Avertir le modérateur

trahison

  • Ce farfadet de Varoufakis

    La grande victoire grecque « de Gauche », c’était il y a à peine un an, et tout allait changer : les nouveaux dirigeants de la Grèce allaient dresser les forces de l’État contre la mécanique libérale, et autres conneries du même genre.

    Un an plus tard, le peuple grec est humilié pour avoir dû tout lâcher quelques jours après un référendum qui concluait à ne rien lâcher, le « gouvernement » grec a accepté de mettre en œuvre un accord négocié en secret et jamais publié, bafouant le rôle du Parlement, ignorant l’idée de souveraineté, ce pour récupérer sept misérables milliards et les refiler une semaine après pour payer d’autres dettes bancaires. Ce de la part d’un gouvernement qui, au nom de la solidarité des peuples, a renforcé sa coopération avec Israël.

    Le grand leader révolutionnaire Alexis Tsipras est devenu le pote de Hollande, et quant au héros des bobos, Yanis Varoufakis, qui vote oui, qui vote non, se ridiculise avec un Plan B comme Bidon, qui abandonne ses électeurs, et fait le beau à côté d’un commercial d’Habitat, il cherche maintenant à se faire un peu de gratte avec des conférences. Conférences qui doivent être absolument passionnantes, venant d'un mec qui a tout misé à côté, et qui s’incarne parfaitement dans le tableau des vaches qui regardent passer les trains.

    grèce,gochmole,trahison

    Le gouvernement grec et la finance européenne

     

    C’est l’hebdo athénien Proto Thema qui a publié un échange de mails avec le London Speaker Bureau, une agence spécialisée dans le placement de personnalités, indiquant que les « frais standards de M. Varoufakis sont de 60 000 dollars [54 140 €] pour les engagements hors d’Europe », avec transport « en business class ». En Europe, ses tarifs sont entre 5 000 dollars, et à 1 500 dollars pour les interventions en université, selon l’hebdomadaire.

    Varoufakis a aussitôt répliqué sur son blog sous le titre « Transparence partout », en listant une série d’interventions effectuées entre septembre et octobre. Oki.

    On trouve d’abord une série de réunions politiques ou universitaires, et le mec met en avant que c’est gratuit ou presque… Il serait quand même incroyable qu’un homme politique se fasse inviter à des réunions politiques à condition d’être payé, et pour ce qui est des rencontres dans d’autres universités, tous les universitaires se déplacent gratis et en classe éco, arrêtez le délire. Le lascar se fait sa pub « genre : moi et la vertu », alors qu’il est au standard.

    On trouve ensuite les conférences payantes, 24 000 € pour une interview de 22 minutes, le 27 septembre, sur la télévision publique italienne RAI  – 1000 € la minute, pas mal – et 28.800 € pour une réunion à Singapore, voyage en classe affaire.

    Avec cette petite précision que les sommes indiquées le sont après paiement des cotisations sociales et des impôts. Précision qui n’est pas un détail, car les cotisations sociales et impôts représentent environ 50 % des sommes perçues, ce qui veut dire que la rémunération perçue était du double. C’est donc bien Proto Thema qui a raison, avec plus de 50 000 € pour une conférence. Pas plus compliqué.

    La conclusion ? C’est simple : ce mec est vraiment nul, car il fait à peine la moitié du tarif de Sarkozy...

    Ceux qui, à Gauche, sont encore vivants – et ils sont nombreux – persuadés que la solidarité doit être le centre de la vie sociale et économique, doivent se préoccuper d’abord du débat d’idées, au lieu de frétiller devant la question des leaders et des élections. La Gauche est par terre, et c’est une doctrine qu’il faut reconstruire. Si on ne trouve pas de doctrine, on devra tirer le rideau. Et pour ce qui est des pseudos leaders, de Hollande à Varoufakis ils ne sont que des marchands du temple, à virer sans ménagement.    

    grèce,gochmole,trahison

  • Des images insoutenables, mais le devoir du blog est d’informer

    Dix milliards d'euros de contrats conclus entre la France et l'Arabie saoudite.... Et le gouvernement qui fait son petit coq...

    L’Arabie Saoudite sent tellement le gaz que les Etats-Unis (Amérique du Nord, Territoire indien occupé) ont pris leurs distances. Le financement des attentats du 11 septembre, et du reste, devient un secret de polichinelle. Les US se cassent, et personne pour prendre la suite ?… Si ! Arrive sur son chameau, le looser en chef, président casqué devant l’éternel, le grand soldeur des valeurs de la République, prêt à tout pour retrouver le demi-point de croissance qui lui redonnerait deux points dans les sondages. Après plusieurs gros contrats d’armement, dont ceux passés en sous-main pour le Liban et l’Egypte, la France apporte son soutien complice - dix milliards € de contrats - à ce pays grand violeur de droits de l’homme, ignorant de l’existence des femmes, et financeur de tout ce qui détruit les Etats : le terrorisme, de puissants groupes djihadistes de Syrie, et  – grâce au beau matériel militaire français – une guerre illégale et meurtrière au Yémen, assumant le morcellement du pays et toutes ses conséquences.

    Voici donc ces photos, et – s’il vous plait – veillez à ce qu’elles restent inaccessibles aux enfants.

    2086756_202_a1-22471207-122471207_800x400.jpg

    XVM222bf134-71bb-11e5-93dd-8d653aca1530.jpg

    52304299.jpg

  • Réfugiés : Une Gauche de merde

    L’Agence des nations unies pour les réfugiés, le HCR, a publié hier son rapport annuel, dont le titre est clair : « Les guerres, les conflits et la persécution ont généré le plus grand nombre  jamais observé dans l'histoire moderne  de personnes déracinées en quête de refuge et de sécurité, selon n nouveau rapport du HCR ».

    Avec toutes les guerres destructrices conduites par les puissances occidentales, le nombre de personnes obligées de quitter leur terre et leur maison a été en 2014 de 59,5 millions, contre 51,2 millions en 2013, et 37,5 millions il y a dix ans.

    C’est la guerre conduite en Syrie qui « génère désormais le plus important déplacement de populations jamais enregistré à travers le monde ». Oki ? « En 2014, chaque jour, quelques 42 500 personnes sont devenues des réfugiés, des demandeurs d'asile ou des déplacés internes ». Une grande ville chaque jour de personnes qui abandonnent tout pour leur survie. Oki ?

    Pour António Guterres, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés : « Il est terrifiant que, d'une part, l'impunité augmente quant à l'éruption de ces conflits et que, d'autre part, la communauté internationale semble totalement incapable de travailler conjointement pour faire cesser les guerres ainsi que pour édifier et préserver la paix ».

    Ça ne suffit pas ? Alors, lisons António Guterres : « Plus de la moitié de la population réfugiée est composée d'enfants, une proportion tout à fait alarmante ». Ajoutant : « Du fait de graves pénuries de fonds et de profondes lacunes dans le régime mondial de protection des victimes de guerre, les personnes ayant besoin de compassion, d'aide et de refuge sont laissées à elles-mêmes.

    Et la France ?

    Que dit la France, alliée ou acteur dans les crimes de droit international que sont la destruction de l’Irak, la Libye, la Syrie et le Yemen ?

    Côté Droite, c’est Sarko qui se déchaine contre les pauvres. Voici ce qu’écrit Le Figaro :

    « Au passage, l'ancien chef de l'Etat a moqué «la dernière proposition de la Commission européenne» concernant la crise migratoire en Méditerranée. «J'en ai vu des propositions Ils proposent non pas de réduire le nombre d'illégaux mais de répartir mieux des gens que nous ne pouvons pas intégrer absurdes mais nous avons franchi une barre inégalée», juge-t-il. «», explique-t-il en comparant la solution à celle d'un plombier qui choisirait de répartir une fuite d'eau dans une maison au lieu de la colmater. «Nous parlons de gens qui choisissent de mourir en Méditerranée», ajoute-t-il en réprimant les rires de l'assistance ».

    Côté Gauche, c'est le Titanic. Après les expulsions d’étrangers à Paris qui faisaient égosiller la Gauche bien-pensante du temps de Jean-Louis Debré ministre de l’Intérieur – et aujourd’hui honorable président du Conseil constitutionnel (merci de ne pas rire) – on nous lâche la caution des cautions morales pour les décervelés, l’homme qui pense « en humanité » Robert Badinter, pour mieux nous dire que Sarko, et donc Le Pen, ont raison.

    C’est Mediapart qui raconte.

    « Lorsque Patrick Cohen lui demande si la France doit « ouvrir » la « porte » aux migrants qui affluent via Vintimille en Italie, il répond d'une voix posée : « Il y a un principe qui gouverne à mes yeux le reste : l’humanité d’abord. » Seulement « une fois les mesures humanitaires prises », le « problème de l’entrée » devient rapidement une question « d’insertion » que Robert Badinter résume ainsi : « J’ai indiqué les chiffres actuels du chômage en France explique-t-il, Ce ne sont pas ceux de tous les pays de l’Europe, ce ne sont pas ceux de l’Allemagne, ce ne sont pas ceux non plus de certains pays du Nord de l’Europe. La seule possibilité, c’est une solution européenne. Qu’on répartisse, selon les possibilités de chaque pays. » La France avec ses presque 6 millions de chômeurs, « c’est terrible à dire », poursuit Badinter, n'est pas « en condition d’accueillir ceux qui viendront »« C’est aussi une conséquence du chômage, cette inhumanité-là ».

    Alors, là, c’est super. Les flics qui détruisent les précaires camps de réfugiés dans Paris, c’est en humanité. Donc rien à dire. Les survivants de la Méditerranée, que le France rejette comme des chiens à Vintimille, c’est en humanité. Les marchés d’armes passés avec l’Arabie Saoudite et le Qatar, qui alimentent les guerres en Syrie, en Irak et au Yemen, c’est aussi en humanité.

    Bref, je te trucide et je vomis sur ta famille, mais en humanité. C'est vraiment super d'être de Gauche...

    Bien sûr, comme le grand chef à plumes a parlé en humanité, plus personne à Gauche n’a rien à dire : ni ces comiques de « frondeurs », ni les filiales droit-de-l’hommistes, et si bien subventionnées, genre LDH, Forum Réfugiés ou autres blagues genre SOS Racisme.

    C’est vraiment la Gauche de merde. Gauche de merde, car elle oublie ses responsabilités qui sont écrasantes, car elle bafoue le statut des réfugiés – qui est liée à la condition vécue par les personnes et non pas par les possibilités d’accueil – et parce qu’elle détruit le principe de solidarité. En humanité, il y a la solidarité entre riches, et la solidarité entre pauvres. Ces mecs détruisent tout, et donnent tous les arguments à Le Pen.

    En Turquie

    En France, ça ne se fait pas trop de citer la Turquie en modèle (sauf par Ouest-France), et donc, je ne vais pas m’en priver. Erdogan, en lien – plus ou moins tacite mais certain – avec les puissances occidentales, a beaucoup misé sur le renversement d’El Assad, et sa responsabilité est lourde. Les électeurs turcs viennent de le lui rappeler. Mais, question solidarité, la société turque est au taquet, et elle a accueilli – selon le chiffre officiel, qui est minoré – 1,8 millions de personnes. Oki ? La société civile qui s'organise contre le cloaque politique de ses dirigeants, c'est l'avenir. Comptons sur nous, et inventons les modèles : une force puissante, qui repose sur la conscience de chacun.

    Antonio Guterres a loué les efforts de la Syrie : « La Turquie a généreusement ouvert ses frontières à un large nombre de Syriens, Irakiens ou Afghans, c'est important dans un monde où tant de frontières sont fermées et où tant de murs sont construits. Cela devrait pousser tout le monde à suivre cet exemple ».

    En humanité ? Gauche de merde, prends donc exemple sur le peuple turc. Et maintenant, ferme là : tu as fait assez de ravages. Devant les visages de ces enfants que tu rejettes, notre vote est irrémédiablement libre. 

    640x392_47071_245411.jpg

    Rejetée, en toute humanité 

    29iht-educledeA29-master675.jpg

    Rejetées, en toute humanité

    4973764-3x2-940x627.jpg

    Rejetés, en toute humanité

    article-kids-syria-1108.jpg

    Rejetés, en toute humanité 

    Cold Comfort Turkey.jpg

     Rejetés, en toute humanité

    enfants-syriens-refugies-turquie.jpg

    Rejetés, en toute humanité

    image.adapt.960.high.syria_refugee_0903_03_a.jpg

    Rejeté, en toute humanité

    Un-enfant-syrien-dans-le-camp-de-refugies-de-Zaatari-a-la-frontiere-jordano-syrienne_scalewidth_630.jpg

    Rejeté, en toute humanité

    Nutrition-Adana-Turkey-2014-Yurtsever-11.jpg

    Rejetée, en toute humanité

     

     

  • Jouyet : La Gauche des faux-culs

    Jean-Pierre Jouyet a été ministre de Sarko quand le gouvernement de Sarko comprenait un ministère de l’Identité nationale, confié à un PS défroqué de quelques mois. Et on retrouve Jouyet numéro 2 de Hollande. Jouyet, cet ami de Dati et Bertrand, explique, en se marrant, que Macron est beaucoup plus à Gauche que lui.

    Trouvez-vous cela normal ?

    Eh bien vous n’êtes pas les seuls. Car ces trois derniers jours il ne s’est pas trouvé un seul soc’ (à part l’horloger Dray) pour avoir un mot de soutien à Jouyet.

    De jolis faux-culs ! Parce que le massacre, ce n’est pas Jouyet cassant la croûte avec son ami et ancien premier ministre Fillon, c’est Hollande qui confie les clés de l’Elysée – secrétaire général – à un ancien ministre de Sarko. Mais le jour de la nomination, les cafards soc’ n’avaient rien eu à redire.

    Please, une seule solution : fly-tox.

    flytox

    Concernant ces publicités

    Occasionnellement, certain

  • Combat contre la pauvreté… ou combat contre les pauvres ?

    couverture_ouvrage.jpg« Les engagements de revalorisation exceptionnelle décidés dans le plan pauvreté de janvier 2013 pour le RSA, le complément familial et l'allocation de soutien familial sont confirmés. Mais ces revalorisations seront décalées d'une année ».  Même ampoulée, la formule est simple : la hausse décidée en 2013 est annulée, et elle aura peut-être lieu en 2015. Ah très bien,... enfin on s’en prend aux pauvres, et à leurs insupportables privilèges. Nous sommes fiers de ce gouvernement de combat.

    Il était temps de frapper les pauvres au porte monnaie, car leur nombre ne fait qu’augmenter, ce qui montre à quel point ce sort est enviable. A la fin 2013, 2,3 millions de foyers percevaient le RSA, soit 7,2% de plus qu'un an plus tôt, selon les chiffres publiés par la Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf). + 7,2% : une croissance à faire pâlir les Chinois…

    Le gros morceau, c’est le « RSA socle » versé aux foyers ne bénéficiant d'aucun revenu d'activité. Leur nombre a augmenté de 7,5%, pour atteindre 1,79 million, y compris 253.000 qui le cumulent avec le « RSA activité ». Les foyers bénéficiaires du seul RSA activité sont 505.000.

    Et combien le RSA ? Au 1er janvier 2014, le RSA socle s'élevait à 499,10 euros par mois pour une personne seule et 748,97 euros pour un couple sans enfant. Oki ? Pour le coup de pouce, ces nantis attendront, et bien sûr, le gouvernement va renforcer la lutte contre la fraude…

    Lamentable.

    A côté de ces deux données – l’augmentation des bénéficiaires et la faible montant de l’aide – la vraie question est en fait le « non recours », phénomène qui mine les politiques de solidarité.

    Le phénomène a pris une telle ampleur qu’a été créé un Observatoire des non-recours aux droits et services (ODENORE). Un phénomène bien connu. Philippe Warin, cofondateur de l’ODENORE est coauteur de « L'Envers de la "fraude sociale". Le scandale du non-recours aux droits sociaux » (La Découverte, 2012).

    arton11351.jpg

    D’après l’ODENORE, les prestations en général font l’objet d’un taux de non recours moyen de près de 33%, et certaines prestations connaissent des taux de non recours très forts : 68% des personnes éligibles au revenu de solidarité active (RSA) activité ne le demandent pas et 73% des personnes ayant droit à l’aide au paiement d’une assurance complémentaire de santé (ACS) ne la sollicitent pas.

    L’observatoire a identifié trois causes de non recours : la méconnaissance des aides, la complexité des démarches et des freins psychologiques, tels que la peur de la stigmatisation ou le refus de l’assistanat...

    Vis-à-vis du RSA, la grande question est donc : comment amener tous les gens qui ont droit au RSA à le percevoir ? Le gouvernement ne le fait pas, assumant de voter des lois sociales - notre génial modèle républicain - en espérant qu’elles seront mal appliquées. Et en plus, on refuse les ajustements.

    Le gouvernement de la nouille casquée, qui n'a comme ennemi que les puissances de l'argent, renonce à tout effort dans la lutte contre la pauvreté, et va faire payer les pauvres. Je le note, ça m'intéresse. 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu