: our freedom; our democracy; our support for one another. Democracy will prevail. We must defend our democratic process, win our arguments by discussion and debate, and stand united against those who would seek to take our rights away, or who would divide us.

     Last week, I said that the Labour Party was about bringing our country together. Today I do not want to make a narrow party political point. Because all of us now need to stand together. Stand together in memory of those who have lost their lives. Stand together in solidarity with the city of Manchester. And – stand together for democracy.

    Because when we talk about British values, including tolerance and mutual support, democracy is at the very heart of them. And our General Election campaigns are the centrepieces of our democracy – the moment all our people get to exercise their sovereign authority over their representatives.

    Rallies, debates, campaigning in the marketplaces, knocking on doors, listening to people on the streets, at their workplaces and in their homes – all the arts of peaceful persuasion and discussion – are the stuff of our campaigns.

    They all remind us that our government is not chosen at an autocrats’ whim or by religious decree and never cowed by a terrorist’s bomb.

    Indeed, carrying on as normal is an act of defiance – democratic defiance – of those who do reject our commitment to democratic freedoms.

    But we cannot carry on as though nothing happened in Manchester this week.

    So, let the quality of our debate, over the next fortnight, be worthy of the country we are proud to defend. Let’s have our arguments without impugning anyone’s patriotism and without diluting the unity with which we stand against terror.

    Together, we will be stronger. Together we can build a Britain worthy of those who died and those who have inspired us all in Manchester this week. Thank you.

  • La Syrie, le plus grand fiasco de la CIA?, par Maxime Chaix

    Voici un intéressant article, précis et documenté, publié dans Le Devoir de ce 2 août, sous la signature de  Maxime Chaix. Le genre de texte que vous ne verrez jamais dans Le Journal officiel du Quai d’Orsay, encore appelé Le Monde. Heureusement, nous avons la presse canadienne.

    image.jpg

     

    La Syrie, le plus grand fiasco de la CIA?, par Maxime Chaix

    Récemment, le Washington Post a annoncé la fin du soutien des rebelles « modérés » par la CIA, confirmant qu’ils menaçaient de renverser Bachar al-Assad en 2015, mais que cette issue chaotique fut empêchée par l’intervention militaire directe de la Russie cette même année.

    Chaotique, car le chroniqueur du Post David Ignatus vient de souligner dans ce même journal que Washington et ses alliés ne pouvaient proposer de solution politique viable, démocrate et modérée pour remplacer le gouvernement syrien. D’après le spécialiste de la Syrie Charles Lister, qui regrette ouvertement la fin de cette guerre secrète coordonnée par la CIA, l’Agence aurait constitué une force de 45 000 combattants à travers cette opération, dont nous savons depuis janvier 2016 qu’elle a pour nom de code Timber Sycamore.

    Or, comme le rappelle l’universitaire américain Joshua Landis, ces rebelles « modérés » appuyés par la CIA et ses partenaires ont combattu jusqu’en janvier 2014 aux côtés de la milice terroriste qui allait devenir le groupe « État islamique » (EI) six mois plus tard, lors de la proclamation du « califat » par Abou Bakr al-Baghdadi. Ce fait est confirmé par l’expert de la Syrie Fabrice Balanche, qui souligne que « les rebelles n’ont combattu Daech [autre nom du groupe EI] qu’à partir de l’hiver 2013-2014. Avant cette période, ils étaient main dans la main avec cette organisation ».

    Depuis qu’ils ont rompu avec le groupe EI, ces groupes soutenus par la CIA et ses alliés se sont majoritairement coordonnés avec la branche d’al-Qaïda en Syrie, qui s’est appelée le Front al-Nosra jusqu’en juillet 2016, avant de changer de nom et de rompre superficiellement son allégeance au réseau de feu Oussama ben Laden.

    Comme le New York Times le soulignait en octobre dernier, « monsieur Lister et d’autres experts ont déclaré que la vaste majorité des factions rebelles approuvées par les États-Unis à Alep combattaient en pleine ville, et qu’ils pilonnaient massivement les troupes du gouvernement syrien en appui des combattants affiliés à al-Qaïda, qui se chargeaient de l’essentiel des combats sur la ligne de front ».

    Armements

    Plusieurs éléments troublants sont à relever dans cette opération. Tout d’abord, sachant que les États-Unis se revendiquent en guerre contre le terrorisme depuis septembre 2001, appuyer pendant près de cinq ans des groupes qui combattent aux côtés d’al-Qaïda n’a pas semblé poser problème aux décideurs américains et à leurs alliés occidentaux — ce qui est pour le moins déroutant. Et comme l’a pertinemment souligné Joshua Landis, le gouvernement des États-Unis savait depuis le milieu de l’année 2012 que les armes livrées massivement par la CIA et une quinzaine de services spéciaux depuis la Turquie et la Jordanie équipaient principalement des groupes djihadistes, un processus dévoilé par le New York Times en octobre 2012.

    Comme l’auteur de ces lignes avait eu l’occasion de le défendre, le réseau qui a majoritairement bénéficié de ces milliers de tonnes d’armements a été le Front al-Nosra ; ce fut d’ailleurs le cas jusqu’à récemment dans le gouvernorat d’Idleb, dont la capitale vient d’être prise par cette organisation, aujourd’hui rebaptisée Hayat Tahrir al-Cham.

    Ces graves dérives ont été notamment confirmées par le journaliste Gareth Porter, dans un article intitulé « Comment les États-Unis ont armé des terroristes en Syrie ».Comme ce grand reporter l’a souligné, « cet afflux massif d’armes [coordonné par la CIA] vers le territoire syrien, ainsi que l’entrée de 20 000 combattants étrangers dans ce pays —, et ce, principalement depuis la Turquie —, a largement défini la nature de cette guerre », Gareth Porter se référant au vaste réseau de trafic d’armes mis en place par la CIA et ses alliés depuis les Balkans et la Libye, de même qu’à l’acquisition de 15 000 missiles TOW made in USA par l’Arabie saoudite.

    Fabriqués par Raytheon, ces missiles antichars ont été introduits en masse dans ce conflit à partir de 2014, et les pertes infligées aux forces syriennes avec ces armements auraient été le principal facteur de l’intervention russe au début de l’automne 2015.

    Dans cet article, Gareth Porter ajoute que « les armes [injectées par la CIA et ses partenaires dans le conflit syrien] ont contribué à faire de la branche d’al-Qaïda en Syrie […] et de ses proches alliés la plus puissante des forces anti-Assad dans ce pays — et elles ont aussi permis l’émergence de Daech ». Rappelons qu’à l’origine, le Front al-Nosra et le futur groupe État islamique ne faisaient qu’un avant leur scission du printemps 2013, qui déboucha sur une guerre fratricide entre ces deux factions.

    Scission

    En réalité, les combattants majoritairement irakiens de ce qui était alors appelé le « groupe État islamique d’Irak » (EII) ont fondé, à partir de l’été 2011, la milice qui allait devenir le Front al-Nosra en janvier 2012. D’après Foreign Policy, lors de cette scission d’avril 2013, « une large majorité de commandants et de combattants d’al-Nosra en Syrie ne suivirent pas [leur chef Mohammed al-Joulani] » et prêtèrent allégeance au futur « calife » Al-Baghdadi, ce qui aurait représenté « jusqu’à 15 000 combattants sur environ 20 000 », d’après une estimation du chercheur Fabrice Balanche.

    Toujours selon Foreign Policy, « partout dans le nord de la Syrie, Daech s’empara des quartiers généraux d’al-Nosra, des caches de munitions et des dépôts d’armes » durant cette séparation. En d’autres termes, le gigantesque trafic d’armes et de munitions organisé par la CIA pour équiper les rebelles en Syrie a, directement ou non, favorisé la montée en puissance du groupe EI dès janvier 2012.

    Même conséquence pour le versant « formation militaire » de cette opération clandestine de l’Agence et de ses alliés, qui a conduit les Forces spéciales détachées auprès de la CIA à entraîner malgré elles une forte proportion de djihadistes officieusement affiliés à al-Nosra ou à Daech — selon des sources anonymes du SOCOM et de l’Agence impliquées dans ce programme.

    En clair, de nombreux mercenaires anti-Assad recrutés par la CIA ont dissimulé leur appartenance à ces groupes terroristes (ou leur attrait pour ceux-ci), le processus de sélection des combattants étant particulièrement laxiste.

    Bien qu’indiscutablement condamnable, le gouvernement Assad a bénéficié d’un soutien populaire indéniable contre la rébellion, et il s’est maintenu grâce à l’intervention décisive de la Russie, ce qui n’avait pas été anticipé par les stratèges d’Obama. Censées être en guerre contre le djihadisme depuis l’automne 2001, les puissances occidentales ont fait le pari cynique de couvrir et d’aider leurs alliés régionaux dans leur soutien envers des groupes extrémistes éprouvant la même détestation à l’égard de notre modèle démocratique qu’envers l’État syrien laïque et ses alliés russes et chiites.

    Provoquant un véritable désastre humanitaire, la fulgurante montée en puissance du groupe EI en 2014 est en bonne partie la conséquence de cette politique inconsciente et court-termiste, dont l’Arabie saoudite a été le principal financeur — le rôle de nos « alliés » turcs et pétromonarchiques dans l’essor du djihad armé dans cette région (et au-delà) n’ayant d’ailleurs jamais fait l’objet d’une quelconque protestation officielle de la part d’États occidentaux pourtant frappés par le terrorisme.

    Finalement, au regard des conséquences dramatiques de cette ultime guerre secrète de la CIA — que le Washington Post avait décrite en juin 2015 comme étant « l’une [de ses] plus vastes opérations clandestines » —, il n’est pas impossible que les historiens la considèrent un jour comme le plus grand fiasco de l’Agence.

  • Le réchauffement climatique et la guerre en Syrie

    waronterrorhoax.jpgLes députés dépités s’étant engagés à voter les lois sans les lire, nous voici amenés à nous concentrer sur l’essentiel, décrypter la pensée complexe du Prince, avec pour aujourd'hui un gros morceau : « On ne peut pas lutter contre le terrorisme sans action résolue contre le réchauffement climatique ». Une haute pensée qui me fait flipper grave, à cette époque de consensus war against terrorist. Il va falloir choisir son camp : « Tu es avec nous ou contre nous ». Brrr… Et Hulot en treillis militaire, on va pas s’ennuyer…

    Pour trouver quelques explications, je suis  allé voir du côté de la presse scientifique, et j’ai trouvé Libé parfait pour nous expliquer la guerre en Syrie :

    « De son côté, en 2015, l’Académie des sciences américaine a clairement corrélé la sécheresse syrienne, qui a eu lieu de 2006 à 2009, à la naissance du conflit syrien en mars 2011 contre le régime de Bachar al-Assad, et par ricochet à l’émergence du groupe Etat islamique. Par ailleurs, des experts américains ont conclu, en analysant la carte des territoires victimes de sécheresse et celle des territoires dominés par l’EI, qu’elles étaient quasi identiques.

    « Selon les chercheurs de cette Académie, en provoquant le déplacement de près d’1,5 million de Syriens vers des zones urbaines, la sécheresse a conduit à la hausse des prix des denrées alimentaires et donc à des tensions importantes fragilisant la stabilité de la société et du système politique ».

    Parfait : l’Académie des sciences américaine a clairement tout dit.Libé n'a pas lu l'étude, et n'en donne ni des extraits sérieux, ni les références, mais c'est la guerre, alors pas le temps de finasser.

    Petit problème, j'ai poursuivi ma lecture de la presse scientifique avec Challenges, qui dit presque la même chose, mais en réalité pas du tout :

    « Et pourtant. Dès la fin de l'année 2016, à quelques jours de la tenue de la Cop 21 à Paris, à la fin de l'année 2015, on pouvait lire sur le site du Huffington post (On y trouve l'article qui par de l'étude, mais pas l'étude, si vous le trouvez, ça va nous intéresser, en attendant toute la presse en parle sans la citer), l'Académie américaine des sciences avait publié une étude très sérieuse, établissant un lien entre ce qu'était devenue la Syrie et la crise climatique qui l'avait frappée à compter de 2006. "Au départ, on avait une société agraire assez stable et qui fonctionnait bien. Et puis tout le monde est parti s'installer dans des banlieues où il n'y avait rien pour les accueillir, et le gouvernement n'a rien fait", indiquait alors Mark Cane, l'un des auteurs de l'étude citée par le Huff.

    « L'étude disait que l'engrenage menant à la naissance du terrorisme s'était ainsi enclenché : la sécheresse a fait monter le prix des aliments, du coup elle a aggravé les maladies infantiles liées à la malnutrition, ce qui a engendré des mouvements de population, ce qui contribué encore à l'instabilité politique, le tout finissant par mener la Syrie à la guerre civile. Les islamistes radicaux ont alors saisi cette opportunité et ainsi est né le terrorisme lié à cette mouvance… ».

    J'ai donc puisé dans un autre journal scientifique Le JDD, qui fait référence aux mêmes études « américaines », mais identifie lui le « facteur de stress » qui – le perfide - a fait le lit de Daech.

    « Dans une autre zone géographique, la Syrie, on note aussi le même genre d'effets, avec le long épisode de sécheresse qu'a connu le pays entre 2006 et 2011. Ce phénomène entraîne une perte historique des récoltes et des migrations massives, ce qui déstabilise le pays. Or, c'est sur cette déstabilisation, sur cet Etat failli, que peuvent ensuite prospérer les différents groupes djihadistes. Dans un rapport intitulé The Arab spring and climate change, les chercheurs Francesco Femia et Caitlin Werrel, fondateurs du Center for Climate and Security, vont plus loin en liant émergence de l'Etat islamique et phénomènes de sécheresse. Le changement climatique représenterait ainsi un "facteur de stress", également appelé par les chercheurs "multiplicateur de menaces", dans des régions déstabilisées ».

    Scientifique ? Cette étude The Arab spring and climate change est rédigée par une grande équipe de deux chercheurs, qui gèrent le « Center for American Progress », un groupe de lobby pro-Clinton, sans le moindre lien avec les universités.

    Et puis, enquête « américaine »…. Je regrette que notre brave presse n’ait pas davantage cité le grand scientifique qu’est le prince Charles, publiant des travaux décisifs en 2015 sur le même thème.

    En réalité, ces petits marquis reprennent « La Voix de son Maître », à savoir le si sympatique Obma, qui expliquait lui aussi avoir étudié scientifiquement l’étude scientifique, prouvant que deux degrés de plus – jamais mesurés, mais si on s’arrête à ce genre de détail… – étaient la cause du terrorisme en Syrie :

    « Understand, climate change did not cause the conflicts we see around the world.  Yet what we also know is that severe drought helped to create the instability in Nigeria that was exploited by the terrorist group Boko Haram.  It’s now believed that drought and crop failures and high food prices helped fuel the early unrest in Syria, which descended into civil war in the heart of the Middle East.  So, increasingly, our military and our combatant commands, our services -- including the Coast Guard -- will need to factor climate change into plans and operations, because you need to be ready ».

    Traduction maison :

    « Comprenez, le changement climatique n'a pas causé les conflits que nous voyons à travers le monde. Pourtant, ce que nous savons également, c'est que la sécheresse sévère a contribué à créer l'instabilité au Nigeria qui a été exploitée par le groupe terroriste Boko Haram. On croit maintenant que la sécheresse et les récoltes et les prix élevés de la nourriture ont contribué à alimenter les premiers troubles en Syrie, qui sont descendus dans la guerre civile au cœur du Moyen-Orient. Donc, de plus en plus, nos commandements militaires et nos combattants, nos services - y compris la Garde côtière - devront tenir compte du changement climatique dans les plans et les opérations, car il faut être prêt ».

    Par objectivisme, je dois signaler la rédaction d’Atlantico n’a pas l’air de comprendre, mais c’est normal, ce n’est pas un journal scientifique :

    « Mais il n'est pas à la portée de tout à chacun de le comprendre. Seul un esprit supérieur et complexe peut accéder à la bonne parole supérieure et complexe de notre président. Tel est, en toute modestie, mon cas. Une première hypothèse nous (j'utilise ici le pluriel de majesté avant qu'Emmanuel Macron s'en empare…) vient à l'esprit. Il se peut qu'un des collaborateurs du chef de l'Etat se soit trompé en lui glissant une des deux moutures du discours. La première, la bonne, la plus claire des deux évoquait le réchauffement islamique et le terrorisme climatique. »


    Perso, je me permets de poser une question scientifique : « dans le mesure où le réchauffement climatique est la cause du terrorisme en Syrie, pourquoi larguer des bombes, et pas de l’eau ? »

     

  • 150 morts à Kaboul… Il faut virer les US et Daech

    Ce 31 mai, à 8 h 20, un camion de vidange, blindé d’explosifs, a foncé place Zanbaq, dans Wazir Akbar Khan, le secteur sécurisé de Kaboul, qui comprend les bâtiments officiels, dont la présidence, et les ambassades étrangères. Pour arriver jusque-là, le camion avait passé plusieurs points de sécurité. In extremis, les policiers ont tiré, causant la déflagration : 13 policiers sont morts. Le bilan est dramatique : 150 morts et 300 blessés. Plusieurs ambassades ont été endommagées par la puissance de l’explosion.

    L’attaque n’a pas été revendiquée. C’est donc du très sérieux.

    afghanistan, terrorisme

    La population, éreintée par ces décennies de terrorisme, est descendue dans les rues de Kaboul, demandant la démission des responsables de la sécurité. En réponse, une répression violente, qui a fait 4 morts le 2 juin. Pour dire l’ambiance, le ministre des Affaires étrangères, Salahuddin Rabbani, qui a échappé il y a peu à un attentat et dirige le parti tadjik Jamiat, appuie cette demande, alors que le président Ghani, issu de l'ethnie pachtoune, s’y oppose…

    Le gouvernement afghan, à bout de souffle et sous perfusion étasunienne, a aussitôt accusé le réseau Haqqani, de la famille des talibans. Ce qui est incohérent : vu les réalités du terrain, il n’y a pas d’avenir en Afghanistan sans un accord politique avec les talibans, qui ont rejeté toute implication dans l’attentat. Ils sont en position de force, devenus quasi-institutionnels, et auraient tout à perdre en ensanglantant la population de Kaboul.

    Ces gens-là savent composer avec le temps. Le réseau a été créé à la fin des années 1970 par la CIA et l’ISI (services secrets pakistanais) pour mener la guerre intérieure contre les soviétiques, qui tenaient alors Kaboul. Après l’invasion US de 2001, le réseau Haqqani a été combattu au nom de « la guerre contre le terrorisme », et ses troupes ont rejoint l’arrière-pays et la résistance.

    En réalité, les US sont en train de perdre la main, car ils sont face à un choix impossible : pour ressaisir la situation, ils devraient redéployer les troupes, ce qui est impossible à faire passer dans l’opinion US (16 ans de guerre en Afghanistan pour quel résultat ?). Alors, ils pourraient tout miser sur le jeu politique, mais c’est imposable car ils sont haïs de la population. L’impasse de war on terror… Une leçon à méditer.

    Les pays forts de la région, la Russie et l’Iran, ne peuvent laisser la situation pourrir. Avec pour principes la stabilité des États dans leurs frontières et en alarme sur la transhumance des djihadistes, ils cherchent à reprendre la main, partie complexe car il faut parler à tout le monde – dont les talibans - et mettre dans le coup les grands voisins, le Pakistan, l’Inde et la Chine.

    Daech a une carte à jouer : bloquer le processus en semant le chaos et en attisant les divisions. S’est ajouté, le largage par Trump, le 13 avril dernier, d’une bombe de puissance extrême sur des zones montagneuses tenues Daech. Daech proclamé principal adversaire par les US ? Une vraie aubaine ! Alors, on va se faire entendre, et foncer dans la destruction : meurtres aveugles pour meurtres aveugles, en pourrissant la situation.

    Pour le peuple afghan, l’avenir est clair : virer les US et Daech. Un travail militaire et diplomatique de longue haleine. Respect aux morts passés, présent et à venir, sur cette terre devenue de feu.

    Immense respect pour la population meurtrie de ce pays. Mais notre gouvernement est bien bon, et il joue à fond les cartes du droit et de la solidarité pour accueillir les demandeurs d'asile afghans... C'est bien connu.

  • Syrie : Le reniement français

    Depuis cinq ans, la politique française en Syrie se lisait avec un seul objectif : le départ de Bachar el-Assad, comme condition préalable. Un objectif qui ne se discutait pas, sauf à vite basculer dans la traîtrise nationale.

     

    Soutenir qu’un pouvoir d’État a le droit de recourir à l’armée nationale pour défendre son territoire contre des groupes armés, qu’une coalition armée internationale n’a aucun droit pour renverser un pouvoir d’État, qu’il y avait aucune solution de rechange, et que l’arrivée des djihadistes à Damas signifierait l’embrasement de la région : tout ceci était inententable. Fabius avait évoqué l’élimination physique de Bachar el-Assad. En 2012, Poutine avait pourtant donné l’explication à Hollande.

    syrie, terrorisme

    Cinq ans plus tard, on fait le bilan, et il est assez simple : Hollande dégage, alors que Bachar el-Assad reste au pouvoir.

     

    Mais comme si ça ne suffit pas, la diplomatie française vient en plus de se renier : la priorité n’est plus le départ de Bachar el-Assad, mais la lutte contre les djihadistes.

     

    En début de semaine, Trump a confirmé qu’il assumait la rupture commencée par Obama, et consommée par la défaite de Clinton la guerrière : le départ du président syrien n’est plus la priorité, parce qu’il s’agit de trouver un accord politique de sortie de crise. Alors que la Turquie est méchamment renvoyée dans ses frontières, se met en place une restructuration du Moyen Orient à partir d’un grand pôle de stabilité construit à partir de Téhéran et de Moscou, qui inclut l’Irak et la Syrie.

     

    - Mais c’est pile l’inverse de ce que voulaient les US ?

    - Oui, et une fois de plus.

     

    Devant la réalité du rapport de forces, Trump doit admettre qu’il a mieux à faire ailleurs, et il va falloir qu’il explique à son allié israélien que, maître au Sud-Liban, le Hezbollah est l’un des garants de la stabilité.

     

    En moins de 24 heures, la France s’est alignée sur la position étasunienne, avec cette déclaration de Ayrault : « ‘Est-ce que l'on garde Assad ou est-ce que l'on ne garde pas Assad’, ce n'est pas comme cela que la question se pose. La question est celle de savoir si la communauté internationale respecte ses propres engagements ». De la semoule trop cuite cuisinée par une guimauve…

     

    Sauf qu’entre-temps un pays et sa population ont été détruit.

     

    - Alors, ceux qui, là-bas, avaient cru aux positions étasunienne et française sont trahis ?

    - Oui, et abandonnés sur le champ de bataille.

    - Mais ces djihadistes vont avoir un ressentiment lourd contre la France, c’est chaud.

    - Oui, ça s’appelle l’importation du terrorisme.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu