Avertir le modérateur

vivre ensemble

  • Equipe de France: C'est un psychiatre qu'il faut!

     

     

    Equipe de France : c’est un psychiatre qu’il faut ! Raymond Domenech, finalement, est un type sympa. Sympa en tout cas avec son employeur, Jean-Pierre Escalettes, le président la Fédération Française de Football. Car, en annonçant que son projet est de se marier, Raymond Domenech a simplifié le jeu.

     

    A l’issue de cette cinglante défaite devant l’Italie, qui signait la sortie de la France de l’Euro 2008 au stade des éliminatoires, et alors le coaching a fait l’objet de toutes les critiques, les premiers commentaires de Raymond Domenech étaient particulièrement attendus. Quelques mots lui ont suffit pour expliquer qu’il était fier de ses joueurs, que la perte du match résultait d’une série de circonstances conjuguant la blessure d’un joueur, un pénalty et l’expulsion d’un autre joueur. Et quant à l’avenir, il a annoncé tout de go que son projet était de se marier avec sa compagne, Estelle. Une demande de mariage en direct, et dans ces circonstances : du jamais vu.

     

    Alors, restera, restera pas ? Bien malin qui le sait. Il faut être spécialiste pour décrypter les ramifications de la Fédération Française de Football, qui a mainmise sur le sort de l’équipe de France. Les positions tactiques, le jeu individuel et les bouderies, ce n’est pas réservé pour le terrain… Et la manière dont Aimé Jacquet avait été vilipendé avant d’être adulé encourage à la prudence.

     

    Ceci dit, par cette iconoclaste demande en mariage, Raymond Domenech replace toutes les cartes dans les mains des dirigeants de la Fédération Française de Football. Au lieu de dire : « j’ai fait mon temps, j’ai assuré une transition, nous avons eu de grandes réussites et l’équipe a de quoi répondre pour le Mondial de 2010, donc je tire ma révérence », Raymond Domenech explique que ses projets d’avenir sont d’ordre privé. Stupéfiante insouciance ? Inadmissible provocation ? Absence de sens des responsabilités ? C’est ce que l’on entend… Plus basiquement, c’est peut-être aussi une manière d’indiquer qu’il a choisi la porte de la sortie, et qu’il laisse à d’autres le soin de le confirmer.

     

    Dès hier soir, la chasse à l’entraîneur avait commencée tant pour dézinguer Domenech que pour repérer le successeur. Et circulaient déjà plusieurs noms de grands footballeurs. Des footballeurs ? Ce se serait là réitérer dans l’erreur. Le football est une chose trop sérieuse pour être laissée aux footballeurs.

     

    Pour diriger l’équipe de France, c’est un psychiatre qu’il faut. D’abord parce que ce grand corps souffrant qu’est l’équipe de France ne peut plus longtemps traiter ses bleus à l’âme par de la médecine de bazar. Pour ces pros, il faut un vrai pro, c'est-à-dire un psychiatre, et encore un qui ait fait ses preuves dans la gestion des égos surdimensionnés.

     

    Et oui, le soin psychique. Qu’est-ce que l’on entend à chaque interview : « Ce qui compte, c’est le mental ; la victoire, c’est dans la tête… » Ce n’est pas en trois semaines de stage dans les installations de l’équipe de France que ces professionnels vont apprendre à jouer au football. Ce qui compte, c’est qu’ils puissent comprendre qui ils sont, savoir où ils vont, assumer l’altérité, gérer l’angoisse, maîtriser les émotions… Non, vraiment, le psychiatre est tout indiqué.

     

    Mais pour diriger une équipe, il faut un staff. Et au lieu d’aligner tous ces anciens sportifs en survêtement, il faut renouveler et s’adjoindre des compétences qui répondent aux besoins de l’équipe de France.

     

    Le premier assistant du psychiatre en chef devra être un humoriste, car à voir la tronche des joueurs et l’ambiance qui régne dans l’équipe, il y a grand besoin de faire travailler les zygomatiques. Un peu d’humour et de la franche rigolade, cela fera le plus grand bien. L’humoriste pourra déjà s’adjoindre les services d’un chansonnier, car beaucoup de choses passent par la parole et ce serait très bénéfique de voir nos 23 joueurs enchaîner les airs les plus célèbres, des chansons de carabins à l’Hymne à la joie.

     

    Ensuite, il faudra soigner l’organisation. Je préconise le recrutement d’un haut diplomate issu du quai d’Orsay, rompu à l’exercice des négociations difficiles. Ce diplomate travaillera en lien avec un spécialiste du renseignement, compétence indispensable pour infiltrer les réseaux qu’établissent les joueurs entre eux, et un autre des services secrets, pour avoir de vraies infos sur l’adversaire.  

     

    A prévoir aussi, un conseiller financier pour expliquer aux joueurs fatigués par le championnat que bien jouer sous le maillot bleu peut être excellent pour les contrats qui les attendent dans les clubs.

     

    Comme le sport c’est la vie, il faudra songer à remplacer les diététiciens et leurs plats millimétrés par de vrais cuisiniers, car ne racontons pas d’histoires, un bon cassoulet arrosé par du vin de Cahors, c’est bon le moral.

     

    Et oui, la question n’est pas le sport mais le vivre ensemble et la convivialité. Et si au moins l’équipe de France était joyeuse, détendue et amicale, le défaite serait moins douloureuse car elle ne donnerait pas l’image d’une France qui perd.

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu